Rencontrer

Kleedinge Van Canada, [Vêtements du Canada], vers 1650. CA ANC Collection Peter Winkworth R9266-2428

Kleedinge Van Canada
CA ANC Collection Peter Winkworth R9266-2428

À l’arrivée des Européens, les habitants de l’est du Canada appartiennent à trois familles linguistiques différentes. Les Inuits (Esquimaux), chasseurs nomades, occupent la rive nord du golfe du Saint-Laurent et la région arctique. Jusqu’au XIXe siècle, ils n’ont que des contacts sporadiques avec les Blancs. Les Iroquoiens, dont font partie les Hurons-Wendats (Hurons) et les Iroquois, sont concentrés dans le bassin des Grands Lacs. Semi-sédentaires, ils pratiquent l’agriculture, la pêche et la chasse. Enfin, les Algonquiens, tels les Innus (Montagnais), les Micmacs, les Abénaquis et les Algonquins, se répartissent sur le reste du territoire; la plupart sont nomades et vivent de chasse, de pêche et de cueillette. La vie sociale est communautaire et la propriété collective. Malgré des échanges commerciaux fréquents, les différentes nations sont souvent en guerre. Dès le départ, les Amérindiens s’imposent aux Français comme pourvoyeurs de peaux et de fourrures et jouent un rôle clé dans l’économie de la Nouvelle-France. Ils prennent aussi une part active aux conflits opposant Français et Anglais en Amérique du Nord. La venue des immigrants, qu’accompagnent l’évangélisation, les tentatives d’acculturation, les progrès techniques et les maladies apportées d’Europe, bouleversent profondément le mode de vie des Amérindiens. Leur culture étant orale, elle se révèle à travers les récits des missionnaires et des explorateurs, ainsi que par une iconographie souvent éloignée de la réalité.

 

Deux Amérindiens en France

Déclaration auprès de l'amirauté de La Rochelle par David Lomeron et Samuel Georges, marchands, des passagers du navire le Renard-Noir embarqués pour l'Acadie dont deux naturels sauvages, Quichetech et Nenougy, 28 avril 1633. FR AD17 B 5654

Déclaration auprès de l'amirauté de La Rochelle
FR AD17 B 5654

Depuis le voyage de Christophe Colomb en Amérique en 1492, les explorateurs européens emmènent au retour de leurs voyages quelques habitants des contrées visitées. Témoignages vivants de ces découvertes territoriales inattendues, les autochtones du Nouveau Monde paraissent insolites aux yeux européens. Jacques Cartier, au XVIe siècle, fait de même avec des Amérindiens rencontrés dans la vallée du Saint-Laurent, comme Champlain et d'autres après eux. Dans l'étendue de son espace colonial, la France veut faire de ces Indiens d'Amérique des sujets français, tant ils sont indispensables à l'exploration du territoire, au commerce des fourrures et à la survie des nouveaux arrivants. Ainsi la politique française incite-t-elle à éviter la violence au profit des relations diplomatiques et des échanges.

  Deux Amérindiens en France Document 1Version PDF 0.45 Mb

 

Les langues amérindiennes

Les Français doivent acquérir l'usage des langues amérindiennes pour commercer, explorer des territoires, conclure des alliances, régler des conflits et, bien sûr, évangéliser. Les missionnaires jésuites jouent un rôle de premier plan dans la codification et la diffusion des parlers autochtones. Par la grammaire, le vocabulaire et l'écriture, ils fixent sur papier les langues de différentes nations, dont celles faisant partie de la grande famille linguistique algonquienne : les Micmacs (Gaspésie et Acadie), les Illinois (sud-ouest des Grands Lacs) et les Montagnais (rive nord du fleuve Saint-Laurent, du Saguenay au Labrador). Ainsi, l'expression des Amérindiens passe de l'oralité à l'écriture.

