La Police à cheval du Nord-Ouest (PCN-O) - Dossiers du personnel, 1873-1904

Poste de la PCN-O à Banff, Alberta, 1888
Source

Le contexte

La Police à cheval du Nord-Ouest a été créée en 1873 afin d'implanter l'autorité canadienne sur les Territoires du Nord-Ouest (les provinces actuelles de l'Alberta et de la Saskatchewan). Sa juridiction a été étendue afin d'inclure le Yukon en 1885, la côte arctique en 1903 et le Nord du Manitoba en 1912.

Les tâches principales de cette force consistaient à :

  • faire respecter la loi et l'ordre
  • percevoir les droits de douanes
  • faire appliquer la prohibition
  • superviser les traités entre les Premières nations et le gouvernement du Canada
  • contribuer au processus de colonisation
  • assurer le bien-être des immigrants
  • combattre les feux de prairies, les maladies et la misère.

La Police à cheval du Nord-Ouest est devenue en 1904 la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest (RGCNO) et, en 1920, la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Cette année-là, elle a aussi absorbé la Police du Canada et est devenue responsable de l'application des lois fédérales dans toutes les provinces et tous les territoires.

Les membres de cette force ont servi pendant :

  • la campagne du Nord-Ouest, en 1885
  • la guerre des Boers, de 1899 à 1902
  • la Première Guerre mondiale, de 1914 à 1918
  • la Deuxième Guerre mondiale, de 1939 à 1945.

Les documents

Les archives de la Police à cheval du Nord-Ouest et de la Gendarmerie royale du Canada sont conservées à Bibliothèque et Archives Canada. Le fonds d'archives (RG 18) comprend les dossiers du personnel des membres de la Police à cheval du Nord-Ouest qui ont servi entre 1873 et 1904.

Après 1904, seuls quelques dossiers du personnel, qui présentaient un intérêt historique, ont été conservés. Certains de ces dossiers sont à Bibliothèque et Archives Canada, de même que ceux des membres de la Police du Canada.

Les dossiers du personnel figurant dans cette base de données ont été numérisés à partir des microfiches provenant de RG 18, volumes 10037 à 10047, et RG 18 1997-98/386, boîte 33.

Vous trouverez des références aux dossiers qui ont été conservés pour la RGCNO (1904 - 1920) dans la base données Recherche élaborée de documents d'archives en utilisant la stratégie de recherche suivante.

  • No de réf. archivistique : 18
  • Tout mot-clé : nom

Veuillez noter que certaines références comportent une initiale plutôt qu'un prénom complet. Les références pour les dossiers du personnel sont identifiées comme étant la série G. La présence d'un numéro de bobine de microfilm dans la référence indique que le dossier est accessible sur microfilm et peut être emprunté. Si aucun numéro de bobine n'apparaît, le dossier peut être consulté seulement sur place.

Vous trouverez des références à d'autres dossiers de membres de la Police à cheval du Nord-Ouest dans le fonds du ministère de l'Intérieur (RG 15). Dans la base de données mentionnée plus haut, inscrivez RG 15 dans la boîte No. de réf. archivistique et le nom dans la boîte Tout mot-clé.

Le fonds d'archives RG 18 comprend aussi des documents au sujet de ce corps policier, comme des journaux rédigés quotidiennement par les différentes divisions et les détachements. On y trouve aussi des documents relatifs au recrutement et à l'enrôlement, des examens médicaux, des listes nominatives, des certificats de démobilisation et des enquêtes concernant des accusations contre des membres. Vous trouverez des descriptions de ces documents dans la base de données ARCHIVÉE - Inventaire général.

Les dossiers de service des personnes qui ont joint les rangs de la GRC après 1920 demeurent sous la garde de la GRC. Toute demande de renseignements à leur sujet doit être faite directement auprès de la GRC en vertu de la Loi sur l'accès à l'information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Les dossiers des états de service

Les dossiers des états de service renferment généralement des lettres personnelles, des coupures de journaux et divers autres renseignements sur la vie des agents bien après qu'ils eurent été relevés de leurs fonctions au sein de la Police à cheval.

