Histoire de la musique au Canada

L'époque de la Première Guerre mondiale

La présentation d'opéras au Canada

L'époque de la Première Guerre mondiale

L'époque de la Première Guerre mondiale constitue un point tournant de l'histoire du Canada. Elle a aussi marqué de façon importante l'industrie de la musique et du disque au Canada. Au cours de cette période, nombre de chansons patriotiques et de ballades sentimentales ont vu le jour en vue de soutenir les membres des forces terrestres, navales et aériennes ainsi que les familles en attente au pays, qui vivaient une profonde inquiétude. Cette époque a également marqué l'amorce de grands changements dans le style de la musique populaire avec l'essor du vaudeville, les compositions de Tin Pan Alley, le début de l'engouement pour les grands orchestres de danse Big Band et la montée populaire du jazz. Les chanteurs et les compositeurs canadiens donnaient le ton à cette génération musicale .

Les chansons populaires, 1914-1918

Un des phénomènes associés à la Première Guerre mondiale est le nombre imposant de chansons populaires qui ont reçu un accueil favorable en Amérique du Nord. La liste ci-dessous est une sélection des chansons les plus populaires écrites ou enregistrées à cette époque. La liste n'est pas exhaustive. Certains des morceaux qui y figurent étaient bien connus avant 1914, mais ils y ont été ajoutés parce qu'ils ont continué d'être populaires par la suite.

Chansons populaires, 1914

  • The Aba Daba Honeymoon (Arthur Fields, Walter Donovan)
  • Alexander's Ragtime Band (Irving Berlin)
  • All Aboard for Dixieland-Turkey Trot (George L. Cobb, musique; Jack Yellen, paroles)
  • Are We Downhearted? No! (Lawrence Wright, Worton David)
  • By the Beautiful Sea (Harry Carroll, musique; Harold Atteridge, paroles)
  • Can't You Hear Me Callin', Caroline? (Caro Roma, musique; William H. Gardner, paroles)
  • Everybody Rag with Me (Grace LeBoy, musique; Gus Kahn, paroles)
  • Fido Is a Hot Dog Now (Raymond Walker, musique; Charles McCarron, Thomas Gray, paroles)
  • Goodbye, Girls, I'm Through (from Chin-Chin) (Ivan Caryll, musique; John Golden, paroles)
  • He's a Devil in His Own Home Town (Irving Berlin, musique; Grant Clarke, paroles)
  • I Love the Ladies (Jean Schwartz, musique; Grant Clarke, paroles)
  • I Want to Go Back to Michigan (Irving Berlin)
  • In the Town Where I Was Born (Al Harriman, musique; Dick Howard, Billy Tracey, paroles)
  • It's a Long Way to Tipperary (Jack Judge, musique; Harry Williams, paroles)
  • I've Got Everything I Want but You (from The Passing Show) (Marshall)
  • A Little Bit of Heaven, Shure They Call It Ireland (Ernest R. Ball, musique; J. Keirn Brennan, paroles)
  • Love's Own Sweet Song (Sari Waltz) (Emmerich Kalman, musique; C.C.S. Cushing, E.P. Heath, paroles)
  • Mary, You're a Little Bit Old-Fashioned (Henry I. Marshall, musique; Marion Sunshine, paroles)
  • The Merry Widow Waltz (Franz Lehar, musique; Adrian Ros, paroles)
  • Minstrel Parade
  • Missouri Waltz (Frederick Knight Logan, musique; J.R. Shannon, pseud. of James Royce, paroles)
  • On the 5:15 (Henry I. Marshall, musique; Stanley Murphy, paroles)
  • Peg o' My Heart (Fred Fisher, musique; Alfred Bryan, paroles)
  • Play a Simple Melody (Irving Berlin)
  • Silver Threads Among the Gold (Hart Pease Danks, musique; Eben Rexford, paroles)
  • St. Louis Blues (W.C. Handy)
  • Sylvia (Oley Speaks, musique; Clinton Scollard, paroles)
  • Syncopated Walk (Irving Berlin)
  • A Tango Dream
  • Tennessee, I Hear You Calling Me (Geoffrey O'Hara)
  • That's A-Plenty (Lew Pollack)
  • They Didn't Believe Me (from The Girl from Utah) (Paul Rubens, Sydney Jones, Jerome Kern)
  • Tip Top Tipperary Mary (Harry Carroll, musique; Ballard MacDonald, paroles)
  • Too-Ra-Loo-Ra-Loo-Ral (That's an Irish Lullaby) (James Royce Shannon)
  • Twelfth Street Rag (Euday L. Bowman)
  • Watch Your Step (Irving Berlin)
  • When You're a Long, Long Way from Home (George W. Meyer, musique; Sam M. Lewis, paroles)
  • When You're Away (from The Only Girl), (Victor Herbert)
  • When You're Wearing the Ball and Chain (Victor Herbert, musique; Harry B. Smith, paroles)
  • When You Wore a Tulip and I Wore a Big Red Rose (Percy Wenrich, musique; Jack Mahoney, paroles)
  • You Planted a Rose in the Garden of Love (Ernest Ball, musique; J. Will Callahan, paroles)
  • Your Eyes Have Told Me What I Did Not Know (Geoffrey O'Hara)

