Les ruines

«Je me suis dit que là où nos soldats avaient enduré des conditions tellement plus atroces je pouvais aller aussi, et je suis très fière d’avoir pu -- de façon si modeste soit-elle -- commémorer les actes héroïques de nos forces armées et, en particulier, prêter un appui aux malheureux compatriotes (comme ceux des Amputés de guerre) qui souffriraient toute leur vie durant des affres de la guerre.»

[Traduction libre d’une parole de Mary Riter Hamilton, au cours d’une interview avec Frederick G. Falla, représentant du McClure Newspaper Syndicate, pour l’édition du 10 septembre 1922]

Date de modification :