Les dossiers des officiers

Au moment de la création de la Police à cheval en 1873, on juge qu'il n'est pas nécessaire pour administrer la force d'attribuer un numéro de matricule à chacun des officiers, cette pratique n'étant pas courante dans l'armée, et la PCN-O ne comptant alors que 23 membres. Cependant, le nombre des membres s'accroît avec le temps. Il faut attendre l'année 1900 pour que les officiers soient identifiés par un matricule, à commencer par les premiers officiers nommés en 1873.

Il est cependant important de noter que les états de service de tous les officiers de la PCN-O, qu'ils aient ou non des numéros de matricule, sont consignés de 1873 à 1904, y compris ceux des médecins et des vétérinaires. Le gouvernement au pouvoir nomme par décret tous les officiers, notamment les officiers recrutés parmi les rangs de la force. La plupart des dossiers des officiers foisonnent de détails, généralement plus exhaustifs que ceux des membres ordinaires. Nombre de ces dossiers renferment une riche documentation sur les carrières individuelles et parfois même des renseignements sur les mariages et les enfants.

Les numéros de matricule

Un numéro de matricule est attribué aux recrues au moment de leur enrôlement. Par exemple, les hommes du premier contingent à se présenter à Lower Fort Garry à l'automne de 1873 reçoivent un matricule, le premier étant le numéro 1, et les numéros de matricule attribués aux membres du second contingent, qui arrive au printemps de 1874, sont à la suite de ceux du contingent précédent. En l'espace de quelques années toutefois, les membres de la Police à cheval se dispersent dans l'ensemble des Territoires du Nord-Ouest, de Fort Walsh à Fort Calgary, Fort Edmonton et ailleurs. Or, comme les moyens de communication ne sont ni rapides ni efficaces et que de nouveaux membres joignent ou quittent le corps policier continuellement, le système d'attribution des matricules devient rapidement chaotique.

Chaque troupe ou division attribue des matricules à ses membres et, afin d'éviter toute confusion entre ceux portant des numéros identiques, la troupe de Fort Edmonton inscrit « A » au matricule de ses recrues, par exemple 345A, alors que la troupe de Fort Walsh ajoute « B » au matricule de la recrue portant le même numéro, soit 345B.

Les dossiers du personnel ne sont pas conservés dans un emplacement central, ce qui ajoute à la confusion. Les fonctionnaires à Ottawa conservent des archives, tout comme les officiers du quartier général de Fort Walsh, puis de Regina après 1882. Vers la fin des années 1870, certaines recrues reçoivent des matricules ayant déjà été attribués à des hommes qui ne font plus partie de la Police à cheval. Durant les premières années de la Police à cheval, les membres sont autorisés à quitter le corps policier s'ils arrivent à trouver un remplaçant convenable. Les matricules des policiers à cheval démobilisés sont alors assignés à leurs remplaçants, ce qui contribue à rendre la chose encore plus confuse, car un même matricule peut dès lors correspondre à deux et même à trois personnes différentes.

Pour remédier à cette situation, on décide en août 1878 de doter d'un nouveau matricule tous les membres de la Police à cheval alors en service en recommençant par le matricule 1. Cette nouvelle série de numéros de matricule est toujours en vigueur aujourd'hui et dépasse les 50 000 matricules. L'attribution de matricule unique facilite l'identification des membres, ce qui est particulièrement utile pour la recherche.

En revanche, la trace de certains membres qui sont entrés dans la Police à cheval et qui l'ont quittée avant l'instauration de ce système s'est perdue dans le dédale administratif. Leur matricule fait partie de ce qu'on appelle généralement la « Old Series » (ancienne série), ou la série des matricules OS. Bien que certains dossiers aient été conservés, de nombreux autres ont été égarés.

Le service de documentation

Dès les débuts du corps policier en 1873, des registres ou dossiers sont établis pour chacun des officiers et des agents. Bien que le volume et la nature de la documentation varient d'un dossier à l'autre et selon la période, un dossier de la PCN-O contient habituellement un certain nombre de formulaires dûment remplis, de la correspondance et, parfois, des coupures de journaux. Ci-dessous sont présentés les documents figurant normalement dans un dossier de la PCN-O.

