Rapport annuel 2017-2018

Version imprimable PDF 4,58 Mo

BAC : Qui sommes-nous?
Introduction par M. Guy Berthiaume

« C’est le cadre qui change à chaque nouvelle technologie et non juste l’image au sein du cadre. »

Marshall McLuhan, Pour comprendre les médias
Guy Berthiaume, photo : Michel Gagné

L’année 2017-2018 fut pour Bibliothèque et Archives Canada (BAC), comme pour toute la population canadienne, une occasion de célébration et de réflexion sur la nature de notre identité – ou plutôt de nos identités. À l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération, BAC a multiplié les interventions afin de permettre aux Canadiens de mieux se connaître eux-mêmes, individuellement et collectivement. La pièce maîtresse de notre stratégie : une grande exposition tenue dans nos locaux du 395, rue Wellington, à Ottawa, sous le thème « Canada : Qui sommes-nous? ». Cette exposition visait à mettre en lumière des facettes insoupçonnées de l’identité canadienne et, au bout du compte, à amener les visiteurs à une réflexion foucaldienne sur la nature de notre pays.

Dans la foulée du projet intellectuel derrière cette exposition, nous avons décidé d’orienter le Rapport annuel de l’exercice 2017-2018 autour de la question « Qui sommes-nous? ». Les lecteurs y découvriront la déclinaison de l’identité multiple de BAC, décodée à travers les réflexions de ses employés. BAC est une institution d’une complexité unique qui ne peut se résumer rapidement, ni en quelques mots. À tout moment de son histoire, notre institution a assumé des responsabilités d’une rare variété. À la fois bibliothèque nationale et archives nationales, elle fait la promotion de l’accès à sa collection grâce à des activités de programmation publique dignes de celles d’un musée ou d’une université. D’une perspective diachronique, le déploiement des nouvelles technologies dans toutes ses sphères d’activités fait de BAC un laboratoire dont l’essence même est en perpétuel mouvement, comme le suggère la citation de Marshall McLuhan mentionnée en exergue.

Regroupées sous 14 rubriques, les grandes réalisations de l’année 2017‑2018 témoignent du large spectre couvert par nos initiatives. En tout premier lieu, les travaux donnant suite au Rapport de la Commission de vérité et réconciliation ont connu une accélération marquée grâce aux fonds pour préserver et revitaliser les langues autochtones qui ont été accordés à BAC dans le budget 2017. Je suis particulièrement heureux que les initiatives en ce sens aient été développées en concertation avec le Cercle consultatif autochtone que nous avons récemment mis en place.

Sur le plan de notre implantation géographique, après l’ouverture de nos locaux au Quai 21 à Halifax, le 19 juin 2017, c’était au tour de nos collègues de Vancouver de se rapprocher de leur public en s’installant dans la Bibliothèque publique de Vancouver, le 8 novembre 2017. J’ai eu l’honneur de souligner cette ouverture à Vancouver en animant une conversation de la série Signatures en compagnie de la très honorable Kim Campbell. Nos collègues des bureaux de Winnipeg n’ont pas été en reste, puisque leurs espaces de consultation publique ont été mis à niveau notamment par l’ajout d’un kiosque pour la consultation numérique. Enfin, à la toute fin de l’exercice, soit le 10 mars 2018, à Calgary, l’espace du musée Glenbow voué à la mise en valeur de la collection de portraits de BAC a tenu sa première activité. Il s’agit de l’exposition Autoportraits : reflets d’artistes, qui sera en montre jusqu’au 6 janvier 2019.

Sur le plan de notre implantation numérique, en 2017-2018, nous avons ajouté 10 201 950 images supplémentaires à notre collection disponible en ligne. Cela dit, plusieurs de nos réalisations de l’année s’inscrivent sous le thème « Qui sommes-nous? » seulement si l’on comprend que le « nous » est inclusif. En effet, nombre de nos initiatives numériques reposent fondamentalement sur la participation de nos partenaires et de nos clients. Que l’on pense à l’externalisation ouverte (« crowdsourcing ») du journal de lady Agnes Macdonald; à la numérisation des renseignements météorologiques relatifs à la région d’Ottawa, faite bénévolement grâce à notre Numéri-Lab, ou, encore, à l’enrichissement des articles de Wikipédia portant sur la Grande Guerre par les participants à nos ateliers d’édition, c’est en toute collégialité que nous progressons. De la même façon, l’implantation de notre nouveau catalogue collectif – le bien nommé Voilà – ne pourrait se faire sans la collaboration de tous les instants de la communauté bibliothéconomique canadienne. Comme le dit le proverbe africain : « Si tu veux aller vite, vas-y seul, mais si tu veux aller loin, alors il faut y aller ensemble ».

Sur le plan de notre implantation structurelle, 2017-2018 a été l’occasion de quelques explorations radicales. Nous avons poursuivi les travaux amorcés par l’adoption de la Déclaration d’Ottawa, en décembre 2016. En réunissant musées, bibliothèques et services d’archives autour d’un projet de développement commun, nous avons amené plus loin notre travail d’ouverture des frontières séparant les institutions de mémoire canadiennes. Le Sommet 2018 des bibliothèques, des archives et des musées, tenu au Musée royal de l’Ontario, le 30 janvier, a donné un deuxième souffle à l’initiative que nous menons de concert avec l’Association des musées canadiens. Et, en guise d’ouverture des frontières, quoi de plus symbolique que notre projet de relocalisation de nos services au public dans de nouveaux locaux qui seront partagés avec la Bibliothèque publique d’Ottawa, dès 2024. Ce projet novateur, qui propose le mariage d’un service d’archives national et d’une bibliothèque nationale avec une bibliothèque publique, verra le jour grâce aux dispositions contenues dans le budget du 27 février 2018. Il n’aura comme limites que celles de notre imagination.

Dernier événement de l’année 2017-2018 dont on me pardonnera de m’enorgueillir : l’inclusion, au registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO, de la collection Marshall McLuhan, conservée par BAC et l’Université de Toronto. Il s’agissait pour nous d’une première, puisque jamais auparavant des documents conservés par BAC n’avaient été reconnus par l’UNESCO. De surcroît, que cette reconnaissance vienne couronner une initiative conjointe de BAC et de l’Université de Toronto permet de valider notre choix de fonctionner en réseau, avec un modus operandi collaboratif. Somme toute, ce n’est pas par une seule identité, mais bien grâce à l’amalgame d’une multitude d’identités que nous pouvons commencer à découvrir qui nous sommes véritablement en tant que Canadiens.

Guy Berthiaume
Bibliothécaire et archiviste du Canada

Haut de la page

Nous sommes des bâtisseurs de ponts

« Les documents conservés dans nos collections sont des éléments essentiels à la réconciliation, un pont entre le passé et l’avenir. Ils permettent aux gens de connaître et de revendiquer leur identité et leur histoire. C’est pourquoi nous cherchons à comprendre les documents et leur importance pour ceux et celles qui en ont besoin, et à en favoriser l’accès par des activités de communication : c’est ensemble que nous bâtissons ce pont. »

Sarah Hurford, archiviste principale, BAC

Homme des Premières Nations non identifié tenant une corde à laquelle sont attachés des poissons.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, a008595 (Collection Topley)

Revitaliser la langue et la culture

En tant que bibliothèque et archives nationales du Canada, BAC a un rôle primordial à jouer dans l’établissement de relations avec les collectivités autochtones et la langue est au coeur même de ces relations. Après avoir lancé plusieurs programmes relatifs au patrimoine autochtone au fil des ans, BAC a intensifié ses efforts en 2017-2018.

En 2017, le gouvernement fédéral a alloué 14,9 millions de dollars à BAC pour l’aider à préserver et à revitaliser les langues et les cultures autochtones du Canada. Ce financement permettra de numériser les documents de BAC contenant des informations relatives aux Premières Nations, à la nation métisse et aux Inuits, tels que des traités, des photographies et des dictionnaires en langues autochtones. BAC offrira également son soutien aux collectivités autochtones qui ont elles-mêmes entrepris de préserver et de revitaliser les langues des Premières Nations, de la nation métisse et des Inuits, en mettant l’accent sur la préservation des enregistrements sonores. De plus, BAC engagera sept archivistes autochtones qui travailleront au sein de diverses collectivités au Canada, en collaboration avec ces dernières, pour documenter le matériel détenu localement, pour recueillir des témoignages et pour contribuer à la sauvegarde des langues autochtones.

Afin de concevoir des projets qui soient historiquement exacts et culturellement appropriés et d’obtenir des conseils, BAC a mis sur pied un cercle consultatif composé de divers représentants des collectivités autochtones.

BAC poursuit également l’élaboration d’un plan d’action en matière de patrimoine autochtone et d’une stratégie de mobilisation; ces travaux s’appuient sur la consultation et la participation active des collectivités et des organisations autochtones à chaque étape. Au point de service de BAC en Colombie-Britannique, un Forum de recherche à l’intention des chercheurs autochtones offre des services optimaux à ceux et celles qui s’intéressent aux revendications autochtones.

BAC continue de répondre aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation (CVR), notamment l’appel 69, qui demande à BAC d’adopter pleinement et de mettre en oeuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, et de faire en sorte que les fonds documentaires relatifs aux pensionnats indiens soient accessibles au public. BAC a aussi été un des premiers à répondre à l’appel 57, lequel demande « aux gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux de même qu’aux administrations municipales de s’assurer que les fonctionnaires sont formés sur l’histoire des peuples autochtones, y compris en ce qui a trait à l’histoire et aux séquelles des pensionnats... ». Dans le cadre de son programme de sensibilisation et de formation aux cultures autochtones, lequel propose des conseils individuels de spécialistes et des séances d’information, BAC a tenu six « exercices des couvertures » en 2017-2018, auxquels ont participé plus de 200 employés. Lors de ces exercices prenant la forme de jeux de rôle souvent chargés d’émotion, les participants sont invités à se mettre à la place des Autochtones afin de tenter de comprendre les répercussions des 500 dernières années d’histoire sur leurs peuples.

Le 20 juillet 2017, BAC a lancé sa collection d’archives Web sur la CVR contenant plus de 400 ressources. Ces archives permettent d’accéder aux sites Web en français et en anglais d’organisations ayant un lien avec la CVR, à des sites Web et à des contenus médiatiques axés sur une vision communautaire à l’égard des survivants, de la commémoration, de la guérison et de la réconciliation ainsi qu’à des documents portant sur les résultats de la CVR et les séquelles laissées par les pensionnats autochtones.

Un visage, un nom célèbre un anniversaire et remporte un prix!

Pour de nombreuses collectivités inuites, métisses et des Premières Nations, la mémoire était essentielle à la survie. Les savoirs liés à la chasse ou à la construction d’un traîneau se transmettaient d’une génération à l’autre par les histoires et la tradition orale. BAC possède des milliers de photographies d’Autochtones dans sa collection, mais plusieurs d’entre elles ne sont pas identifiées. 

Du 1er au 3 mars 2017, BAC a souligné le 15e anniversaire de sa plus célèbre activité d’externalisation ouverte : Un visage, un nom. Depuis 2002, ce projet a non seulement permis à des collectivités autochtones d’identifier des personnes et des lieux sur plus de 10 000 photographies de la collection, mais il a aussi contribué à réunir des familles. Ces renseignements vitaux ont été ajoutés aux notices descriptives dans la base de données de BAC, laquelle sera conservée pour les générations actuelles et futures.

Le 7 décembre 2017, Un visage, un nom a reçu le prix Innovation lors du 8e Grand prix Livres Hebdo des bibliothèques francophones 2017 tenu à Paris, en France.

