Peter Pitseolak

 Peter Pitseolak. Crédit:  Charles Gimpel/BAC
Source

​Sa vie et son époque racontées à partir des documents de la collection de BAC.

Date de naissance : Novembre 1902

sur l’île Nottingham, dans les Territoires du Nord-Ouest

(aujourd’hui le Nunavut).

 

Date de décès : 30 septembre1973, à Cape Dorset (Kinngait), dans les Territoires du Nord-Ouest (aujourd’hui le Nunavut).

Père : Inukjuarjuk (né aux environs de 1849 à Fort Chimo (Kuujjuaq), Québec; décédé en 1915 à Etidliajuk (Territoires du Nord-Ouest).

Mère : Kooyoo (décédée en 1928).

Épouses : Annie (décédée en 1939) et Aggeok (née en 1906; décédée en 1977).

Historien inuit, chef de campement, artiste, écrivain et photographe, le travail de Peter Pitseolak autour de la communauté de Cape Dorset, sur la côte sud-ouest de l’île de Baffin, remonte aux années 1940. Une riche tradition de créativité et de talent artistique a émergé du Nunavut et, plus particulièrement, de Cape Dorset. Inspirés par la culture traditionnelle inuite de la région, les légendes et l’environnement arctique, les artistes du secteur ont tiré une inspiration et des thèmes distincts sans pareil de leur patrimoine et de leur milieu.

Pitseolak a passé une grande partie de sa vie dans les campements traditionnels d’une région appelée Seekooseelak, sur la côte sud-ouest de l’île de Baffin, documentant les éléments de la culture traditionnelle dans ses dessins, ses peintures, ses enregistrements sonores et ses photographies. 

Très jeune, Pitseolak rencontre le photographe Robert J. Flaherty. Flaherty est mieux connu pour son film "Nanook of the North", réalisé en 1922.

Chronologie

1922

Peter Pitseolak et ses frères, Pootoogook and Eetoolook, commencent à gagner de l’argent. Leur travail consiste à construire des maisons et à étendre du gravier autour des maisons nouvellement construites. Les frères chassent le morse et le renard argenté et traitent les peaux pour la Compagnie de la Baie d’Hudson.

Plus tard, alors chasseur respecté, Pitseolak devient le « patron » d’une équipe de chasseurs.

1923

Peter Pitseolak épouse Annie, qui est de Kimmirut (auparavant Lake Harbour, Territoires du Nord-Ouest). Ensemble, ils ont sept enfants dont seulement deux filles (Udluriak et Kooyoo) survivent jusqu’à l’âge adulte. Annie meurt de la tuberculose en 1939.

1939

Pitseolak peint une série d’aquarelles pour John Buchan qui deviendra par la suite le second baron Tweedsmuir. John Buchan était le fils du gouverneur général John Buchan, premier baron Tweedsmuir, et a été au service de la Compagnie de la Baie d’Hudson entre 1937 et1939.

Années 1940

Pitseolak et son équipe de chasseurs travaillent pour la Baffin Trading Company, l’approvisionnant en peaux de phoque, en peaux d’ours polaire et en peaux de morses parce que la Compagnie de la Baie d’Hudson ne prenait que des peaux de renard.

1941

Il commence à vivre avec Aggeok, sa collaboratrice. Née dans le campement d’Omanikjuak (Nunavut), Aggeok deviendra plus tard sa seconde épouse.

1942

Pitseolak achète sa première caméra d’un missionnaire catholique.

Il prend des photos de lui-même, de sa famille et de sa communauté dans des situations réelles ou demande à ses sujets de porter des habits traditionnels (1) et des armes de chasse (2) d’une autre époque.

Pitseolak développe ses premières photos dans un igloo.

1945

Pitseolak contracte la tuberculose et la maladie lui cause des problèmes de santé tout au long des années 1950.

Le travail de Pitseolak coïncide avec une période d’immenses bouleversements sociaux (3) pour les Inuits. La  majorité des Inuits sont déplacés des campements de chasse saisonniers vers des établissements permanents. Cape Dorset est l’un de ces établissements.

1946

Il établit un campement à Keatuk, sur l’île de Baffin, et devient le chef ou « patron du camp » de dix familles. Son père, Inukjuarjuk, et son grand-père, Etidluie, avaient été des chefs à leur époque. 

1958

La West Baffin Co-operative ouvre ses portes durant cette période et procure de nombreux emplois aux Inuits.

1961

Il quitte son campement de Keatuk et retourne au village de Cape Dorset.

Son héritage

Peter Pitseolak redoutait qu’une grande partie du savoir traditionnel (4) soit oublié. Il a utilisé l’écriture, le croquis et la photographie pour enregistrer un mode de vie en voie de disparition en documentant les coutumes, les techniques de chasse, les histoires et les mythes du peuple inuit.

1.  Image des habits traditionnels

2.  Image no. 1 des armes de chasse, image no. 2 des armes de chasse

3.  Image no. 1 des bouleversements sociaux, image no. 2 des bouleversements sociaux, image no. 3 des bouleversements sociaux, image no. 4 des bouleversements sociaux

4.  Image no. 1 du savoir traditionnelimage no. 2 du savoir traditionnel  

​Sa vie et son époque racontées à partir des documents de la collection de BAC.

