Sir Wilfrid Laurier - 7e premier ministre du Canada

Bannière de Wilfrid Laurier
Visitez dès maintenant l’exposition spéciale La voie du compromis : célébrer l’héritage de sir Wilfrid Laurier jusqu’au 20 novembre 2016 à Ottawa!

Pour en savoir plus sur Laurier

Le très honorable sir Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada de 1896 à 1911

Rt. Hon. Sir Wilfrid Laurier, Prime Minister of Canada from 1896 to 1911

Le Canada a une histoire modeste jusqu’à maintenant, mais celle-ci n’en est, d’après moi, qu’à ses balbutiements. Elle débute dans le siècle présent. Le XIXe siècle a été celui des États-Unis. Je pense que nous pouvons affirmer que c’est le Canada qui envahira le XXe siècle.

-Sir Wilfrid Laurier, le 18 janvier 1904

Biographie

Ces idées, si bien connues des Canadiens, résument l’optimisme qui caractérise Laurier lui-même, ainsi que le Canada sous sa direction. Ses talents de politicien lui ont permis d’avoir le plus long mandat ininterrompu de premier ministre du Canada. Son charisme a suscité l’admiration tant de ses adversaires que de ses amis, et l’a classé parmi nos héros nationaux.

Wilfrid Laurier est né à Saint-Lin, au Québec, en 1841. Fils d’agriculteur, il fréquente pendant quelques années l’école primaire locale, puis est envoyé à New Glasgow, une ville voisine, pour y apprendre l’anglais. Après avoir passé sept ans dans un collège catholique, il étudie le droit à l’Université McGill. En 1864, son diplôme obtenu, il amorce sa pratique à Montréal.

C’est à ce moment-là qu’il s’initie à la politique et joue un rôle actif dans le Parti libéral, le « Parti rouge », comme on disait alors au Québec. En 1866, il déménage à L’Avenir et devient rédacteur en chef du journal Le Défricheur, partisan du libéralisme. Ce n’était pas un programme facile à défendre à l’époque, au Québec; le clergé y condamne férocement « les rouges », tandis que le « Parti bleu » rival domine la scène politique provinciale. Laurier remporte un siège à l’Assemblée législative comme député libéral en 1871, mais démissionne en 1874; cette même année, il est élu à la Chambre des communes. Au cours d’une brève période d’administration libérale, sous le régime d’Alexander Mackenzie, Laurier occupe pendant une année le poste de ministre du Revenu de l’intérieur. Sa défense vigoureuse de Louis Riel, en 1885, attire l’attention du parti sur ses talents oratoires. Lorsque le chef du Parti libéral, Edward Blake, démissionne en 1887, Laurier lui succède.

Au cours de la campagne électorale de 1891, le programme des libéraux, fondé sur la réciprocité avec les États-Unis, se révèle impopulaire, et les conservateurs l’emportent de nouveau. Toutefois, à la mort du premier ministre sir John A. Macdonald, plus tard la même année, les conservateurs commencent leur dégringolade. La question des écoles du Manitoba hâte le processus, et Laurier attend simplement son heure. Après dix-huit ans d’administration conservatrice, les Canadiens votent pour les libéraux en 1896, et Laurier devient le 1er premier ministre francophone du Canada.

Laurier attache une grande importance à l’unité nationale. Il a vu à quel point les questions de Riel et des écoles du Manitoba ont semé la discorde parmi les Canadiens et il tente, par le truchement de ses politiques, de concilier le Canada français et le Canada anglais. Laurier défend les principes du libéralisme britannique. Il est convaincu que, grâce à ces principes, les Canadiens de toute origine pourront vivre en harmonie dans un même pays. De plus, son dévouement à l’unité canadienne prévaut toujours sur l’admiration qu’il voue à la tradition britannique.

En 1897, Laurier est invité à Londres pour la célébration du jubilé du règne de la reine Victoria. Laurier signale que, fidèle à la tradition des précédents chefs libéraux, Alexander Mackenzie et Edward Blake, il ne souhaite pas être fait chevalier. Cependant, les dispositions sont déjà prises et pour éviter de paraître grossier, il finit par accepter. Mais la réception outrancière réservée à Laurier en Grande-Bretagne cache d’autres intentions. Désireux de reprendre le contrôle de la politique étrangère et de prendre la défense de leurs colonies, les Britanniques espèrent amadouer Laurier qui, en retour, influencerait ses collègues. C’est mésestimer la détermination de Laurier, partisan farouche d’un Canada maître de son propre destin. À l’occasion de trois conférences impériales tenues entre 1902 et 1911, Laurier résiste fermement aux Britanniques qui empiéteraient volontiers sur l’autonomie canadienne.