Chansons populaires, 1915

  • Alabama Jubilee (George L. Cobb, musique; Jack Yellen, paroles)
  • Along the Rocky Road to Dublin (Bert Grant, musique; Joe Young, paroles)
  • America, I Love You (Archie Gottler, musique; Edgar Leslie, paroles)
  • Auf Wiedersehen (Sigmund Romberg, musique; Herbert Reynolds, paroles
  • Babes in the Wood (Jerome Kern, Schuyler Greene)
  • Back Home in Tennessee (Walter Donaldson, musique; William Jerome, paroles)
  • Burlington Bertie from Bow (William Hargreaves)
  • Canadian Capers (Gus Chandler, Bert White, Henry Cohen)
  • Don't Bite the Hand That's Feeding You (James Morgan, musique; Thomas Hoier, paroles)
  • Down Among the Sheltering Palms (Abe Olman, musique; James Brockman, paroles)
  • Fascination (Sigmund Rombert, musique; Harold Atteridge, paroles)
  • Hello, Frisco! (Louis A. Hirsch, musique; Gene Buck, paroles)
  • Hello, Hawaii, How Are You? (Jean Schwartz, musique; Bert Kalmar, Edgar Leslie, paroles)
  • If We Can't Be the Same Old Sweethearts, We'll Just Be the Same Old Friends (James V. Monaco, musique; Joe McCarthy, paroles)
  • In a Monastery Garden (Albert W. Ketelbey)
  • Ireland Is Ireland to Me (Ernest R. Ball, musique; Fiske O'Hara, J. Keirn Brennan, paroles)
  • It's Tulip Time in Holland (Richard A Whiting, musique; Dave Radford, paroles)
  • Jelly Roll Blues (Fred Morton)
  • Just Try to Picture Me Down Home in Tennessee (Walter Donaldson, musique; William Jerome, paroles)
  • Keep the Home Fires Burning (Ivor Novello, musique; Lena Guilbert Ford, paroles)
  • Love Is the Best of All (Victor Herbert, musique; Henry Blossom, paroles)
  • Memories (Egbert Van Alstyne, musique; Gus Kahn, paroles)
  • M-O-T-H-E-R, A Word that Means the World to Me (Theodore Morse, musique; Howard Johnson, paroles)
  • My Little Girl (Albert Von Tilzer, musique; Sam M. Lewis, Will Dillon, paroles)
  • My Mother's Rosary (George W. Meyer, musique; Sam M. Lewis, paroles)
  • My Sweet Adair (L. Wolfe Gilbert, Anatol Friedland)
  • Neapolitan Love Song (Victor Herbert, musique; Henry Blossom, paroles)
  • Norway (Fred Fisher, Joe McCarthy)
  • The Old Grey Mare, She Ain't What She Used to Be (Frank Panella)
  • On the Beach at Waikiki (Henry Kailimai, musique; G.H. Stover, paroles)
  • Pack Up Your Troubles in Your Old Kit-Bag (Felix Powell, musique; George Asaf, paroles)
  • Ragging the Scale (Edward B. Claypoole)
  • She's the Daughter of Mother Machree (Ernest R. Ball, musique; Jeff T. Nenarb, paroles)
  • Siam (Fred Fisher, musique; Howard Johnson, paroles)
  • Some Little Bug Is Going to Find You (Silvio Hein, musique; Benjamin Hapgood Burt, Roy Atwell, paroles)
  • The Sunshine of Your Smile (Lilian Ray, musique; Leonard Cooke, paroles)
  • There's a Broken Heart for Every Light on Broadway (Fred Fisher, musique; Howard Johnson, paroles)
  • There's a Little Lane Without a Turning on the Way to Home Sweet Home (George W. Meyer, musique; Sam M. Lewis, paroles)
  • Underneath the Stars (Herbert Spencer, musique; Fleta Jan Brown, paroles)
  • When I Get Back to the U.S.A. (Irving Berlin)
  • When I Leave the World Behind (Irving Berlin)
  • You Know and I Know (Jerome Kern, musique; Schuyler Greene, paroles)
  • You'll Always Be the Same Sweet Girl (Harry Von Tilzer, musique; Andrew B. Sterling, paroles)

Chansons populaires, 1916

  • All Heaven Is Calling Mavourneen (Geoffrey O'Hara, musique; Katherine Ward, paroles)
  • Any Time Is Kissing Time (from Chu Chin Chow) (Frederic Norton)
  • Baby Shoes (Al Piantadosi, musique; Joe Goodwin, Ed Rose, paroles)
  • A Broken Doll
  • Bugle Call Rag (J. Hubert Blake, Carey Morgan)
  • The Chicken Walk (Irving Berlin)
  • La Cumparsita (G.H. Matos Rodrigues, musique; Carol Rowen, paroles)
  • Dixieland, My Home (Geoffrey O'Hara)
  • Down Home in Tennessee
  • Down in Honky Tonky Town (Charles McCarron, Chris Smith)
  • Every Little While (from Some) (Lee White)
  • Everybody Loves an Irish Song
  • Everybody's Crazy on the Fox Trot (Bennett Scott, A.J. Mills)
  • Good-bye, Good Luck, God Bless You (Ernest R. Ball, musique; J. Keirn Brennan, paroles)
  • Hawaiian Sunshine (Carey Morgan, musique; L. Wolfe Gilbert, paroles)
  • The Honolulu Blues (James V. Monaco, musique; Grant Clarke, paroles)
  • How's Every Little Thing in Dixie? (Albert Gumble, musique; Jack Yellen, paroles)
  • I Ain't Got Nobody (Spencer Williams, musique; Roger Graham, paroles)
  • I Can Dance with Everyone but My Wife (from Sybil) (John Golden, musique; Joseph Cawthorn, paroles)
  • I Love a Piano (Irving Berlin)
  • If I Knock the "L" Out of Kelly (Bert Grant, musique; Sam M. Lewis, Joe Young, paroles)
  • If You Had All the World and Its Gold (Al Piantadosi, musique; Bartley Costello, Harry Edelheit, paroles)
  • If You Were the Only Girl in the World (Nat D. Ayer, musique; Clifford Grey, paroles)
  • Ireland Must Be Heaven, for My Mother Came from There (Fred Fisher, musique; Joe McCarthy, Howard Johnson, paroles)
  • Joe Turner Blues (W.C. Handy, Walter Hirsch)
  • Kentucky Home
  • Li'l Liza Jane (Ada De Lachau)
  • Ma Li'l Starlight (Geoffrey O'Hara)
  • Mammy's Little Coal Black Rose (Richard A. Whiting, musique; Raymond Egan, paroles)
  • M-I-S-S-I-S-S-I-P-P-I (Harry Tierney, musique; Bert Hanlon, Benny Ryan, paroles)
  • Missouri Waltz (Frederick Knight Logan, musique; James Royce Shannon, paroles)
  • My Mother's Rosary
  • Nola (Felix Arndt, musique; James F. Burns, Sunny Skylar, paroles)
  • Oh How She Could Yacki, Hacki, Wicki Wacki, Woo (Albert Von Tilzer, musique; Stanley Murphy, Charles McCarron, paroles)
  • Pack Up Your Troubles in Your Old Kit Bag (Felix Powell, musique; George Asaf, paroles)
  • Poor Butterfly (from The Big Show), (Raymond Hubbell, musique; John Golden, paroles)
  • Pretty Baby (from The Passing Show of 1916) (Tony Jackson, Egbert Van Alstyne, musique; Gus Kahn, paroles)
  • Roses of Picardy (Haydn Wood, musique; Frederick E. Weatherly, paroles)
  • There's a Little Bit of Bad in Every Good Little Girl (Fred Fisher, musique; Grant Clarke, paroles)
  • There's a Long, Long Trail (Zo Elliott, musique; Stoddard King, paroles)
  • There's a Quaker Down in Quaker Town (Alfred Solman, musique; David Berg, paroles)
  • They Made it Twice as Nice as Paradise (And They Called it Dixieland) (Richard A. Whiting, musique; Raymond Egan, paroles)
  • Throw Me a Rose (Emmerich Kalman, musique; P.G. Wodehouse, Herbert Reynolds, paroles)
  • Turn Back the Universe and Give Me Yesterday (Ernest R. Ball, musique; J. Keirn Brennan, paroles)
  • Wake Up, America! (Jack Glogau, musique; George Graff, paroles)
  • What Do You Want to Make Those Eyes at Me For? (Joe McCarthy, Howard Johnson, James V. Monaco)
  • When You're in Love with Someone Who's Not in Love with You (Grant Clarke, Al Piantadosi)
  • Where Did Robinson Crusoe Go with Friday on a Saturday Night? (George W. Meyer, musique; Sam M. Lewis, Joe Young, paroles)
  • Yaaka Hula Hickey Dula (Pete Wendling, musique; E. Ray Goetz, Joe Young, paroles)
  • You Belong to Me (from The Century Girl) (Victor Herbert, musique; Harry B. Smith, paroles)