Karen Linauskas, directrice de la Division des expositions et du contenu en ligne, acceptant le prix Innovation au nom de BAC.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

L’aîné Piita Irniq tenant une photographie d’un Inuit non identifié de Taloyoak (Nunavut).
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Description archivistique originale : groupe d’enfants inuits, Coral Harbour (Salliq) Un visage, un nom : de gauche à droite : Danny Sateana (devant), Markoosie Eetuk (derrière), Ray Sateana, Annie Ford et John Sateana.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, e002216413

Rencontre d’écrivains autochtones à BAC

L’auteur Zebedee Nungak prenant la parole lors de la rencontre d’écrivains autochtones.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

BAC a invité, en collaboration avec le ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC), trois auteurs autochtones à partager leurs points de vue sur les moyens de vaincre l’adversité et de renforcer la résilience. Les spectateurs ont pu assister à des échanges passionnants entre Tracey Lindberg-Cody, écrivaine et universitaire, romancière et professeure de la nation crie de Kelly Lake (auteure de Birdie), Zebedee Nungak, écrivain, satiriste et leader politique inuit (auteur de Wrestling with Colonialism on Steroids: Quebec Inuit Fight for their Homeland) et Cheri Dimaline, écrivaine et éditrice métisse (auteure de The Marrow Thieves, qui a obtenu le prix littéraire 2017 du gouverneur général pour la littérature jeunesse).

La rencontre s’inscrivait dans le cadre de la campagne #LecturesAutochtones d’AANC.

Exposition de traités

Les traités témoignent avec éloquence du passé jusqu’à nos jours; ils aident les Autochtones et les non-Autochtones à aller de l’avant grâce à une compréhension mutuelle de ce passé.

Le traité Selkirk de 1817 a permis l’établissement de colons européens dans la vallée de la rivière Rouge au sud du Manitoba. Il a été exposé du 6 novembre au 8 décembre 2017 dans le cadre de l’exposition Canada : Qui sommes-nous?, présentée au 395, rue Wellington, à Ottawa.

En novembre, afin de souligner la Semaine de reconnaissance des traités de l’Ontario, BAC a également exposé au 395, rue Wellington, les traités Robinson‑Huron et Robinson-Supérieur de 1850, qui couvrent une grande partie du nord de l’Ontario.

BAC a prêté le manuscrit original du traité no 7 pour une exposition à Fort Calgary qui a suscité un grand intérêt. Durant le seul mois de juillet, près de 6 000 personnes ont visité le musée du fort.

Forum de BAC : Explorer la décolonisation en route vers la réconciliation

Qui possède et contrôle les artefacts autochtones? Comment les institutions de mémoire peuvent-elles décoloniser le langage qu’elles utilisent pour y intégrer un plus grand nombre de voix? Quels sont les meilleurs modes de collaboration avec les communautés autochtones? Voilà quelques-unes des questions posées lors d’un événement qui a été une première pour BAC : un forum d’une journée en collaboration avec des partenaires universitaires, tenu le 6 novembre 2017, à Ottawa.

Haut de la page

Nous sommes la mémoire du monde

« Des chercheurs du monde entier viennent consulter les archives de Marshall McLuhan à BAC. Son inscription au Registre de la Mémoire du monde reconnaît son intérêt exceptionnel à l’échelle internationale. »

Rob Fisher, archiviste principal, BAC

Parmi les documents inscrits au Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO se trouvent des sagas islandaises du Moyen-Âge, des documents témoignant de la répression policière au Paraguay et le brouillon personnel de la messe en si mineur de Bach. Ce projet unique rend hommage à des collections de partout dans le monde qui « transcendent les frontières entre les époques et entre les cultures ».

Le 7 novembre 2017, BAC a annoncé avec fierté que l’imposante collection d’archives de Marshall McLuhan conservée à BAC, ainsi que sa bibliothèque de recherche, logée à l’Université de Toronto, ont été officiellement incluses au Registre. Parfois appelé « le prophète de l’ère numérique », le Canadien Marshall McLuhan est l’un des penseurs les plus créatifs et les plus influents du 20e siècle.

Les « archives du futur » de McLuhan s’ajoutent à d’autres trésors canadiens déjà inscrits au Registre, notamment les archives associées à la découverte de l’insuline, les archives de la Compagnie de la Baie d’Hudson et le célèbre film pacifiste de Norman McLaren, Les voisins.

Quelque 50 mètres de documents d’archives sur divers supports, ainsi que 6 000 publications, comprenant de la correspondance, des manuscrits, des livres, des articles, des essais et des conférences, offrent une perspective unique sur l’homme et sur sa pensée. 

Médias chauds ou froids, le village global, le médium est le message... ces concepts élaborés par McLuhan et leur troublante anticipation de l’avenir font maintenant partie de notre vocabulaire quotidien. Le terme « McLuhanisme » se trouve même dans l’encyclopédie en ligne Wikipédia! Ses livres se sont vendus à des millions d’exemplaires et sont toujours réédités plus de cinquante ans après leur parution.

La collection d’archives de McLuhan peut être consultée librement dans la salle de lecture de BAC. À l’Université de Toronto, les chercheurs peuvent consulter sa bibliothèque de recherche et feuilleter les livres et les documents sur place. BAC héberge également un site Web en collaboration avec l’Université de Toronto, lequel contient des copies numérisées de documents d’archives accessibles gratuitement partout dans le monde.

Objets souvenirs de McLuhan, dont la première page de l’introduction d’une version préliminaire de son ouvrage Pour comprendre les médias où se trouve l’expression « le médium est le message ».
Source : Paul Terefenko

Marshall McLuhan : l’homme et son message (document philatélique).
Source : Bibliothèque et Archives Canada e000009102

Pour célébrer l’inscription des documents de Marshall McLuhan au Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO, Guy Berthiaume (deuxième à partir de la droite), bibliothécaire et archiviste du Canada, avec (de gauche à droite) Loryl MacDonald, bibliothécaire en chef adjointe par intérim pour les collections spéciales et directrice de la Bibliothèque de livres rares Thomas Fisher de l'Université de Toronto; Christina Cameron, présidente de la Commission canadienne pour l’UNESCO; l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, et Sébastien Goupil, secrétaire général de la Commission canadienne pour l’UNESCO, sur la colline du Parlement à Ottawa, le 14 février 2018.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

 

Haut de la page

Nous sommes les concepteurs du futur

« Nous sommes une équipe d’action! L’équipe du projet Gatineau 2 est formée d’employés provenant de multiples secteurs du gouvernement, un groupe trié sur le volet qui carbure au défi que représentent la planification, la conception, l’entretien et l’exploitation du plus important projet d’infrastructure de BAC! Notre fierté n’a d’égal que notre désir de réussir à livrer un deuxième centre de préservation qui réponde à la fois aux besoins et aux attentes du personnel et du public. »

Nathalie Ethier, directrice, projet Gatineau 2, BAC

Le 31 octobre 2017, BAC a lancé le processus d’acquisition pour un nouveau projet, son plus important depuis au-delà de 20 ans – quelque chose d’énorme! La deuxième installation de préservation de BAC sera conçue et bâtie pour conserver les fonds et collections de documents analogiques pendant des siècles, sur un terrain adjacent au premier Centre de préservation de BAC, inauguré en 1997. Ce centre, situé au coeur de la ville de Gatineau (Québec), est assez vaste pour contenir deux avions Boeing 747!

Le nouvel édifice offrira des conditions optimales pour la préservation de ces précieuses collections de documents textuels et audiovisuels. Il offrira également des espaces absolument nécessaires pour loger la collection, car BAC dépassera sa capacité d’entreposage dans à peine quelques années.

Surnommé affectueusement « Gatineau 2 », le nouvel édifice sera construit selon un modèle de partenariat public-privé novateur et sera équipé de systèmes de stockage et de récupération automatisés ultramodernes.

Il contribuera également aux objectifs du gouvernement fédéral en matière de développement durable par sa conception « écologique », laquelle respecte la norme argent du programme LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). En fait, le nouveau centre sera le premier édifice du gouvernement canadien à avoir une empreinte carbone zéro.

Le projet permettra d’offrir de meilleurs services aux Canadiens, confirmera BAC dans sa position de chef de file dans la communauté archivistique et fournira un deuxième centre d’excellence à la fine pointe dans les domaines de la préservation et de l’accès au patrimoine documentaire du Canada.

Gatineau 2 devrait être entièrement opérationnel en 2021.

Laboratoires de conservation dans le Centre de préservation de Bibliothèque et Archives Canada à Gatineau (Québec).
Source : Bibliothèque et Archives Canada

L’actuel Centre de préservation à Gatineau (Québec).
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Le député de Gatineau, Steve MacKinnon, est tout sourire à l’annonce du nouveau centre de préservation de BAC le 31 octobre 2017.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Réévaluation à Renfrew

BAC entrepose d’énormes quantités de documents dans ses installations de Renfrew (Ontario), dont un grand nombre de documents gouvernementaux. Ces documents seront un jour transférés dans le nouveau centre de préservation à Gatineau; c’est l’occasion idéale pour procéder à une évaluation des fonds documentaires existants afin de garantir que seuls les documents appropriés seront déménagés. Cette évaluation a commencé en 2017-2018 par l’examen de centaines de milliers de boîtes de documents, incluant des documents cartographiques, architecturaux et des dessins techniques, afin que les documents correspondent au mandat de BAC et que leurs coûts de transport, de préservation et d’entreposage soient réduits.

Haut de la page

Nous sommes des bibliothécaires

« Le secteur de l’édition au Canada est vaste, complexe et en constante évolution. C’est pourquoi une bibliothécaire doit être beaucoup de choses : une détective à l’affût d’indices et de renseignements, une navigatrice rusée voguant sur des océans de connaissances, un ninja agile et méticuleux, une collectionneuse en quête de la perle rare, une superhéroïne dotée de pouvoirs à la fine pointe de la technologie, et une magicienne avec plus d’un tour dans son sac. Je suis bibliothécaire à BAC et j’en suis très fière! »

Annie Wolfe, bibliothécaire aux acquisitions, BAC

Voilà!

Voilà, le nouveau catalogue collectif en ligne du Canada, a été lancé le 1er février 2018 à la super-conférence de l’Association des bibliothèques de l’Ontario, à Toronto.

Voilà est doté d’une interface intuitive et de fonctions de recherche modernes permettant aux utilisateurs de repérer des documents publiés dans des centaines de bibliothèques partout au Canada. Voilà constitue une étape majeure dans le projet de renouvellement du système de bibliothèque de BAC et marque la fin de la migration des fonds du catalogue collectif, à partir de l’actuel système AMICUS vers l’OCLC (Online Computer Library Center). L’OCLC est la plus importante ressource en ligne au monde pour la recherche dans les collections de bibliothèques.

BAC prévoit commencer à utiliser les services de gestion de bibliothèque de l’OCLC pour offrir un accès public à ses propres collections au cours de l’automne 2018.

ISB quoi?

L’ISBN est une suite de chiffres qui identifie de manière unique les ouvrages publiés, et qui permet de diffuser l’information aux librairies, distributeurs, éditeurs, bibliothèques, établissements d’enseignement, et bien sûr, aux lecteurs. L’ISMN est aussi une suite de chiffres unique, un système parallèle utilisé pour la musique annotée, comme les partitions et la musique en feuilles.

Du 11 au 13 septembre 2017, BAC a tenu l’assemblée générale annuelle de l’Agence internationale de l’ISBN et de l’Agence internationale de l’ISMN, et accueilli une soixantaine de représentants de ces organismes, provenant de 32 pays.

Ici, à BAC, nos techniciens en ISBN ont attribué plus de 100 000 numéros ISBN et ISMN en 2017-2018.

@RISK NORTH (Collections en péril)

L’espace. Pour les bibliothèques, c’est sans doute l’ultime frontière! Les bibliothèques sont confrontées à l’énorme défi d’entretenir leurs collections imprimées alors qu’elles doivent composer avec un manque d’espace et des réductions budgétaires et qu’on leur réclame à grands cris des ressources en ligne. Une des solutions consiste à relever ce défi collectivement. En tant que membre d’un réseau de bibliothèques canadiennes, BAC a été l’hôte du symposium @RISK NORTH organisé par l’Association des bibliothèques de recherche du Canada, le 10 novembre 2017. On y a discuté, entre autres, d’une stratégie nationale pour entretenir les collections imprimées, de dépôts partagés et du rôle joué par BAC, à titre de bibliothèque nationale, dans la préservation des derniers exemplaires imprimés de Canadiana.