Date de naissance : Novembre 1902

sur l’île Nottingham, dans les Territoires du Nord-Ouest

(aujourd’hui le Nunavut).

 

Date de décès : 30 septembre1973, à Cape Dorset (Kinngait), dans les Territoires du Nord-Ouest (aujourd’hui le Nunavut).

Père : Inukjuarjuk (né aux environs de 1849 à Fort Chimo (Kuujjuaq), Québec; décédé en 1915 à Etidliajuk (Territoires du Nord-Ouest).

Mère : Kooyoo (décédée en 1928).

Épouses : Annie (décédée en 1939) et Aggeok (née en 1906; décédée en 1977).

Historien inuit, chef de campement, artiste, écrivain et photographe, le travail de Peter Pitseolak autour de la communauté de Cape Dorset, sur la côte sud-ouest de l’île de Baffin, remonte aux années 1940. Une riche tradition de créativité et de talent artistique a émergé du Nunavut et, plus particulièrement, de Cape Dorset. Inspirés par la culture traditionnelle inuite de la région, les légendes et l’environnement arctique, les artistes du secteur ont tiré une inspiration et des thèmes distincts sans pareil de leur patrimoine et de leur milieu.

Pitseolak a passé une grande partie de sa vie dans les campements traditionnels d’une région appelée Seekooseelak, sur la côte sud-ouest de l’île de Baffin, documentant les éléments de la culture traditionnelle dans ses dessins, ses peintures, ses enregistrements sonores et ses photographies. 

Très jeune, Pitseolak rencontre le photographe Robert J. Flaherty. Flaherty est mieux connu pour son film "Nanook of the North", réalisé en 1922.

Chronologie

1922

Peter Pitseolak et ses frères, Pootoogook and Eetoolook, commencent à gagner de l’argent. Leur travail consiste à construire des maisons et à étendre du gravier autour des maisons nouvellement construites. Les frères chassent le morse et le renard argenté et traitent les peaux pour la Compagnie de la Baie d’Hudson.

Plus tard, alors chasseur respecté, Pitseolak devient le « patron » d’une équipe de chasseurs.

1923

Peter Pitseolak épouse Annie, qui est de Kimmirut (auparavant Lake Harbour, Territoires du Nord-Ouest). Ensemble, ils ont sept enfants dont seulement deux filles (Udluriak et Kooyoo) survivent jusqu’à l’âge adulte. Annie meurt de la tuberculose en 1939.

1939

Pitseolak peint une série d’aquarelles pour John Buchan qui deviendra par la suite le second baron Tweedsmuir. John Buchan était le fils du gouverneur général John Buchan, premier baron Tweedsmuir, et a été au service de la Compagnie de la Baie d’Hudson entre 1937 et1939.

Années 1940

Pitseolak et son équipe de chasseurs travaillent pour la Baffin Trading Company, l’approvisionnant en peaux de phoque, en peaux d’ours polaire et en peaux de morses parce que la Compagnie de la Baie d’Hudson ne prenait que des peaux de renard.

1941

Il commence à vivre avec Aggeok, sa collaboratrice. Née dans le campement d’Omanikjuak (Nunavut), Aggeok deviendra plus tard sa seconde épouse.

1942

Pitseolak achète sa première caméra d’un missionnaire catholique.

Il prend des photos de lui-même, de sa famille et de sa communauté dans des situations réelles ou demande à ses sujets de porter des habits traditionnels (1) et des armes de chasse (2) d’une autre époque.

Pitseolak développe ses premières photos dans un igloo.

1945

Pitseolak contracte la tuberculose et la maladie lui cause des problèmes de santé tout au long des années 1950.

Le travail de Pitseolak coïncide avec une période d’immenses bouleversements sociaux (3) pour les Inuits. La  majorité des Inuits sont déplacés des campements de chasse saisonniers vers des établissements permanents. Cape Dorset est l’un de ces établissements.

1946

Il établit un campement à Keatuk, sur l’île de Baffin, et devient le chef ou « patron du camp » de dix familles. Son père, Inukjuarjuk, et son grand-père, Etidluie, avaient été des chefs à leur époque. 

1958

La West Baffin Co-operative ouvre ses portes durant cette période et procure de nombreux emplois aux Inuits.

1961

Il quitte son campement de Keatuk et retourne au village de Cape Dorset.

Son héritage

Peter Pitseolak redoutait qu’une grande partie du savoir traditionnel (4) soit oublié. Il a utilisé l’écriture, le croquis et la photographie pour enregistrer un mode de vie en voie de disparition en documentant les coutumes, les techniques de chasse, les histoires et les mythes du peuple inuit.

1.  Image des habits traditionnels

2.  Image no. 1 des armes de chasse, image no. 2 des armes de chasse

3.  Image no. 1 des bouleversements sociaux, image no. 2 des bouleversements sociaux, image no. 3 des bouleversements sociaux, image no. 4 des bouleversements sociaux

4.  Image no. 1 du savoir traditionnelimage no. 2 du savoir traditionnel  

Date de modification :