Dossiers du personnel de la Première Guerre mondiale

Table des matières

Contenu de la base de données

Cette base de données regroupe des références sur différents dossiers militaires de la Première Guerre mondiale. Au cours des prochaines années, les versions numérisées de tous les dossiers seront ajoutées aux références de la base de données. Cette dernière comprend pour l’instant les dossiers de service numérisés d’un grand nombre de membres du Corps expéditionnaire canadien, du Royal Newfoundland Regiment et du Corps forestier de Terre Neuve (gracieuseté de la Division des archives provinciales The Rooms). Des dossiers du Corps expéditionnaire canadien nouvellement numérisés sont ajoutés aux références toutes les deux semaines.

Cette base de données comprend des noms tirés des dossiers militaires de la Première Guerre mondiale suivants :

Dossiers du Corps expéditionnaire canadien : soldats, infirmières et aumôniers

Les dossiers du Corps expéditionnaire canadien (CEC), qui comprend les dossiers des soldats, des infirmières et des aumôniers, sont constitués de documents portant sur l’enrôlement, la formation, les antécédents dentaires et médicaux, l’hospitalisation, la discipline, la solde, les médailles décernées et la démobilisation ou l’avis de notification de décès. Les dossiers comptent en moyenne de 25 à 75 pages. Les dossiers sont moins volumineux pour ceux qui se sont enrôlés plus tard pendant la guerre.   

Les pages suivantes sont utiles pour comprendre certains documents figurant dans un dossier de service :

  • Pour en savoir davantage sur le CEC, les dossiers de service et les documents d’attestation

    Dossiers du Corps expéditionnaire canadien (CEC) — Première Guerre mondiale

    La Première Guerre mondiale est le premier des grands conflits mondiaux du vingtième siècle. De 1914 à 1918, cette guerre a opposé les puissances centrales de l’Allemagne, de l’Autriche-Hongrie, de la Turquie et d’autres États alliés plus petits aux pays de l’Entente, notamment l’Empire britannique, la France, la Russie, l’Italie, le Japon, les États-Unis et leurs alliés.

    Peu après la déclaration de la guerre par la Grande-Bretagne en août 1914, le Canada a levé un premier contingent de vingt-cinq mille hommes qui ont été détachés outre-mer. Un deuxième contingent a été offert à l’automne de 1914. La Première division canadienne a été formée en janvier 1915 à partir d’unités du premier contingent. Elle prenait les armes en France le mois suivant. En septembre de la même année, la Première division et la Deuxième division de la Brigade de cavalerie canadienne ont été intégrées au Corps canadien nouvellement formé. Par la suite, le Canada a continué d’envoyer d’autres contingents et groupes de renfort outre-mer. À la signature de l’armistice, en novembre 1918, le Corps canadien comprenait quatre divisions d’infanterie et corps d’armée. D’autres unités des forces canadiennes, notamment quelques batteries d’artillerie, des compagnies de génie, des groupes de spécialistes du transport ferroviaire et de l’exploitation forestière, ont servi en France et en Belgique sous le commandement direct des autorités britanniques. D’autres unités, assurant le soutien administratif, la formation, les services forestiers et les services médicaux, ont servi en Angleterre. Le Corps expéditionnaire canadien, comme on appelait l’armée canadienne constituée pendant la Première Guerre mondiale, a grossi pendant toute la durée du conflit. En tout, 619 636 hommes se sont enrôlés, dont 424 589 ont servi en Europe.

    Le ministère de la Milice et de la Défense (fonds d’archives RG 9), qui est l’ancêtre de l’actuel ministère de la Défense nationale, était responsable du recrutement, de la formation préliminaire et du détachement outremer des recrues pour le Corps expéditionnaire canadien.