Le moment choisi pour tenir ce symposium était idéal; BAC a entrepris d’actualiser sa politique de développement des collections de patrimoine publié et grâce à la mise en place du nouveau catalogue national, il possédera bientôt un nouvel outil pour évaluer les collections d’imprimés canadiens.

De nouvelles politiques, des relations plus étroites

BAC recourt à divers moyens pour constituer sa collection, notamment le dépôt légal, les dons, les achats et l’archivage du Web. En 2017-2018, BAC a révisé sa politique de collection de documents publiés ainsi que son approche pour acquérir des publications d’éditeurs au moyen du dépôt légal. Cette révision a donné lieu à l’élaboration d’une nouvelle Politique en matière de développement des collections patrimoniales et d’une Stratégie de communication avec les éditeurs. La politique spécifie que BAC effectuera sa collecte en collaboration avec d’autres organismes, et qu’elle sera de plus en plus numérique et exhaustive en ce qui concerne les publications canadiennes. La stratégie explique de quelle manière BAC travaillera avec les éditeurs et avec ses partenaires pour accroître la participation au dépôt légal. En améliorant constamment ses services aux éditeurs et en les sensibilisant aux services qu’il offre, BAC espère ainsi approfondir ses relations avec les éditeurs et devenir un partenaire plus visible et plus important de cette communauté.

De remarquables acquisitions

Badelard, Philippe-Louis-Francois, Direction pour la guérison du mal de la Baie St Paul, à Québec, chez Guillaume Brown, au milieu de la Grande Côte, MDCCLXXXV [1785].
Source : Bibliothèque et Archives Canada, AMICUS 10851364

BAC possède une collection de livres rares comprenant plus de 100 000 volumes, dont la bibliothèque personnelle de l’ancien premier ministre du Canada, William Lyon Mackenzie King et le premier roman écrit par un Canadien et publié au Canada, St Ursula’s Convent. Cette collection s’enrichit régulièrement grâce à des achats et à des dons. Un des livres les plus fascinants que BAC ait acquis en 2017-2018 est le premier ouvrage médical publié au Canada.

Direction pour la guérison du mal de la Baie St Paul, publié en 1785, est l’un des quatre exemplaires existants au Canada; il a été acheté grâce à un don des Amis de BAC. Le « mal de baie Saint-Paul » serait une forme de syphilis, qui avait atteint des proportions quasi épidémiques dans la vallée du Saint-Laurent durant les années 1780.

 

Dépôt légal : toute une mise en scène!

Les finalistes aux Junos 2017, Matt Dusk et Barbra Lica, se prêtent au jeu de la mise en scène avec Richard Provencher (tenant des CD), le porte-parole de BAC pour les relations avec les médias. En route pour le gala des prix Juno tenu à Ottawa le 1er avril 2017, les deux musiciens de jazz sont passés par BAC pour y déposer leurs plus récents CD.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Chaque année, BAC reçoit deux exemplaires de chaque livre, partition musicale, enregistrement sonore ou audiovisuel, documentaire, film, thèse et publication en série, sur support analogique ou numérique, publié au Canada.

C’est ainsi que, depuis avril 2017, 18 629 nouveaux titres et 67 119 numéros de publications en série se sont ajoutés à la collection de BAC.

Retenons en particulier :

I never talk about it, par Véronique Côté et Steve Gagnon, de courtes histoires traduites du français par 37 traducteurs différents. AMICUS 45262504

The Education of Augie Merasty: A Residential School Memoir, par Joseph Auguste Merasty, avec David Carpenter. AMICUS 44849515

Migrant Dreams, un film de Min Sook Lee, qui a fait partie de la sélection officielle au DOXA Documentary Film Festival et au Festival international du film de Toronto.

You Want it Darker, le dernier album studio du chanteur, auteur-compositeur, poète et romancier Leonard Cohen.

Une autre acquisition de livre rare pour la collection Jacob M. Lowy, grâce à un don de Ruth et Arnon Miller : Mivachar Ha-Peninim (Choix de perles) par Solomon Ibn Gabirol. Ce livre a été publié pour la première fois en 1484, ce qui en fait un des plus anciens ouvrages de la collection de BAC. Il s’agit d’un recueil de proverbes, de réflexions morales et de maximes.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Des bibliothécaires de BAC jouent le jeu pour réaliser un gazouillis au catalogue sur fiches dans les bureaux de BAC à Place de la Cité, Gatineau (Québec).
Source : Bibliothèque et Archives Canada

 

Haut de la page

Nous sommes des chefs de file du numérique

« L’archivage des contenus Web s’effectue en plusieurs étapes : évaluation du contenu, évaluation technique, acquisition, contrôle de la qualité, gestion des données, préservation numérique, classement et conservation des collections; il faut aussi veiller à ce que le contenu soit repérable et accessible dans le futur. Quand ce contenu représente notre patrimoine documentaire numérique, lequel n’est peut-être pas disponible sur un autre support, chacune de ces étapes revêt une importance particulière. »

Patricia Klambauer, agente principale de projets numériques, BAC

BAC célèbre une première

Ce qui nous vient automatiquement à l’esprit quand nous pensons à des espèces menacées, ce sont des animaux... mais les documents numériques sont tout aussi vulnérables. Sous le thème Bits decay: do something today [Dégradation numérique : le temps d’agir], BAC a souligné la première Journée internationale de la préservation numérique le 30 novembre 2017, en lançant sa Stratégie pour un programme de préservation numérique. Bien que BAC conserve déjà plus de cinq pétaoctets de documents numériques, principalement des enregistrements audiovisuels, des archives Web du gouvernement du Canada et des versions numériques de documents sur papier, il y a encore beaucoup à faire pour garantir que toutes les collections numériques de BAC sont protégées. (À propos, cinq pétaoctets de données correspondent à 1 338 mètres de DVD empilés les uns sur les autres!)

Une technicienne de BAC utilisant une technologie de pointe pour numériser des documents historiques.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Stratégie de numérisation du patrimoine documentaire

La Stratégie de numérisation du patrimoine documentaire du Canada, annoncée en juin 2016, a pour objectif de coordonner la numérisation de centaines de collections conservées dans les institutions de mémoire du Canada.

Le comité directeur comprend des organisations de divers secteurs, telles qu’Internet Archive, le Musée canadien de l’histoire, la Writers' Union of Canada et plusieurs universités.

En septembre 2017, 54 organisations avaient manifesté leur intention de collaborer avec BAC et un financement initial avait déjà permis la création d’un projet pilote visant à numériser trois journaux autochtones.

Corps expéditionnaire canadien (CEC)

Les dossiers personnels de ceux et celles qui ont servi durant la Première Guerre mondiale font partie de nos ressources les plus populaires (mais aussi les plus fragiles). En date du 15 mars 2018, 568 203 des 640 000 dossiers du CEC étaient accessibles en ligne dans notre base de données. En ajoutant de nouveaux dossiers toutes les deux semaines, BAC prévoit que tous les dossiers seront disponibles en ligne à la fin de 2018.

Disposition

Chaque année, les ministères et organismes du gouvernement fédéral créent et gèrent toutes sortes de documents, et chaque année BAC permet à ces institutions de disposer des documents qui ne leur sont plus d’aucune utilité, en leur émettant des autorisations de disposition. Conformément à ces autorisations, les institutions peuvent détruire les documents ou les transférer à BAC lorsqu’ils possèdent une valeur archivistique.

BAC a conçu un plan triennal visant à ce que toutes les institutions du gouvernement canadien possèdent des autorisations de disposer de leurs documents d’ici la fin de l’exercice 2017-2018; cet objectif a été atteint le 31 mars 2018. Cette remarquable réalisation de BAC signifie que les Canadiens auront accès à long terme aux documents de l’administration fédérale dans les prochaines années.

En route vers l’or

En gros, les métadonnées sont des données qui décrivent d’autres données. BAC a travaillé très fort en 2017-2018 afin d’établir les exigences relatives aux métadonnées des documents gouvernementaux numériques qui lui seront transférés. Ce travail contribue aux efforts du gouvernement pour atteindre en 2019 la première marche du podium avec une tenue de documents commune, uniforme et efficiente dans l’ensemble de son administration.

Des restauratrices du laboratoire de conservation des estampes et dessins au Centre de préservation de BAC ont eu la chance de pouvoir travailler sur quelques objets tridimensionnels, des sculptures souples de sir John A. Macdonald, sir Wilfrid Laurier, John Diefenbaker et Pierre Elliott Trudeau, par l’artiste d’Ottawa Heather Danylewich, qu’elles ont préparées en vue d’une exposition. Remarquez ces détails : la rose jaune que porte Trudeau à la boutonnière et l’épingle à cravate en diamant de Laurier.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Migration audiovisuelle

En 2009, BAC a établi un plan sur dix ans prévoyant la migration de 180 000 heures de contenu audio et vidéo. À la fin de la neuvième année, BAC avait déjà numérisé 177 199 heures de contenu, soit 3 196 téraoctets de fichiers de conservation et 90 téraoctets de fichiers d’accès!

Ici aujourd’hui, ici demain

L’équipe d’intégration numérique a procédé à une cinquième indexation de domaine du gouvernement du Canada en 2017-2018, afin de capturer la présence du fédéral sur le Web et de contribuer à l’engagement de BAC envers le Gouvernement ouvert. Elle a également participé à la migration d’importantes ressources gouvernementales vers un portail central, Canada.ca. BAC a collecté 8,5 téraoctets d’archives sur le Web cette année, dont un peu plus de 200 chaînes YouTube du gouvernement canadien.

BAC a aussi acquis plus de 1 000 ressources documentant le 150e anniversaire de la Confédération canadienne, incluant des médias sociaux, des blogues et des sites Web personnels, des nouvelles concernant divers événements, et des documents à propos des thèmes officiels de Canada 150 : la diversité et l’inclusion, la mobilisation et l’inspiration de la jeunesse, la réconciliation avec les Autochtones et l’environnement. BAC va aussi continuer à documenter le centenaire de la Première Guerre mondiale jusqu’en décembre 2018; il en résultera plus de 700 ressources pour la recherche.

BAC documente la participation canadienne aux Jeux olympiques et paralympiques d’hiver et d’été depuis 2008. En février 2018, plus de 150 dossiers et objets avaient été recueillis par BAC concernant les Olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud, ce qui comprend des articles touchant le Comité olympique canadien et les organisations de sports d’hiver, les commanditaires, ainsi que des nouvelles et une sélection de médias sociaux.

Durant l’exercice 2017-2018, le programme d’archivage du Web de BAC a facilement atteint sa cible, soit de recueillir 15 téraoctets de ressources archivistiques sur le Web et de franchir la barre des 800 millions de documents dans les archives du Web.

Haut de la page

Nous sommes des partenaires de la collectivité

« Les partenariats de BAC – ses partenariats avec les collectivités, ses partenariats à l’échelle nationale, à l’échelle internationale – ce sont les fils qui relient ensemble les divers éléments de notre expérience culturelle en un récit cohérent. Lorsque les partenariats, à quelque niveau que ce soit, reposent sur des relations et non sur des transactions, ce qui en résulte peut modifier notre compréhension du patrimoine documentaire, parfois si profondément que nous en sommes transformés. »

Francesco Manganiello, directeur, Relations avec les intervenants et Affaires internationales, BAC

Le 4 décembre 2017, BAC annonçait le lancement du cycle de financement 2018-2019 de son Programme pour les collectivités du patrimoine documentaire. Pour la quatrième année, BAC investira 1,5 million dollars dans le but de favoriser le développement des collectivités d’archives, de bibliothèques et de musées du Canada et des associations professionnelles qui les représentent, en augmentant leur capacité à préserver le patrimoine documentaire, à le rendre accessible et à le promouvoir. Depuis 2015-2016, BAC a versé 4,5 millions dollars afin de soutenir 140 projets au Canada.

