La chronologie - le phénomène des ovnis au Canada

Avis important

Les documents seront présentés dans les langues dans lesquelles ils auront été reçus.

Les ministères des Transports et de la Défense nationale, la Gendarmerie royale du Canada et le Conseil national de recherches ont tous eu à s'occuper d'enquêtes ou de rapports relatifs à l'existence d'ovnis partout au pays ou de témoignages de gens qui ont vu des ovnis. Chacun de ces ministères avait ses propres intérêts et objectifs. Les documents que conserve Bibliothèque et Archives Canada, dont certains ont été numérisés et mis sur ce site, témoignent de leurs investigations. Naviguez dans la chronologie pour savoir à quel moment chaque ministère ou organisme a engagé une enquête sur les ovnis.

  • 1947

    Les Canadiens ont gardé l'habitude de scruter le ciel pour surveiller le passage d'avions ennemis. Même si la guerre est finie, les habitants savent qu'une attaque reste possible, compte tenu de la nouvelle menace d'une guerre froide. C'est ainsi que plusieurs personnes rapportent avoir vu des objets volants non identifiés (OVNI) à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et au ministère de la Défense nationale. Même si on avait déjà enregistré plusieurs de ces témoignages auparavant au Canada, c'est à ce moment que la Défense nationale et des organismes gouvernementaux commencent à amasser des informations sur les ovnis.

    Archives du ministère de la Défense nationale (RG 24, volume 17984, dossier S-940-5, partie 1 et 2; bobine T-3291)

    Note de service (1954-12-14) (en anglais seulement)

  • 1950 Le projet Magnet

    Amorcé en 1950, le projet Magnet prévoit, entre autres, l'étude des phénomènes magnétiques. L'ingénieur responsable du projet, Wilbert Smith, travaille comme ingénieur radio principal au ministère des Transports. Le projet se fonde sur les concepts du géomagnétisme et la conviction qu'il serait possible d'utiliser et de manipuler le champ magnétique terrestre pour propulser des véhicules. Smith croit que cette technologie existe déjà et que les mystérieux ovnis aperçus si souvent au Canada l'utilisent. Il pense que la corrélation entre la théorie sur laquelle s'appuie le project et l'information sur les soucoupes dont on dispose est trop étroite pour n'être qu'une simple coïncidence.

  • 1952 Le projet Second Story

    Parallèlement au projet Magnet de Wilbert Smith, au ministère des Transports, des employés d'autres ministères mettent sur pied un comité exclusivement voué à l'étude des témoignages relatifs aux « soucoupes volantes ». Parrainé par le Conseil de recherches pour la défense et baptisé Second Story, ce comité se consacre à collectionner et à cataloguer les données provenant de témoignages de personnes qui rapportent avoir vu des ovnis, et à établir entre elles des corrélations.

    Archives du ministère de la Défense nationale (RG 24, acquisition 83-84/167, boîte 7523, dossier DRBS 3800-10-1, partie 1)

    Procès-verbal du 22 avril 1952 (PDF 1.64 MB) (en anglais seulement)

    Procès-verbal du 24 avril 1952 (PDF 944 KB) (en anglais seulement)

    Ce comité a préparé un questionnaire et un guide d'instructions destiné aux enquêteurs. Il est important de noter que la méthode utilisée pour établir les rapports tend à vouloir réduire au minimum la part d'interprétation personnelle. Autrement dit, le comité a créé un facteur de pondération qui permet de mesurer la part probable de vérité comprise dans chaque témoignage.

    Questionnaire formulaire (PDF 1.61 MB) (en anglais seulement)

    Vous pouvez voir des questionnaires dûment remplis en consultant la base de données, au numéro de référence RG 97, volume 114, dossier 5010-4.

  • 1954

    Le gouvernement cesse de financer le projet Magnet, mais les employés qui croient en ce projet continuent d'y travailler.

  • 1959

    Comme à l'accoutumée, il revient à la GRC d'établir les rapports sur les ovnis. Certaines des archives de la GRC conservées à Bibliothèque et Archives Canada remontent à 1959. Chaque rapport comprend la description de l'objet, sa localisation dans le ciel, les déclarations des témoins ainsi que leur nom et occupation, et une évaluation de leur crédibilité. Certaines informations, soumises à la Loi sur la protection des renseignements personnels, ne peuvent être divulguées. Quelques enquêtes comportent des croquis et des dessins réalisés d'après les descriptions données par les témoins. On envoie les rapports au Conseil national de recherches (CNR) qui les verse aux dossiers portant sur les phénomènes non météoriques. Les chercheurs du CNR concluent souvent que les objets aperçus proviennent de phénomènes naturels, tels les trous d'air, les boules de feu et les météorites, mais l'origine de certains autres demeure mystérieuse.

  • 1959 à 1960

    Les États-Unis et le Canada signent une entente qui prévoit l'instauration d'un système conjoint de rapports sur les ovnis, le Cirvis/Merint. Ce système vise à diffuser assez tôt une mise en garde destinée à la défense de l'Amérique du Nord et à préparer des rapports plus nombreux sur l'intelligence vitale en temps de paix. Des affiches enjoignent de signaler sur-le-champ tout objet, venu des airs ou de l'eau, d'apparence hostile, non identifié ou dont les manœuvres semblent suspectes. En guise d'exemples, elles sont illustrées d'objets tels qu'une soucoupe, des missiles et des sous-marins.

    Archives du ministère des Transports RG 12, acquisition 1980-81/303 700-20, partie 2

    Lettre d'entente 1957-12-13 (en anglais seulement)

    Affiche, Cirvis/Merint (en anglais seulement)

    Indications pour établir les rapports Cirvis/Merint (PDF 1.37 MB) (en anglais seulement)

    Vous pouvez consulter des rapports de Cirvis/Merint dûment remplis dans les archives du ministère de la Défense nationale et celles du Conseil national de recherches.