Chansons populaires, 1917

  • All the World Will Be Jealous of Me (Ernest R. Ball, musique; Al Dubin, paroles)
  • America, Here's My Boy
  • American Patrol (F.W. Meacham)
  • Any Time's Kissing Time (from Chu Chin Chow) (F. Norton)
  • Arizona (Melville Gideon)
  • Baby (You're the Sweetest Baby I Know) (Nat D. Ayer)
  • Beale Street Blues (W.C. Handy)
  • The Bells of St. Mary's (A. Emmett Adams, musique; Douglas Furber, paroles)
  • Bring Back My Daddy to Me (George W. Meyer, musique; William Tracey, Howard Johnson, paroles)
  • Darktown Strutter's Ball (Shelton Brooks)
  • Deep River (spiritual, arr. H.T. Burleigh)
  • Dixieland Jazz Band One-Step
  • Down Honolulu Way (Burnett & Burke)
  • Everybody's Gone Crazy 'Bout the Doggone Blues (Turner Layton, musique; Henry Creamer, paroles)
  • For Me and My Gal (George W. Meyer, musique; Edgar Leslie, E. Ray Goetz, paroles)
  • Give a Man a Horse He Can Ride (Geoffrey O'Hara, musique; James Thomson, paroles)
  • Goodbye Broadway, Hello France (Billy Baskette, musique; C. Francis Reisner, Benny Davis, paroles)
  • Hail, Hail, the Gang's All Here (William Gilbert, Arthur Sullivan; adapté par Theodora et Theodore F. Morse)
  • Hawaiian Butterfly (Joseph Santly, Billy Baskette, musique; George A. Little, paroles)
  • Hindustan (Oliver G. Wallace, Harold Weeks)
  • I May Be Gone for A Long, Long Time (Albert Von Tilzer, musique; Lew Brown, paroles)
  • I'm Always Chasing Rainbows (from Oh Look!) (Harry Carroll, musique; Joseph McCarthy, paroles)
  • Indiana (James F. Hanley, musique; Ballard Macdonald, paroles)
  • It's a Mighty Good World After All (Geoffrey O'Hara, musique; Robert Service, paroles)
  • Johnson Rag (Guy Hall, Henry Kleinkauf)
  • Jump Jim Crow (Sigmund Romberg, musique; Rida Johnson Young, paroles)
  • Just My Love (from Three Cheers) (H. Darewski)
  • Leave It to Jane (Jerome Kern, musique; P.G. Wodehouse, paroles)
  • Lily of the Valley (Anatole Friedland, musique; L. Wolfe Gilbert, paroles)
  • Livery Stable Blues (Original Dixieland Jazz Band)
  • Lorraine, My Beautiful Alsace Lorraine (Fred Fisher, musique; Alfred Bryan, paroles)
  • MacNamara's Band (Shamus O'Conner, musique; John J. Stamford, paroles)
  • Mademoiselle from Armentières (Hinky Dinky Parlay Voo) (trad.; Lieutenant Gitz Rice, paroles)
  • Oh Johnny, Oh Johnny, Oh! (Abe Olman, musique; Ed Rose, paroles)
  • Over There (George M. Cohan)
  • Sailin' Away on the Henry Clay (Egbert Van Alstyne, musique; Gus Kahn, paroles)
  • Send Me a Curl (Geoffrey O'Hara)
  • Send Me Away with a Smile (Al Piantadosi, musique; Louis Weslyn, paroles)
  • The Siren's Song (Jerome Kern, musique; P. G. Wodehouse, paroles)
  • Smiles (Lee S. Robert, musique; J. Will Callahan, paroles)
  • Some Sort of Somebody (from Vanity Fair) (Jerome Kern)
  • Someone Else May be There (While I'm Gone)
  • Sweet Little Buttercup (Herman Paley, musique; Alfred Bryan, paroles)
  • There's a Little Bit of Bad in Every Good Little Girl (from Three Cheers) (Fred Fisher, musique; Grant Clarke, paroles)
  • There's a Long, Long Trail (Zo Elliott, musique; Stoddard King, paroles)
  • They Go Wild, Simply Wild Over Me (Fred Fisher, musique; Joseph McCarthy, paroles)
  • Till the Clouds Roll By (Jerome Kern, musique; P.G. Wodehouse, paroles)
  • Wait Till the Cows Come Home (from Jack O'Lantern) (Ivan Caryll, musique; Anne Caldwell, paroles)
  • When Shall I Again See Ireland? (Victor Herbert, musique; Henry Blossom, paroles)
  • Where the Morning Glories Grow (Richard Whiting, musique; Gus Kahn, Raymond B. Egan, paroles)
  • Will You Remember? (from Maytime) (Sigmund Romberg, musique; Rida Johnson Young, paroles)

Chansons populaires, 1918

  • After You've Gone (Turner Layton, musique; Henry Creamer, paroles)
  • At the Jazz Band Ball (Edwin Edwards, James La Rocca, Anthony Sbarbaro, Larry Shields)
  • Beautiful Ohio (Mary Earl (pseud. of Robert A. King), musique; Ballard MacDonald, paroles)
  • The Caissons Go Rolling Along (The U.S. Field Artillery March
  • Dallas Blues (Hart A. Wand, Lloyd Garrett)
  • The Daughter of Rosie O'Grady (Walter Donaldson, musique; Monty C. Brice, paroles)
  • Dear Old Pal of Mine (Lieutenant Gitz Rice, musique; Harold Robé, paroles)
  • Down Texas Way (Godfrey, Mills et Scott)
  • Everything Is Peaches Down in Georgia (George W. Meyer, Milton Ager, musique; Grant Clarke, paroles)
  • For Me and My Gal (from Here and There) (George W. Meyer)
  • A Good Man Is Hard to Find (Eddie Green)
  • Hello, Central, Give Me No Man's Land (Jean Schwartz, musique; Sam M. Lewis, Joe Young, paroles)
  • Hindustan (Harold Weeks, Oliver G. Wallace)
  • I'd Like to See the Kaiser with a Lily in His Hand (Henry Leslie, Howard Johnson, Billy Frisch)
  • If He Can Fight Like He Can Love, Good-Night Germany (George W. Meyer, musique; Grant Clarke, Howard E. Rogers, paroles)
  • I'm Always Chasing Rainbows (from Oh, Look!) (Harry Carroll, musique; Joseph McCarthy, paroles)
  • I'm Sorry I Made You Cry (N.J. Clesi)
  • Ja-Da (Bob Carleton)
  • Just a Baby's Prayer at Twilight (M.K. Jerome, musique; Sam M. Lewis, Joe Young, paroles)
  • K-K-K-Katy (Geoffrey O'Hara)
  • Mickey (silent film theme, from Mickey)
  • My Belgian Rose (George Benoit, Robert Levenson, Ted Garton)
  • My Mammy (Walter Donaldson, musique; Sam M. Lewis, Joe Young, paroles)
  • Oh, How I Hate to Get Up in the Morning (Irving Berlin)
  • Oh, How I Wish I Could Sleep Until My Daddy Comes Home (Pete Wendling, musique; Sam M. Lewis, Joe Young, paroles)
  • Oh! Oh! Oh! It's a Lovely War (Long et Scott)
  • On the Road to Calais
  • On the Road to Home, Sweet Home (Van Alstyne)
  • Original Dixieland One-Step (Joe Jordan, James La Rocca, J. Russell Robinson)
  • Ostrich Walk (Edwin Edwards, James La Rocca, Anthony Sbarbaro, Larry Shields)
  • Oui, Oui, Marie (Fred Fisher, musique; Alfred Bryan, Joe McCarthy, paroles)
  • Over Yonder Where the Lilies Grow (Geoffrey O'Hara)
  • Peter Pan (Noel Coward)
  • Rock-a-bye Your Baby with a Dixie Melody (Jean Schwartz, musique; Sam M. Lewis, Joe Young, paroles)
  • The Rose of No Man's Land
  • Smiles (from The Passing Show of 1918) (Lee M. Roberts, musique; J. Will Callahan, paroles)
  • Sometimes I Feel Like a Motherless Child (trad. Spiritual; arr. Harry Burleigh)
  • That Tumble-Down Shack in Athlone (Alma Sanders et Monte Carlo, musique; Richard W. Pascoe, paroles)
  • They Were All Out of Step but Jim (Irving Berlin)
  • Tickle Toe (from Going Up) (Louis A. Hirsch, musique; Otto Harbach, paroles)
  • Tiger Rag (Original Dixieland Jazz Band)
  • Till We Meet Again (Richard Whiting, musique; Raymond B. Egan, paroles)
  • Waters of Venice (Floating Down the Sleepy Lagoon) (Albert Von Tilzer, musique; Neville Fleeson, paroles)
  • We Don't Want the Bacon, What We Want Is a Piece of the Rhine (Howard Carr, Harry Russell, Jimmie Havens)
  • When You Come Back (George M. Cohan)
  • When You Look in the Heart of a Rose (Florence Methven, musique; Marian Gillespie, paroles)

