L'histoire du hockey

Les merveilleuses histoires du hockey sont une sélection d'articles sur ce sport qui ont été publiés dans les journaux de 1829 à 2004. En fait, l'article le plus ancien provient du périodique The Acadian Magazine, de janvier 1827!

Nous avons tiré ces histoires de la collection de journaux de Bibliothèque et Archives Canada conservés sous forme de microfilms. Les articles proviennent de plusieurs journaux de langue française et anglaise, de Corner Brook à Montréal, à Victoria et à Whitehorse, ainsi que du New York Times..

Nous ne pourrions tout couvrir, car tant de choses ont été écrites sur le hockey!

Nous avons recherché les événements marquants, les histoires qui présentent un intérêt humain, les échanges étonnants, les décès tragiques. Vous trouverez des références concernant la première Coupe Stanley pour chaque ville qui l'a remportée, la première Coupe Allan et la première Coupe Mémorial de chaque province et État, les médailles d'or olympiques des Canadiens et des Canadiennes, la première médaille d'or olympique, le premier championnat mondial et le premier championnat mondial junior pour chaque pays qui les ont gagnés, l'échange de King Clancy, le décès de Frank McGee, et bien d'autres choses encore!

Les récits contemporains sur le hockey ne renferment aucune rétrospective analytique. Ils traduisent les perceptions et les émotions pures et simples de l'époque. Nous espérons que vous parcourrez avec plaisir ces pages du passé.

Veuillez prendre note que les articles de journaux ont été transcrits fidèlement, avec les erreurs orthographiques, grammaticales ou typographiques qu'ils contiennent. Certains ont été abrégés.

Les origines du hockey

On sait que des jeux présentant des similitudes avec le hockey se pratiquaient en Europe dès le XVIe siècle, ou même avant. Par exemple, une peinture de Pietr Bruegel (l'Ancien), intitulée Les chasseurs dans la neige (vers 1565), montre des patineurs tenant des bâtons recourbés. Un de ces personnages tient son bâton tout près d'un petit objet qui se trouve sur la glace.

Les premières lames de patin étaient fabriquées avec des os d'animaux, et le journal d'Olaus Magnus, le dernier archevêque catholique de Suède, révèle que des lames de fer poli étaient utilisées aux environs du golfe de Botnie dans les années 1500.

Certains passionnés de l'histoire du hockey affirment que ce sport est apparu en Mésopotamie au cours du troisième millénaire av. J.-C. Ces historiens fondent leur assertion sur la tablette XII de l'Épopée de Gilgamesh (un texte antique provenant d'une région qui correspond aujourd'hui à l'Irak); ce document montre des hommes se servant de bâtons recourbés pour déplacer un anneau de bois sur un sol de terre battue.

Peu importe l'activité que pratiquaient en réalité ces braves gens sur les rives du Tigre et de l'Euphrate ou sur les lacs de l'Europe du Nord, il n'existe aucune preuve démontrant que leur jeu a évolué en un sport structuré.

Selon des recherches, c'est en Amérique du Nord que le concept des compétitions sur glace serait apparu et aurait évolué pour devenir le sport que nous connaissons aujourd'hui. On rapporte que des versions similaires du jeu étaient pratiquées dans l'État de New York et à Terre-Neuve dès la fin du XVIIIe siècle. Au cours des dernières années, on a avancé l'hypothèse que Windsor, en Nouvelle-Écosse, serait le lieu de naissance du hockey. Cette théorie s'appuie sur un passage du roman de Thomas Chandler Haliburton publié en 1843, The Attaché; or, Sam Slick in England. Sam, un baratineur yankee du Connecticut, se moque des souvenirs que, selon lui, son compagnon de voyage gardera de son enfance au collège King's de Windsor, notamment le « hurly sur la glace du grand étang ». Les détracteurs n'admettent pas ce passage comme preuve satisfaisante, objectant que la source en question est une œuvre de fiction. Ceux qui défendent la théorie favorisant Windsor allèguent que le roman est largement autobiographique, et que le hurly mentionné par Haliburton a directement été puisé dans ses souvenirs d'enfance, vers 1810.

Une autre ville des Maritimes est candidate au titre de lieu d'origine du hockey : il s'agit de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse. Ses partisans fondent leur conviction sur de nombreux événements, inventions et progrès qui distinguent leur hypothèse de celles de leurs rivaux. Ils affirment que des formes primitives du jeu étaient pratiquées sur les lacs et les étangs de Dartmouth dès 1827. Par exemple, l'Acadian Magazine de janvier de cette année-là a publié un poème contenant les vers suivants : « Au ricket des douzaines de garçons turbulents / Poursuivent la balle dans un vacarme assourdissant » [traduction]. Un reportage paru dans un journal en février 1867 raconte qu'« une partie d'un jeu appelé hockey, c'est-à-dire ricket " a été disputée entre des officiers de la garnison et de la flotte au lac Oathill. Un autre argument s'ajoute aussi en faveur de Dartmouth : c'est dans cette ville que se trouvait la Starr Manufacturing Company, le premier fabricant de patins à glace au Canada.