    Le ministère des Forces militaires outremer du Canada (fonds d’archives RG 150) a été créé par décret le 28 octobre 1916 (C.P. 2651) et chargé de surveiller l’administration du CEC. Ce ministère a joué le rôle d’organe de liaison entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Grande-Bretagne, le ministère de la Guerre et le Quartier général principal britannique. Il était investi de la responsabilité générale de tout ce qui concernait l’administration du CEC. Alors que le CEC relevait des autorités militaires britanniques pour les opérations, il relevait du ministère des Forces militaires outremer du Canada pour tous les autres aspects de ses activités (comme les finances, la logistique, la formation et le renfort).

    À la fin du conflit en Europe, après que les membres du CEC eurent été rapatriés et que les derniers arrangements financiers eurent été réglés avec la Grande-Bretagne, le ministère des Forces militaires outremer du Canada fut aboli par décret, le 8 juin 1920 (C.P. 1705, 26 juillet 1920).

    Documents d’engagement et formulaires d’enrôlement

    Au moment de leur enrôlement, les volontaires qui s’engageaient dans le Corps expéditionnaire canadien devaient fournir l’information nécessaire pour remplir un document d’engagement comprenant deux pages. On trouve dans ce document le nom et l’adresse de la recrue, le plus proche parent, la date et le lieu de naissance, le métier ou la profession et les antécédents militaires, ainsi que la description de toute caractéristique physique particulière. Les recrues devaient signer le document d’engagement, indiquant par le fait même leur engagement à servir outre-mer. Les conscrits appelés à se joindre au CEC en vertu de la Loi du Service militaire (1917) remplissaient un formulaire beaucoup plus simple, d’une seule page ne contenant que leur nom et la date de leur recrutement et témoignant du respect des conditions d’enrôlement. Un formulaire d’une seule page intitulé « Officers Declaration Paper » était rempli par les officiers.

    Les documents d’engagement étaient remplis en trois exemplaires. L’un d’eux était généralement joint aux dossiers de service, à l’exception des dossiers de ceux qui n’ont finalement pas effectué leur service militaire. Un autre exemplaire des documents d’engagement était joint aux registres et faisait partie des dossiers du ministère de la Milice et de la Défense (RG 9, II B8, volumes 1 à 654). Au cours d’un projet de numérisation antérieur, ces registres ont été numérisés et les images, rattachées aux entrées de la base de données. Lorsque certains de ces registres sont incomplets, ou qu’il manque des pages, les entrées de la base de données peuvent ne pas comprendre d’image numérisée du registre d’engagement. Le lien d’une image peut ne pas correspondre exactement à l’exemplaire qui figure dans le dossier de service.

Dossiers des volontaires du CEC ayant été refusés à Valcartier (RG9 II B 13)

Peu après la déclaration de guerre britannique, en août 1914, le Canada levait un premier contingent de vingt cinq mille hommes pour servir outre-mer. Ce premier contingent d’hommes a été réuni dans un camp de Valcartier, au Québec, avant d’être envoyé outre-mer. Il s’agit des dossiers des volontaires qui ont été refusés pour le service dans ce camp. La plupart des dossiers contiennent seulement un document d’engagement. Pour ceux qui ont été refusés pour des raisons médicales, ces dernières sont inscrites sur le document d’engagement.

Dossiers de la Milice active non permanente (RG 9 II B 7)

Au cours de la Première Guerre mondiale, les unités de la Milice active non permanente (MANP) étaient appelées pour effectuer différentes tâches militaires au Canada, et notamment pour protéger des sites stratégiques comme les manèges militaires, les ponts et les canaux. Les dossiers sont constitués de différents documents portant sur l’enrôlement, les antécédents dentaires et médicaux, l’hospitalisation, la discipline, la solde, la démobilisation et la correspondance ultérieure relative à l’admissibilité des personnes aux primes pour service de guerre et à d’autres questions liées au service.

La MANP et le CEC utilisaient parfois le même formulaire d’engagement. Par conséquent, on trouve « Corps expéditionnaire canadien » ou « Corps expéditionnaire canadien outre-mer » dans l’entête de plusieurs documents d’attestation de la MANP. Cela ne signifie pas pour autant que la personne s’était engagée dans le CEC.