Les chansons de la Première Guerre mondiale

Un des phénomènes associés à la Première Guerre mondiale est le nombre imposant de chansons populaires et patriotiques et d'enregistrements qui ont reçu un accueil favorable en Amérique du Nord.

La liste ci-dessous est une sélection des chansons les plus populaires écrites ou enregistrées à cette époque et de certaines chansons moins connues. La liste n'est pas exhaustive. Figurent également sur cette liste des morceaux plus anciens, notamment des chansons patriotiques et des marches redevenues populaires au déclenchement de la guerre.

Les chansons sont regroupées par sujet :

Chansons patriotiques - Canada

  • Be British
  • La Brabançonne
  • Canada, I Hear You Calling
  • The Canadian Guns
  • Un Canadien errant
  • For the Glory of the Grand Old Flag
  • Freedom for All Forever
  • God Save the King
  • Good Luck to the Boys of the Allies
  • Hats Off to the Flag and the King
  • Hearts of Oak
  • Here's to Tommy
  • Highlanders! Fix Bayonets!
  • The Homes They Leave Behind
  • I Love You, Canada
  • Joan of Arc, They Are Calling You
  • Keep Your Head Down, Fritzie Boy
  • Land of Hope and Glory
  • Land of the Maple
  • Laurentian Echoes
  • The Made in Canada Campaign Song
  • Maple Leaf Forever
  • La Marseillaise
  • Rule, Britannia
  • Soldiers of the King
  • Strike for the Grand Old Flag
  • Take Me Back to Dear Old Canada
  • Take Me Back to the Land of Promise
  • They Sang God Save the King
  • Three Cheers for the Army and Navy
  • Tommy Atkins
  • Valcartier
  • We'll Never Let the Old Flag Fall
  • We're from Canada

Chansons patriotiques - États-Unis

  • America I Love You
  • Belgium Put the Kibosh on the Kaiser
  • Dixiel and Volunteers
  • For the Freedom of the World
  • I'd Like to See the Kaiser with a Lily in His Hand
  • I'm Gonna Pin My Medal on the Girl I Left Behind
  • It's Time for Every Boy to Be a Soldier
  • Just Like Washington Crossed the Delaware, General Pershing Will Cross the Rhine
  • Liberty Bell, It's Time to Ring Again
  • My Country, I Hear You Calling Me
  • My Own United States
  • Our Country's In It Now
  • Over There
  • The Red, White and Blue
  • The Star Spangled Banner
  • Stars and Stripes Forever
  • There's Only One Little Girl and One Little Flag for Me
  • They'll Be Mighty Proud in Dixie of Their Old Black Joe
  • Wake Up America
  • What Kind of an American Are You?

Chansons de recrutement

  • America Needs You Like a Mother-Would You Turn Your Mother Down?
  • By Order of the King
  • Call of the Motherland
  • Courage
  • For Your Country and My Country
  • Take Me Back to Canada
  • Your Country Needs You Now
  • Your King and Country Want You

Chansons anti-guerre et chansons pacifistes

  • Don't Take My Darling Boy Away
  • I Didn't Raise My Boy to Be a Soldier

Départ des troupes pour le combat

  • America, Here's My Boy
  • Au Revoir, but Not Goodbye, Soldier Boy
  • En Avant
  • Goodbye Broadway, Hello France
  • Good-bye, Good Luck, God Bless You
  • Good-bye, Mother Dear
  • (Good Luck and God Be with You) Laddie Boy

Vie du soldat et les événements réels

  • The Army of Today's Alright
  • The Company Sergeant Major
  • Fun in Flanders, Part 1
  • Fun in Flanders, Part 2
  • Life in a Trench in Belgium, No. 1
  • Life in a Trench in Belgium, No. 2

Marches

  • Les Alliés
  • British Grenadiers
  • The Caissons Go Rolling Along (Over Hill, Over Dale), The U.S. Field Artillery March
  • Canadian Patrol
  • Colonel Bogey March
  • Dominion of Canada March
  • Hands Across the Sea
  • Here's to Tommy
  • In Old Quebec
  • Jock O'York (regimental march of Les Fusilliers Mont Royal)
  • March Past of the Scottish Regiments
  • Marching Along
  • Men of Harlech
  • Regimental Marches of the Coldstream Guards
  • Regimental Marches of the Royal Canadian Regiment
  • Semper Fidelis March
  • Somewhere in France Is the Lily
  • Under the Double Eagle March
  • The United Empire March
  • Vive la Canadienne (March of the Royal 22nd Regiment)
  • Wait for the Wagon (regimental march of the Royal Canadian Army Service Corps)

Solitude et la nostalgie du soldat

  • Dear Old Pal of Mine
  • Don't Try to Steal the Sweetheart of a Soldier
  • Hello, My Dearie
  • Home Sweet Home, For You We're Fighting
  • If I'm Not at the Roll Call, Kiss Mother Goodbye for Me
  • It's a Long Way to Tipperary
  • Take Me Back to Dear Old Blighty
  • Watch, Hope and Wait, Little Girl, Til I Come Back to You (as performed by the Sterling Trio); (as performed by Henry Burr)

Chansons chantées par les soldats

  • Abide with Me
  • Carry Me Back to Old Virginny
  • Dear Old Pal of Mine
  • The Dumbell Rag
  • Hinky Dinky Parlez-Vous (Mademoiselle from Armentières)
  • Home Sweet Home
  • It's a Long, Long Way to Tipperary
  • K-K-K-Katy
  • Pack Up Your Troubles in Your Old Kit Bag
  • Roses of Picardy
  • Sweet Adeline

