À propos du Recensement de 1911

Comment le recensement a été réalisé

Le Recensement de 1911 constitue la cinquième collecte régulière de statistiques nationales. Il a débuté officiellement le 1er juin 1911.
 
Au total, 264 commissaires chargés de coordonner le recensement ont été nommés. Relevant de ceux-ci, 9 703 recenseurs (appelés à l’époque « énumérateurs ») ont été affectés à des zones bien délimitées.
 
Les recenseurs ont parcouru 218 districts de recensement, divisés en plusieurs sous-districts qui comprenaient des cités, des villes, des cantons, des réserves indiennes et d'autres zones moins bien définies. Dans les régions non organisées, les réserves des Premières nations et les Territoires du Nord-Ouest, des agents spéciaux (notamment des employés du ministère des Affaires indiennes et des membres de la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest) pouvaient travailler comme recenseurs.
 
Les recenseurs ont rassemblé des renseignements sur 7 204 838  personnes selon la répartition suivante :
  • Alberta (374 663)
  • Colombie-Britannique (392 480)
  • Île-du-Prince-Édouard (93 728)
  • Manitoba (455 614)
  • Nouveau-Brunswick (351 889)
  • Nouvelle-Écosse (492 338)
  • Ontario (2 523 274)
  • Québec (2 002 712)
  • Saskatchewan (492 432)
  • Territoires du Nord-Ouest (17 196)
  • Yukon (8 512)
Ces renseignements ont été compilés en utilisant 13 documents sous forme de tableaux qui comprenaient un total de 549 questions. Seul le tableau 1 a été conservé.
  • Tableau 1, Population
  • Tableau 2, Mortalité, incapacité et rémunération
  • Tableau 3, Résidences, propriétés et profits
  • Tableau 4, Grandes cultures — agriculture — céréales et autres grandes cultures pour l'année d’exploitation 1910
  • Tableau 5, Agriculture — culture sarclée, tabac, houblon et graminées en 1910 et types de grandes cultures en 1911
  • Tableau 6, Agriculture — animaux et produits d'origine animale
  • Tableau 7, Biens agricoles et urbains
  • Tableau 8, Produits forestiers
  • Tableau 9, Manufactures
  • Tableau 10, Églises, écoles, etc.
  • Tableau 11, Industrie de la pêche
  • Tableau 12, Fabriques laitières
  • Tableau 13, Produits minéraux

Du papier au microfilm

En 1955, le Comité des documents publics a autorisé le Bureau fédéral de la statistique à microfilmer les documents originaux du Recensement de 1911, puis à les détruire. Par conséquent, les documents du Recensement de 1911 n'existent que sous forme de microfilms. La qualité de ces microfilms n'est pas uniforme et les images produites ne sont pas toutes nettes.
 
Les images numérisées se trouvant sur le site Web de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) ont été produites à partir des microfilms du Recensement de 1911.  Vu qu'il s'agit d'une copie exacte, une page qui est indéchiffrable dans le microfilm sera tout aussi illisible à l'écran. Les pages titre que l’on trouve sur les microfilms n’ont pas été numérisées. On y trouve les renseignements suivants :
  • l’année du recensement (c.-à-d. 1911)
  • la province ou le territoire
  • le numéro et le nom du district
  • le numéro et le nom du sous-district
  • le nombre de pages pour ce sous-district. Les pages ne sont pas toutes en ordre consécutif ni toutes présentes.
Ces documents et ceux des recensements antérieurs sont décrits dans le fonds de Statistique Canada, appelé autrefois groupe d'archives (RG) 31.

En-têtes des colonnes et interprétation

Numérotées selon l'ordre des visites

Colonne 1. Domicile
 
Décompte des maisons. À être numérotées selon l’ordre des visites du recenseur.
 
Colonne 2. Famille, ménage ou institution
 
Décompte de la famille ou du ménage. Si deux familles ou plus habitaient la même maison, elles devaient être comptées séparément.
 

Résidence et renseignements personnels

Colonne 3. Nom de chaque personne dans la famille, le ménage ou l'institution
 
Inscription en commençant par le nom de famille (ou patronyme).
 
Colonne 4. Lieu du domicile
  • Dans les villes et les villages constitués, le numéro du domicile et le nom de la rue, par exemple « 14, rue Bay ».
  • Dans les districts ruraux, le nom du canton, du lot, de la paroisse ou de l'unité cadastrale, par exemple « lot 13, concession 1 ».
  • Au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta, le lieu devait comprendre les numéros de canton, de rang et de méridien, par exemple « C. 14, R. 9, O. 3 » pour canton 14, rang 9, à l'ouest du troisième méridien.
Colonne 5. Sexe
 
La lettre « m » désignait le sexe masculin et la lettre « f », le sexe féminin.
 
