BAC réagit au rapport de la Société royale du Canada portant sur l’état et l’avenir des bibliothèques et des centres d’archives au Canada

À la suite de la publication, en novembre dernier, du rapport L’avenir au présent : Les bibliothèques, les centres d’archives, et la mémoire collective au Canada, sous l’égide de la Société royale du Canada, Bibliothèque et Archives Canada (BAC) s’était engagé à analyser le document et ses recommandations.

En plus de procéder lui-même à un examen approfondi du Rapport, BAC a sollicité l’opinion des participants du Forum des partenaires, un regroupement consultatif composé de douze des plus grandes institutions du patrimoine documentaire canadien.

C’est à la suite de ces démarches que BAC présente sa réaction aux recommandations formulées au chapitre 2, section A, du Rapport, lesquelles s’intéressent exclusivement à BAC.

  • Réponse de BAC

    RECOMMANDATION 1 : Bibliothèque et Archives Canada (BAC) devrait élaborer un plan stratégique quinquennal en collaboration avec les milieux intéressés.

    Les ministères fédéraux créent des plans triennaux afin d’établir une communication directe avec les Canadiens. Étant donné que notre plan triennal actuel arrive à échéance, nous appliquerons la recommandation du comité d’experts et nous consulterons nos clients et nos partenaires au moment de concevoir notre plan d’affaires 2016‑2019.

    RECOMMANDATION 2 : BAC devrait jouer un rôle actif au sein des associations de bibliothèques et d’archives du Canada et, à cette fin, il devrait établir un calendrier pour travailler régulièrement avec ces organisations.

    BAC est complètement d’accord avec cette recommandation.

    Depuis 2013‑2014, nous sommes en contact régulier avec les associations de bibliothèques et d’archives canadiennes. Nous avons assisté à plusieurs réunions de leurs conseils d’administration et nous y avons abordé les grands enjeux qui nous confrontent. Nous participons aussi aux discussions stratégiques qui animent ces communautés, comme les travaux du Groupe de travail sur le système archivistique canadien.

    En 2014, nous avons réinstauré un mécanisme nous permettant de maintenir le dialogue avec les milieux intéressés : le Forum des partenaires. Ce dernier s’est réuni en décembre dernier et, dorénavant, trois rencontres du Forum auront lieu chaque année. Le Forum permet aux associations de bibliothèques et d’archives et à d’autres partenaires de se livrer à des discussions en amont sur l’élaboration des priorités et des orientations de BAC, ainsi que d’explorer systématiquement des avenues de collaboration.

    Par ailleurs, des employés de BAC assistent régulièrement aux rencontres d’associations de bibliothécaires et d’archivistes à titre de conférenciers ou de participants. À titre d’exemple, nous collaborons étroitement avec l’Association canadienne des bibliothèques dans le cadre de la préparation de la conférence de l’Association, qui aura lieu à Ottawa en juin prochain.

    RECOMMANDATION 3 : BAC devrait s’intéresser au problème du moral de ses employés.

    En 2013, le gouvernement du Canada a lancé un processus de renouvellement gouvernemental fondé sur une volonté de doter notre pays d’une fonction publique de calibre mondial. Tous les fonctionnaires fédéraux ont été invités à prendre part à l’exercice et à se demander comment leur ministère ou leur unité de travail pouvait concrétiser cette volonté.

    BAC a formé un groupe de travail mené par des employés, lequel fut chargé de discuter de l’avenir de l’institution, de planifier de nouveaux projets et, surtout, de renouveler le sentiment de fierté des employés à l’égard de notre mandat. La direction et les employés ont discuté des façons d’améliorer l’efficacité de BAC et de bonifier la qualité du milieu de travail. Nous avons aussi créé des mécanismes pour que les cadres supérieurs sollicitent directement les commentaires des employés, ce qui a grandement amélioré les relations à tous les niveaux de l’institution.

    Bien que la situation se soit beaucoup améliorée récemment, nous croyons que la qualité du moral des employés est un sujet qui doit rester de façon permanente au cœur de nos préoccupations.

    RECOMMANDATION 4 : BAC devrait consacrer des efforts à l’harmonisation des cultures bibliothéconomique et archivistique.

    Nous sommes fiers d’avoir réussi à réunir la Bibliothèque nationale et les Archives nationales du Canada en une seule institution. Nous sommes persuadés que cette fusion améliore l’accès à nos collections et que les Canadiens reçoivent de meilleurs services grâce à l’expertise combinée de nos bibliothécaires et de nos archivistes.

    Bien sûr, la fusion de deux institutions d’envergure comme la Bibliothèque nationale et les Archives nationales a posé un certain nombre de défis du point de vue de l’administration, de la gestion, des processus et de la technologie, sans oublier les enjeux de culture organisationnelle.

    Toutefois, bien que les principes, les pratiques et les cultures professionnelles des bibliothécaires et des archivistes soient différents, ils sont aussi complémentaires. BAC continuera donc à tabler sur les points forts de ses deux cultures professionnelles et il respectera leur caractère distinct dans sa recherche d’une plus grande efficience.

    RECOMMANDATION 5 : BAC devrait réaffirmer le rôle du Canada au sein des communautés bibliothécaire et archivistique internationales.

    En faisant partie de réseaux internationaux de bibliothécaires et d’archivistes, BAC est mieux positionné pour s’appuyer sur les meilleures pratiques mondiales et remplir efficacement son mandat, tout en faisant valoir l’expertise canadienne à l’étranger. Dans la mesure de nos ressources, nous allons donc favoriser le rayonnement de BAC et optimiser la présence du Canada au sein des réseaux internationaux, dans le respect des politiques du gouvernement canadien.

    BAC est actif au sein de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques (IFLA) ainsi qu’au sein du Conseil international des archives, et il encourage ses employés à devenir membres des comités constitutifs de ces regroupements. Notre institution contribue également aux travaux des organes de la Francophonie et aux initiatives de l’UNESCO. De plus, un cadre de BAC préside actuellement le consortium international pour la préservation de l’Internet et nous participons de façon constante à l’élaboration de normes internationales.

    RECOMMANDATION 6 : BAC devrait maintenir un dialogue constant avec les décideurs du gouvernement du Canada afin d’être pleinement en mesure de remplir son mandat.

    En tant qu’organisme du portefeuille de Patrimoine canadien, BAC est en dialogue permanent avec le ministère du Patrimoine canadien et les autres ministères fédéraux (comme le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada) afin de s’assurer de disposer de la souplesse nécessaire pour exercer efficacement son mandat.

    BAC collabore également avec ses partenaires du gouvernement canadien afin de garantir à tous les Canadiens un accès enrichi à leur patrimoine documentaire. Il joue un rôle de chef de file dans le cadre de l’initiative de gouvernement ouvert, qui vise à faciliter l’accès à l’information gouvernementale. Enfin, BAC s’emploie à renouveler l’ensemble de ses politiques afin que l’information gouvernementale qui lui est confiée soit accessible aussi rapidement que possible.

Date de modification :