Sir Oliver Mowat (22 juillet 1820 - 19 avril 1903)

Bien qu'Oliver Mowat participe à la Conférence de Québec, c'est plutôt à titre de premier ministre de l'Ontario qu'il aide à définir les relations qu'entretiennent les provinces avec l'autorité fédérale. Il a été un grand défenseur des droits provinciaux et, ce faisant, il a livré plus d'une bataille au premier ministre canadien John A. Macdonald.

Ironiquement, Oliver Mowat étudie le droit auprès de John A. Macdonald. En raison de ses connaissances et de ses fréquentations, il aurait dû être membre du Parti conservateur. Mais sa méfiance vis-à-vis de George-Étienne Cartier et, surtout, à l'égard de John A. Macdonald le fait pencher vers le parti de la réforme. Tout au long de sa carrière politique, il sera partisan du principe de la rep. by pop.

Oliver Mowat siège à l'Assemblée législative de 1858 à 1864 en tant que réformiste. On dit de lui qu'il est le bras droit de George Brown à l'Assemblée. Il est secrétaire de la province dans le cabinet Brown-Dorion de 1858 (qui ne dure que deux jours) et maître général des Postes dans le cabinet Sandfield Macdonald-Dorion de 1863 à 1864 ainsi que dans la Grande Coalition de 1864. En 1864, Oliver Mowat signe le rapport de George Brown sur les changements à apporter au régime politique canadien.

Toujours en 1864, Oliver Mowat est nommé vice-chancelier de l'Ontario, poste qu'il occupe jusqu'en 1872, lorsqu'il devient premier ministre de la province. Il sera premier ministre de l'Ontario jusqu'en 1896, année où il est nommé au Sénat. Il occupe le poste de ministre de la Justice à Ottawa pendant un an, et, en 1897, il est nommé lieutenant-gouverneur de l'Ontario.

Sources

  • Romney, Paul. « Mowat, Sir Oliver ». Dictionnaire biographique du Canada. Vol. XIII. Québec : PUL, 1994. P. 787-807

  • Swainson, Donald. « Mowat, Sir Oliver ». The 1999 Canadian encyclopedia : world edition. Toronto : McClelland and Stewart, 1998

Date de modification :