John Black (11 mars 1817 - 3 février 1879)

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

​Lors des événements de 1869-1870, qui mènent à la création de la province du Manitoba, le juge John Black est appelé à jouer un rôle de premier ordre.

John Black arrive dans la colonie de la rivière Rouge en 1839 en tant que greffier préposé à la Cour générale des sessions trimestrielles d'Assiniboia. Il est également adjoint du rédacteur de comptes rendus de la Terre de Rupert et travaille dans les bureaux de la Compagnie de la Baie d'Hudson. En 1845, il épouse la fille du gouverneur du district d'Assiniboia et, trois ans plus tard, il est nommé chef de poste par la Compagnie de la Baie d'Hudson. De 1850 à 1852, il est chef comptable du district d'Upper Red River.

Après un bref séjour en Écosse, et probablement à la suite du décès de son épouse, en 1854, John Black quitte la colonie pour aller travailler comme fonctionnaire en Australie. Il y reste jusqu'en 1861. À cette date, il est nommé président de la Cour générale des sessions trimestrielles d'Assiniboia, poste qu'il occupe pendant huit ans.

En 1869-1870, John Black est gouverneur suppléant et, à ce titre, il entend faire comparaître Louis Riel devant le Conseil d'Assiniboia. Ce dernier est appelé à expliquer son refus de laisser entrer le lieutenant-gouverneur McDougall dans la colonie de la rivière Rouge.

John Black est également secrétaire, puis président, des assemblées publiques d'où émergeront les diverses « listes des droits ». Il considère que la nomination d'un conseil chargé de superviser la transition du statut de colonie au statut de province est la marche à suivre. Il ne sera jamais réellement convaincu de la nécessité de la résistance, de la convention et des « listes des droits ». Ce qui motive sa participation, c'est le règlement, de façon pacifique, de la question manitobaine.

Lorsque le gouvernement provisoire le nomme, avec le père Ritchot et Alfred H. Scott, pour aller défendre les intérêts de la colonie à Ottawa, Mgr Taché doit le convaincre d'être le porte-parole de la population anglophone de la colonie.

Sources

  • Manitoba : The birth of a province, sous la direction de W. L. Morton [Winnipeg] : Manitoba Record Society, 1984, P. xix

  • Dorge, Lionel, « John Black », Dictionnaire biographique du Canada., vol. X, [Québec] : Presses de l'Université Laval, 1983, P. 74-75

  • Knox, Olive, John Black of Old Kildonan., Toronto : Ryerson Press, 1958, 198 p.

  • Prud'homme, Louis-Arthur, Monseigneur Noël-Joseph Ritchot., Winnipeg : Canadian Publishers, 1928, 239 p.

Date de modification :