Colonne 6. Parenté avec le chef de la famille ou du ménage
  • Le chef de la famille (ou du ménage, ou de l'institution) était inscrit comme tel (c.-à-d. « chef »), et le terme utilisé pour désigner les autres membres du groupe était fonction de leur relation avec le chef (épouse, fils, fille, serviteur, pensionnaire, locataire, associé, etc.).
  • Les personnes qui résidaient dans des institutions devaient être décrites par des termes tels que « fonctionnaire », « détenu », « patient », « prisonnier », « écolier », etc. Le directeur général de l'institution devait être désigné par son titre (par exemple « résident », « surintendant » ou « directeur d'école »).
Colonne 7. Célibataire, marié, veuf, divorcé ou séparé légalement
 
On utilisait la lettre « c » pour « célibataire », « m » pour « marié ou mariée », « v » pour « veuf ou veuve », ainsi que « d » pour « divorcé » et « l. s. » pour « légalement séparé ou séparée ».
 
Colonne 8. Mois de naissanc
 
La première syllabe du mois (à l'exception des mois de mai, de juin et de juillet, qui devaient être écrits au long).
 
Colonne 9. Année de naissance
 
Inscrite au complet pour chaque personne.
 
Colonne 10. Âge au dernier anniversaire
  • Pour les personnes de plus d'un an, le nombre d'années de vie en date du 1er juin 1911.
  • Pour les enfants âgés de moins d'un an, les fractions étaient utilisées (par exemple, pour écrire 2 mois, on indiquait « 2/12 »).

Citoyenneté, nationalité et religion

Colonne 11. Pays ou lieu de naissance
  • Pour les personnes nées à l'extérieur du Canada, le nom du pays d'origine —(Angleterre, Écosse, Irlande, Allemagne, France, etc.).
  • Pour les personnes nées au Canada, le nom de la province ou du territoire.
Colonne 12. Pour les immigrés, année d'immigration au Canada
 
L'année où une personne en provenance d'un pays étranger est déménagée au Canada.
 
Colonne 13. Pour les étrangers, année de naturalisation
 
Pour les personnes âgées de 21 ans et plus, nées dans un autre pays que le Royaume-Uni ou une de ses colonies et naturalisées.
 
Colonne 14. Origine selon la race ou la tribu
  • Généralement déterminée en fonction du père.
  • Dans le cas des personnes autochtones, l'origine selon la race ou la tribu était déterminée en fonction de la mère, avec le nom spécifique de la tribu inscrit.
 Colonne 15. Nationalité
  • « Canadien » pour désigner les personnes qui vivaient au Canada et qui avaient acquis le droit de citoyenneté.
  • Pour les non-Canadiens, leur pays de naissance ou le pays auquel ils devaient allégeance.
 Colonne 16. Religion
La religion à laquelle une personne déclarait appartenir, écrite au complet.
 

Profession, emploi, métier ou moyen d'existence

Colonne 17. Emploi principal ou métier
  • Pour toute personne âgée de dix ans et plus.
  • Le titre qui décrivait le mieux le travail « rémunéré » de la personne, c'est-à-dire qui lui permettait de gagner de l'argent ou un substitut (par exemple, « médecin », « infirmière », « charpentier », « cultivateur », « sténographe », etc.).
  • La mention « revenu » pour les personnes qui n'avaient pas d'occupation précise, mais qui vivaient de revenus indépendants provenant de placements, de pensions, de leur retraite, etc.
  • La mention « aucun » pour les personnes de dix ans et plus qui n'avaient aucune occupation précise et qui ne vivaient pas d'un revenu indépendant.
Colonne 18. Emploi supplémentaire en dehors de l'emploi principal ou du métier, s'il y en a
  • Tout emploi ou toute occupation qui fournissait un revenu supplémentaire à une personne.
  • Pour toute personne âgée de plus de 10 ans.
Un code numérique a été utilisé pour la colonne 18 (par exemple, 6-0-32, 6-6-32 ou 6-9-32). Les explications qui suivent en ont été tirées de la publication Index to Occupations, Ottawa, Census and Statistics Office, 1911 (AMICUS 7693172). Veuillez noter qu'il ne semble pas exister de version française; nous avons donc pris la liberté d’en traduire le contenu.
 