Les quinze années de l’administration Laurier sont marquées par une croissance et une prospérité sans précédent. L’immigration s’intensifie, surtout dans l’Ouest, et suscite la création des provinces de l’Alberta et de la Saskatchewan en 1905. Une telle croissance nécessite l’extension du chemin de fer. Deux nouvelles lignes continentales sont donc construites.

Mais en 1911, les libéraux perdent les élections sur la question de la réciprocité illimitée. En tant que chef de l’opposition, Laurier conserve la confiance de son parti jusqu’à la Première Guerre mondiale. Tout en appuyant la participation du Canada à l’effort de guerre britannique et en incitant les jeunes hommes de toutes les provinces à s’enrôler, Laurier s’oppose à la conscription. Lors des élections de 1917, cette question divise profondément le Parti libéral, dont plusieurs membres forment un gouvernement de coalition avec les conservateurs pour la durée de la guerre.

Laurier meurt le 17 février 1919. Il a été député pendant quarante-cinq ans. À ses funérailles, cinquante mille personnes bordent les rues d’Ottawa pendant que des centaines de dignitaires et de hautes personnalités venus de tout le pays suivent le cortège funèbre. C’est l’un des premiers evénements solennels au Canada qui ait été enregistré sur film.

Relations internationales

La guerre des Boers (1899-1902) est le premier conflit outre-mer auquel est mêlé le Canada. Le conflit divise la population; de nombreux citoyens sont en faveur de la loyauté à l’Empire britannique, alors que d’autres ne croient pas la sécurité du Canada directement menacée. Laurier, fortement pressé d’appuyer l’Empire britannique, accepte à regret de recruter un petit bataillon, que viendront grossir de nombreux volontaires.

Les relations avec les Américains sont précaires pendant la durée du litige frontalier de l’Alaska. En 1903, on forme un tribunal international qui réunit trois Américains, deux Canadiens et un juge en chef britannique, lord Alverstone. Ce dernier, en position délicate, doit tenter d’éviter l’impasse. Il autorise les États-Unis à conserver presque tout le territoire en échange de quatre îles. Cette décision provoque la colère de nombreux Canadiens, mais le gouvernement n’interjette pas appel.

En 1908, le gouvernement Laurier promulgue la Loi sur le passage sans escale. Tous les immigrants doivent désormais se rendre sans escale depuis leur point d’origine jusqu’au Canada. Cette mesure freine l’immigration en provenance de l’Asie, et la rend impossible pour les personnes originaires de l’Inde, qui sont pourtant des sujets britanniques.

En 1909, le gouvernement Laurier crée le ministère des Affaires extérieures, qui délivre les passeports aux Canadiens voyageant à l’étranger et sert de liaison avec le British Colonial Office à Londres.

La Loi du service naval, sanctionnée le 10 mai 1910, donne le jour à la Marine royale du Canada. Cette unité sert à protéger la souveraineté canadienne, mais elle doit être transférée à l’Amirauté britannique en cas de guerre. Provoquant des dissensions à la Chambre des communes, cette décision contribue à la défaite de Laurier aux élections de 1911.

Faits en bref

Mandats

  • 11 juillet 1896 - 6 octobre 1911

Parti politique

  • Libéral
  • 1887-1919, chef du parti

Naissance

  • 20 novembre 1841
  • Saint-Lin, dans le Canada-Est (auj. Québec)

Décès

  • 17 février 1919 à Ottawa (Ontario)
  • Inhumé au cimetière Notre-Dame, à Ottawa (Ontario)

Vie Privée

  • Marié en 1868 à Zoé Lafontaine (1841-1921)

Études

  • Université McGill, à Montréal (B.C.L., 1864)

Emplois

  • Avocat (reçu au Barreau du Canada-Est en 1864)
  • 1866-1867, rédacteur en chef du journal Le Défricheur
  • 1869-1878, membre de l’infanterie d’Arthabaskaville
  • 1871-1874, membre de l’Assemblée législative du Québec

Circonscriptions

  • 1874-1877, Drummond-Arthabaska (Québec)
  • 1877-1919, Québec-Est (Québec)

Autres Charges

  • 1877-1878, ministre du Revenu de l’intérieur
  • 1896-1911, président du Conseil privé

Vie Politique

  • Chef de l’opposition, 1887-1896
  • Adoption du règlement sur la question des écoles du Manitoba, 1896
  • Création du territoire du Yukon, 1898
  • Participation du Canada à la guerre des Boers, 1899-1902
  • Différend frontalier de l’Alaska, 1903
  • Construction d’un second chemin de fer transcontinental, 1903
  • Création des provinces de la Saskatchewan et de l’Alberta, 1905
  • Constitution des ministères du Travail, 1900, et des Affaires extérieures, 1909
  • Loi du service naval, 1910
  • Chef de l’opposition, 1911-1919

Recensements

Lieux d’importance historique nationale

Date de modification :