Joseph-Charles Taché (24 décembre 1820 - 16 avril 1894)

Joseph-Charles Taché s'est consacré au développement de la culture canadienne-française tant comme politicien que comme fonctionnaire et homme de lettres. Ses articles sur l'union des colonies britanniques d'Amérique du Nord rejoignent de nombreux lecteurs, et il aura sans doute informé ses lecteurs des 72 résolutions ébauchées à la Conférence de Québec tenue en 1864.

Né à Kamouraska, au Bas-Canada, Joseph-Charles Taché est le neveu de sir Étienne-Paschal Taché, un des Pères de la Confédération. À l'instar de son oncle, il étudie la médecine et travaille comme médecin à Rimouski durant douze ans. Il se marie avec Françoise Lepage en 1847, et de leur union naîtront six enfants. En 1848, il devient le représentant local de l'Assemblée législative canadienne en tant que partisan de Sir Louis-Hippolyte La Fontaine. Le succès politique de Taché se poursuit aux élections générales de 1851 et de 1854, mais ses électeurs appréciant de moins en moins ses opinions conservatrices, il démissionne en 1856.

Durant le temps qu'il fait de la politique, Taché travaille à l'amélioration de l'état des routes et des voies navigables de la province. Il agit à titre de représentant du Canada à l'Exposition universelle de 1855 (à Paris), et Napoléon III le fait chevalier de la Légion d'honneur. Mais c'est à sa plume, qu'il utilise pour railler ses adversaires, tel Jean-Baptiste-Éric Dorion, qu'il doit sa popularité.

En 1857, il lance Le courrier du Canada, dans lequel il explique son point de vue sur de nombreux sujets culturels et politiques d'importance aux yeux des Canadiens français, telle l'union proposée de l'Amérique du Nord britannique. Taché privilégie l'union fédérale à une annexion américaine, même s'il en souligne les dangers pour la culture française du Canada. En 1857, il publie un ensemble d'articles, considérés comme faisant partie des plus minutieux et des plus perspicaces qui aient été écrits sur la question de l'union pendant les années précédant les conférences de Charlottetown, de Québec et de Londres.

Taché a marqué tant le développement politique canadien que celui de la culture; il a pris part en 1842 à la fondation de la Société Saint-Jean-Baptiste du Québec. Il participe à l'épanouissement d'une littérature nationale en tant qu'auteur de nombreux ouvrages et collaborateur aux Soirées canadiennes : Recueil de littérature nationale. Ce périodique québécois, paru en 1861, publie des textes de fiction, de la poésie et des contes traditionnels en vue de consolider et de promouvoir une littérature canadienne exceptionnelle.

En nommant Taché au poste de sous-ministre de l'Agriculture et de la Statistique, ministère que dirige alors un autre défenseur des intérêts culturels nationaux, Thomas D'Arcy McGee, on a rendu hommage à son importante contribution à la vie publique canadienne. La carrière de fonctionnaire de Taché s'est étendue sur près de vingt-cinq ans.

Source

  • Nadeau, Jean-Guy. « Taché, Joseph-Charles ». Dictionnaire biographique du Canada en ligne.

Date de modification :