Voici le témoignage de deux bénéficiaires :

« Nous sommes très heureux d’annoncer que la New Brunswick Queer Heritage Initiative a reçu une subvention de Bibliothèque et Archives Canada! Cette subvention nous permettra de créer un site Web d’information et de recherche, de mener des entrevues auprès de lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres, queers et autres dans la province; nous pourrons aussi classer et décrire nos collections afin de les rendre accessibles au public. »

Dusty Green, fondateur, New Brunswick Queer Heritage Initiative

« Je ne pourrai jamais dire à quel point ce projet est important pour notre organisation et notre communauté. J’aimerais remercier très sincèrement Bibliothèque et Archives Canada pour cette occasion qui nous est offerte; nous n’aurions certainement pas pu accomplir ce travail absolument nécessaire sans le soutien financier que nous avons reçu. »

Une photo numérisée aux Oliver and District Heritage Society Archives, avec l’aide du Programme pour les collectivités du patrimoine documentaire. Intitulée « Construction d’un barrage sur la rivière Okanagan, vers les années 1920 », la photo a été prise près de McIntyre Bluff, maintenant appelé Nʕaylintn, ce qui signifie « conteur » en langue okanagan.
Source : Oliver and District Heritage Society Archives

La liste complète des projets financés par le Programme pour les collectivités du patrimoine documentaire se trouve sur le site Web de BAC.

Le village de Nakusp à l’ombre des montagnes, Colombie-Britannique, 9 janvier 1963.
Source : Société historique Arrow Lakes, 199-019-6

Un cadre de collaboration

BAC collabore avec de nombreux groupes dans la collectivité, notamment des organismes culturels et des établissements universitaires. La signature de protocoles d’entente avec les universités permet aux deux parties de mettre en commun leurs compétences et leurs connaissances, de collaborer à des projets de recherche et de technologie et d’accroître leur rayonnement. En 2017-2018, BAC a conclu des protocoles d’entente avec l’Université de Toronto, l’Université Western à London, en Ontario et l’Université Queen’s, à Kingston, rejoignant ainsi d’autres universités ayant déjà signé de tels protocoles avec BAC, soit l’Université d’Ottawa, l’Université Dalhousie, l’Université Laval et l’Université de Montréal.

Double ennui

Le 13 mars 2018, BAC s’est associé à la Faculté des études sur l’information et les médias de l’Université Western pour tenir un débat enlevant sur un des sujets les plus chauds de l’année : les fausses nouvelles. Intitulé Double ennui : le problème des « fausses nouvelles » ce débat, animé par le bibliothécaire et archiviste du Canada, réunissait une journaliste, une professeure et une archiviste. L’événement faisait suite à une table ronde sur les fausses nouvelles présentée par BAC le 16 octobre 2017, en partenariat avec le Globe and Mail. Les participants à cette table ronde, ayant pour thème Les nouvelles non filtrées : le sort des faits à l’ère numérique, ont examiné la question des « fausses nouvelles » du point de vue du journalisme, des médias sociaux et des bibliothèques et du rôle qu’ils ont joué dans la bataille contre la désinformation. La discussion était animée par le bibliothécaire et archiviste du Canada, et réunissait les panélistes David Walmsley, rédacteur en chef du Globe and Mail, Gerald Beasley, bibliothécaire en chef de la bibliothèque Carl A. Kroch de l’Université Cornell et Rory Capern, ex-directeur général chez Twitter Canada.

L’art d’être ouvert

Le 26 octobre 2017, BAC a organisé conjointement avec les bibliothèques de l’Université d’Ottawa et de l’Université Carleton à Ottawa un événement public sur le thème de l’accès à l’information gouvernementale à l’ère de « l’ouverture par défaut », dans le cadre de la Journée de l’information gouvernementale. Les discussions ont porté sur les efforts déployés par le gouvernement pour intégrer les principes et les méthodes d’ouverture dans ses activités quotidiennes; parmi les invités, mentionnons Mélanie Robert, directrice générale, Gestion de l’information et du Gouvernement ouvert au Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, Teresa Scassa, Chaire de recherche du Canada en politiques et droit de l’information de l’Université d’Ottawa, Alex Benay, dirigeant principal de l’information au gouvernement du Canada et Emily Gusba, directrice de la Division de la gestion de l’information à la Commission canadienne de sûreté nucléaire.

Coopération internationale

BAC a signé un protocole d’entente avec les Archives générales de la nation des États-Unis du Mexique dans le but de favoriser la collaboration entre les deux institutions. En vigueur jusqu’en 2022, cette entente s'ajoute à celles déjà conclues avec d’autres institutions de mémoire nationales en Chine, en Corée, en France, au Royaume-Uni et en Argentine.

BAC accueille aussi régulièrement des délégations internationales. Des représentants du Japon, de Chine, de Singapour, de Suède, d’Indonésie, de Norvège, du Danemark, d’Allemagne, du Pérou, d’Ukraine et du Royaume-Uni sont venus récemment découvrir nos collections, rencontrer nos spécialistes et visiter le Centre de préservation de BAC à Gatineau.

Canadian Camera Conference

Les archivistes en photographie de BAC ont été parmi les conférenciers les plus populaires lors de la Canadian Camera Conference 2017. Documenting a Nation s’est tenu à Ottawa du 28 au 30 juin 2017 au 395, rue Wellington. Emma Hamilton-Hobbs a parlé des collections photographiques du gouvernement conservées à BAC. Jill Delaney a donné un aperçu des collections d’archives photographiques privées de BAC. Pour leur part, Tania Passafiume et Tom Thompson ont présenté Lingua Franca : Un langage commun pour les restaurateurs de documents photographiques, le premier glossaire visuel anglais-français sur la conservation des photos réalisé par BAC sous forme de livre électronique. L’ouvrage s’adresse aux restaurateurs professionnels, aux enseignants, aux étudiants mais aussi à quiconque s’intéresse à la photographie.

Une des plus célèbres photos exposées à la Canadian Camera Conference : l’ancien premier ministre cubain, Fidel Castro, et l’ancien premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau, chantant joyeusement lors de la visite en Amérique latine de ce dernier, en 1976.
Source : Duncan Cameron/BAC/PA-136976

Club de lecture d’été TD

Chaque année, le Club de lecture d’été TD, le plus important club de lecture bilingue pour enfants au Canada, est organisé par la bibliothèque publique de Toronto en partenariat avec BAC. Commandité par le Groupe Banque TD, le club est offert dans plus de 2 000 bibliothèques au Canada. En 2017-2018, ce programme a rejoint 3 millions de personnes et il ne cesse de croître!

Haut de la page

Nous sommes le Canada créatif

« Un milieu de travail où l’erreur est permise stimule la créativité et l’innovation. C’est un élément essentiel du processus d’apprentissage. J’ai eu la chance de travailler dans un tel milieu, d’abord comme musicien, puis à BAC. Lorsque nous vivons pleinement nos passions, qu’il n’y a plus de frontières entre nos projets personnels et notre travail, nous atteignons un haut niveau de créativité dans les deux sphères. Ce n’est pas seulement bénéfique pour nous et ceux qui nous entourent, mais aussi pour le public que nous servons. »

Tom Thompson, spécialiste de la production multimédia, BAC

À nous l’avenir : Sommet 2018 des bibliothèques, des archives et des musées

Ensemble, nous sommes plus forts. La sénatrice Patricia Bovey prononçant le discours principal au Sommet 2018 des bibliothèques, des archives et des musées devant un mur de gazouillis actifs. Le mot-clic #GLAM2018 s’est répandu partout au Canada!
Source : Bibliothèque et Archives Canada

BAC et l’Association des musées canadiens ont tenu conjointement le deuxième sommet annuel des bibliothèques, des archives et des musées le 30 janvier 2018 au Musée royal de l’Ontario, à Toronto. À nous l’avenir mise sur le succès remporté par le premier sommet À nous la rue, tenu à Ottawa, et propose de poursuivre sur sa lancée.

Le Sommet 2018 des bibliothèques, des archives et des musées a attiré environ 280 participants et les discussions ont porté sur les thèmes suivants : comment les bibliothèques, les archives et les musées pouvaient travailler avec les collectivités, renouveler leurs relations avec les Autochtones, collaborer avec le secteur privé pour stimuler l’innovation et faire la promotion de leurs intérêts collectifs auprès du gouvernement. Parmi les conférenciers et panélistes invités, mentionnons l’honorable Patricia Bovey, sénatrice du Manitoba, Jack Lohman, président-directeur général du Musée royal de la Colombie-Britannique, Alan Ojiig Corbiere, historien anishinaabe de la Première Nation M’Chigeeng, Andrea Cohen Barrack du Groupe Banque TD et Sara Diamond, présidente de l’Université de l’École d’art et de design de l’Ontario.

Canada à l’écran

Back to God’s Country mettait en vedette Nell Shipman, la « wonder woman » du Canada, qui a écrit le scénario, réalisé elle-même plusieurs de ses cascades et s’est imposée comme une pionnière du cinéma.
Source : Gracieuseté de la bibliothèque de référence de films du Festival international du film de Toronto

Canada à l’écran est un projet réalisé en partenariat par BAC, le Festival international du film de Toronto, la Cinémathèque québécoise et la Cinémathèque de Vancouver pour souligner le 150e anniversaire du Canada.

La programmation, entièrement gratuite, proposait des événements spéciaux et des projections de films partout au pays, à partir d’une liste de 150 œuvres cinématographiques qui ont marqué l’histoire du Canada.

BAC a fièrement célébré le talent et la diversité des artistes canadiens en projetant quatre films de sa collection au 395, rue Wellington, notamment Back to God’s Country, le plus ancien film canadien encore existant (1919) et le film muet le plus populaire de notre histoire.

Back to God’s Country est le film le plus souvent emprunté à BAC; au cours des deux dernières années, des techniciens de BAC, véritables magiciens de la pellicule, ont numérisé le film restauré. Le film est maintenant disponible sur la chaîne YouTube de BAC.

Le compositeur, pianiste et chef d’orchestre Gabriel Thibaudeau a interprété sur place la trame sonore originale qu’il a composée pour accompagner le film.

Les trois autres films présentés sont Tit-Coq, Le déclin de l’empire américain, et Atanarjuat, la légende de l’homme rapide, le premier long métrage entièrement écrit, réalisé et joué en inuktitut. Réalisé par le cinéaste Zacharias Kunuk, Atanarjuat a remporté plus de 20 récompenses, dont la Caméra d’or à Cannes.

L’auteur Mark Sakamoto (à gauche) est interviewé par Alan Neal de la CBC à propos de son mémoire Forgiveness, qui a remporté le prix Canada Reads 2018.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Comme c’est poétique!

Nocturne : Art at Night, un festival d’automne qui se déroule chaque année à Halifax a pour but de faire connaître le milieu des arts visuels de la ville. Cette année, le personnel du bureau de BAC au Quai 21 à Halifax a créé pour l’occasion une œuvre interactive originale, en phase avec le thème de l’événement : Vanish! [Disparaître!] Le public avait la possibilité de repenser la mémoire culturelle et de créer de la poésie en noircissant et en mettant en lumière des mots sur des reproductions de documents de BAC.

Une lettre se transforme en poème grâce à l’idée géniale du personnel de BAC à Halifax.
Source : Roselyne Rheaume, Harbour City Imagery

Lancements de livres

BAC a organisé huit lancements de livres en 2017-2018, dont plusieurs en partenariat avec le Festival international des écrivains d’Ottawa, ainsi qu’avec l’Université d’Ottawa et le Lowy Council. Certains de ces ouvrages s’appuient sur des recherches menées à BAC, notamment Running on Empty, Canada and the Indochinese Refugees, 1975–1980, publié aux presses de l’Université McGill-Queen’s en avril 2017. Running on Empty raconte l’histoire poignante de fonctionnaires canadiens travaillant dans des camps de réfugiés en Asie du Sud-Est à l’époque où le Canada a accueilli quelque 70 000 réfugiés indochinois. Le livre décrit leur expérience dans les camps où ils étaient accablés par la chaleur, se nourrissant essentiellement de nouilles et de thé, ils devaient accomplir un travail essentiel, alors que les rats grouillaient sous leurs lits de fortune.

