John George Diefenbaker

John George Bannerman Diefenbaker

John George Bannerman Diefenbaker (1895‑1979) étudie le droit à l’Université de la Saskatchewan lorsqu’il s’enrôle dans le 196Bataillon, à Regina, le 25 août 1916. Il arrive en Angleterre en septembre. Il devient alors manifeste que Diefenbaker souffre de graves problèmes cardiaques. Jugé inapte au service, il retourne au Canada en février 1917 sans avoir participé à une seule bataille. Il reprend ses études et finira par exercer le droit dans la petite ville de Wakaw, en Saskatchewan. Il se joint ensuite au Parti conservateur provincial, dont il devient le chef en 1936. Quatre ans plus tard, en 1940, il est élu à la Chambre des communes. Il devient chef du Parti conservateur fédéral en décembre 1956 et est élu premier ministre du Canada en juin 1957. Il nomme la première femme ministre (Ellen Fairclough) et le premier sénateur autochtone (James Gladstone - anglais seulement) de l’histoire du Canada. Après son mandat de premier ministre, il demeure membre du Parlement jusqu’à sa mort, en 1979.

Dossier de service

Date de naissance : 18 septembre 1895 (New State, Ontario)

Date de l’attestation : 25 août 1916

Âge lors de l’enrôlement : 21 ans

Service militaire antérieur/milice active : 105th Saskatchewan Fusiliers

Document d'attestation

Taille : 5 pieds, 11 ½ pouces

Poids : 146 livres

Description : teint clair, cheveux bruns, yeux bleus. Baptiste. (On le décrit ailleurs comme un homme de grande taille ayant les cheveux ondulés, le teint frais, les yeux bleus et les cheveux brun pâle.)

Adresse de domicile : 411, 9th Street à Saskatoon, en Saskatchewan

Métier ou profession : étudiant en droit

Marié : non

Plus proches parents : son père, William Thomas Diefenbaker, et sa mère, Mary Florence (Bannerman) Diefenbaker, vivant au 411, 9th Street à Saskatoon, en Saskatchewan

Théâtre de guerre : Angleterre

Blessures et historique médical

  • 26 novembre 1916 – Une note écrite au camp de Crowborough, en Angleterre, signale que Diefenbaker est atteint d’une maladie cardiaque. Elle contient beaucoup de détails sur son état de santé, précisant par exemple qu’il éprouvait beaucoup de symptômes de faiblesse avant même de se porter volontaire. Juste après son enrôlement, il reçoit un congé de dix jours à cause de ses problèmes cardiaques et de son état de faiblesse. Il est incapable de se pencher, d’escalader une colline ou de s’entraîner à cause de ses gros problèmes au cœur. Il a aussi une mauvaise vue (corrigée par des lunettes) et un corps frêle. En outre, il souffre de dyspnée, c’est-à-dire d’essoufflement, lorsqu’il fait un effort. (Page 15)
  • 22 février 1917 – Après avoir été jugé définitivement inapte au service, il retourne au Canada à bord du Grampian le 20 février 1917. (Page 3)
  • 4 août 1917 – Diefenbaker souffre d’insuffisance mitrale (une anomalie cardiaque) depuis le 15 novembre 1915. Le problème s’aggrave pendant son passage en Angleterre à cause du surmenage. Un bref historique médical mentionne qu’il est examiné le 1er novembre 1916 et jugé apte au service. Puis, il suit une formation à l’École militaire canadienne. Il est ensuite chargé de creuser des tranchées, ce qu’il fait pendant 10 jours, à raison de 7 heures par jour. Les deux jours suivants, il crache du sang. Il revient en poste pour effectuer des travaux légers, mais son état s’aggrave. Il est finalement hospitalisé pendant huit semaines avant d’être renvoyé au Canada. (Pages 79 et 80)

Détails intéressants tirés du dossier de service

  • Pendant la Première Guerre mondiale, Diefenbaker est lieutenant du 105th Saskatchewan Regiment. En 1957, pendant sa première année à titre de premier ministre, il est nommé colonel honoraire de ce régiment. (Pages 33 à 36)
  • Il est considéré comme apte à effectuer des tâches de catégorie A à son retour au Canada. Toutefois, le commandant du district militaire no 12, à Regina, en Saskatchewan, écrit une lettre au secrétaire du Conseil de la milice, à Ottawa, pour lui dire qu’aucun poste n’est vacant dans son district. Il demande donc respectueusement que Diefenbaker soit rayé de l’effectif du CEC à partir du 25 octobre 2017. (Page 75)

The London Gazette

  • Aucune mention

Médailles, honneurs et récompenses militaires

  • Aucune mention

Données de recensement

Recensement de 1901

  • À l’âge de cinq ans, John G. Diefenbaker vit à York, en Ontario, avec ses parents, William Thomas (33) et Mary (28), et son petit frère Elmer C. (3). La famille est allemande et d’origine écossaise. Son père est un enseignant de confession méthodiste; sa langue maternelle est l’allemand. La mère de Diefenbaker est baptiste. 

Recensement de 1911 (son nom est erronément épelé « Diefenbach »)

  • Maintenant âgé de 15 ans, Diefenbaker a déménagé avec sa famille sur la 9th Street, à Saskatoon, en Saskatchewan. Son oncle Edward (30) s’est joint au foyer.
Date de modification :