Chansons humoristiques

  • Doughboy Jack and Doughnut Jill
  • Hinky-Dinky-Parlez-Vous (Mademoiselle from Armentières)
  • I Don't Want to Get Well (I'm in Love with a Beautiful Nurse)
  • I Know Where the Flies Go in Wintertime
  • I'm Glad My Wife's in Europe
  • K-K-K-Katy
  • They Were All Out of Step but Jim
  • Those Wild, Wild Women Are Making a Wild Man of Me

Les gens fiers à la maison

  • For Your Boy and My Boy
  • Hip, Hip Hooray for the Boys That Went Away
  • If He Can Fight Like He Can Love, Goodnight Germany
  • I'm Proud of You Laddie
  • My Sweetheart Is Somewhere in France

Situation au pays et le rôle des femmes

  • Fortifying the Home Front (from Business as Usual)
  • He Will Always Remember the Little Things You Do
  • The Homes They Leave Behind
  • I'd Be Proud to Be the Mother of a Soldier
  • Jolly Good Luck to the Girl Who Loves a Soldier
  • Kitty the Telephone Girl
  • Mother (Her Soldier Boy)
  • Mother's Sitting Knitting Little Mittens for the Navy
  • The Rose of No Man's Land
  • Sister Susie's Sewing Shirts for Soldiers
  • That's a Mother's Liberty Loan
  • There Is a Service Flag Flying at Our House
  • There's a Vacant Chair in Every Home Tonight
  • We'll Do Our Share While You're Over There
  • What Are You Going to Do to Help the Boys

Enfant laissé au pays

  • Bring Back My Daddy to Me
  • Hello Central, Give Me France
  • Hello, Central, Give Me No Man's Land
  • I Want to Kiss Daddy Goodnight
  • Just a Baby's Prayer at Twilight
  • Oh, How I Wish I Could Sleep Until My Daddy Comes Home
  • Somewhere in France Is Daddy

Chansons traitant du front en Europe

  • Battle in the Air
  • Bing! Bang! Bing 'em on the Rhine
  • Chimes of Normandy
  • Lorraine, My Beautiful Alsace Lorraine
  • Ma Normandie
  • My Belgian Rose
  • Over Yonder Where the Lilies Grow
  • Somewhere in France
  • Somewhere in France with You Three Cheers for Little Belgium (from Business as Usual)
  • Up in the Air, Over There
  • We Don't Want the Bacon, What We Want Is a Piece of the Rhine
  • We Stopped Them at the Marne
  • When Alexander Takes His Ragtime Band to France
  • When It's Night Time Down in Burgundy
  • When Yankee Doodle Learns to Parlez-Vous Français
  • You Keep Sending 'em Over and We'll Keep Knocking 'em Down

Attente du retour des troupes

  • Because You're Here
  • Hit the Trail That Leads to Mother
  • Homeward Bound
  • I Think I'll Wait Until They All Come Home
  • It'll Be Nice to Get Back Home Again
  • Keep the Home Fires Burning (Till the Boys Come Home)
  • Now All the World's at Peace

Morts au combat

  • Christ in Flanders
  • Have You News of My Boy Jack?
  • In Flanders Fields
  • There's a Green Hill Out in Flanders

Divers

  • Bugle Call Rag
  • Chimes of Normandy
  • The Cobbler's Song, (from Chu Chin Chow)
  • Hello My Soldier Boy - a Wireless Novelty
  • Our Hearts Go Out to You, Canada
  • Say a Prayer for the Boys Out There
  • Soldier Boy
  • Soldier Boy I Kiss Before You Go
  • Would You Rather be a Colonel with an Eagle on Your Shoulder or a Private with a Chicken on Your Knee?

La scène musicale au Québec, 1915-1920

À la fin des années 1910, le Québec compte environ deux millions et demi d'habitants. Entre 1911 et 1921, la population de Montréal passe de 468 000 à 618 500 habitants. Les villes de Québec, de Trois-Rivières et de Sherbrooke connaissent, elles aussi, une croissance démographique importante, mais dans une moindre mesure. Jusqu'à la fin du dix-neuvième siècle, Montréal est majoritairement anglophone, tout comme son industrie culturelle (salles, promoteurs, etc.). Toutefois, l'arrivée de plus de 300 000 francophones en 20 ans viendra renverser cette réalité.

Attirés par l'industrialisation, ces gens venus des régions rurales amènent avec eux leur musique folklorique traditionnelle qui vient concurrencer la musique urbaine héritée de la France, des États-Unis et du Royaume-Uni. Vivant dans des conditions de travail difficiles et ayant du mal à s'adapter à la culture urbaine, ces nouveaux arrivants habitent souvent dans les mêmes quartiers et se raccrochent à leur folklore pour préserver leur identité, donnant à la musique traditionnelle un essor considérable.

À cette époque, la radio n'existe pas encore, le cinéma est muet et l'enregistrement sonore s'adresse surtout à une clientèle bourgeoise en raison du coût élevé des disques et des appareils. La musique se propage donc essentiellement sur la scène. L'éclatement du premier conflit mondial en 1914 entraîne évidemment certaines restrictions, mais engendre par ailleurs une relative prospérité grâce à l'industrie de guerre.

Musique classique et religieuse

Montréal et Québec reçoivent sporadiquement des troupes en tournée qui viennent présenter des opéras et des opérettes. En 1910, Albert Clerk-Jeannotte fonde la Montreal Opera Company; cette troupe donne plus de 300 représentations au His Majesty's de Montréal et à travers le Québec avec des solistes presque tous étrangers. Les artistes lyriques locaux sont confinés au chant dans les églises catholiques, alors très fréquentées. L'Association des chanteurs de Montréal regroupe la plupart de ces interprètes. Les lieux de culte deviennent souvent des salles de spectacle pour chants sacrés. Afin de créer de nouveaux débouchés, des artistes lyriques professionnels et semi-professionnels, dirigés par Honoré Vaillancourt et Albert Roberval, créent, en 1917, la Société nationale d'opéra comique, qui devient l'Association d'art lyrique en 1918 et la Société canadienne d'opérette de 1923 à 1934. C'est ainsi qu'une certaine tradition d'art lyrique avec des artistes locaux s'installe sur les planches du Monument-National et de quelques autres salles de Montréal et de Québec.

Les variétés

Après la fermeture des cafés-concerts au début du siècle qu'a provoquée l'action de la Ligue de vertu, la chanson de variétés se transporte dans des théâtres : le Canadien, le Chanteclerc, le National, les Nouveautés, l'Arcade, le Family et bien d'autres. La plupart de ces salles présentent également du théâtre populaire et du cinéma muet. Pour ce qui est de la chanson, Blanche de la Sablonnière, Hector Pellerin et Alexandre Desmarteaux sont sans doute les plus grandes vedettes de ces établissements. À Montréal, le parc Sohmer et le Monument-National voient défiler tous les grands noms de la scène locale et internationale. Les importantes communautés anglophone et yiddish sont très actives dans la vie musicale de la métropole.