Les dossiers ne contiennent généralement pas plus de 20 pages, et bon nombre d’entre eux ne sont constitués que de quelques documents.

Dossiers du Royal Newfoundland Regiment et du Corps forestier de Terre Neuve (RG38 A 2 e)

Peu après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, la colonie de Terre Neuve offrait de lever une armée au nom de la Grande-Bretagne. Au total, plus de 6 000 hommes se sont engagés dans le Newfoundland Regiment pendant la Première Guerre mondiale. Les dossiers sont généralement constitués de documents d’engagement, de rapports d’examens médicaux, de fiches de conduite, de cartes des déplacements, de documents relatifs aux soldes, de formulaires médicaux, de formulaires liés aux pertes et des lettres que le ministère de la Milice de St. John’s a reçues ou envoyées. La plupart de ces dossiers contiennent plus de 100 pages. 

Vous trouverez d’autres renseignements sur le rôle qu’a joué Terre Neuve pendant la Première Guerre mondiale, ainsi qu’une description détaillée des types de documents inclus dans les dossiers, à la page d’introduction Newfoundland Regiment and The Great War Database (en anglais seulement) qui se trouve sur le site Web de la Division des archives provinciales The Rooms à St. John’s, Terre Neuve et Labrador.

Dossiers de l’Imperial War Service Gratuity (RG9 II F 10)

Les résidents canadiens qui servaient dans les forces de l’Empire britannique pendant la Première Guerre mondiale recevaient une prime lorsqu’ils étaient en service outre-mer. Le montant était fonction du grade, de la durée du service et du lieu d’affectation. Ces dossiers sont constitués de formulaires et de lettres. Ils contiennent le nom, le numéro régimentaire, l’unité, ainsi que le nom et l’adresse du bénéficiaire, et établissent la preuve de service au sein d’une unité impériale. Ils indiquent également l’unité dans laquelle les personnes servaient, comme un régiment britannique, la Royal Air Force ou la Marine royale, mais ne contiennent que peu de renseignements sur leurs activités durant la guerre. La plupart des documents portent sur le paiement des primes. Ces dossiers font en moyenne entre 20 et 50 pages.   

Les dossiers sont numérisés sur Ancestry, un site accessible par abonnement disponible gratuitement dans la plupart des bibliothèques publiques.

Les dossiers portant sur le service des membres des forces britanniques sont conservés aux Archives nationales (en anglais seulement), en Angleterre.

Documents du personnel ne figurant pas dans la base de données

Cette base de données ne contient pas les références aux personnes qui ont servi dans la Marine royale canadienne, l’armée britannique, la Royal Air Force, le Royal Flying Corps ou la Royal Navy. Pour savoir comment accéder à ces documents ou à d’autres dossiers qui ne figurent pas dans la base de données, veuillez consulter notre page Première Guerre mondiale.

Veuillez prendre note que de nombreuses personnes ont servi dans des unités de la milice locale et qu’il n’existe pas de dossiers les concernant.

N’hésitez pas à consulter également la page sur les Forces armées d’autres pays.

Comment avoir accès aux documents ou obtenir des copies

Au cours des prochaines années, Bibliothèque et Archives Canada numérisera tous les dossiers qui se trouvent dans cette base de données. Une fois un dossier numérisé, un lien PDF sera inséré dans la référence trouvée dans la base de données.     

La base de données comprend actuellement les dossiers numérisés de certains documents du Corps expéditionnaire canadien (CEC) et du Royal Newfoundland Regiment.

Nous ajoutons de nouveaux dossiers à notre banque de données toutes les deux semaines et chaque mois, nous publions un rapport de progrès sur le blogue. Pour obtenir plus d’information au sujet du projet de numérisation du CEC, veuillez consulter la Fiche d’information : Numérisation des dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien.

