Discours de Daniel J. Caron à l'occasion de l'ouverture officielle du Centre de préservation de pellicule de nitrate de Bibliothèque et Archives Canada

Bonjour à tous. J'aimerais vous remercier de vous joindre à nous aujourd'hui pour célébrer l'ouverture officielle du Centre de préservation de pellicule de nitrate — une célébration qui tombe à point puisqu'elle coïncide avec le solstice d'été, une journée qui, selon la croyance populaire, est porteuse de chance.
 
Je tiens à souligner plus particulièrement les contributions majeures de plusieurs de nos partenaires du gouvernement du Canada, dont notre hôte, le Centre de recherches sur les communications d'Industrie Canada, et Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, ainsi que celles de nos partenaires du secteur privé, la firme d'architectes Schoeler & Heaton et l'entrepreneur général responsable de la construction du Centre, le Groupe Laurin.
 
Un projet de cette envergure requiert une somme considérable d'efforts soutenus et de concertation, et c'est grâce à la qualité de votre collaboration que nous avons pu le mener à bon terme.
 
Enfin, j'aimerais saluer le travail remarquable de l'équipe de Bibliothèque et Archives Canada chargée du projet, dirigée par M. Pierre Gamache sous la supervision de M. Doug Rimmer, sous ministre adjoint responsable du Secteur de la gestion des ressources documentaires.
 
La semaine dernière a été une période particulièrement riche en émotions pour l'équipe, puisqu'elle a reçu deux prix prestigieux : le Prix W. Kaye Lamb pour réalisation spéciale décerné par Bibliothèque et Archives Canada, et le Prix d'excellence de la fonction publique 2011, très convoité, dans la catégorie « Innovation ».
 
Encore une fois, toutes mes félicitations pour ce travail de haut niveau.
 
L'équipe du projet a fait preuve d'un grand leadership pour collaborer efficacement avec plusieurs autres ministères et le secteur privé, afin de s'assurer que toutes les organisations possédant des collections de documents sur pelliculede nitrate puissent profiter de l'expertise du nouveau Centre.
 
De plus, en coopération avec Industrie Canada, l'équipe a obtenu un terrain appartenant à la Couronne, ce qui s'est traduit par des économies substantielles sur les investissements immobiliers et la gestion des locaux.
 
Il importe de souligner que l'échéancier des travaux et le budget ont été respectés, ce qui représente des économies à longterme dont bénéficiera la population canadienne.
 
Comme nous le savons, une grande partie de la collection patrimoniale de films du Canada est sur nitrate de cellulose, un matériau qui peut s'enflammer dans certaines conditions.
 
Ces négatifs de photos et de films documentent certains des moments les plus marquants de l'histoire du Canada, jusque dans les années 1950, période où le support en nitrate est devenu désuet.
 
Ces documents étaient menacés parce qu'ils étaient entreposés dans des locaux qui n'offraient pas l'environnement stable, frais et sec nécessaire à leur préservation.
 
Les films nitrate sont composés surtout de courts métrages de nature documentaire et pédagogique, et d'actualités filmées. On y retrouve également des films de fiction et des courts métrages de divertissement.
 
Parmi les œuvres clés, on note l'un des plus anciens longs métrages canadiens, filmé en 1919 et intitulé Back to God's Country; un rare court métrage musical, Melody Ranch, produit au Canada en 1935; et le documentaire de l'Office national du film Churchill's Island, datant de 1941 et gagnant d'un Oscar.
 
On trouve aussi des négatifs de photos provenant des collections de Yousuf Karsh.
Pour concevoir un environnement sûr et durable pour ces films, nous avons dû relever de nombreux défis.
 
L'édifice hautement spécialisé, unique en son genre en Amérique du Nord, intègre un large éventail d'innovations techniques, comme de petites chambres fortes individuelles et des systèmes de surveillance sophistiqués.
 
De plus, il répond à des normes rigoureuses en matière de prévention et de protection contre les incendies, ainsi que sur le plan environnemental.
 
On y trouve un toit vert, des murs isolés de façon optimale pour maximiser le rendement énergétique, des systèmes mécaniques à haute performance avec récupération d'énergie, et une technologie permettant de réduire la consommation d'eau.
 
La réalisation de ce projet démontre clairement que pendant que Bibliothèque et Archives Canada se modernise pour tenir compte de l'ère numérique, nous continuons à recueillir et à préserver le patrimoine documentaire des Canadiens, peu importe le format, et à en assurer l'accès.
 
Le nouvel édifice assurera la préservation de la collection de films nitrate, une partie importante du patrimoine documentaire analogique du Canada.
 
Je vous remercie.
 
Date de modification :