Ken Dryden, un des plus célèbres gardiens de but au hockey, lors du lancement de son livre Game Change: The Life and Death of Steve Montador, and the Future of Hockey, organisé par BAC en novembre 2017.
Source : Cattroll Photo Associates

Ouvrages lancés

17 mai 2017 : Running on Empty, coauteurs Michael J. Molloy, Peter Duschinsky, Kurt F. Jensen and Robert J. Shalka

20 juin 2017 : Explorer la capitale : Guide architectural de la région d'Ottawa-Gatineau, par Andrew Waldron

14 septembre 2017 : That’s My Baby par Frances Itani

17 septembre 2017 : In Your Words par Seymour Mayne

24 septembre 2017 : The New Spice Box, édité par Ruth Panofsky

16 octobre 2017 : A Mercedes in the Sand par Leon Levit

28 novembre 2017 : Game Change: The Life and Death of Steve Montador, and the Future of Hockey par Ken Dryden

15 janvier 2018 : Jacob Isaac Segal: A Montreal Yiddish Poet and His Milieu par Pierre Anctil

Pour l’amour des arts

Les Prix du gouverneur général pour les arts du spectacle 2017 (PGGAS) ont été présentés le 28 juin 2017. Pour souligner les réalisations de ces artistes, BAC a organisé, en partenariat avec la Fondation des PGGAS, une réception en leur honneur à l’hôtel Westin d’Ottawa.

Cet événement a offert l’occasion à des archivistes de BAC, Théo Martin, Michel Guénette et Maureen Nevins, de montrer le travail accompli par BAC et d’expliquer la démarche à suivre pour faire don de ses archives. Durant la soirée, les archivistes ont pu bavarder avec des célébrités canadiennes telles que Veronica Tennant, Albert Millaire, Joseph Rouleau, Paul Thompson, Gordon Pinsent, Margie Gillis, Phil Nimmons, Kelly Peterson (veuve d’Oscar Peterson), Oliver Jones, Annette Av Paul et Michel Pagliaro. Plusieurs de ces artistes ont, depuis, offert de donner leurs archives à BAC.

L’archiviste Michel Guénette de BAC s’entretenant avec l’illustre comédien et directeur de théâtre Albert Millaire lors des PGGAS, le 28 juin 2017.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Salon du livre

Dans le cadre de sa présence régulière au Salon du livre de l’Outaouais, qui se tenait cette année du 1er au 4 mars 2018, le bibliothécaire et archiviste du Canada, Guy Berthiaume, a interviewé Michel Noël, ethnologue et écrivain d’origine algonquine, considéré comme un des auteurs autochtones québécois les plus importants de sa génération. Le fonds Michel Noël, conservé à BAC, comprend une impressionnante quantité de photographies, de manuscrits, de livres, de notes et de médailles.

Haut de la page

Nous sommes de nouveaux modes de recherche

« Les clients qui effectuent des recherches dans les collections de BAC sont devenus des experts lorsqu’ils terminent leur travail ici, qu’ils explorent leur histoire familiale, leurs droits ou leur patrimoine. Les projets d’externalisation ouverte de BAC et son Numéri-Lab offrent à nos clients les outils dont ils ont besoin pour numériser et décrire les collections de BAC, non seulement pour faire progresser leurs propres recherches, mais aussi pour garantir que ces documents seront accessibles en ligne à tout le monde. Ils contribuent ainsi à perpétuer le cycle de nouvelles recherches et de nouvelles découvertes ».

Melanie Brown, gestionnaire, Initiatives et Partenaires de numérisation, BAC

Transcriptions en externalisation ouverte

Lady MacDonald, l’épouse du premier premier ministre du Canada.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 3218766

Au cours du printemps 2018, BAC a lancé une nouvelle plateforme pour ses projets d’externalisation ouverte, fort du succès remporté par deux projets pilotes hébergés par l’organisme Our Digital World, une plateforme sans but lucratif pour les collections numériques. Il semble que les Canadiens soient impatients d’apporter leur touche personnelle à l’histoire en contribuant à la transcription et à l’étiquetage de documents historiques originaux. La nouvelle plateforme de BAC permettra aux utilisateurs de transcrire et d’étiqueter des images et d’y ajouter des renseignements descriptifs, et à nous de diffuser des contenus tels que des journaux personnels, des notes de terrain, des albums photo, et bien d’autres.

Pour commémorer le 150e anniversaire du Canada, BAC a numérisé le journal manuscrit de lady Macdonald et l’a mis en ligne afin qu’il puisse être transcrit par le public. La transcription a été terminée en moins d’un mois! Voici un exemple de ce que l’épouse du premier premier ministre du Canada avait à dire quelques jours après la Confédération, tiré de son journal en date du 5 juillet 1867 :

« La journée a été chaude et lourde, mais nous vivons des temps lourds. Ce nouveau Dominion est venu bruyamment au monde le 1er, et les journaux eux-mêmes ont l’air de suer et de crouler de fatigue sous le poids des annonces et des listes du Cabinet. Ici, dans cette maison, l’atmosphère est saturée de politique, à tel point que j’ai parfois l’impression que même les mouches tiennent une séance parlementaire sur les nappes de la cuisine!! » [traduction]

 

Des nouvelles du Numéri-Lab

Depuis son lancement en mars 2017, le Numéri-Lab est devenu l’un des programmes phares les plus populaires de BAC. Il permet aux utilisateurs de numériser des dossiers entiers de la collection de BAC, en fonction de leurs propres intérêts et de priorités, élargissant ainsi l’accès du public à notre patrimoine documentaire. À ce jour, plus de 24 000 pages de documents textuels et plus de 1 000 photographies ont été numérisées. En voici quelques exemples en 2017-2018 :

  • Des cartes de reconnaissance de la Seconde Guerre mondiale montrant l’emplacement de l’artillerie ennemie
  • Une décennie de relevés météorologiques remontant à la fin des années 1800
  • Des documents concernant l’internement et la dépossession de leurs biens des Canadiens d’origine japonaise durant la Seconde Guerre mondiale

Atelier de révision Wikipédia

Le 15 novembre 2017, BAC a tenu son premier atelier de révision Wikipédia à Ottawa.

En l’honneur du jour du Souvenir, l’activité avait pour thème la Première Guerre mondiale et le rôle que le Canada y a joué. Les participants ont appris à modifier les articles publiés dans Wikipédia et à explorer les divers documents de références de BAC : photographies, dossiers de service, journaux tenus par des soldats et autres articles de sa vaste collection de documents militaires.

Jean-Philippe Béland (vice-président, Wikimédia Canada) et Alex Comber (archiviste aux archives militaires, BAC) présentateur, atelier de révision Wikipédia.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Questions et réponses

En 2017 seulement, BAC a reçu plus de 25 000 questions du public concernant sa collection et ses services. D’octobre à décembre 2017, BAC a tenu trois séances de clavardage sur Twitter au cours desquelles nos spécialistes ainsi que le bibliothécaire et archiviste du Canada ont répondu directement aux questions du public.

  • 4 octobre : #AskAnArchivist
  • 19 octobre : #QuestionBiblio
  • 4 décembre : #QuestionauBAC (bibliothécaire et archiviste du Canada)

Plus de 70 questions ont été posées durant ces séances de clavardage, et les gazouillis ont été vus plus de 75 000 fois. En 2018, BAC organisera des séances de clavardage sur des sujets tels que la généalogie, les questions militaires, les recensements et autres. Soyez à l’affût!

Suivez-nous sur :

icône Twitter @BiblioArchives

icône Facebook BiblioArchives

Haut de la page

Nous sommes ouverts au public

« Même si je fais visiter le Centre de préservation de BAC depuis 20 ans, je suis toujours aussi fascinée de voir à quel point cette rencontre avec les témoignages de leur histoire peut être une expérience marquante pour les visiteurs. Inspirés, impressionnés, épatés – ce ne sont que quelques-unes des expressions utilisées pour décrire leurs réactions. En ouvrant nos portes, nous sensibilisons les visiteurs à notre patrimoine, mais aussi à l’importance de le préserver. Je me considère extrêmement privilégiée de pouvoir partager les connaissances que j’ai acquises et continue d’accumuler et de transmettre la passion que je ressens pour le Canada et pour notre histoire. »

Suzanne Pagé-Dazé, agente de communications et coordonnatrice des visites, BAC

Examen en bloc

En 2011, Bibliothèque et Archives Canada a entrepris d’échantillonner et d’examiner des boîtes de documents gouvernementaux afin d’en permettre l’accès au public par l’entremise de la Loi sur l’accès à l’information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. Cet exercice s’appelle l’examen en bloc. Depuis sa mise en place, l’examen en bloc a permis d’évaluer 30 millions de pages et d’ouvrir au public près de 28 millions de pages de documents pour la consultation et la recherche, notamment ceux de Transports Canada, de la Société canadienne d’hypothèque et de logement et du Conseil de recherches médicales du Canada. Pendant la Semaine du droit à l’information en 2017, BAC a publié sur son site Web la liste complète des 200 premiers examens en bloc.

BAC est fier de compter parmi les 40 pays et 60 ONG qui ont souligné cette Semaine du droit à l’information, laquelle vise à sensibiliser les citoyens à leur droit d’accès à l’information gouvernementale. Les événements organisés par BAC dans le cadre de cette semaine sont, notamment, l’activité « Découvrez le monde pas si secret de l’AIPRP » à Ottawa et un panel à Halifax sous le thème « Gérer la protection de la vie privée au 21e siècle ». 

Gouvernement ouvert

En 2011, le Canada s’est joint au Partenariat pour un gouvernement ouvert, une initiative multilatérale regroupant plusieurs pays dans le but de promouvoir un gouvernement ouvert par des engagements formels. En juillet 2016, le Canada a lancé son troisième plan bisannuel (2016-2018) dans le cadre de ce partenariat.

BAC assume, conjointement avec le Secrétariat du Conseil du Trésor et Services publics et Approvisionnement Canada, la responsabilité de fournir et de préserver l’information ouverte. À cette fin, BAC s’emploie à améliorer l’accès aux documents gouvernementaux, à élaborer des lignes directrices sur la préservation des contenus numériques et à actualiser les archives en ligne de BAC en ce qui concerne la présence sur le Web du gouvernement du Canada.

En plus d’accroître l’accès aux données gouvernementales grâce à l’examen en bloc, BAC a publié 144 ensembles de données sur le Portail de données ouvertes du gouvernement du Canada, a élaboré sa Politique pour rendre la collection disponible, s’est efforcé de diminuer les restrictions qui entravent l’accès à ses collections et s’est engagé à numériser 40 millions de pages en trois ans (2016-2019), dont les 640 000 dossiers du Corps expéditionnaire canadien qui pourront être consultés en ligne.

Visites guidées

Des amateurs d’histoire de tous âges attendent leur visite guidée au Centre de préservation à Gatineau (Québec).
Source : Bibliothèque et Archives Canada

En juillet 2017, BAC a commencé à offrir une visite guidée de 90 minutes du Centre de préservation de BAC, révélant au public quelques-uns des fascinants trésors qu’il recèle. Ces visites en français ou en anglais comprennent les chambres fortes, un secteur entièrement consacré aux œuvres d’art, et les laboratoires où les conservateurs et les spécialistes en restauration de BAC s’emploient à préserver notre fragile patrimoine. Les visites sont offertes une fois par mois et affichent complet depuis le début.

 

Portes ouvertes au Centre de préservation de Bibliothèque et Archives Canada

Les 9 et 10 juin 2017, le Centre de préservation de BAC a ouvert ses portes à un public admiratif. Le très enthousiaste personnel de BAC, représenté sur cette photo, a accueilli près de 2 000 personnes leur offrant un aperçu des lieux où est conservée l’histoire du Canada.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Signatures et autres événements

La série Signatures continue d’attirer un public enthousiaste. Elle propose des entrevues réalisées par le bibliothécaire et archiviste du Canada, M. Guy Berthiaume, avec des personnalités canadiennes qui ont fait don de leurs archives à BAC. La liste des invités en 2017-2018 comprenait, notamment, l’ambassadeur canadien Raymond Chrétien, le caricaturiste Bruce MacKinnon, et les anciens premiers ministres Paul Martin et Kim Campbell.