Le lien PDF des dossiers de service du Royal Newfoundland Regiment est un lien externe menant aux images numérisées qui se trouvent dans la Newfoundland Regiment and the Great War Database (en anglais seulement) du site de la Division des archives provinciales The Rooms à St. John’s, Terre Neuve et Labrador. Ces dossiers numérisés ne constituent pas l’intégralité des dossiers de service. Il s’agit de documents sélectionnés à partir des dossiers, de façon à résumer le service militaire des soldats. Dans de nombreux cas, les dossiers intégraux sont accessibles sur microfilm ou en ligne. Par ailleurs, il est également possible de les consulter directement dans les locaux de Bibliothèque et Archives Canada, à Ottawa. Voir ci-dessous pour plus de renseignements :

Documents avec un lien PDF

Si un document comprend un lien PDF, cliquez sur le lien pour accéder à sa version numérisée. Vous pouvez ouvrir le fichier ou le sauvegarder sur votre ordinateur ou appareil mobile.

Documents sur microfilm

Certaines références aux dossiers de service du Royal Newfoundland Regiment comprendront un numéro de bobine de microfilm (p. ex. T 18172). Des exemplaires de dossiers de service intégraux se trouvent sur ces microfilms. Les bobines de microfilm commençant par C, H et T sont en phase de numérisation sur le site Web de notre partenaire Héritage, où il est possible de visionner gratuitement les bobines numérisées. Pour cela, il suffit d’inscrire le numéro de bobine dans la zone de recherche. Si la bobine est numérisée, cliquez sur le titre de la bobine (dossiers de service du Royal Newfoundland Regiment) pour voir les images. Vous pouvez naviguer à travers les images de la page; il n’est pas possible d’effectuer des recherches par contenu (texte ou titres de dossier).

Si une bobine n’a pas encore été numérisée, vous pouvez demander qu’elle le soit en remplissant un formulaire de commande de reproductions en ligne. Il s’agit d’un service gratuit.

Commande d’exemplaires de documents pas encore numérisés

Vous pouvez accéder aux documents qui n’ont pas encore été numérisés en remplissant un formulaire de commande de reproductions du document ou consulter le document sur place, à Ottawa.

Pour connaître le prix des exemplaires, veuillez consulter la Liste de prix et normes de service -- Copie régulière. Veuillez-vous assurer de fournir la référence complète qui apparaît dans la base de données, si vous remplissez un formulaire de commande en ligne.

Exemple :
WARREN, ALBERT EDWARD
Numéro régimentaire : 141801 (ou le grade, si la personne était un officier)
Référence : RG 150, acquisition 1992 93/166, boîtes 10103 18

Veuillez prendre note que les dossiers du CEC en phase de préparation pour la numérisation ne peuvent être reproduits. Dans ce cas, vous serez avisé par notre section de reproduction. 

Consultation des documents à BAC

Vous pouvez également vous rendre directement aux locaux de Bibliothèque et Archives Canada et consulter les documents sur place. Veuillez prendre note que vous devez faire une demande de retrait des documents avant votre visite si vous voulez consulter des documents qui ne sont pas sur microfilm.

Afin d’en assurer la préservation en raison de leur fragilité, les documents originaux en papier des dossiers du CEC qui ont été numérisés ne pourront plus être consultés sur place.