  • Les années 1960

    Le ministère de la Défense nationale classe les témoignages en deux catégories :

    Première catégorie : Descriptions rappelant les phénomènes associés aux boules de feu et aux météorites

    Seconde catégorie : Descriptions non conformes aux phénomènes physiques normalement associés à l'activité des boules de feu ou des météorites

    On envoie au Conseil national de recherches les témoignages classés dans la première catégorie, et le ministère de la Défense nationale enquête sur ceux de la seconde.

    Archives du ministère de la Défense nationale , RG 24, acquisition 83-84/167, boîte 7523, dossier DRBS 3800-10-1, partie 1

    Lettre 1967-09 (en anglais seulement)(PDF 781 KB)

  • 1961

    Le ministère de la Défense nationale reçoit de multiples témoignages signalant des ovnis, et nombre de personnes et d'organismes lui demandent aussi de préciser son rôle dans les enquêtes menées sur ces objets. Une note de service du 18 octobre 1961, adressée au bureau du sous-ministre de la Défense nationale, décrit ainsi les questions fréquemment posées au ministère :

    Question 1 : Les déclarations d'ovnis demeurées mystérieuses sont-elles soustraites à la presse et au grand public?

    Réponse : Non. Certains témoignages ne sont pas rapportés à la presse, mais tous peuvent être consultés.

    Question 2 : ministère de la Défense partage-t-il avec les Américains la crainte que les ovnis deviennent une menace?

    Réponse : Le gouvernement canadien se préoccupe de la déclaration de tout objet qui pourrait nuire à la sécurité nationale; c'est aussi sans aucun doute l'attitude adoptée par le gouvernement américain. Toutefois, à ce jour, les enquêtes sur les déclarations d'ovnis, menées par différents ministères fédéraux, ne révèlent rien qui nous amènerait à nous inquiéter du bien-être de notre nation. En effet, tous les objets décrits pourraient être attribués à des phénomènes naturels ou à une erreur d'identification.

    Question 3 : Quelle est la position officielle de l'Aviation royale du Canada (ARC) sur cette question?

    Réponse : L'ARC fait preuve d'une grande ouverture d'esprit. Ses membres investiguent chaque déclaration jusqu'au moment où les circonstances, telles la crédibilité et la capacité d'observation du témoin, semblent tout à fait sûres.

    Archives du ministère de la Défense nationale , RG 24, volume 17984, dossier S-940-5, parties 1 et 2; bobine T-3291

    Note de service 1961-10-23 (en anglais seulement)

  • 1966

    Le premier ministre Pearson déclare à son Cabinet que, compte tenu de l'intérêt que portent les membres de la presse et ceux du Parlement à la déclaration d'objets volants non identifiés, il demanderait aux ministres responsables de lui fournir un rapport indiquant les mesures prises, dans les dernières années, par suite de ces déclarations.

    Page 6 du dossier ministériel

  • 1967

    Le ministère de la Défense nationale achemine ses dossiers au Conseil national de recherches. De l'avis général, la plupart des témoignages ne laissent présager aucune menace pour la sécurité nationale. Au contraire, nombre d'enquêtes portant sur les témoignages indiquent que les ovnis pourraient nous faire connaître une information scientifique exceptionnelle, ou encore une technologie avancée qui contribuerait à la recherche technique et scientifique.

    Archives du ministère de la Défense nationale , RG 24, acquisition 83-84/167, boîte 7523, dossier DRBS 3800-10-1, partie 1

    Lettre 1967-09 (en anglais seulement) (PDF 781 KB)

    Le ministère de la Défense nationale met l'accent sur trois déclarations et achemine ces dossiers non résolus au Conseil national de recherches. Il s'agit de la rencontre de Falcon Lake, des cercles de récolte (agroglyphes) de Duhamel et de l'atterrissage à Shag Harbour. Le ministère demande aussi qu'on l'informe de tout ce qui pourrait menacer la sécurité nationale. Divers ministères continuent de recevoir des déclarations.

    Archives du ministère de la Défense nationale , RG 24, acquisition 83-84/167, boîte 7523, dossier DRBS 3800-10-1, partie 1

    Lettre 1967-11 (en anglais seulement) (PDF 1.34 MB)

  • 1968

    Le ministère de la Défense nationale reçoit, d'un Allemand qui se dit ingénieur en aéronautique, une lettre dans laquelle il déclare qu'en 1944 il a construit, avec d'autres scientifiques, un vaisseau semblable à une soucoupe volante qui devait servir « d'arme secrète à Hitler ». L'Aviation royale du Canada interroge cet homme et mène une enquête. De tels incidents illustrent des situations à propos desquelles le ministère a mené une enquête.

    Archives du ministère de la Défense nationale , RG 24, volume 17988, dossier C-940-105, parties 1 et 2; bobine T-3291

    Lettre 1952-09-16 (en anglais seulement) (PDF 1.03 MB)

    Le procès-verbal d'interrogatoire 1952-07-02 (en anglais seulement) (PDF 1.98 MB)

  • 1970

    La GRC continue d'enquêter sur des déclarations d'ovnis.

  • 1978

    Le dossier du ministère des Transports intitulé « Unidentified Flying Objects » (objets volants non identifiés) contient des renseignements sur les ovnis signalés entre 1976 et 1978.

    La base de données du site comporte d'autres informations concernant les dossiers des ministères des Transports et de la Défense nationale, ainsi que ceux de la Gendarmerie royale du Canada et du Conseil national de recherches.

Date de modification :