Dictionnaire montagnais
Livre de prières en illinois

  Les langues amérindiennes Document 1Version PDF 1.84 Mb

  Les langues amérindiennes Document 2Version PDF 12.26 Mb

Familles iroquoises

Mémoire au sujet des neuf familles iroquoises et totems de famille, 1666. FR CAOM COL C11A 2 fol. 263-269

Mémoire au sujet des neuf familles iroquoises
FR CAOM COL C11A 2 fol. 263-269

Les Iroquois sont partagés en cinq nations sur le plan politique. Cependant, sur le plan social, ils sont divisés en neuf clans ou familles. Chaque nation est composée d'individus appartenant à différents clans dont les membres prétendent descendre d'un ancêtre commun. Chacun des clans est représenté par un totem revêtant presque toujours la forme d'un animal qui incarne des qualités particulières. Ainsi, le loup qui vit en groupe et explore souvent son territoire symbolise le sens de la famille et la curiosité.

  Familles iroquoises Document 1Version PDF 2.56 Mb

 

Présents iroquois

Explication des onze presens faits par les Ambassadeurs Iroquois, 1er décembre 1665. FR CAOM COL F3 2 fol. 17-20

Explication des onze presens
FR CAOM COL F3 2 fol. 17-20

Devant l'imminence d'une attaque en force des troupes françaises, une ambassade représentant trois des Cinq-Nations iroquoises vient à Québec en décembre 1665 négocier la paix avec Alexandre de Prouville de Tracy, lieutenant général du roi en Amérique. Garakontié, chef des Onontagués, dirige la délégation. La conférence diplomatique entre Amérindiens et Européens se déroule, comme à l'accoutumée, selon la tradition protocolaire autochtone. La présentation de cadeaux hautement symboliques constitue un des rites préliminaires des Iroquois à des pourparlers de paix.

  Présents iroquois Document 1Version PDF 1.29 Mb

 

Traité de 1701

La Grande Paix signée par Louis-Hector de Callières, gouverneur général de la Nouvelle-France, ses alliés amérindiens et les Iroquois met fin, en 1701, à près d'un siècle de conflits sanglants. Pour la première fois se réunissent à Montréal les représentants de quelque quarante nations venant de régions aussi éloignées les unes des autres que l'Acadie (les Abénaquis de langue algonquienne), le sud du lac Ontario (les Goyogouins de langue iroquoienne) et l'ouest du lac Michigan (les Puants de langue siouenne). Les discours des orateurs et l'apposition de la signature des chefs sous forme de pictogrammes scellent une entente qui permet la pacification d'un immense territoire.

Ratification du traité de 1701
La France occidentale dans l'Amérique septentrionale ou Le Cours de la Rivière de St Laurens

  Traité de 1701 Document 1Version PDF 1.68 Mb

Lettre des Abénaquis au roi

Lettre des Abénaquis au roi de France pour obtenir son appui alors que les Anglais cherchent à s'emparer de leurs terres, vers 1715. FR CAOM COL C11A 1 fol. 266-267vo

Lettre des Abénaquis au roi de France
FR CAOM COL C11A 1 fol. 266-267vo

Par le traité d'Utrecht signé en 1713, la France cède à l'Angleterre une grande partie de l'Acadie et, par le fait même, la partie des terres abénaquises se trouvant du côté français. Déjà affectés depuis quelques décennies par l'empiètement progressif des colons de la Nouvelle-Angleterre sur leur territoire, les Abénaquis tentent de trouver de l'aide auprès de leur père, le roi de France, dans des termes qui traduisent l'éloquence, la poésie et les métaphores propres au discours amérindien.

