Mary Riter Hamilton : Traces de guerre

Veuillez noter que nous apportons des modifications majeures à notre site Web et à sa technologie de soutien pour améliorer votre expérience. Par conséquent, certaines pages Web n'affichent pas correctement les images. C'est le cas notamment pour les collections de photographies des pensionnats, des jeux panaméricains, d'#EnCeJour, des premiers Canadiens d'origine chinoise, de l'œuvre de Mary Riter Hamilton, de la bataille de Passchendaele et des Jeux du Canada de 1967-1977. Pendant que nous travaillons à améliorer la présence de BAC sur le Web, notez que toutes les images sont accessibles par l'entremise de l'outil Recherche dans la collection, qui permet de faire des recherches en utilisant des mots-clés, des titres de photographie ou des numéros de copie électronique. Nous regrettons tout inconvénient que cette situation pourrait occasionner à nos utilisateurs.

               

Mary Riter Hamilton et Richard Wallace devant une église bombardée,
 France, v. 1919-1922.
 Courtoisie de Ron Riter.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les célébrations de la victoire prennent fin alors que les Canadiens pleurent encore leurs pertes. Une artiste canadienne, Mary Riter Hamilton, passe les quelques années suivantes en Europe où elle se rend sur les champs de bataille dévastés pour le compte d’un magazine de vétérans; elle y réalise 300 tableaux inoubliables des effets destructeurs de la guerre.

Biographie

Née à Teeswater en Ontario et élevée à Clearwater au Manitoba, Mary Riter Hamilton (1873-1954) a étudié l’art en Europe, où elle a fait passablement parler d’elle en tant que peintre. Elle retourne par la suite au Canada.

Pendant la Première Guerre mondiale, elle tente en vain d’obtenir une commission pour aller en Europe en tant qu’artiste de guerre. C’est finalement en 1919, six mois après la fin de la Première Guerre mondiale, que Mary Riter Hamilton entreprend une « mission spéciale » pour les Amputés de guerre du Canada. Elle doit peindre les champs de bataille de France et de Belgique pour The Gold Stripe, un magazine publié à l’intention des anciens combattants. Elle séjourne plusieurs années en Europe et produit, entre 1919 et 1922, plus de trois cents tableaux des champs de bataille.

Mary Riter Hamilton a subi de rudes épreuves : abris improvisés, mauvaise alimentation, intempéries. Étant donné son profond désir de documenter les horreurs de la guerre pour ses compatriotes, elle s’est épuisée physiquement et émotivement. Après cette expérience, elle a été incapable de peindre avec la même intensité.

Mary Riter Hamilton a refusé de vendre ses tableaux des champs de bataille et a choisi plutôt d’en faire don aux Archives nationales. Elle voulait qu’ils demeurent entre les mains du peuple canadien, afin que les anciens combattants et leurs descendances puissent les voir. 

Galeries Thématiques

Chronologie et Bibliographie

Date de modification :