BAC organise également les très populaires Rencontres Wallot-Sylvestre, une série de conférences publiques prononcées par des penseurs de renom dans le domaine du patrimoine documentaire. En 2017-2018, nous avons pu entendre Mme Ingrid Parent, lauréate 2009 du Prix de l’Association des bibliothèques de recherche du Canada pour services éminents rendus aux bibliothèques de recherche, Mme Mercedes de Vega, directrice générale des Archives nationales du Mexique et Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France.

Le bibliothécaire et archiviste du Canada, Guy Berthiaume, en conversation avec la très honorable Kim Campbell, à la bibliothèque publique de Vancouver, le 8 novembre 2017.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Documenter le pouvoir

Le 16 février 2018, Bibliothèque et Archives Canada a annoncé qu’il avait reçu, traité, catalogué et numérisé plus de 4 400 conclusions du Cabinet, datant des années 1977 à 1979. Ces documents, résumant les discussions qui se déroulent lors des réunions du Cabinet fédéral et les décisions qui y sont prises, sont maintenant disponibles dans la base de données Conclusions du Cabinet, laquelle contient des descriptions et des copies numérisées de 1944 à 1979. Pour en savoir plus sur l’origine de ces documents, veuillez consulter le blogue de BAC daté du 16 février 2018, par l’archiviste de BAC, Michael Dufresne, « Le début des Conclusions : documenter l’exercice du pouvoir ».

Haut de la page

Nous sommes des spécialistes en conservation et en restauration

« Grâce à nos expositions, nous contribuons à rendre encore plus accessible aux Canadiens la précieuse collection nationale du Canada. Chaque partie de cette collection raconte une facette de l’histoire du pays. L’expérience d’une rencontre directe avec ces précieux documents originaux est incomparable et extrêmement puissante. Elle rend cette histoire immédiate, et même personnelle, pour les Canadiens d’aujourd’hui. Cela s’est avéré particulièrement important durant l’année du 150e anniversaire de notre pays, alors que les Canadiens ont pris un moment pour réfléchir à leur passé, leur présent et leur avenir. »

Madeleine Trudeau, conservatrice, BAC

Une question d’identité

Le 5 juin 2017, BAC a inauguré au 395, rue Wellington, une nouvelle exposition de pièces rares et originales qui a remporté un vif succès. L’exposition Canada : Qui sommes-nous? a été organisée pour souligner le 150e anniversaire de la Confédération; elle bouscule certains mythes et stéréotypes, et invite la population à se demander ce que cela signifie vraiment d’être un Canadien.

Plusieurs pièces fascinantes et rarement exposées ont été présentées, notamment les premières armoiries officielles du Canada, sculptées dans le bois vers 1923, qui ont exigé près de 200 heures de travail aux spécialistes de BAC pour les restaurer. D’autres trésors à signaler : l’exemplaire de BAC relié en cuir du volume Les Voyages du sieur de Champlain, datant de 1613, avec sa carte en annexe; le seul journal personnel encore existant de Catharine Parr Traill, et les pinceaux du peintre Paul Kane qu’il aurait utilisés lors de ses voyages dans l’Ouest.

Le personnel a même reproduit un plateau de jeu créé par le gouvernement du Canada dans les années 1970, afin de promouvoir le bilinguisme officiel.

Textes fondateurs : les mots qui ont façonné le Canada

De mars à décembre 2017, BAC a présenté une exposition à la bibliothèque du Parlement, regroupant une sélection de textes fondateurs du Canada remontant à 1867. Chaque document, dont la Proclamation de la Loi constitutionnelle, signée par la reine Elizabeth II le 17 avril 1982, témoignait d’un moment charnière dans l’histoire du Canada.

Reflets d’il y a 150 ans

Du 21 avril 2017 au 28 janvier 2018, des trésors de la collection de BAC ont été présentés au Musée canadien de l’histoire, à l’occasion de la première d’une série d’expositions sur cinq ans. Cette exposition comprenait 32 artefacts de la collection de BAC, neuf provenant de la collection du musée et quatre composantes interactives, tous ces éléments ayant été choisis ou conçus pour enrichir les connaissances des visiteurs sur la vie quotidienne en 1867.

Coupe de bois sur le 49e parallèle, Photographes des Royal Engineers, 1861, épreuve à l’albumine.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, e011067220

À l’entrée de la salle Les trésors de Bibliothèque et Archives Canada au Musée canadien de l’histoire.
Source : Musée canadien de l’histoire

 

Au Musée des beaux-arts du Canada

Réflexion (portrait de Lilias Farley), Catharina Vanderpant, épreuve argentique à la gélatine.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, e0111183592

Des photos de la collection de BAC ont été exposées dans deux espaces dédiés à cette fin au Musée des beaux-arts en 2017, notamment des photos du Canada, prises vers 1867 par Alexander Henderson et Benjamin Baltzy, et des photos des années 1920 à 1940, par divers photographes tels que Yousuf Karsh et John Vanderpant. En décembre, le Musée a présenté une nouvelle sélection de 11 photos de BAC datant des années 1930 à 1940, et inauguré une exposition organisée par BAC sous le titre Portraits sur fer : ferrotypes de Bibliothèque et Archives Canada montrant 23 pièces originales de notre collection. Les ferrotypes illustrent des scènes de la vie au 19e siècle jamais photographiées auparavant.

Portraits d’artistes

Grâce à une collaboration de cinq ans avec le Musée Glenbow à Calgary, BAC a organisé conjointement avec ce musée très populaire, une première exposition intitulée Autoportraits : reflets d’artistes, en y présentant de remarquables autoportraits tirés de sa collection. L’exposition, gérée en partenariat par les deux institutions, se tiendra de mars 2018 à janvier 2019. Les prochaines expositions auront pour thèmes des portraits anciens et contemporains, et des portraits de Roloff Beny.

 

Prêts

Plus de 360 articles ont été prêtés par BAC en 2017-2018, dont 50 au Musée canadien de l’histoire pour la salle de l’histoire canadienne, 32 à la Galerie d’art d’Ottawa, 4 pièces au Musée McCord à Montréal et 33 au Musée des beaux-arts du Canada.

Des liens qui unissent

Dans le cadre d’une collaboration historique avec 14 institutions du pays, BAC a participé à une exposition en ligne exceptionnelle, présentée sur le site Web du Musée royal de la Colombie-Britannique. L’exposition Des liens qui unissent notre pays s’appuie sur des images et des récits anciens pour décrire les débuts du transport au pays, en commençant par la construction du réseau de chemins de fer du Canada; elle comprend 150 images d’archives illustrant des modes de transport sur terre, sur mer et sur la glace.

Haut de la page

Nous sommes des archivistes

« Le changement est au cœur du projet archivistique : préserver les documents historiques, c’est consigner, observer et analyser le changement au fil du temps. Les archivistes sont constamment en train d’apprendre et de s’adapter, de lire et de communiquer au sujet de nouveaux développements dans le domaine et de nouvelles ressources archivistiques. Notre objectif est de conserver les preuves documentaires qui témoignent de la vie des Canadiens, afin que les générations futures puissent comprendre leur passé. »

Jennifer Anderson, archiviste, BAC

Nouvelles acquisitions

Chaque année, BAC acquiert d’importants documents d’archives. Voici quelques exemples d’acquisitions en 2017-2018 :

Fonds Thomas King

Cette collection contient des documents relatifs aux romans et aux essais de Thomas King. Elle regroupe également des scénarios pour la radio, la télévision et le cinéma, ainsi que de la correspondance et du matériel pédagogique rédigés par l’auteur, sans oublier ses conférences et des documents concernant les campagnes fédérales qu’il a menées.

Fonds Jean-François Lépine

Cette collection comprend 2,45 mètres de documents textuels qui relatent les activités du célèbre journaliste entre 1991 et 2014.

Fonds Tom Lavin et les Powder Blues

On retrouve ici des enregistrements sonores et vidéo ainsi que des documents textuels qui témoignent de la contribution d’un des groupes de blues ayant connu la plus longue carrière au Canada.

Fonds France Daigle

Cette collection exhibe, entre autres, le manuscrit complet de son célèbre roman Pour sûr, qui a remporté le prix du gouverneur général en 2012.

Fonds Paul Thompson (arts de la scène)

Cette collection contient de nombreux documents témoignant du travail du dramaturge, directeur artistique et metteur en scène canadien en tant qu’artiste indépendant et directeur artistique du Theatre Passe Muraille. On y retrouve également des documents promotionnels, des scénarios, de la correspondance et de volumineux dossiers de recherche pour des fins dramaturgiques.

Le dramaturge canadien Paul Thompson (à gauche) montrant à Guy Berthiaume certains des documents qu’il a donnés à BAC en 2017.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Fonds Orica

Cette collection est constituée de documents textuels, de photographies, de dessins techniques, de bandes audio et vidéo, de microfiches et de films concernant les activités menées par l’ancienne entreprise de munitions entre 1910 et 1990 (alors qu’elle portait le nom de CIL).

Fonds Sears Canada

On retrouve dans cette collection des documents textuels, des photographies, des albums de coupures, des dessins et des plans d’architecture, des documents audiovisuels, de même que 190 boîtes (57 m) de catalogues publiés.

Le département des ventes par téléphone de R. Simpson, Toronto, mai 1933.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, e011213329

Poursuivez vos découvertes sur notre site Web - de nouvelles acquisitions sont affichées tous les trois mois!

Acquisitions récemment ouvertes au public

La collection de timbres d’assurance-chômage de Danny Leong

Cette vaste collection rassemble des échantillons, des épreuves et des émissions de timbres d’assurance-chômage représentant toutes les périodes de leur production. Elle contient également des exemplaires de registres du programme d’assurance-chômage démontrant l’utilisation des timbres.

Le fonds Hélène Dorion

Le fonds de l’écrivaine Hélène Dorion couvre l’ensemble de sa vie et de sa carrière. Il comprend des carnets de notes pour toutes ses œuvres, des manuscrits, son journal personnel, des photographies et une volumineuse correspondance.

Le fonds Timothy Findley et William Whitehead

Cette collection comprend des documents créés ou conservés par le comédien, romancier, dramaturge et auteur canadien Timothy Findley et son partenaire professionnel et dans la vie, l’écrivain et documentariste canadien William Whitehead.

Le fonds Tomson Highway

Le fonds comprend des scénarios de pièces de théâtre et de films par le célèbre écrivain autochtone canadien, ainsi que d’autres écrits, des partitions musicales, du matériel promotionnel, des dossiers professionnels, des distinctions et des prix, des documents de recherche et de référence, des documents personnels et des photos personnelles, ainsi que des enregistrements sonores et musicaux.

Affiche pour A Trickster Tale, une pièce pour jeune public de Tomson Highway, présentée par le Theatre Direct Canada en 2001. Bibliothèque et Archives Canada, R15834_25-2.
Source : Ioyan Mani

Archives gouvernementales

Cartographier le passé!

En mai 2017, BAC a reçu plus de 80 000 cartes et documents de la collection d’archives d’arpentage des terres du Canada, notamment des plans, des notes de terrain, des journaux et de la correspondance. Cette importante acquisition comprend entre autres les documents d’arpentage officiels des terres du Canada et les documents d’arpentage pré-Confédération, lesquels remontent aux années 1760, ainsi que quelques-unes des premières cartes à avoir été dessinées de plusieurs régions du Canada. 

Cette acquisition contribue également à enrichir la collection de plans de réserves indiennes et de terres des écoles indiennes au Canada que BAC possède déjà, et aide à préserver une part fascinante du patrimoine documentaire du Canada.

