Patrick Riel

Patrick Riel (1876-1916) est un veuf de 39 ans lorsqu'il se joint au 8e Bataillon en août 1914. Il reçoit le numéro de matricule 1295, preuve qu'il est parmi les premières personnes à s'enrôler au début de la guerre. Nous savons qu'il était analphabète puisqu'il a tracé un X en guise de signature sur son certificat d'attestation. Riel est membre d'une Première Nation du Canada. Il est originaire de Maniwaki, au Québec, une ville située sur les rives de la rivière Gatineau, au nord d'Ottawa, qui est contiguë aux terres de la Première Nation de Kitigan Zibi Anishinabeg, une bande algonquine. Riel est un tireur d'élite particulièrement efficace sur le front occidental jusqu'à ce qu'il succombe à ses blessures lors d'une attaque d'artillerie en janvier 1916. Il laisse derrière lui deux filles. Riel est l'un des nombreux Autochtones à avoir largement contribué à l'effort de guerre canadien malgré la discrimination dont ils faisaient l'objet au pays. À cet égard, le rôle du soldat Riel est d'autant plus important qu'il est un descendant de la famille du chef métis Louis Riel, figure historique emblématique, pendu pour trahison en 1885.

Dossier de service

Document d'attestation 1

Date de naissance : 17 mars 1876

Date de l'attestation : 27 août 1914

Âge lors de l'enrôlement : 38 ans

Service militaire antérieur : aucun

Taille : 5 pieds, 10 ½ pouces

Poids : 

Description : teint foncé, yeux bruns et cheveux noirs

Adresse de domicile : Maniwaki, Québec

Métier ou profession : aucun

Marié : veuf

Plus proche parent : Catherine Riel

Théâtre de guerre : Europe

Blessures et historique médical

Aucun.

Faits intéressants tirés du dossier de service

Le dossier de service de Riel comprend son testament.

The London Gazette

Aucune mention.

Médailles, honneurs et récompenses militaires (1812-1969)

Aucune mention.

Données de recensement

Aucune donnée.

Date de modification :