Alexander Young Jackson

Dossier de service

Alexander Young Jackson (1882-1974) est né à Montréal, au Québec, le 3 octobre 1882. Comme plusieurs membres du Groupe des Sept, dont il est le fondateur, il se rend en Europe pendant sa jeunesse afin d'apprendre son art dans des écoles et des colonies artistiques de France et de Belgique. Ses paysages sont admirés et bientôt exposés au Musée des beaux‑arts du Canada. Pendant la Première Guerre mondiale, Jackson fait partie du 60e Bataillon (le Victoria Rifles of Canada). Il est blessé peu après son arrivée sur le front, à la bataille du bois du Sanctuaire, en 1916. Pendant sa convalescence, ses talents de peintre paysagiste attirent l'attention de lord Beaverbrook, un magnat des affaires canadien expatrié qui a récemment fondé le Bureau canadien des archives de guerre à Londres. Jackson est affecté à ce nouveau bureau et promu au grade de lieutenant. Il travaille comme artiste de guerre jusqu'à la fin de son service, documentant des événements importants liés à la guerre, comme les conséquences des combats et la destruction des villages. Après la guerre, il déménage à Toronto, puis à Manotick, près d'Ottawa. Il meurt en 1974 et est enterré sur le terrain du musée d'art McMichael, à Kleinburg, en Ontario.

Dossier de service

Document d'attestation 1

Date de naissance : 3 octobre 1883 (Montréal, Québec)

Date de l’attestation : 14 juin 1915 (Montréal, Québec)

Âge lors de l’enrôlement : 31 ans et 8 mois

Taille : 5 pieds, 5 ½ pouces

Poids : 139 livres

Description : teint jaunâtre, yeux bleus, cheveux pâles et grisonnants. Église anglicane. Deux marques de vaccin sur le bras gauche.

Lieu de résidence : Bureau canadien des archives de guerre

Métier ou profession : artiste (peintre paysagiste)

Marié : non

Plus proche parent : sa mère, madame Henry A. Jackson, vivant au 69, rue Hallowell, à Westmount, Montréal, Québec.

Théâtres de guerre : Angleterre et France

Blessures et historique médical

Document d'attestation 2
  • 4 juin 1916 – Jackson est admis à l’hôpital général canadien no 1 à Étaples, en France, après avoir reçu des shrapnels dans l’épaule et la hanche gauche. Il est hospitalisé pendant dix semaines et obtient son congé le 17 août. (Page 5)

Faits intéressants tirés du dossier de service

  • 9 février 1918 – Il est détaché au Bureau canadien des archives de guerre. (Page 16)
  • 21 novembre 1918 – Il est transféré dans le Corps expéditionnaire de Sibérie. (Page 16)
  • 7 mai 1919 – Sa dernière paie en tant qu’officier est de 170,54 $. (Page 15)

London Gazette

Aucune mention

Médailles, honneurs et récompenses militaires

Aucune mention

Données de recensement

  • Recensement de 1911
    En 1911, madame Henry Jackson (69) vit avec ses fils, A. Y. (28) et W. H. (23), et ses deux filles, Isobel (26) et Catherine (21). Elle est la chef du foyer. Née en Ontario, elle a des origines écossaises. La famille est anglicane. A. Y. est artiste, tandis que W. H. est employé aux écritures dans une banque. Isobel et sa mère ne travaillent pas à l’extérieur du foyer, mais Catherine est sténographe dans un atelier de peinture.

Date de modification :