BAC a aussi enrichi sa collection de documents historiques de l’Aviation royale canadienne, grâce à l’acquisition de documents textuels, de photos et de cartes de la Seconde Guerre mondiale provenant du ministère de la Défense nationale. Presque tous ces documents sont ouverts en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Carnet de terrain de la réserve indienne d’Osnaburg. Arpentée par J.S. Dobie, 1911.
Source : Archives d’arpentage des terres du Canada, FB12042 CLSR ON

Une célébrité canadienne a non seulement donné ses archives à BAC, mais a aussi offert au personnel de BAC un spectacle musical impromptu! Le légendaire rocker québécois Michel Pagliaro a confié à BAC ses 25 ans de souvenirs musicaux pour en assurer la conservation. Longue vie au rock, Pag!
Source : Bibliothèque et Archives Canada

 

Haut de la page

Nous sommes ici pour servir

« La Direction générale des biens immobiliers est l’un des principaux intervenants dans la livraison des programmes de BAC. Les besoins se traduisent en espaces modernes et sécuritaires pour le personnel et les clients à l’échelle nationale, afin que BAC puisse réaliser son mandat. Le service aux Canadiens implique toujours les Services organisationnels; c’est en travaillant ensemble que nous réussissons le mieux! »

Jean D. Allard, gestionnaire, Services des biens immobiliers, BAC

Nouveaux points de service

BAC s’est engagé à se rapprocher de ses clients, sur place et en ligne. Le 19 juin 2017, BAC a ouvert son nouveau point de service au public au Musée canadien de l’immigration du Quai 21 à Halifax. Installé dans le Centre d’histoire familiale Banque Scotia du Quai 21, le personnel de BAC offre aux visiteurs des services d’orientation et de référence, de l’aide directe en personne, et des kiosques où les chercheurs peuvent utiliser les instruments de recherche en ligne de BAC, ainsi que des bases de données comme Ancestry.ca. Le personnel de BAC à Halifax participe également à divers événements organisés au musée, notamment la création d’une exposition interactive pour le festival Nocturne : Art at Night Festival d’Halifax.

BAC a inauguré un autre important point de service à la population dans l’édifice central de la Bibliothèque publique de Vancouver, le 8 novembre 2017. Le personnel de BAC y offre en personne des services d’orientation et de référence, des kiosques et participe à des projets collaboratifs tels qu’un atelier de généalogie autochtone qui présente les ressources de BAC. Le personnel de BAC à Vancouver continue de donner accès aux documents originaux du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada pour la Colombie-Britannique et le Yukon, en réponse aux demandes relatives aux revendications autochtones, aux traités et à d’autres sujets.

« Chaque fois que j’aide un chercheur à notre nouveau comptoir de référence à la Bibliothèque publique de Vancouver, je suis frappée de constater à quel point les gens apprécient que BAC offre ce genre de service au public. Même si la plupart de nos clients considèrent l’accès en ligne comme une priorité absolue, je pense que plusieurs voient dans la numérisation et le service en personne deux facettes d’une même réalité, puisque les deux servent à rendre les collections de BAC plus accessibles. »

Caitlin Webster, archiviste, BAC à Vancouver

Le bureau de BAC à Winnipeg a aussi élargi ses services de référence sur place, grâce à l’installation d’un kiosque numérique en libre service permettant de consulter les ressources en ligne de BAC et d’une plus grande salle de lecture pour la consultation sur place. Certains documents sont très populaires : des cinéastes venus tourner un documentaire ont été vivement intéressés par les documents témoignant de l’expérience Mincome sur le revenu minimum garanti, menée à Dauphin (Manitoba) dans les années 1970.

Contenu en ligne

Voici quelques faits saillants des productions en ligne les plus populaires de BAC.

Le blogue de BAC

Au total, le nombre de visites pour les blogues anglais et français de BAC s’élève à 277 098 en 2017-2018.

Articles publiés : 300

Flickr

En 2017-2018, les images de BAC publiées sur son site Flickr ont été consultées en moyenne 182 388 fois par mois.

Nombre total de visites en 2017-2018 : 2 188 653

Nombre total de visites depuis 2008 : 17 001 475

40 albums Flickr ont été lancés à ce jour.

Balados

L’équipe du balado de BAC a produit neuf émissions en 2017-2018, près du quart du total impressionnant de 40 émissions produites depuis le début de la série en 2012.

La popularité de ces émissions est telle que BAC se maintient dans les premiers rangs du classement chez iTunes, pour la catégorie gouvernement et organisations, et le nombre d’auditeurs ne cesse d’augmenter à chaque nouvelle émission.

En 2017-2018, BAC a établi une très fructueuse collaboration avec le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) menant à la production d’une émission consacrée à Canada 150.

D’avril 2017 à décembre 2018, les balados de BAC ont été écoutés à 172 641 reprises.

Facebook

En 2017-2018, BAC a publié plus de 1 117 mises à jour de son statut sur Facebook. Ces publications ont été vues par quelque 12 392 257 personnes. Les visiteurs de la page ont commenté, aimé et partagé nos publications 251 513 fois.

Une fois encore, le personnel de BAC a joué le jeu du poisson d’avril en publiant cette populaire affiche sur Facebook! En fait, cette image est un collage de deux documents de la collection de BAC : Confessions of a Gorgeous Hussy, juillet 1945, de la collection de Livres rares, Collection de romans en fascicules canadiens, nlc-9923 et Factual Detective Stories, vol. 4, no 24 (avril 1946) nlc-10132.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Twitter

En 2017-2018, BAC a ajouté une moyenne combinée de 1 656 abonnés par mois à ses comptes Twitter anglais et français. En l’espace de 12 mois, le nombre total d’abonnés est passé à 58 383.

Le site Web de BAC

Le site Web de BAC se classe régulièrement parmi les dix sites les plus visités du gouvernement du Canada. En 2017-2018, le site a été consulté 82 221 029 fois par 14 837 532 visiteurs.

Haut de la page

Nous sommes les « Amis de BAC »

« Les bibliothèques et les bibliothécaires doivent jouer un rôle de premier plan dans la promotion et la protection de la liberté intellectuelle, la promotion de la littératie et la lutte pour un accès équitable à l’information pour tous les citoyens. »

Marianne Scott, présidente des Amis de BAC

En reconnaissance…

Le 20 avril 2017, Guy Berthiaume a surpris l’ancienne bibliothécaire nationale du Canada et actuelle présidente des Amis de BAC, Marianne Scott, en annonçant que la salle de conférence 212 au 395, rue Wellington, porterait le nom de Salle Marianne Scott, en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle à BAC.

Liste de souhaits de BAC

Croquis des Rocheuses canadiennes, 1912, collection Mary Riter Hamilton, R5966, MIKAN 4975623.
Source : Source : Image reproduite avec la permission de la Maison Heffel, commissaires-priseurs.

Les sommes recueillies par les Amis de BAC aident l’institution à acquérir des pièces importantes; l’exercice 2017-2018 n’y a pas fait exception. Grâce à cette aide, BAC a acheté le premier livre médical publié au Canada, ainsi qu’un tableau (Croquis des Rocheuses canadiennes) d’une des plus grandes artistes de guerre du Canada, Mary Riter Hamilton (1873-1954). Mary a refusé de vendre ses tableaux de champs de bataille, préférant plutôt en faire don aux Archives nationales en 1926. Elle souhaitait que le fonds, contenant plus de 200 peintures et dessins, demeure entre les mains du peuple canadien, afin que les anciens combattants et leurs descendants puissent les voir.

Les Amis sont aussi à l’origine de deux cadeaux exceptionnels offerts à BAC en 2017-2018. Le premier l’a été pour souligner le 150e anniversaire du Canada; il s’agit d’une bible familiale datant des années 1870, appartenant à sir Charles Hibbert Tupper, fils de sir Charles Tupper, un des Pères de la Confédération.

Le second consiste en six ouvrages judaïques rares qui s’ajouteront à la collection Lowy, pour célébrer le 40e anniversaire de la donation faite par M. Lowy à la Bibliothèque nationale. Retenons en particulier la Bibliotheca Rabbinica Nova (1613) du célèbre hébraïste Johannes Buxtorf, reconnue pour être la première bibliographie scientifique de livres hébreux, et l’exemplaire du Even Ha-Bochen publié en 1901 à Varsovie qui possède une grande valeur symbolique, car il s’agit de l’édition exacte du premier livre qu’ait jamais possédé M. Lowy.

Participer

Les Amis de BAC ont participé activement à la tenue de 60 événements au 395, rue Wellington, jouant un rôle essentiel dans la restauration du statut de notre édifice comme l’un des pôles d’attraction culturels les plus importants d’Ottawa. Les bénévoles ont régulièrement pris en charge les rafraîchissements lors de lancements de livres, de conférences, et bien d’autres événements, et partagé leurs connaissances à propos de BAC et de ses collections.

Neuf bénévoles des Amis ont poursuivi le travail entrepris il y a deux ans pour améliorer la base de données de dossiers personnels des membres du Corps expéditionnaire canadien, contenant 640 000 dossiers. En 2017-2018, ces bénévoles ont bonifié quelque 19 500 documents.

Autre fait saillant en 2017, la journée portes ouvertes du 1er juillet qui a attiré 2 800 visiteurs au 395, rue Wellington, pour voir l’exposition Qui sommes nous? et goûter à l’énorme gâteau de fête offert par Mme Greta Halla, une Amie de BAC.

La présidente des Amis de BAC, Marianne Scott (à droite) et une bénévole, Lise Lampert (à gauche) s’apprêtent à servir un énorme gâteau d’anniversaire le 1er juillet 2017.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

 

Haut de la page

Nous sommes de nouveaux visages

« J’ai commencé à travailler à BAC en mai 2017 dans les archives gouvernementales en tant qu’étudiante stagiaire, et maintenant je suis aux prêts et expositions. L’expérience que j’ai acquise en contribuant à la collecte et à la diffusion de l’histoire du Canada a été extrêmement précieuse pour moi dans mon parcours de jeune professionnelle du patrimoine. Merci BAC! »

Grace Evers, agente de prêts et expositions, BAC

BAC embauche régulièrement des étudiants de niveau postsecondaire pour leur donner la chance de se perfectionner dans divers domaines. En 2017-2018, plus de 30 étudiants ont travaillé à BAC, munis de formations très diversifiées allant des sciences de l’information, à l’histoire de l’art et la comptabilité en passant par la biologie, le développement international et les affaires internationales. Dix-sept étudiants dans le secteur des services opérationnels ont terminé leur travail par une exposition d’affiches soulignant le 50e anniversaire d’Expo 67. Certains étudiants ont présenté un projet ou un fonds sur lequel ils ont travaillé, alors que d’autres ont traité les archives privées de personnalités canadiennes remarquables, comme un producteur de musique, un diplomate de carrière et un concepteur graphique ayant travaillé à Expo 67.

Dans le secteur des documents gouvernementaux, certains étudiants ont eu la chance de prendre connaissance d’un projet de préparation aux catastrophes datant des années 1960 en vue d’éventuelles attaques nucléaires, alors que d’autres ont découvert des activités de contrebande d’alcool à la Cour de l’Échiquier du Canada. Les étudiants ont eu l’occasion de parfaire leurs compétences en traitement de documents, saisie de données, recherche et analyse; ce faisant, ils ont pu consulter une multitude de documents allant des Archives d’arpentage des terres du Canada à certains documents très intéressants concernant les vinaigres « inhabituels » de l’entreprise Sunset Vinegar à l’époque de la prohibition!

Dix-neuf étudiants ont été engagés pour travailler dans le secteur des services organisationnels, en informatique, en ressources humaines, en comptabilité et en administration. Les étudiants affectés aux ressources humaines ont participé à l’administration des examens, aux tests linguistiques, à la présélection et à l’évaluation des candidats, renforçant ainsi les capacités de BAC en recrutement du personnel, alors que les étudiants à la Direction des biens immobiliers ont participé au projet de nouveau centre de préservation en produisant des données et des rapports.

Trois étudiants ont travaillé au secteur des communications, alors que d’autres ont contribué à la promotion de l’histoire en effectuant des recherches et en écrivant des blogues sous la bannière de BAC.

Deux enfants vêtus d’un parka blanc, Arctique/Nord du Canada.
Source : Rosemary Gilliat Eaton/Bibliothèque et Archives Canada : e10975453.
Cette photographie a paru dans un blogue écrit par une stagiaire, Katie Kendall (MA, Histoire de l’art, Université Carleton), à la Division des expositions et du contenu en ligne de BAC. Le blogue a été publié le 22 février 2018.