Application for Engagement (Formulaire 72) (Demande d'enrôlement)

Dans ce formulaire, on trouve les renseignements suivants : le nom et l'adresse de la recrue éventuelle; le nom de la personne qui la recommande; l'emploi au cours des cinq années précédentes; les questions ayant trait à la connaissance des chevaux (soin des chevaux, gestion d'écurie et équitation); l'expérience militaire, s'il y a lieu; l'âge; la grandeur; le poids; le tour de poitrine; la situation familiale; la date et la signature.

Medical Examination (Formulaire 65) (Examen médical)

Chaque recrue doit subir un examen médical. Le rapport médical contient une mine de renseignements personnels : la date et le lieu de l'examen; l'âge; la grandeur, le poids et le tour de poitrine; le développement musculaire; l'emploi antérieur; le niveau d'intelligence; le tempérament; la couleur de la peau; la couleur des yeux et des cheveux; la qualité de la vision; la taille des pieds; l'état du cœr, des poumons; la présence de hernie, d'hémorroïdes ou de varices (distension des vaisseaux sanguins); les vaccins reçus ou les cicatrices corporelles; les commentaires du médecin examinateur.

NWMP Description Summary (Formulaire 59) (Sommaire descriptif de la PCN-O)

Ce formulaire, étroit et horizontal, se retrouve dans la plupart des dossiers. Il constitue un sommaire des renseignements personnels de chaque recrue, indiquant notamment son nom ainsi que l'endroit et la date de son enrôlement. Les données suivantes sont également consignées : la grandeur; l'âge; le poids; le tour de poitrine; la couleur des yeux, des cheveux et de la peau; la présence de marques particulières; l'emploi; l'ancien lieu de résidence; les états de service antérieurs, s'il y a lieu; la confession religieuse; le nom et l'adresse du plus proche parent ainsi que sa relation avec la recrue.

Discharge Board Report (Formulaire 54) (Rapport du Conseil de démobilisation)

Quand un membre démissionne, le Conseil des officiers doit vérifier et inscrire au dossier ses états de service. Ce formulaire d'une page comprend un sommaire de la carrière du policier qui inclut la date de son enrôlement et la durée de son service, les divisions auxquelles il a été affecté, les promotions qu'il a reçues et la qualité de sa conduite au sein du corps policier. Au verso du formulaire, on peut lire une description physique du policier démobilisé, son lieu de résidence prévu et le lieu et la date de la réunion du conseil de démobilisation.

Discharge Certificate (Formulaire 84a) (Certificat de démobilisation)

Chaque membre qui quitte la Police à cheval reçoit un certificat de démobilisation dans lequel sont inscrits son nom au complet, les rangs qu'il occupait, le nombre d'années de service, les motifs de sa démobilisation (démission, congédiement, fin du mandat, commission, désertion), sa conduite au cours de ses années de service et la date d'émission du certificat.

Ré-engagement

Si un membre décide de continuer de servir pour un nouveau mandat, tous les formulaires doivent être remplis de nouveau afin d'être mis à jour.

Autres renseignements dans les dossiers des états de service

Chaque dossier de la PCN-O renferme également de la correspondance, ce qui peut comprendre des lettres du membre (demande de promotion, de congé, ou de renseignements au sujet de la démobilisation) ou écrites à son sujet, surtout lorsqu'il est question de discipline. Des coupures de journaux pertinentes sur un membre sont chose courante, particulièrement les avis de décès provenant des journaux locaux ou de la publication de la GRC, La trimestrielle. La documentation concernant un membre peut être postérieure à la fin de sa carrière au sein du corps policier, parfois même de plusieurs décennies. Par exemple, en 1933, le gouvernement fédéral accorde une subvention de 300 $ aux membres vivants de la PCN-O ayant pris part à la Rébellion de 1885. Des dizaines d'hommes remplissent alors les formulaires requis et les déposent auprès de la Direction générale de la GRC à Ottawa, qui classe ensuite les formulaires dans leurs dossiers. Les dossiers n'indiquent cependant pas les détachements pour lesquels les membres ont servi ni le montant de leurs soldes.