  Lettre des Abénaquis au roi Document 1Version PDF 1.32 Mb

 

Paroles des Hurons

Paroles des hurons du Détroit à Mr le Marquis de Beauharnois, Gouverneur général de la Nouvelle France, parlant à M. de Noyelle commandant au dit Poste, vers 1740. FR CAOM COL C11A 74 fol. 72-76

Paroles des hurons du Détroit
FR CAOM COL C11A 74 fol. 72-76

Autour du fort de Détroit, de nombreuses tribus amérindiennes vivent dans une alliance et une paix fragiles. À la suite d'importants conflits les ayant opposés aux Outaouais en 1738, les Hurons veulent quitter Détroit, car ils ne s'y sentent plus en sécurité. C'est pourquoi ils s'adressent au gouverneur Charles de Beauharnois de La Boische afin qu'il leur attribue des terres où ils pourraient vivre tranquilles. Le discours des Amérindiens fait souvent référence au système de parenté; ainsi le gouverneur général de la Nouvelle-France est appelé Onontio, père protecteur et pourvoyeur.

  Paroles des Hurons Document 1Version PDF 2.12 Mb

 

Députés iroquois

Procès-verbal d'une assemblée tenue avec les députés iroquois au château Saint-Louis, 2 novembre 1748. FR CAOM COL C11A 92 fol. 172-175

Procès-verbal d'une assemblée tenue avec les députés iroquois
FR CAOM COL C11A 92 fol. 172-175

En ratifiant le traité de 1701, la Grande Paix de Montréal, les Iroquois s'engagent à rester neutres dans les conflits opposant les Français et les Anglais en Amérique. Aussi doivent-ils mener sans cesse une délicate diplomatie pour demeurer en bons termes avec les deux parties. En 1748, le gouverneur général de la Nouvelle-France, Michel Barrin de La Galissonière, réunit les Iroquois à Québec pour qu'ils réaffirment leur intention de se maintenir en paix avec les Anglais et les Français.

  Députés iroquois Document 1Version PDF 1.90 Mb

 

Journal de La Vérendrye

Journal d'une expédition de Pierre Gaultier de La Vérendrye dans l'Ouest, adressé à Charles de Beauharnois de la Boische, juillet 1738-mai 1739. CA ANC MG18-B12

Journal d'une expédition de Pierre Gaultie
CA ANC MG18-B12

Au cours de leurs voyages, les explorateurs rencontrent de nouvelles nations amérindiennes. Pierre Gaultier de La Vérendrye se rend dans l'Ouest afin de vérifier si le fleuve coulant à proximité du territoire des Mandanes (Dakota du Nord) permet d'atteindre la mer de l'Ouest. En chemin, il rencontre des Cris et des Assiliboilles (Assiniboines), nations alliées qu'il exhorte à ne point commercer avec les Anglais de la baie d'Hudson et à être fidèles aux traiteurs de fourrures français. Il arrive ensuite chez les Madanes, une nation avec laquelle les Français n'ont jamais eu de contact, et des relations amicales s'établissent.

  Journal de La Vérendrye Document 1Version PDF 3.32 Mb

 

Les Inuits

Terme de mépris d'origine algonquienne, le mot Esquimau signifie mangeur de viande crue. Cependant, cette nation se désigne elle-même sous le nom d'Inuit, c'est-à-dire être humain. À l'époque de la Nouvelle-France, les Inuits occupent le nord du Québec actuel, du littoral de la baie d'Hudson à celui du Labrador, ainsi que la partie septentrionale de la rive nord du golfe Saint-Laurent. Très dispersés sur un immense territoire, ces grands chasseurs de mammifères marins sont bien adaptés aux dures conditions de leur environnement. Les Inuits maintiennent leur mode de vie traditionnel beaucoup plus longtemps que les autres autochtones car, jusqu'au XIXe siècle, ils n'ont que des contacts sporadiques avec les Anglais de la baie d'Hudson et les Français établis plus au sud. La connaissance que les Français ont des Inuits, de leurs mœurs et de leur environnement relève donc tout autant de l'imaginaire que de la réalité.

