Semaine de reconnaissance des traités : deux traités originaux exposés à Ottawa!

La première semaine de novembre marque la Semaine de reconnaissance des traités pour souligner l’importance des traités et de sensibiliser davantage le public aux relations découlant des traités entre les communautés autochtones et non-autochtones en Ontario.

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) détient une vaste collection de Traités, cessions et ententes  historiques au Canada. Au cours de la semaine de reconnaissance des traités, vous pourrez voir deux traités Williams différents à Ottawa (du même nom que la Commission Williams qui est chargée de négocier ces traités).

À la succursale centrale de la Bibliothèque publique d’Ottawa :

Le 7 novembre, de 10 h à 19 h, le traité Williams entre Sa Majesté le Roi et les Chippaouais des îles Christian et Georgina, et de Rama sera exposé à la Bibliothèque publique d’Ottawa (120, rue Metcalfe).

À l’Université d’Ottawa :

Le 8 novembre, de 11 h à 15 h, le traité Williams entre Sa Majesté le Roi et les Mississaugas d’Alderville et des lacs Rice, Mud et Scugog sera exposé au pavillon des Sciences sociales de l’Université d’Ottawa (120, rue Université).

Les traités Williams

Les traités Williams, tous deux signés en 1923, sont les derniers traités historiques de cession de terres conclus en Ontario. Ils visaient trois vastes parcelles dans le Centre-Sud de la province, totalisant 12 944 400 acres (soit plus de 20 000 kilomètres carrés).

Ces traités prévoyaient le versement d’une indemnité forfaitaire aux signataires autochtones – les Chippaouais du lac Simcoe et les Mississaugas de la rive nord du lac Ontario – en échange du territoire, déjà colonisé.

Les Premières Nations avaient déjà signé des traités avant la Confédération, mais c’était la première fois qu’elles semblaient céder leurs droits de chasse et de pêche, un point qu’elles contestèrent par la suite. La clause en question eut un effet dévastateur sur l’économie traditionnelle autochtone. Elle entraîna une remise en question de l’interprétation des traités, de leurs modalités, de leur mise en application et des processus de négociation.

Les Premières Nations signataires des traités Williams sont aujourd’hui constituées de la Première Nation d’Alderville, de la Première Nation de Beausoleil, des Chippaouais de Georgina Island, des Chippaouais de Rama, de la Première Nation de Curve Lake, de la Première Nation Hiawatha et des Mississaugas de l’île Scugog.

En 1992, elles ont intenté le litige d’Alderville. Porté devant les tribunaux en 2012, il a abouti en septembre 2018 à un accord de règlement entre le gouvernement du Canada, le gouvernement de l’Ontario et les parties requérantes.

Date de modification :