La ville de Kingston, en Ontario, a joui du statut de ville d'origine du hockey pendant de nombreuses années. Cette croyance s'appuyait sur un rapport de l'Association canadienne de hockey amateur de 1942, qui mentionnait que les soldats des Royal Canadian Rifles jouaient au hockey sur la glace du port en 1855. Cet élément de preuve a par la suite été mis en doute, et les autorités de Kingston ont elles-mêmes rejeté l'hypothèse en déclarant que le hockey n'avait fait son apparition dans cette ville qu'en 1886.

Des recherches archivistiques récentes ont ajouté la ville de Deline (anciennement Fort Franklin), dans les Territoires du Nord-Ouest, à la liste des villes candidates. Certains documents révèlent que des hommes placés sous l'autorité de John Franklin, explorateur de l'Arctique, patinaient et jouaient au hockey sur un petit lac près du Grand lac de l'Ours le 25 octobre 1825. Or, on ne sait pas s'ils patinaient en jouant au « hockey » ou s'il s'agissait de deux activités distinctes pratiquées à différents moments de la journée. Il s'agit là d'un détail primordial, car, pour que le sport pratiqué soit considéré comme du hockey, on convient généralement que les participants doivent être chaussés de patins.

La Fédération internationale de hockey sur glace se range quant à elle du côté de Montréal, qui prétend depuis longtemps être la ville d'origine du hockey. Cette hypothèse se fonde sur des articles de journaux concernant une certaine partie, disputée entre deux équipes, dont les membres sont identifiés et où l'on indique le pointage. Cette partie s'est déroulée sur la patinoire Victoria de Montréal le 3 mars 1875. Aucune description antérieure d'une partie de hockey accompagnée d'un pointage n'a jamais été découverte. Au fait, celle-ci s'est terminée par une bagarre!

D'autres événements viennent soutenir la prétention de Montréal en démontrant la progression manifeste du sport : le fait que la partie du 3 mars ait mené à une autre partie, jouée sur la même patinoire deux semaines plus tard; la formation d'une équipe de hockey à l'Université McGill en janvier 1877; la publication de règlements écrits en février 1877; la tenue d'un tournoi fortement publicisé au Carnaval d'hiver de Montréal en 1883; enfin, la fondation de l'Association canadienne de hockey amateur à Montréal en 1886.

Le débat concernant les origines du hockey se poursuit encore aujourd'hui. Mais pour tenter de trancher ce débat, il faut d'abord répondre à la question suivante : « Qu'est-ce que le hockey? » Afin d'aider les amateurs de notre sport national à évaluer les villes candidates au titre de lieu d'origine du hockey, la Society for International Hockey Research a formulé une définition permettant d'inclure les premières versions du sport : le hockey est un jeu pratiqué sur une patinoire, où s'affrontent deux équipes de patineurs qui utilisent des bâtons recourbés pour pousser une petite rondelle, une balle ou un bloc dans ou à travers le but adverse.

Le hockey international

Lors du Championnat de hockey aux Jeux olympiques de 1936 à Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne, les officiels ont décidé que les résultats de la deuxième ronde seraient retenus pour la ronde finale. Cette décision était cruciale pour le Canada, car il avait été défait par la Grande-Bretagne pendant cette deuxième ronde. En ronde finale, le Canada a vaincu les États-Unis et la Tchécoslovaquie, alors que la Grande-Bretagne battait la Tchécoslovaquie et jouait un match nul contre les États-Unis en prolongation. Cela a suffi pour donner aux Britanniques leur première médaille olympique en hockey. La plupart des joueurs de l'équipe britannique étaient, en fait, des Canadiens. Entre 1920 et 1968, tous les champions olympiques au hockey étaient considérés comme les champions du monde.

Le hockey communautaire

Des patinoires des villages à celles des quartiers des grandes villes, c'est là que vous trouverez le cœur et l'âme du hockey. Y jouent des équipes d'enfants, de jeunes, de compagnies, de villes, et même des équipes de prisonniers. Ces photos de groupe, ces scènes d'action d'une époque révolue en disent long sur le joueur de hockey. Remarquez la confiance arrogante des Seven d'Orillia de 1895 et la dignité solennelle de l'équipe de l'Asahi Athletic Club de 1920. Examinez les photographies de groupe. Qui, à votre avis, est le meilleur joueur dans chaque équipe?

Date de modification :