James Morrow Walsh (22 mai 1840 - 25 juillet 1905)

Photo : James Morrow Walsh

James Morrow Walsh
© Domaine public
Source : GRC

James Morrow Walsh sera commissaire du district du Yukon, en 1897. Il sera également le négociateur principal entre Sitting Bull et l'armée des États-Unis, dans les années 1870, pendant l'exil de Sitting Bull au Canada.

James Morrow Walsh naît à Prescott, dans le Haut-Canada. Il est le fils de Lewis Walsh et de Margaret Morrow. On en sait très peu sur les premières années de sa vie. Après un passage peu reluisant à l'école, il fera diverses choses; il sera machiniste, employé de chemin de fer, commis de magasin, courtier en Bourse et directeur d'hôtel. Il est attiré par la milice, et prendra part aux combats pendant les raids des fenians. Bien qu'on lui offre une mission convoitée au sein de l'expédition de la rivière Rouge, il se désiste à la dernière minute, peut-être à cause de son mariage avec Mary Mowat le 19 avril 1870.

Grâce à ses relations avec le Parti conservateur fédéral, J. M. Walsh est nommé officier dans la nouvelle Police à cheval du Nord-Ouest en mai 1873. Après avoir aidé à recruter d'autres agents, il accompagne ces derniers à Winnipeg. Il impressionne ses supérieurs à tel point qu'on le nomme adjudant par intérim et maître d'équitation, puis il est promu inspecteur en 1874.

Reconnu comme un bon commandant, J. M. Walsh est dépêché dans les collines Cypress, en 1875, pour y établir un poste. Ce dernier, qui sera nommé Fort Walsh par la suite, devient le poste le plus important de la Police à cheval du Nord-Ouest au cour des années suivantes. Cela est dû en grande partie au fait que le chef sioux, Sitting Bull, se réfugie dans la région, en 1876, après la bataille de Little Big Horn. C'est à J. M. Walsh qu'incombe la responsabilité de gérer la situation. Il est sympathique à la cause de Sitting Bull et aime bien son rôle de médiateur. Toutefois, lorsqu'il échoue dans sa tâche de convaincre rapidement les Sioux de partir, il est transféré à Fort Qu'Appelle, en 1880. On le force ensuite à aller en permission à Brockville, et il n'a pas le droit de revenir avant 1881. À ce moment, Sitting Bull a quitté le pays. Il démissionnera deux ans plus tard, en 1883, à cause de cette affaire.

J. M. Walsh déménage alors à Winnipeg et démarre une entreprise d'exploitation de charbon, qu'il laisse pour devenir directeur de la Dominion Coal, Coke, and Transportation Company. Il noue également des liens d'amitié étroits avec Clifford Sifton, qui deviendra ministre de l'Intérieur dans le gouvernement Laurier. En raison de cette relation, il sera nommé commissaire du district du Yukon, en 1897, et réintégré dans ses fonctions de surintendant de la Police à cheval du Nord-Ouest. On lui confie le commandement de la Police à cheval du Nord-Ouest au Yukon en octobre de la même année. Il relève directement de Clifford Sifton, à Ottawa. Sa situation de même que l'autorité qu'il a sur les forces policières de la région suscitent de la rancœur chez les autres agents. Il démissionne en 1898, avant que les choses dégénèrent, en alléguant des difficultés d'ordre politique et administratif. Il rentre à Brockville où il meurt, à 65 ans.

Sources

  • Holmgren, Eric J. « Walsh, James Morrow ». The Canadian encyclopedia : year 2000 edition. Sous la direction de James H. Marsh. 3e édition sur papier. Toronto : McClelland & Stewart, 1999. P. 2473.

  • Macleod, Roderick C. « Walsh, James Morrow ». Dictionary of Canadian biography. Sous la direction de Ramsay Cook. Toronto : University of Toronto Press, 1994. Vol. 13, p. 1071-1072.

  • « Walsh, James Morrow ». Macmillan dictionary of Canadian biography. Sous la direction de W. Stewart Wallace. 4e édition. Toronto : Macmillan of Canada, 1978. P. 871.

Date de modification :