Sir William Mulock (19 janvier 1844 - 1er octobre 1944)

Le très honorable William Mulock a participé activement aux négociations qui ont mené à l'entrée de l'Alberta et de la Saskatchewan dans la Confédération, en 1905.

Il siège à la Chambre des communes de 1882 à 1905. Il est ministre des Postes de 1896 à 1905 dans le gouvernement libéral de sir Wilfrid Laurier. Il est responsable de la création du ministère du Travail, déposant lui-même le texte de loi en 1900. C'est lui qui en occupe le premier le poste de ministre, de 1900 à 1905. Durant ce mandat, il réussit à obtenir, avec l'aide du jeune économiste William Lyon Mackenzie King, l'abolition de la pratique qui permet aux ministères fédéraux de faire affaire avec des entreprises dont les employées et employés travaillent dans de très mauvaises conditions. Il est également responsable de la création de la Gazette du travail, dont W. L. Mackenzie King occupe le poste de rédacteur en chef. En fait, W. Mulock est l'homme qui a convaincu W. L. Mackenzie King de devenir fonctionnaire fédéral, alors que celui-ci était davantage attiré par l'enseignement.

Même si la carrière politique de W. Mulock prend fin en 1905, il reste très actif. Déjà, de 1881 à 1900, il est vice-recteur de l'Université de Toronto, et il en sera le recteur de 1924 à 1944. Avocat de formation, W. Mulock est nommé chef de la Division du Trésor de la Cour suprême de l'Ontario et, de 1923 à 1936, il siège comme juge en chef de la Cour suprême de l'Ontario.

Sources

  • Babe, Robert E. « Sir William Mulock ». The 1999 Canadian encyclopedia : world edition [CD-ROM]. Version 5. [S.l.] : McClelland & Stewart, 1998

    Loudon, William James. Sir William Mulock : A short biography. Toronto : Macmillan, 1932. 384 p.

  • « William Mulock ». The Canadian who's who. Vol. II. 1936-1937. Toronto : s.n., s.d. P. 811-812

Date de modification :