Pour chaque catégorie, une liste d'occupations a été créée en utilisant les chiffres 00 à 99. Sur les documents originaux du recensement, notez la première et la troisième partie du code. Consultez le tableau Signification des Codes (format PDF, 49 Ko) pour obtenir la signification du code.
 
La première partie du code fait référence à une des grandes catégories d'occupations ou d'industries :
 
Première partie du code
 
Catégories d'occupations ou d'industries
0
Agriculture
1
Métiers de la construction
2
Emplois domestiques
3
Fonction publique et municipale
4
Pêche et chasse
5
Forêts et bois
6
Manufactures — Mécanique et textiles
7
Manufactures — Nourriture et vêtements
8
Mines
9
Activités professionnelles
10
Commerce et vente au détail
11
Transport
 
La seconde partie du code fait référence à la classe de travailleurs. Un code spécial a été créé pour la troisième catégorie, « Fonction publique et municipale », pour inclure les grades militaires.
 
Seconde partie du code
 
Classe de travailleurs
0
À son compte ou propriétaire du commerce
1
Gérants, assistant-gérants, experts, etc.
2
Superintendants, assistant superintendants, superviseurs, etc.
3
Contremaîtres, patrons, chefs d'équipes, intendants, trésoriers, etc.
4
Agents, courtiers, agents de commission, etc.
5
Inspecteurs, évaluateurs, ingénieurs, etc.
6
Employés, travailleurs, opérateurs, travailleurs spécialisés, etc.
7
Clercs, compagnons, teneurs de livres, contrôleurs, etc.
8
Apprentis, aides, débutants, assistants, etc.
9
Journaliers, travailleurs non spécialisés, messagers, routiers, etc.
 
 La troisième partie du code fait référence au métier exercé.
 
Troisième partie du code
 
Fonction publique et municipale
0
(not used)
1
Amiraux, généraux, arpenteurs, etc.
2
Capitaines, colonels, maîtres de poste, professeurs, députés, évaluateurs, shérifs, libraires, assistants, commis en chef, superviseurs, etc.
3
Lieutenants, inspecteurs de police, commissaires, collecteurs, trésoriers, auditeurs, marshals, etc.
4
Sergents, caporaux, musiciens militaires, quartiers-maîtres, etc.
5
Inspecteurs, calibreurs, mesureurs, gardiens, évaluateurs, gardiens de quart, livreurs, etc.
6
Employés, opérateurs, soldats, marins, policiers, porteurs de lettres, etc.
7
Teneurs de livres, clercs, sténographes, secrétaires, sténographes de cour, etc.
8
Aides, assistants, serviteurs, etc.
9
Journaliers, messagers, surveillants, etc.
Colonne 19. Patron.
 
Personne qui employait d'autres aides que des domestiques pour sa propre industrie.
 
Colonne 20. Employé
  • Personne qui travaillait pour un salaire ou des gages. Il pouvait s'agir d'un gérant général de banque, d'un surintendant, d'un agent d'assurance, d'un contremaître de chemin de fer ou d'un journalier.
  • Il fallait inscrire la lettre « S » (pour « salarié »).
Colonne 21. Travaillant à son compte (voir instructions)
  • Personne qui avait un emploi rémunéré, mais qui n'était ni un patron, ni un employé.
  • L'inscription « P.C. » (pour « propre compte ») devait alors apparaître dans cette colonne.  

Employés

Colonne 22. Mentionner où la personne est employée, par exemple « ferme », « fabrique de laine », « fonderie », « pharmacie », etc.
 
Lieu où la personne exerçait son emploi.
 
Colonne 23. Nombre de semaines données en 1910 à l'emploi principal ou au métier
 
Nombre de semaines que la personne avait consacrées à son emploi principal.
 
Colonne 24. Nombre de semaines données en 1910 à d'autres travaux qu'à l'emploi principal ou au métier
 
On ne devait remplir cette colonne que s'il y avait une inscription sous « Emploi supplémentaire en dehors de l'emploi principal ou du métier, s'il y en a ».
 
Colonne 25. Heures de travail par semaine à l'emploi principal
 
Nombre d'heures que la personne consacrait à chacun de ses emplois au cours d'une semaine de travail normale.
 
Colonne 26. Heures de travail à d'autres emplois
 
Nombre d'heures que la personne consacrait à chacun de ses emplois au cours d'une semaine de travail normale.
 
Colonne 27. Gain total en 1910 provenant de l'emploi principal ou du métier
 
Revenu total procuré par l'« emploi principal ou métier »
 
Colonne 28. Gain total en 1910 provenant des emplois supplémentaires (en dehors de l'emploi principal ou du métier)
 
S'il y en a revenus gagnés dans le cadre d'emplois autres que l'emploi principal.
 