Le folklore

Symbole de la survivance de la langue et de la culture pour l'élite intellectuelle, la chanson folklorique traditionnelle se retrouve aussi bien dans le répertoire des interprètes lyriques que dans celui des artistes de variétés. Mais la musique traditionnelle instrumentale est absente des principales scènes urbaines. Il faut attendre le début des années 1920 pour que les Veillées du bon vieux temps de Conrad Gauthier donnent à un auditoire urbain des spectacles de chansons et de musique folkloriques.

Biographies sur les musiciens de l'époque de la Première Guerre mondiale

La présentation d'opéras au Canada

Aperçu

Au début du dix-neuvième siècle, les spectacles d'opéra étaient rares au Canada. La majorité des villes canadiennes n'avaient pas d'installations adéquates ni de ressources financières pour produire des opéras locaux. De plus, les musiciens canadiens manquaient en général de formation et d'expérience pour monter un opéra complet.

Cependant, vers 1839, des compagnies d'opéra et des chanteurs célèbres de l'étranger commencent à inclure le Canada dans leurs itinéraires de tournées. Les 21 et 23 octobre 1851, la légendaire soprano suédoise Jenny Lind interprète des airs de L'Elisir d'amore de Donizetti, de Beatrice di Tenda de Bellini, de Der Freischütz de Weber, et de Robert le Diable de Meyerbeer, au St. Lawrence Hall, à Toronto. Adelina Patti, diva espagnole de l'opéra, chante à Toronto en 1855 et en 1860. La compagnie du Metropolitan Opera et l'excellente Emma Calvé se rendent à Montréal pour y donner des représentations de Carmen en 1899 et en 1901, et de nouveau en 1911 avec Emmy Destinn dans le rôle-titre d'Aïda, sous la direction de Toscanini.

En 1922 et en 1923, le Grand Opéra russe fait une tournée au Canada où il présente des opéras comme Boris Godounov de Moussorgsky, Eugène Onegin de Tchaikovsky et, de Rimsky-Korsakov, Sniégourotchka. Des chanteurs de la Royal Academy of Music et du Theatre Royal à Londres se rendent à Montréal et à Toronto à plusieurs reprises, de 1939 à 1949, pour y interpréter des extraits d'opéras comme La Cenerentola, La Sonnambula et Il matrimonia segreto.

Comme les transports en navire à vapeur et en chemin de fer s'améliorent, les compagnies d'opéra étrangères viennent régulièrement au Canada et commencent à se produire dans les provinces de l'Ouest. En 1883, la compagnie du Hess Opera d'Angleterre interprète Iolanthe à Winnipeg. Les auditoires de Vancouver entendent, en 1891, Lohengrin de Wagner interprété par l'Emma Juch English Opera des États-Unis. En 1899, un petit groupe de chanteurs du Metropolitan Opera à New York donne en représentation The Chimes of Normandy (adaptation anglaise de l'opérette Les cloches de Corneville) à Winnipeg et à Regina. La San Carlo Opera Company de New York se rend aussi au Canada régulièrement entre 1918 et 1945 et se produit à Vancouver, à Winnipeg, à Montréal et à Toronto.

Ces troupes étrangères ont souvent dans leurs rangs des chanteurs d'opéra canadiens qui ont quitté le Canada pour faire carrière en Europe. La diva canadienne Emma Albani et sa troupe font une tournée à Toronto et à Montréal en 1883; à Montréal, à Québec, à Ottawa, à Toronto, à Hamilton et à London en 1889-1890; à Halifax, à St. John's, à Québec, à Montréal, à Toronto, à Ottawa, à Winnipeg, à Vancouver et à Victoria en 1896. La soprano Florence Easton se rend à Montréal en 1904, avec la Savage English Grand Opera Company, et interprète Gilda dans Rigoletto. Éva Gauthier se produit à plusieurs reprises dans diverses villes canadiennes, notamment dans sa ville natale, Ottawa, en 1924 et le 1er juillet 1927, où elle chante pour le 60e anniversaire de la Confédération du Canada.

Même si les concerts et les opéras qui comportent des chanteurs canadiens de retour au pays attirent beaucoup de monde en général, la majorité des interprètes canadiens connaissent encore plus de succès à l'extérieur du Canada, notamment en Angleterre, en Italie, en France et aux États-Unis. Au début du vingtième siècle, les perspectives de carrière sont très limitées au Canada pour les chanteurs d'opéra. Les professeurs de chant qualifiés sont peu nombreux et les occasions de se produire en public encore plus rares pour les chanteurs en herbe.

Les chanteurs canadiens en Europe

À une certaine époque, il est très avantageux pour les chanteurs canadiens de déménager dans les riches centres culturels d'Europe. Ils peuvent participer à des productions d'opéra de calibre supérieur, étudier avec les professeurs les plus remarquables et se produire régulièrement avec des musiciens talentueux. De 1900 à 1950, bon nombre de Canadiens doués se rendent en Europe pour étudier et chanter dans certains des plus prestigieux théâtres lyriques au monde.

La soprano Emma Albani (1847-1930) est l'une des premières chanteuses canadiennes à poursuivre une carrière en Europe, où elle remporte un succès sans précédent et reçoit des éloges à l'échelle internationale. Au cours de ses quarante années de carrière, cette cantatrice fait un grand nombre de tournées, se lie d'amitié avec des compositeurs et des interprètes célèbres et compte la reine Victoria parmi ses grands admirateurs. Même si elle n'a vécu que quelques années au Canada dans sa jeunesse, Emma Albani demeure attachée à son pays natal. Dans ses mémoires, elle déclarera : « J'ai épousé un Anglais et j'ai pris résidence en Angleterre mais, de cœur, je suis restée Canadienne française. » (Albani, 1911) Baptisée Marie Louise Emma Cécile Lajeunesse, Emma Albani reçoit ses premières leçons de sa mère et de son père à Chambly, au Québec. Par la suite, elle déménage avec sa famille à Albany, dans l'État de New York, parce qu'elle ne peut obtenir d'aide financière de la communauté canadienne-française pour poursuivre une carrière musicale. Grâce aux fonds réunis par les citoyens d'Albany, la cantatrice peut s'installer à Paris. Sa participation à des opéras et à des récitals l'amène à voyager dans le monde entier, notamment aux Pays-Bas, en Norvège, en Autriche, en Hongrie, en Italie, au Canada, aux États-Unis, au Mexique, en Australie, en Tasmanie, en Afrique du Sud et en Inde. Toute sa vie, Emma Albani appuie généreusement divers jeunes chanteurs canadiens qui commencent une carrière en Europe, entre autres les sopranos Sarah Fischer et Éva Gauthier.

La soprano Louise Edvina (1878-1948) étudie et se produit également en Europe pour poursuivre une carrière de cantatrice. Née à Montréal et nommée Marie Louise Lucienne Martin, elle suit ses premières leçons de musique à Vancouver. Louise Edvina déménage ensuite à Paris où elle étudie avec le célèbre chanteur Jean de Reszké et fait ses débuts à Covent Garden le 15 juillet 1908 dans le rôle de Marguerite de Faust. Elle reste à Covent Garden pendant trois saisons et connaît un très grand succès à Londres. De 1913 à 1915, Louise Edvina se produit avec la Boston Opera Company, la Chicago Opera Company et le Metropolitan Opera. Elle est aussi cantatrice principale de la Compagnie d'opéra de Montréal (de 1910 à 1913), l'une des plus ambitieuses compagnies d'opéra de l'histoire du Canada. Après sa dernière représentation à Covent Garden, en 1924, elle s'installe à Cannes jusqu'à la Seconde Guerre mondiale et passe ensuite les dernières années de sa vie à Londres.

