Premières influences durables

Les œuvres de Karsh datant des années 1930 illustrent les premières influences qui se sont exercées dans sa vie artistique. Depuis ses débuts au studio de photographie de son oncle George Nakash jusqu'au milieu des années 1930, l'importance du pictorialisme est évidente. Ce mouvement d'art photographique international, qui a commencé avant le tournant du XXe siècle, se distinguait par la vigueur dans la composition, le flou artistique et l'appel aux émotions. Dès 1933, Karsh avait adopté une approche qui, tout en conservant la vigueur et l'aspect sculptural de la composition, mettait en relief des lignes très nettes et des tons subtilement nuancés, ce qui donnait des images possédant à la fois les qualités des épreuves présentées dans les expositions et des reproductions publiées dans les magazines et les journaux. À partir de 1933, alors qu'il travaillait comme photographe au Ottawa Little Theatre, Karsh a pu observer les effets des éclairages scéniques et de la mise en scène, et il les a adaptés à son art.

Les essais photographiques de Yousuf Karsh dans les années 1930, qui ont donné des images comme Élixir et Franges boréales,1938, ont contribué à affermir son style pour ce qui est de la composition et de l'utilisation de l'éclairage. Karsh a photographié nombre de sujets, se servant toujours de lignes puissantes pour formuler un message clair. Des photographies comme Lancelot (George Guglielmo, d'Atlas Steel), 1951, et Un fermier près de sa maison, vers1952, dénotent ses premières influences; même Femme zouloue avec une couverture écossaise (pour le film Zulu), 1963, rappelle son apprentissage dans le milieu du théâtre. Les personnages inconnus photographiés par Karsh, tout comme ses œuvres les plus célèbres, illustrent les caractéristiques essentielles de son style, tant au cours de son évolution qu'à sa pleine maturité.

Date de modification :