Albert Marier, interprète (1895-1971)

Albert Marier naît le 5 janvier 1895 à Haverhill, au Massachusetts, où son père travaille comme journaliste pour la vaste communauté francophone établie en Nouvelle-Angleterre à cette époque. En 1897, sa famille s'installe à Ottawa. Attiré par le chant, il suit des cours de solfège. Arrivé à Montréal vers 1914, il devient, quelques années plus tard, un des premiers chanteurs à se produire à la radio naissante. Tout en poursuivant sa carrière à la scène et sur disques, il travaille comme représentant des ventes pour le grossiste en chauffage Mongeau & Robert à Montréal, emploi qu'il occupera durant 37 ans.

En 1928, Albert Marier signe un contrat d'enregistrement avec la compagnie Starr, dirigée par son ami Roméo Beaudry. Ce dernier lui produira nombre de chansons, dont plus d'une quinzaine sont des créations : « Alouette, n'aie pas peur de moi », « Chaque fois qu'on dit je t'aime », « À quoi bon », « Sur les genoux de ma mère », « Si Suzon savait », « Ça devait durer toujours » et plusieurs autres.

Albert Marier enregistre, notamment pour la série « Double durée », de nombreuses versions françaises de succès américains marquants, dont plusieurs sont de la plume de Beaudry : « Parmi mes souvenirs », « Ramona », « Ensemble », « La Chanson de Broadway », « Parmi les tulipes en fleurs », « Les Beaux Jours sont revenus », « Dois-je te dire », « Nuit de Mexique » et « J'ai peur de tes grands yeux ».

Ayant enregistré plus de 170 chansons originales, Albert Marier compte parmi les artistes les plus prolifiques de son époque et l'un des rares artistes à avoir gravé du nouveau matériel à la maison de disques Starr pendant la Crise économique des années 1930. Au cours de cette décennie, il fait partie d'un ensemble vocal folklorique, le Quatuor du Saguenay. Il abandonne ensuite sa carrière professionnelle pour se consacrer à son emploi de représentant des ventes. Il chantera plus tard avec la chorale de l'église Notre-Dame-de-Grâce, dirigée par Jean-Marie Magnan et accompagnée par Paul Doyon à l'orgue. Albert Marier décède à Montréal le 30 janvier 1971.

Source: Notes de recherche inédites par Robert Thérien, chercheur en musique, Montréal

Les enregistrements sélectionnés disponibles

Pour trouver d'autres enregistrements, allez vers Recherche élaborée et dans le champ Tous les mots, entrez albert ET marier ET dans le champ Contenu numérisé sélectionnez MP3.

Date de modification :