Comme Emma Albani et Louise Edvina, les chanteurs canadiens Pauline Donalda, Rodolphe Plamondon, Sarah Fischer, Forrest Lamont et bien d'autres ont quitté le Canada, de façon temporaire ou permanente, pour s'établir en Europe.

Les chanteurs canadiens aux États-Unis

Les États-Unis sont à l'époque une autre destination courante pour les chanteurs d'opéra canadiens. La vie culturelle dans les villes américaines est plus intense qu'au Canada; les possibilités de suivre des cours et de participer à des spectacles ne manquent pas pour les chanteurs d'opéra. Bien des chanteurs sont particulièrement attirés par New York en raison de sa proximité avec l'Ontario et le Québec et de sa scène culturelle avant-gardiste.

Au nombre des chanteurs canadiens qui ont passé une grande partie de leur vie aux États-Unis, mentionnons la mezzo-soprano Éva Gauthier (1885-1958). Née à Ottawa, elle se rend en Europe à 17 ans pour étudier la musique et, après des années à faire des tournées et à se produire à Londres (Angleterre), en Italie, au Japon, en Chine, à Singapour et en Malaisie, elle s'établit à New York en 1915. Elle présente dans cette ville un certain nombre de spectacles différents des concerts classiques; ils comportent souvent de la musique javanaise et présentent les premières d'œuvres écrites par des compositeurs contemporains comme Igor Stravinsky, Maurice Ravel, Erik Satie et George Gershwin. Après son retrait de la scène en 1937, elle reste à New York où elle devient une professeure de chant reconnue, publie des articles sur la musique, écrit pour la radio et appuie la scène musicale new-yorkaise au moyen d'activités de financement.

Le ténor Edward Johnson (1878-1959) est né à Guelph (Ontario), mais il déménage à New York au début de sa carrière pour étudier et se produire sur scène. Il devient plus tard citoyen américain. Après son mariage avec la fille du vicomte portugais Jose d'Arnerio, il s'établit avec sa femme en Italie où il étudie avec Vincenzo Lombardi. Sous son nom italianisé, Edoardo di Giovanni, il fait ses débuts à Padoue dans le rôle-titre de l'opéra de Giordano, Andrea Chénier. De 1913 à 1919, il chante à la Scala de Milan. Après le décès de sa femme en 1919, Johnson retourne aux États-Unis où il est recruté par le Chicago Opera, puis, en 1922, par le Metropolitan Opera. Il chante avec beaucoup de succès au Metropolitan durant 13 ans et, en 1935, il en devient le directeur général. Il occupe ce poste jusqu'à sa retraite, en 1950.

La chanteuse d'opérette et de Broadway Christie MacDonald (1875-1962) a également connu une carrière fructueuse aux États-Unis. Même si bien des chanteurs canadiens proviennent alors du Québec ou de l'Ontario, ce n'est pas le cas de Christie MacDonald. Née à Pictou, en Nouvelle-Écosse, elle commence à étudier la musique dans cette province, mais déménage bientôt avec sa famille à Boston, ville qui offre de plus grandes possibilités d'étudier le chant et de faire carrière dans ce domaine. Elle se produit dans un certain nombre d'opérettes populaires, notamment Princess Chic, Miss Hook of Holland, The Toreador, Prince of Bohemia, The Sho-gun et, de Gilbert et Sullivan, The Mikado. Elle remporte son premier grand succès à New York, en 1910, dans le rôle de la princesse de Bozena de l'opérette The Spring Maid, dont il y aura 192 représentations au Liberty Theatre. Christie MacDonald s'est installée aux États-Unis et, même si elle n'est jamais retournée dans sa ville natale en Nouvelle-Écosse, un groupe d'artistes de Pictou a présenté, trente ans après sa mort, une comédie musicale intitulée Christie en hommage à cette chanteuse.

Au nombre des Canadiens qui ont fait carrière aux États-Unis, mentionnons Jeanne Gordon (1884-1952), contralto principale au Metropolitan Opera durant neuf saisons d'affilée, et Emma Albani, qui a passé la majorité de sa vie en Angleterre, mais qui a habité aux États-Unis de 1852 à 1856 et de 1864 à 1868, à titre de membre du Metropolitan Opera à New York.

Les chanteurs canadiens au pays

Même si la majorité des chanteurs d'opéra canadiens au tournant du vingtième siècle étudient et se produisent à l'étranger, certains reviennent au Canada plus tard dans leur vie et contribuent grandement à l'essor de l'opéra et de la musique au pays.

Marie Hope Morgan (1862-1936) est la première cantatrice anglophone canadienne à se produire en Europe et à revenir s'établir au Canada. Née à Toronto, elle part étudier à Paris, en 1892, et participe à des spectacles dans plusieurs théâtres lyriques en Europe. De santé fragile, elle doit quitter la scène et, en 1906, elle s'installe à Toronto où elle forme un certain nombre de chanteurs canadiens remarquables.

Béatrice La Palme (1878-1921), violoniste et soprano dramatique qui se produit avec l'Opéra-Comique, la Compagnie d'opéra de Montréal et sur diverses scènes à New York, revient également au Canada pour des raisons de santé et se consacre à l'enseignement du chant.

Pauline Lightstone Donalda (1882-1970) a fait une carrière internationale comme cantatrice, mais elle a également beaucoup apporté au Canada comme professeure et administratrice. Elle commence à étudier la musique à Montréal avec son père, Michael Lightstone. Elle s'inscrit ensuite au Royal Victoria College, qui lui accorde une bourse d'études. Plus tard, elle se rend à Paris pour étudier avec Edmond Duverney du Conservatoire de Paris. En 1905, elle est recrutée par le Covent Garden et, au cours de sa première saison, elle se produit avec de grands noms de l'opéra comme Emmy Destinn, Antonio Scotti et Nellie Melba. Après avoir quitté la scène, en 1922, Pauline Lightstone Donalda ouvre un studio à Paris, mais commence à réfléchir aux moyens d'instaurer une tradition où l'on présenterait des opéras de premier ordre à Montréal. Dès son retour au Canada, à la fin des années 1930, elle ouvre un studio d'enseignement et, en 1941, fonde la Guilde de l'Opéra, où l'on présente pendant 28 saisons d'affilée des opéras écrits par des compositeurs comme Mozart, Puccini, Moussorgski et Verdi. Pauline Lightstone Donalda a participé activement à la scène musicale de Montréal pendant plus de 30 ans et a obtenu de nombreuses distinctions, notamment la médaille de l'Ordre du Canada en 1967.

Raoul Jobin (1906-1974), lui aussi chanteur d'origine canadienne-française, commence à étudier la musique à l'Université Laval, à Québec, au Canada, avec Émile Larochelle. Il poursuit ses études à Paris et, à 24 ans, il fait ses débuts à l'Opéra de Paris dans le rôle de Tybalt dans Roméo et Juliette. Surnommé « la voix d'or du Québec » et « le Caruso du Canada », Raoul Jobin a donné plus de 3 000 représentations publiques au cours de sa carrière. Lorsqu'il se retire de la scène en 1957, il fonde une école de chant à Montréal et devient président des Jeunesses musicales du Canada.