Habitants de l'Amérique du Nord, dans la région de la baie d'Hudson
Mémoire de ce que je sçait des Esquimaux en attendants une plus ample découverte
Estat d'une partie des mots de la langue Esquimeaux

  Les Inuits Document 1Version PDF 1.26 Mb

  Les Inuits Document 2Version PDF 1.32 Mb

Le canot d'écorce

Les Français doivent s'adapter à leur nouvel environnement. Rapidement, ils adoptent plusieurs éléments de la culture matérielle amérindienne, comme les raquettes pour marcher sur la neige épaisse, la traîne sauvage ou traîneau pour transporter de lourdes charges sur la neige, et le canot d'écorce de bouleau, embarcation légère et maniable, idéale pour circuler sur les nombreuses voies d'eau du territoire. Les Amérindiens conservent l'expertise de la fabrication des canots, dont les Français deviennent progressivement d'excellents conducteurs.

Les sauvages vont s'établir à la Prairie de la Magdeleine avec les François
Description du canot d'écorce

  Le canot d'écorce Document 1Version PDF 0.66 Mb

La spiritualité amérindienne

Les Européens découvrent chez les Amérindiens une spiritualité riche et complexe. Ceux-ci croient à l'existence d'un être supérieur. Les Iroquois le nomment celui à qui appartient tout, et les Outaouais l'esprit maître de la vie. Presque tous les autochtones partagent la croyance du déluge, cette inondation universelle où tous les hommes perdirent la vie [sauf] un ancien de chaque nation [qui] se sauva avec sa famille et quelques animaux parce qu'il eut l'esprit de faire faire un grand canot. Dès qu'il peut se servir d'un arc et de flèches, le jeune garçon est soumis à un rite initiatique visant à le mettre en contact avec le manitou (l'esprit) qui le guidera et le protègera toute sa vie. Le jeûne tient une place importante dans les pratiques rituelles; il provoque le rêve où l'esprit se révèle sous la figure d'un animal.

Mémoire touchant les manitous
Mémoire au sujet des croyances

  La spiritualité amérindienne Document 1Version PDF 1.03 Mb

  La spiritualité amérindienne Document 2Version PDF 0.93 Mb

Lettre d'une religieuse

Lettre de mère Marie-Andrée Regnard Duplessis de Sainte-Hélène, religieuse de l'Hôtel-Dieu de Québec, à une amie, 17 octobre 1723. FR CHAN T 62

Lettre de mère Marie-Andrée Regnard Duplessis de Sainte-Hélène
FR CHAN T 62

Par les différents écrits envoyés de Nouvelle-France, comme les correspondances entretenues avec familles et amis, se développe une image des sauvages qui s'inscrit dans l'imaginaire européen et se retrouve dans la littérature et l'art. Les modestes résultats de l'évangélisation n'empêchent pas les religieux d'être sensibles à la culture des Amérindiens. Ils en sont souvent d'excellents témoins. Ainsi, décrivant la façon dont les Amérindiens prennent soin de leur apparence, Mère Sainte-Hélène souligne qu'ils sont aussy longs à s'ajuster ainsy que les plus curieuses coquettes sont à leur toilette.

  Lettre d'une religieuse Document 1Version PDF 2.40 Mb

 

L'«Indien imaginaire»

L'Indien nu et coiffé de plumes apparaît dès le XVIe siècle dans l'iconographie européenne. Les artistes ont pu s'inspirer des quelques Amérindiens ramenés par les explorateurs pour être montrés comme curiosités à la cour et dans des spectacles. L'image des Amérindiens que se sont faite les Européens fut en grande partie conçue par des artistes qui n'étaient jamais allés en Amérique. Les Européens sont partagés entre l'image du bon sauvage vertueux et pur, et celle de barbares qu'il faut civiliser.

Le Grand Sacrifice des Canadiens à Quitchi-Manitou ou le Grand Esprit
Cérémonie Nuptiale du Canada et Manière dont les peuples du Canada font le Divorce
Réjouissances des peuples du Canada
Des Canadiens en 1750
Date de modification :