Sir Samuel Leonard Tilley (8 mai 1818 - 25 juin 1896)

Samuel Leonard Tilley est politicien au Nouveau-Brunswick et participe aux trois conférences qui mèneront à la Confédération. On pense que c'est lui qui a suggéré que l'on donne au nouveau pays le nom de « Dominion ». Outre ses deux mandats de premier ministre du Nouveau-Brunswick, S. L. Tilley occupe les postes de ministre des Douanes et de ministre des Finances au gouvernement fédéral. Il sera aussi, à deux reprises, lieutenant-gouverneur de sa province.

Samuel Leonard Tilley naît à Gagetown (Nouveau-Brunswick). Il fait ses études à l'école Madras, qui relève de l'Église anglicane, puis dans une école secondaire. Il s'engage ensuite comme apprenti pharmacien à Saint-Jean, en 1831. En 1838, il devient pharmacien et ouvre une pharmacie avec un associé. Lorsque son associé prend sa retraite, il reprend sa part et continue seul. Bien que le commerce soit rentable, il le vend, dans les années 1860, parce que la politique l'accapare de plus en plus. S. L. Tilley se marie deux fois : d'abord avec Julia Ann Hanford, le 6 mai 1843 (décédée en 1862), puis avec Alice Starr Chipman, le 22 octobre 1867.

La vie politique de S. L. Tilley est étroitement liée à ses convictions religieuses. Instituteur à temps partiel à l'école du dimanche et défenseur de la tempérance toute sa vie, il fait partie des smashers, qui sont les membres d'un groupe politique qui essaie, sans succès, d'instaurer la prohibition au Nouveau-Brunswick dans les années 1850. Il lutte aussi pour obtenir le gouvernement responsable, qui sera mis en place en 1854, et pour qu'on construise le chemin de fer Intercolonial, qui reliera le Nouveau-Brunswick aux autres colonies. S. L. Tilley siège presque continuellement à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick entre 1850 et 1867. Il est premier ministre de 1861 à 1865 et entre 1866 et 1867.

S. L. Tilley est très en faveur de l'union. Il est délégué à la Conférence de Charlottetown, à la Conférence de Québec et à la Conférence de Londres. Il appuie les Résolutions de Québec, mais en revenant de Québec, il s'aperçoit que ses concitoyens du Nouveau-Brunswick s'y opposent vivement, de même qu'à l'union en général. L'appui qu'il accorde à l'union joue dans le fait qu'il perd les élections en 1865. C'est Albert Smith, qui dirige la coalition anticonfédération, qui l'emporte. Au cours de la même année, cependant, la coalition s'avère instable. De plus, les circonstances ont retourné l'opinion publique en faveur de l'union. Par une action controversée, le lieutenant-gouverneur Arthur Hamilton Gordon force le gouvernement Smith à démissionner. De nouvelles élections générales ont lieu, et S. L. Tilley reprend le pouvoir en 1866. Ce même été, il fait passer une résolution, à l'Assemblée, en faveur de la confédération. On pense qu'à la Conférence de Londres, il a suggéré qu'on donne à la nouvelle nation le nom de « Dominion », qui proviendrait d'un passage de la Bible où il est dit :

« He shall have Dominion also from sea to sea, and from the river unto the ends of the earth »
« Il dirige de la mer jusqu'à la mer du fleuve jusqu'au bout de la terre »
Psaume 72,8

En 1867, S. L. Tilley est nommé membre du premier Cabinet de John A. Macdonald, chargé du portefeuille des Douanes. En 1873, lorsque le gouvernement Macdonald tombe à la suite du scandale du Pacifique, S. L. Tilley devient lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick. Il revient au Cabinet en 1878, cette fois comme ministre des Finances. Au cours de ce second mandat, il contribue à l'élaboration de la politique nationale. En 1885, il démissionne du Cabinet et reprend son poste de lieutenant-gouverneur, où il demeure jusqu'en 1893. Il s'intéresse de près à la vie politique de la province et du pays jusqu'à sa mort.

Sources

  • « Tilley, Sir Samuel Leonard ». Macmillan dictionary of Canadian biography. Sous la direction de W. Stewart Wallace. 4e édition. Toronto : Macmillan of Canada, 1978. P. 832-833

  • Waite, P. B. « Tilley, Sir Samuel Leonard ». Canadian encyclopedia : year 2000 edition. Sous la direction de James H. Marsh. 3e édition sur papier. Toronto : McClelland & Stewart, 1999. P. 2353

  • Wallace, C. M. « Tilley, Sir Samuel Leonard ». Dictionary of Canadian biography. Sous la direction de Francess G. Halpenny. Toronto : University of Toronto Press, 1990. Vol. 12, p. 1051-1060

Date de modification :