Les chanteurs étrangers au Canada

Au tournant du vingtième siècle, des immigrants de plusieurs pays européens arrivent au Canada. Même si la majorité d'entre eux ne sont pas des musiciens professionnels, ils comptent néanmoins dans leurs rangs un certain nombre de chanteurs remarquables qui s'établissent au Canada et qui, en raison de leurs exceptionnels talents de professeurs et d'artistes, sont considérés par les amateurs d'opéra au Canada comme les leurs.

La mezzo-soprano Sarah Fischer (1896-1975) est née à Paris, mais arrive au Canada avec sa famille en 1909. Elle reçoit ses premières leçons à Montréal et, en 1917, elle obtient la prestigieuse bourse Strathcona, qui lui permet d'étudier au Royal College of Music à Londres. En raison de la Première Guerre mondiale, elle remet à plus tard son séjour à Londres et donne ses premières exécutions dans divers opéras qui ont lieu à Montréal et à Québec, notamment dans les rôles de Micaëla dans Carmen, de Philine dans Mignon et dans le rôle principal de l'opéra de Delibes, Lakmé. En 1919, Sarah Fischer se rend à Londres pour poursuivre ses études et connaît par la suite beaucoup de succès à Covent Garden et à l'Opéra-Comique, à Paris. Lorsque l'activité musicale prend fin en Europe à cause de la Seconde Guerre mondiale, Sarah Fischer revient au Canada, ouvre un studio d'enseignement et met sur pied un programme de bourses d'études pour les musiciens canadiens talentueux. Elle organise aussi les Concerts Sarah-Fischer à Montréal, une série de quatre concerts annuels qui font connaître des artistes canadiens de la relève et réputés, où plus de 650 musiciens peuvent faire leurs débuts, notamment la contralto Maureen Forrester (qui commence à titre de soprano), le pianiste André Laplante et la compositrice Violet Archer.

Le ténor Hubert Eisdell (1882-1948) a passé sa jeunesse à Hampstead, en Angleterre, mais il s'est établi plus tard au Canada. Il se rend au Canada pour la première fois à 23 ans pour visiter son cousin, sir William Mortimer Clarke, qui, à l'époque, est lieutenant-gouverneur de l'Ontario, et pour enseigner dans un établissement qui s'appelle de nos jours le Lakefield College, à Lakefield (Ontario). Même si une grande partie de sa carrière de chanteur d'opéra se déroule en Angleterre, Hubert Eisdell s'installe à Toronto en 1933, enseigne au Toronto Conservatory of Music (maintenant le Royal Conservatory of Music) et se produit comme soliste avec divers groupes torontois comme le Conservatory String Quartet et la Chorale Bach de Toronto. Il se marie avec une femme de Peterborough et, de 1936 à 1947, il enseigne le français, l'anglais et le latin; en outre, il est organiste et directeur de chorale au Lakefield College.

Les Canadiens, les Américains et les Britanniques ne s'entendent pas sur la nationalité de la soprano Florence Easton (1882-1955), qu'ils considèrent tous comme une des leurs. Née dans le Yorkshire, en Angleterre, Florence Easton a six ans lorsqu'elle arrive à Toronto avec sa famille. Elle commence plus tard sa carrière en Angleterre et déménage ensuite aux États-Unis où elle devient membre de la Society of American Singers et enseigne à New York à la Juilliard School of Music. Elle fait régulièrement des tournées au Canada et enseigne le chant à Montréal pendant plusieurs années. Même si elle a passé les dernières années de sa vie à New York, elle a été enterrée à Montréal.

L'enregistrement d'opéras interprétés par des chanteurs canadien

À la fin du dix-neuvième siècle, l'invention du phonographe fait de l'enregistrement un élément important des spectacles d'opéra pour les chanteurs canadiens et les amateurs du genre. Pour les Canadiens qui habitent dans des régions éloignées où les spectacles d'opéra sont rares, le phonographe est une invention précieuse qui leur permet d'écouter les interprétations de chanteurs célèbres qu'ils n'auraient pas la possibilité d'entendre autrement.

Depuis 1904, plusieurs chanteurs canadiens ont fait des enregistrements, dont bon nombre ont résisté à l'épreuve du temps. Joseph Saucier (1869-1941) est l'un des premiers Canadiens et peut-être le premier Canadien français à enregistrer des airs au Canada (vers 1904). Spécialiste du répertoire de musique légère, Joseph Saucier enregistre Ô Canada, Minuit, chrétiens et la Sérénade de Don Juan, op. 38, no 1 de Tchaïkovski. Emma Albani participe à certains des premiers enregistrements (de 1904 à 1905). Éva Gauthier enregistre des chansons traditionnelles canadiennes-françaises sous l'étiquette Victor, en 1917 et en 1918, et des airs et des chansons de compositeurs français sous l'étiquette Columbia, en 1918.

Le répertoire des enregistrements vocaux est souvent constitué de romances de salon populaires, mais des artistes comme Pauline Donalda, Sarah Fischer, Louise Edvina, Jeanne Gordon et Edward Johnson enregistrent quelques airs d'opéra. Les chanteurs canadiens Harold Jarvis, Craig Campbell, Paul Dufault, Geoffrey O'Hara et Hector Pellerin sont des spécialistes du répertoire de musique légère. Les ténors canadiens Henry Burr et Harry Macdonough sont, à l'époque, les deux artistes qui font le plus d'enregistrements dans le monde.

Depuis 1950, le nombre de spectacles d'opéra s'est beaucoup accru au Canada et ce pays continue à former des chanteurs de calibre international; mentionnons, entre autres, Jon Vickers, Teresa Stratas, Maureen Forrester et Ben Heppner. Ils poursuivent le travail de pionniers comme Emma Albani, Pauline Donalda et Sarah Fischer, qui ont taillé une place aux Canadiens dans le monde de l'opéra grâce à leurs interprétations inspirantes et leur dévouement inlassable envers cet art.

Références

  • Albani, Emma. Mémoires d'Emma Albani. L'éblouissante carrière de la plus grande cantatrice québécoise. Traduits de l'anglais et annotés par Gilles Potvin, avec chronologie, discographie et bibliographie. Montréal : Éditions du Jour, 1972. 206 p. AMICUS 78381. Titre anglais : Forty years of song
  • « États-Unis d'Amérique. Canadiens ayant fait carrière aux États-Unis ». Encyclopédie de la musique au Canada. Sous la direction d'Helmut Kallmann et al. 2e éd. rev. et augm. [Saint-Laurent, Qué.] : Fides, 1993. 3 vol. AMICUS 13213211
  • Kallmann, Helmut. A history of music in Canada 1534-1914. Toronto : University of Toronto Press, 1960. xiv, 317 p. AMICUS 12060681
  • Maheu, Renée. Note d'accompagnement. Les grandes voix du Canada. Volume 1 [enregistrement sonore] = Great voices of Canada. Volume 1. Outremont, Québec : Analekta, [1992?]. AMICUS 12777157
Date de modification :