Les formulaires de démobilisation indiquent la division dans laquelle un membre a servi, mais restent muets quant aux détachements. On peut cependant trouver dans les dossiers des renseignements probants à cet égard. Les cahiers du recensement, plus particulièrement ceux de 1881, de 1891, de 1901 et même de 1906, peuvent être utiles pour situer un membre dans un endroit donné. Sauf en de rares circonstances, les dossiers des agents ne sont pas aussi détaillés ni exhaustifs que ceux des officiers, mais dans la plupart des cas ou presque, la documentation s'avère valable pour toute personne intéressée par l'histoire d'une famille, par la généalogie ou par l'histoire d'une collectivité.

La base de données

Cette base de données donne accès à des documents au sujet de plus de 4 000 membres de la Police à cheval du Nord-Ouest (PCN-O). Chaque document contient un fichier numérisé du membre de la PCN-O

Les fichiers numérisés peuvent contenir une ou deux pages, ou jusqu'à 350 pages, selon la période en service du membre ou d'autres facteurs.

Remarque importante : Il se peut que vous ayez des difficultés à lire certains documents numérisés étant donné qu'ils ont été balayés à partir d'une microfiche.

L'écran de recherche

L'écran de recherche permet de faire une recherche par :

  • Nom de famille
  • Prénom(s)
  • Numéro matricule

Vous remarquerez que quelques entrées peuvent contenir uniquement une initiale pour le prénom d'un membre.

Essayez de rechercher uniquement le nom de famille, ou utilisez un astérisque (*) après la première lettre du prénom afin d'extraire tous les fichiers de noms commençant par cette lettre.

Par exemple : pour le prénom « Jean » ou « Julien », entrez la lettre « j », suivie de l'astérisque « * » comme suit : j*

Si vous avez de la difficulté à trouver une personne spécifique, essayez différentes épellations du nom de famille : les noms lancés dans la recherche repéreront les noms tels qu'épelés dans la base de données.

Lorsque vous avez entré vos mots de recherche, cliquez sur le bouton « Soumettre ». Le nombre de fichiers repérés paraîtra en haut de l'écran des résultats.

Comment interpréter les résultats

Les résultats de votre recherche seront affichés sous forme de liste sommaire à partir de laquelle il sera possible d'obtenir une description de l'item.

Pages des résultats de recherche

La page des résultats de recherche présente les informations suivantes :

  • Numéro d'item
  • Nom de famille
  • Prénom(s)
  • Numéro matricule

Cliquez sur le numéro d'item souligné associé à une entrée pour accéder à la page de l'item qui contient des renseignements additionnels.

Page de l'item

La page de l'item présente des images numérisée des documents originaux en format JPG et contient les champs suivants :

  • Nom de famille
  • Prénom(s)
  • Numéro matricule
  • Volume
  • Référence
  • Numéro d'item

Pour suggérer une correction, cliquez sur le lien Suggérer une correction afin d'accéder à un formulaire électronique.

Pour revenir à la page des résultats de recherche, cliquez sur le bouton de retour en arrière de votre fureteur, dans le coin supérieur de votre écran.

Comment obtenir des copies

Vous pouvez imprimer les images,les enregistrer sur votre ordinateur, ou vous pouvez consulter: Demandes de reproduction.

Pour imprimer une copie d'une image numérisée, placez le curseur sur l'image, cliquez sur le bouton droit de la souris, sélectionnez copier, puis collez l'image dans votre programme de traitement de texte en utilisant la fonction Édition : Collage spécial : Image indépendante du périphérique (DIB).

Autres ressources

Les dossiers de membres qui ont ont joint la force après 1920 et qui existent encore sont toujours conservés par la Gendarmerie royale du Canada. Vous pouvez envoyer une demande à l'adresse ci-dessous. Si ce bureau ne possède pas le dossier que vous demandez, il pourra peut-être au moins vous donner les dates du début et de la fin du service de la personne concernée.

Direction des relations publiques et de l'information
Section historique
Gendarmerie royale du Canada
1200, promenade Vanier
Ottawa (Ontario)
K1A 0R2

webmaster@rcmp-grc.gc.ca

 

Glenbow Archives (anglais seulement)

RCMP Graves (anglais seulement)

RCMP Obituary Index, 1933-1989 (anglais seulement)

ARCHIVÉE - « Sans craindre ni favoriser qui que ce soit » : les hommes de la Police à cheval du Nord-Ouest