Recherche – Thèses Canada

Numéro d'OCLC
1006790191
Lien(s) vers le texte intégral
Exemplaire de BAC
Exemplaire de BAC
Auteur
Décarie, Isabelle,1969-
Titre
Thanatographies :écriture de soi et anticipation de la mort chez Hervé Guibert, Marguerite Duras et Marcel Proust.
Diplôme
Thèse (Ph. D.)--Université de Montréal, 2000.
Éditeur
Ottawa :National Library of Canada = Bibliothèque nationale du Canada,[2001]
Description
4 microfiches.
Notes
Comprend des réf. bibliogr.
Résumé
Selon la conception courante, le récit de la mort de soi participe d'un temps qui ne peut s'actualiser du vivant du sujet qui s'écrit. Pourtant, certains écrivains, dont les récits s'inscrivent dans une pratique autographique, mettent bien en ♭uvre une tentative de se raconter aux abords de la mort. Nous nous proposons d'analyser, dans cette thèse, les stratégies littéraires qui président à l'élaboration de cette écriture de soi face "au travail de la mort" (J.-B. Pontalis). Sachant que le temps se donne à lire à la fois dans les thèmes, les structures et les affects des récits, nous expliquons, dans l'introduction, pourquoi une analyse monologique (uniquement thématique, structurelle, ou psychanalytique) prêterait le flanc à la critique et oblitèrerait certains aspects cruciaux du temps dans les récits. Cette recherche s'intéresse au premier chef au détournement des données temporelles comme lieu d'inscription de la disparition de soi, mais elle propose aussi une réflexion sur le statut générique des ♭uvres retenues. Le genre des ♭uvres analysées--lesquelles occupent une place flottante entre l'autobiographie et la fiction--est chaque fois examiné afin de montrer en quoi il participe au remaniement de la temporalité. Nous avons conçu cette thèse en trois parties, chacune respectivement consacrée aux récits de Hervé Guibert ('À l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie, Le Protocole compassionnel, L'Homme au chapeau rouge, Le Paradis'), à ceux de Marguerite Duras ('La Maladie de la mort, L'Amant, La Douleur, C'est tout') et 'À la recherche du temps perdu' de Marcel Proust. Ce découpage témoigne d'une métaphorisation croissante de la question de l'anticipation de la mort de soi. Ouvertement thématisée dans les récits de Guibert, l'approche de la mort est analysée plus particulièrement selon le rapport que le narrateur entretient avec le dévoilement de son corps, rapport déterminé par les changements intempestifs dus aux effets du sida. La préfiguration de la fin trouve une forme plus textualisée, moins "thématique" dans les ♭uvres de Duras. Nous montrons que l'anticipation de la mort de soi trouve à s'énoncer chez Duras par le biais de la mise à mort d'un autre protagoniste chaque fois différent et que la qualité temporelle des récits (mode du conditionnel, temporalité à la fois mobile et immobile, temps morts) est intimement liée à cette rature de l'autre. Dans le cas de 'À la recherche du temps perdu', nous lisons la tension vers la mort en insistant cette fois sur le style de Proust et tout particulièrement sur le travail de la métaphore (motivée par la métonymie) qui structure la temporalité de l'♭uvre entière. Au terme de ces analyses, nous convoquons trois scènes d'écriture dans lesquelles se dévoile, pour chacun des écrivains choisis, une interdiction fondamentale d'écrire. Nous rapprochons le verdict insoutenable de la mort, qui nous a retenue tout au long de cette thèse, à cette autre sentence, celle-là plus archaïque, où l'interdit de la littérature est d'emblée conçu comme une expérience limite. (Abstract shortened by UMI.)
ISBN
061252101X
9780612521018
Date de modification :