Colonne 29. Taux du gain par heure lorsque employé à l'heure – en centins
 
On croyait que les personnes qui travaillaient dans l'entretien mécanique ou les métiers de la construction recevaient des salaires fixés d'après un tarif de rétribution par heure. Il devait y avoir une entrée dans cette colonne pour les personnes qui étaient payées ainsi.
 
 

Assurance en vigueur à date

Colonne 30. Sur la vie – en dollars
 
La valeur de la police en vigueur en date du 1er juin 1911 pour toute personne qui détenait une assurance-vie.
 
Colonne 31. Sur les accidents ou la maladie – en dollars
 
La valeur de la police en vigueur en date du 1er juin 1911 pour toute personne qui détenait une assurance contre les accidents ou les maladies.
 
Colonne 32. Coût de l'assurance dans l'année du recensement – en dollars
 
Montant total déboursé pour des assurances entre le 1er  juin 1910 et le 1er  juin 1911.
 

Instruction et langues de chaque personne de cinq ans et plus

Colonne 33. Nombre de mois à l'école en 1910
 
Pour les personnes d'âge scolaire, entre cinq et vingt et un ans.
 
Colonne 34. Sait lire
 
« Oui » ou « non ».
 
Colonne 35. Sait écrire
 
« Oui » ou « non ».
 
Colonne 36. Langue communément parlée
  • « F » pour français seulement et  « A » pour anglais seulement.
  • Si la personne parlait ces deux langues, on devait écrire « F » et « A ».
  • Si ni le français, ni l’anglais n’avaient été appris, alors seulement le nom au complet de la langue devait être inscrit.
Colonne 37. Coût de l'instruction en 1910 pour les personnes âgées de plus de 16 ans au collège, au couvent ou à l'université
 
Pour l'année civile 1910 et pour toutes les personnes de plus de 16 ans qui fréquentaient une école secondaire, une école supérieure, un collège, un séminaire, une université ou tout autre établissement.
 

Infirmités (Spécifiez l'âge auquel l'infirmité s'est produite)

Il fallait que la personne d'une incapacité causée par cette infirmité pour qu'on l'inscrive. Si l'infirmité était apparue à l'enfance, on devait inscrire la mention « enfance » suivie de l'âge où cette infirmité était apparue.
 
Colonne 38. Aveugle
 
Colonne 39. Sourd et muet
 
Colonne 40. Aliéné ou lunatique
 
Colonne 41. Idiot ou innocent
 

Abréviations courantes

Genre
  • M (Masculin)
  • F (Féminin)
État civil
  • C (Célibataire)
  • M (Marié / Mariée)
  • V (Veuf / Veuve)
  • D (Divorcé / Divorcée)
  • L.S. (Séparé / Séparée légalement)
Provinces et Territoires
  • Alb. (Alberta)
  • C.-B (Colombie-Britannique)
  • Î.P-É (Île-du-Prince-Édouard)
  • Man. (Manitoba)
  • N.-B. (Nouveau-Brunswick)
  • N.-É. (Nouvelle-Écosse)
  • O. (Ontario)
  • Q. (Québec)
  • Sask. (Saskatchewan)
  • T.N-O. (Territoires du Nord-ouest)
  • Yuk. (Yukon)
Mois
  • Jan. (Janvier)
  • Fév. (Février)
  • Mar. (Mars)
  • Avr. (Avril)
  • Aug. (Août)
  • Sept. (Septembre)
  • Oct. (Octobre)
  • Nov. (Novembre)
  • Déc. (Décembre)
Religion
  • B.C. (Bible Church)
  • C. (of) E. (Church of England)
  • C. (of) S. (Church of Scotland)
  • E.M.C. (Episcopal Methodist Church)
  • F.C. (Free Church (Presbyterian))
  • M.E.C. (Methodist Episcopal Church)
  • P.C.L.P. (Presbyterian-Canada and Lower Provinces)
  • P.F.C. (Presbyterian Free Church)
  • R.P. (Reformed Presbyterian)
  • U.P. (United Presbyterian)
  • W.M. (Wesleyan Methodist)
Autres
  • Lorsqu’un compte était de 1, on le représentait par une ligne verticale (|) ou encore par le symbole « 1 ».
  • Lorsqu'un compte était de zéro, on le représentait par un trait horizontal (ou tiret) ou l’espace était laissé en blanc.
  • Il n'était pas permis d'utiliser les guillemets de répétition ("), sauf si cela était spécifiquement exigé dans les directives.

Ressources complémentaires