Conseils de recherche

Conseils généraux

  • À la page « Recherche » de la base de données, vous pouvez faire une recherche par nom de famille, par prénom(s) ou par numéro de régiment. Vous n’êtes pas obligé de remplir tous les champs.
  • Vous pouvez faire une recherche dans tous les groupes de documents (RG) ou dans un seul. Par exemple, si vous voulez explorer uniquement les dossiers du Corps expéditionnaire canadien (CEC), désélectionnez les autres cases. Notez que par défaut, la recherche se fera dans tous les groupes de documents.
  • Utilisez l’astérisque (*) comme caractère de substitution. Il peut remplacer plusieurs caractères et fournir des résultats sans égard à l’orthographe. Par exemple, tapez Fran* pour obtenir Frank, Francis, François, Franz, Francisco…
  • Faites une recherche avec et sans deuxième prénom, ou en utilisant seulement les initiales au lieu du prénom.
  • Les noms s’écrivaient souvent de différentes façons à l’époque. Essayez des variantes, comme « McEwan » pour « MacEwan ».
  • Vous pouvez faire une recherche plus détaillée en remplissant un ou des champs sous la rubrique « Options de recherche avancée ». Cependant, très peu de documents répondent à ces critères. Si la base de données ne contient pas le terme que vous recherchez, vous n’obtiendrez aucun résultat.
  • Vous pouvez trier vos résultats de recherche par ordre alphabétique : il suffit de cliquer sur le titre de la colonne que vous voulez trier. Vous pouvez cliquer une deuxième fois pour inverser l’ordre de tri. Notez que par défaut, les résultats apparaissent en ordre alphabétique dans la colonne « Référence ».
  • Vous pouvez aussi filtrer vos résultats de recherche : tapez un mot dans le champ « Filtre », et vous obtiendrez uniquement les résultats où ce mot apparaît. Par exemple, si vous inscrivez « 1895 », vous verrez uniquement les résultats où « 1895 » apparaît, qu’il s’agisse par exemple d’une date de naissance ou d’un numéro de régiment.
  • Si le nom que vous cherchez renvoie à plusieurs entrées, ou si les dossiers n’ont pas encore été numérisés, vous ne pourrez peut-être pas trouver le numéro de référence de votre dossier. Utilisez alors les sources suivantes pour trouver le numéro de régiment, qui vous aidera à limiter votre recherche :

Ce qu’il faut savoir au sujet du CEC

  • Les officiers n’avaient pas de numéro de régiment, sauf s’ils s’étaient d’abord enrôlés comme simple soldat, caporal ou sous-officier.
  • Au début de la guerre, on a attribué à certaines unités un numéro de régiment commençant par un préfixe alphabétique, le plus souvent la lettre « A ». Par la suite, ces préfixes ont été remplacés par des chiffres pour des raisons d’uniformité au sein du CEC. Ainsi, le préfixe « A » est devenu un 4 (ex. A34555 est devenu 434555).
  • Avant l’attribution de numéros de régiment distincts, certaines unités utilisaient les mêmes numéros; par conséquent, il se peut que vous trouviez le même numéro de régiment assigné à plus d’une personne.
  • Le nom trouvé dans la base de données peut ne pas correspondre avec celui qui est indiqué dans le document d’attestation ou ailleurs dans le dossier de service. Les dossiers du personnel étaient conservés dans des enveloppes sur lesquelles étaient écrits le nom du militaire et son numéro de régiment ou son rang. L’index original du CEC a été produit à partir de ces informations manuscrites, ce qui a pu occasionner des variantes ou des erreurs dans l’écriture des noms.
  • Les dossiers de service originaux sur papier sont désignés par la cote RG-150, acquisition 1992-1993/166, boîtes 1 à 10 686. Les dossiers portant les noms de Neils Aabel à Stanley Adair ont été retirés de cette acquisition et ont reçu des numéros de volumes permanents; leur numéro de référence comporte maintenant la mention RG-150 et un numéro de volume (aucun numéro d’acquisition ou de boîte).
  • Certains hommes, trop jeunes ou trop âgés pour s’engager, mentaient sur leur date de naissance. D’autres s’enrôlaient sous une fausse identité après avoir été refusés une première fois, pour des raisons médicales, par exemple. Au début de la guerre, les hommes mariés devaient obtenir la permission de leur femme pour s’engager dans le CEC; pour contourner cette règle, certains utilisaient un pseudonyme. Enfin, le gouvernement des États-Unis ne permettant pas à ses citoyens de s’enrôler dans l’armée d’un autre pays, certains volontaires américains s’engageaient donc sous un faux nom et un faux lieu de naissance.

Autres ressources

Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur ces ressources, les sources publiées, les expositions virtuelles et d’autres liens, veuillez consulter notre page Première Guerre mondiale.

Crédits

Nous tenons à remercier The Rooms, Archives provinciales de Terre Neuve et Labrador, pour les liens vers leurs dossiers du personnel numérisés.

Date de modification :