Marie-Anne Asselin, mezzo-soprano (1888-1971)

Marie-Anne Asselin est née à Sainte-Famille, à l'Île d'Orléans, le 5 septembre 1888. Après des études musicales avec Mme Lemire et des études vocales avec Béatrice Lapalme.

Asselin fait ses débuts le 25 avril 1919 dans le rôle de Jeanne dans La Basoche de André Messager aux côtés de Sarah Fischer (Colette) et d'Édouard Sarrazin (duc de Longueville) au Théâtre Français à Montréal.

En 1920, elle ouvre un studio de chant au 109, rue Saint-Denis, à Montréal. L'année suivante, elle donne une série de concerts dans diverses villes du Québec avec le ténor Émile Gour, la basse Germain Lefebvre, le baryton Hercule Lavoie et la soprano Blanche Gonthier.

En mars 1923, elle participe, avec José Delaquerrière, Jeanne Maubourg, Blanche Archambault, Germaine Lebel, André Durieux et Maurice Jacquet, à une série de douze émissions diffusées le mardi soir sur les ondes de la station radiophonique CKAC (Montréal). Ces émissions, entendues en Nouvelle-Angleterre, valent à la troupe d'être invitée à donner un concert diffusé dans plusieurs régions américaines lors de l'ouverture d'une station de Springfield.

La mezzo-soprano n'a enregistré qu'un seul 78 tours, à la Berliner Gram-o-phone de Montréal (HMV 263118, paru en novembre 1924), sur lequel on trouve les pièces « Au clavecin » et « Tes yeux ».

Elle se consacre ensuite à l'enseignement, notamment à son studio situé à Montréal, au 3672, rue Saint-Hubert, dans les années 1930, et au 823, boulevard Saint-Joseph Est, au début des années 1950. Elle décède à Montréal en 1971. Marie-Anne était la sœur du ténor Pierre-Aurèle Asselin (1881-1964) et la grand-tante du pianiste André Asselin (1923-2012).

Source: Notes de recherche inédites par Robert Thérien, chercheur en musique, Montréal

Date de modification :