Jean-Charles Chapais (2 décembre 1811 - 17 juillet 1885)

Sans être un des députés les plus en vue de la Chambre des communes, Jean-Charles Chapais participe à l'élaboration de lois à caractère agricole : abolition du régime seigneurial, agriculture, colonisation. Il participe à la Conférence de Québec en tant que commissaire des travaux publics.

En 1833, J.-C. Chapais s'installe à Saint-Denis, près de Kamouraska. C'est là qu'il se fait connaître d'abord en tant qu'agriculteur, puis comme négociant et marchand. En fait, de 1833 à 1850, J.-C.Chapais est responsable de l'ensemble des mesures qui font de Saint-Denis une des municipalités les mieux organisées de la province.

Il accepte, avec quelques réticences, de se présenter aux élections de 1851. Il représente la circonscription de Kamouraska jusqu'à la Confédération, en 1867, puis celle de Champlain (Québec) jusqu'en 1873. Politiquement, J.-C. Chapais est de tendance conservatrice. Ainsi, il appuie Augustin-Norbert Morin, Étienne-Paschal Taché et George-Étienne Cartier.

Nommé ministre de l'Agriculture dans le premier Cabinet de John A. Macdonald, il y reste jusqu'en 1869, année où il est nommé receveur général. En 1873, il est poussé hors du Cabinet par un Macdonald qui tente de redorer le blason de son parti.

J.-C. Chapais est nommé au Sénat en 1867. Il y siégera jusqu'à son décès en 1885.

Sources

  • Désilet, Andrée. « Chapais, Jean-Charles ». Dictionnaire biographique du Canada. Vol. XI. [Québec] : Presses de l'Université Laval, 1983. P. 193-194

Date de modification :