John McCrae

John "Jack" McCrae and his dog, Bonneau
 

John McCrae (1872-1918) est né à Guelph, en Ontario, le 30 novembre 1872. Il reçoit une bourse en biologie de l’Université de Toronto, où, à l’instar de son frère quelques années plus tôt, il étudie la médecine. Il obtient son diplôme en 1898 et passe l’année suivante en stage sous la direction de William Osler, à l’hôpital Johns Hopkins de Baltimore, au Maryland. En 1899, il accepte une bourse d’études en pathologie de l’Université McGill, à Montréal, afin de travailler avec le professeur John George Adami. Il interrompt son travail à l’hôpital Royal Victoria, qu’il a entrepris après ses études, pour participer à la guerre des Boers. En effet, en décembre 1899, McCrae met ses études en veilleuse pour se joindre au 2e contingent de soldats canadiens qui se portent volontaires pour participer à la guerre en Afrique du Sud, en tant que lieutenant de la 1re Brigade d’artillerie. Il sert en Afrique du Sud pendant l’année 1900 et revient au Canada en janvier 1901.

Service Record
 

 

Il reprend alors son travail de médecin, d’abord en tant que pathologiste résident à l’Hôpital général de Montréal, puis en tant que médecin dans les hôpitaux Royal Victoria et Alexandria. Il enseigne à McGill et, en 1912, il rédige le livre A text-book of pathology for students of medicineen collaboration avec le professeur Adami. McCrae est en vacances à Londres, en Angleterre, lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale. Il retourne au Canada et s’enrôle au sein du Corps expéditionnaire canadien le 22 septembre 1914. Il devient major et médecin-chef de la 1re Brigade de l’artillerie de campagne canadienne. Il quitte le Canada en octobre et accompagne la 1re Division canadienne en Flandres (Belgique), en avril 1915. À la fin du mois de mai, McCrae est nommé médecin-chef de l’Hôpital général canadien no 3, dont la construction est prévue à Boulogne, en France. Il arrive à son poste en août à titre de lieutenant-colonel; il soignera les blessés pendant deux ans et demi. En janvier 1918, il est nommé médecin-conseil de la 1re Armée britannique, mais une bronchite l’empêche d’assumer ses fonctions.

Les exigences de la guerre l’ont fragilisé et épuisé, et son état de santé s’aggrave. Il contracte une pneumonie, puis une méningite, et il s’éteint le 28 janvier 1918. Il est enterré à Wimereux, en France. En plus d’être un médecin remarquable, il est aussi poète. Parmi ses nombreux poèmes, 30 ont été publiés. Le plus célèbre d’entre eux, Au champ d’honneur, fut rédigé pendant la deuxième bataille d’Ypres, au printemps 1915. Il a été publié dans le magazine londonien Punch en décembre 1915, puis dans un recueil de ses poèmes réalisé en 1919, après le décès de McCrae.

Attestation Paper 1
 

 

Dossier de service

 

Date de naissance : 30 novembre 1872 (Guelph, Ontario)

Date de l’attestation : 22 septembre 1914 (Valcartier, Québec)

Âge lors de l’enrôlement : 41 ans et 9 mois

Service militaire antérieur : artillerie canadienne, 1889-1904, et batterie « D » de l’Artillerie royale canadienne, 1900

Taille : 6 pieds

Poids : Non précisé

Description : Teint clair, yeux bleus, cheveux bruns. Cicatrice causée par une appendicectomie. Presbytérien.

Adresse de domicile : 211, rue Paisley, Guelph, Ontario.

Métier ou profession : Médecin

Marié : Non

Attestation Paper 2
 
Plus proches parents : Son père, David McCrae. Sa mère, Janet Eckford McCrae. Les deux vivent au 211, rue Paisley à Guelph, en Ontario.

Théâtres de guerre : Angleterre et France

Blessures et historique médical

  • 14 novembre 1916 – McCrae est admis à l’hôpital général no 14 à Boulogne, en France, pour soigner une grave bronchite.
  • 27 novembre 1916 – Il est transféré à la maison de convalescence Michelham no 8, au cap Martin. Seize jours plus tard, il obtient son congé et reprend le service.
  • 26 janvier 1918 – Il est gravement malade et retourne à l’hôpital général no 14  de Boulogne, cette fois à cause d’une pleuro-pneumonie.
  • 28 janvier 1918 – McCrae succombe à sa maladie, une méningite suppurée causée par une pneumonie lobaire aiguë.

Faits intéressants tirés du dossier de service

  • 23 janvier 1917 – Une commission d’officier envoyée par le secrétaire personnel du roi George confère le grade de major à McCrae.
  • 26 octobre 1951 – Une notice biographique sur feu John McCrae précise que ce dernier a reçu plusieurs médailles : l’Étoile de 1914‑1915, la Médaille de guerre britannique et la Médaille de la Victoire.
  • 19 septembre 1966 – Un article publié dans The Gazette montre une photo du sanctuaire dédié à McCrae, à côté de la maison où il est né, à Guelph, en Ontario.

London Gazette

  • Aucune mention.

Médailles, honneurs et récompenses militaires (1812-1969)

  • Aucune mention.

Données de recensement

Recensement de 1901

  • Census Record 1901
     
    Lors du recensement de 1901, John McCrae participe à la guerre en Afrique du Sud. Sa famille vit à Guelph, en Ontario. Son père David (56) et sa mère Janet (53) sont des agriculteurs d’origine écossaise de confession presbytérienne. Il a un frère, Thomas (29), et une sœur, Geills (22). La famille a embauché un ouvrier du nom de Frank Smith qui vit avec elle.
Date de modification :