 

Haut de la page

L’année 2017-2018 en chiffres

Visites du site Web : 82 221 029

Pages de documents gouvernementaux consultées : 10 190 631

Questions auxquelles les services de référence ont répondu : 23 491

Questions auxquelles les points de service nationaux ont répondu : 1 447

Images numérisées : 10 201 950

Publications recueillies en vertu du dépôt légal : 101 889

Nouvelles acquisitions d’archives privées : 111

Pièces prêtées à 33 musées et galeries d’art : 362

Visites guidées du Centre de préservation de BAC : 106

 

Haut de la page

Dépenses prévues en 2017-2018

 

  • Version textuelle

    Dépenses prévues en 2017-2018
    Dépenses totales prévues : 131,13 M$

    • Gestion des documents gouvernementaux (5 %)
    • Acquisition et traitement (10 %)
    • Préservation (18 %)
    • Gestion des immeubles à vocation particulière (22 %)
    • Accès (29 %)
    • Gestion de l'information et des technologies (4 %)
    • Communications (3 %)
    • Services internes (19 %)

Haut de la page

Comités

BAC accomplit son travail avec les conseils et le soutien d’un réseau diversifié de comités issus de la collectivité du patrimoine documentaire. En offrant leur temps, leurs idées et leur savoir-faire, les membres de ces comités apportent une contribution inestimable qui aide BAC à réaliser son mandat.

Listes à jour en date du 31 mars 2018

À l’arrière, de gauche à droite : Renee Harden, Linda Savoie et Pascale Robichaud. À l’avant, de gauche à droite : Anick Ouellette, Guy Berthiaume et Normand Charbonneau. Absente : Louise Sénéchal.

Conseil de direction de BAC

Guy Berthiaume, bibliothécaire et archiviste du Canada

Normand Charbonneau, sous-ministre adjoint et chef de l’exploitation

Renee Harden, directrice générale des Communications

Anick Ouellette, sous-ministre adjointe, Services organisationnels et dirigeante principale des finances

Pascale Robichaud, chef de cabinet

Linda Savoie, secrétaire générale

Louise Sénéchal, avocate générale

Amis de BAC

Conseil d’administration
Peggy Atherton  
Hélène Cayer  
Ronald Cohen Président sortant
Derek Ellis  
Georgia Ellis  
Michael Gnarowski  
Barbara Hicks
Grace Hyam
Susan Jackson
Carrol Lunau
Lee McDonald Secrétaire
Donald Meakin 
Wanda Noel 
Marianne Scott Présidente
Kathleen Shaw Vice-présidente
Représentants spéciaux
Norman Barwin  
Guy Berthiaume  

Cercle consultatif autochtone de BAC

Le Cercle formule des conseils et des commentaires à BAC pour l’aider à orienter et à prioriser ses activités en matière de patrimoine documentaire autochtone.

Melissa Adams Bibliothécaire archiviste, Union of BC Indian Chiefs (Colombie-Britannique)
Stephen Augustine Vice-président associé et directeur, Collège Unama’ki, Université du Cap-Breton (Nouvelle-Écosse)
Alice Beaudoin Conseillère en éducation et photographe, Kitigan Zibi Anishinabeg, Gatineau (Québec)
Tocasie Burke Gestionnaire du programme de langues, ministère de la Culture et du Patrimoine du Nunavut
(Remplaçante : Saa Pitsiulak, consultante en langues)
Paula Daigle Bibliothécaire, Université des Premières Nations du Canada (Saskatchewan)
Victoria Deleary Directrice de la recherche et archiviste, Chippewas on the Thames (Ontario)
Tracey Herbert Directrice générale, Conseil culturel des Premières Nations (Colombie-Britannique)
(Remplaçante : Valerie Galley, conseillère principale en matière de langues autochtones, Revitalization Associates)
Brenda Jararuse Directrice de la culture, ministère de la Culture, des Loisirs et du Tourisme, gouvernement du Nunatsiavut
(Remplaçante: Silpa Suarak, coordonnatrice du programme de langues)
Rhoda Kokiapik Directrice, Institut culturel Avataq, Inukjuak (Québec)
(Remplaçante : Sarah Gauntlett, archiviste, Montréal)
Anita Kora Bibliothécaire archiviste, Inuit Tapiriit Kanatami, Ottawa
Brenda Macdougall Professeure agrégée, Université d’Ottawa
Terry V. Morin Directeur, Archives de la Nation crie d’Enoch
(Remplaçant : Jared Morin, gestionnaire)
Sharon Parenteau Directrice générale, Institut Louis Riel (Manitoba)
(Remplaçante : Georgina Liberty, directrice, Fédération des Métis du Manitoba)
Karon Shmon Directrice, Institut Gabriel Dumont (Saskatchewan)
Tyson Thomas Chercheur, Archives de Maskekosihk (Alberta)

Membres de Bibliothèque et Archives Canada

Cleo Big Eagle Conseillère, Mobilisation et Partenariats autochtones
Normand Charbonneau Sous-ministre adjoint et chef de l’exploitation
Kathryn Lagrandeur Directrice, Division des archives privées sur la vie sociale et la culture
Johanna Smith Directrice générale, Services au public

Comité consultatif sur les acquisitions

Le Comité a pour mandat de fournir à BAC des conseils sur les politiques, les plans et les stratégies en matière d’acquisition, ainsi que des outils d’évaluation pour les documents gouvernementaux et les acquisitions d’archives privées et de collections spéciales.

Catherine Arseneau Institut Beaton, Sydney (Nouvelle-Écosse)
Robin Jarvis Brownlie Université du Manitoba
Victoria Dickenson Montréal
Michel Lalonde Centre de recherche en civilisation canadienne-française, Université d’Ottawa
Michel Lessard Agriculture et Agroalimentaire Canada, Ottawa
Brenda Macdougall Université d’Ottawa
Donald W. McLeod Université de Toronto
Ian Milligan Université de Waterloo
Marianne Scott Amis de BAC, Ottawa
Lara Wilson Université de Victoria
Membres de Bibliothèque et Archives Canada
Normand Charbonneau Sous-ministre adjoint et chef de l’exploitation
Monica Fuijkschot Directrice générale, Patrimoine publié
Robert McIntosh Directeur général, Archives

Conférence des archivistes national, provinciaux et territoriaux

Organisme consultatif composé de responsables des archives des treize provinces et territoires et du bibliothécaire et archiviste du Canada, qui se réunit deux fois par année pour discuter de sujets d’intérêt mutuel et de projets collaboratifs.

Coprésidents
Guy Berthiaume BAC
Leslie Latta Alberta
Membres
Edward Atkinson Nunavut
Patti Bannister Nouvelle-Écosse
Fred Farrell Nouveau-Brunswick
Karen Fudge-Jensen Colombie-Britannique
Scott Goodine Manitoba
Hélène Laverdure Québec
Jill MacMicken-Wilson Île-du-Prince-Édouard
Linda McIntyre Saskatchewan
John Roberts Ontario
David Schlosser Yukon
Erin Suliak Territoires du Nord-Ouest
Greg Walsh Terre-Neuve-et-Labrador
Lara Wilson Conseil canadien des archives
Secrétariat
Emilie Chirip BAC

Forum des partenaires de BAC

Le Forum des partenaires de BAC permet de mener des discussions en temps opportun sur les orientations stratégiques, politiques et opérationnelles de BAC, ainsi que sur les moyens à prendre pour que les pratiques exemplaires et les occasions de collaboration puissent être aisément partagées avec les membres.

Président
Guy Berthiaume Bibliothèque et Archives Canada
Membres
Inge Alberts École des sciences de l’information, Université d’Ottawa
Karen Bachmann Association des musées canadiens
Kerry Badgley Association des bibliothèques de l’Ontario
Donna Bourne-Tyson Association canadienne des bibliothèques de recherche
Cédric Champagne Association des archivistes du Québec
Constance Crompton Département de communication, Université d’Ottawa
Diana Davidson Conseil provincial et territorial des bibliothèques
Michel Duquet Société historique du Canada
Luciana Duranti Association canadienne des archivistes
Jefferson Gilbert Conseil des bibliothèques urbaines du Canada
Susan Haigh Association canadienne des bibliothèques de recherche
Ron Knowling Conseil provincial et territorial des bibliothèques
Leslie Latta Conseil des archivistes provinciaux et territoriaux
John McAvity Association des musées canadiens
Jo-Anne McCutcheon Association canadienne des archivistes
Christina Nichols Conseil canadien des archives
Shelagh Paterson Association des bibliothèques de l’Ontario
Adele Perry Société historique du Canada
Richard Reid Association des bibliothèques de l’Ontario
John Roberts Conseil des archivistes provinciaux et territoriaux
Carole Saulnier Association des archivistes du Québec
Maureen Sawa Conseil des bibliothèques urbaines du Canada
Alix-Rae Stefanko Fédération canadienne des associations de bibliothèques
Paul Takala Fédération canadienne des associations de bibliothèques
Carole Urbain Association pour l’avancement des sciences et des techniques de la documentation
Lionel Villalonga Association pour l’avancement des sciences et des techniques de la documentation
Lara Wilson Conseil canadien des archives

Comité directeur sur les archives canadiennes

Le Comité contribue à l’avancement des priorités établies par la communauté archivistique canadienne et propose de nouveaux projets à réaliser en collaboration.

Président
Fred Farrell Conseil des archivistes provinciaux et territoriaux
Membres
Guy Berthiaume BAC
Cédric Champagne Association des archivistes du Québec
Normand Charbonneau BAC
Luciana Duranti Association canadienne des archivistes
Christina Nichols Conseil canadien des archives
John Roberts Conseil des archivistes provinciaux et territoriaux
Carole Saulnier Association des archivistes du Québec
Lara Wilson Conseil canadien des archives
Suher Zaher-Mazawi Association canadienne des archivistes
Members at large
Martine Cardin Université Laval
Kim Lawson Université de la Colombie-Britannique
Secrétariat
Emilie Chirip BAC

Comité consultatif sur les services

Le Comité fournit des conseils, des avis et de la rétroaction quant à l’orientation et aux priorités des services au public de BAC, du point de vue des utilisateurs et des professionnels.

Présidente
Johanna Smith BAC
Membres d’office
Normand Charbonneau BAC
Renee Harden BAC
Membres
Inge Alberts École des sciences de l’information, Université d’Ottawa
Alison Blackburn Bibliothèque publique d’Ottawa
Constance Crompton Département de communication, Université d’Ottawa
Frédéric Giuliano Archives de l’Université McGill
Deborah Kigjugalik Webster Chercheuse indépendante et auteure
Laura Madokoro Département d’histoire et d’études classiques, Université McGill
Ry Moran Centre national pour la vérité et la réconciliation
Jean-Pierre Morin Affaires autochtones et du Nord Canada, et Université Carleton
Colleen Murphy Bibliothèque de l’Université de Regina
David Obee Expert en généalogie
Anita Price Association des musées de la Nouvelle-Écosse
Ryan Shackleton Know History
Pam Wright National Archives and Records Administration, Washington, États-Unis

Comité consultatif sur la programmation publique

Le Comité a pour mandat d’offrir à BAC des points de vue, des conseils et des idées de nature professionnelle sur l’orientation et les priorités de ses activités publiques, notamment les événements spéciaux, les séminaires et les expositions.

Président
Guy Berthiaume  BAC
Membres d’office
Renee Harden BAC
Johanna Smith BAC
Peggy Thériault BAC
Membres
Michel Filion Université du Québec en Outaouais
Danielle McDonald Bibliothèque publique d’Ottawa
Julien Morissette Radio-Canada
Michel Prévost Université d’Ottawa et Société d’histoire de l’Outaouais
Stephen Quick Musée canadien de la guerre
Catherine Voyer-Léger Animatrice et auteure
Leslie Weir Université d’Ottawa

Comité consultatif (Programme pour les collectivités du patrimoine documentaire)

Présidente
Jill MacMicken-Wilson Archiviste provinciale, Bureau des archives et des documents publics, gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard
Membres
Guylaine Beaudry Bibliothécaire en chef et vice-rectrice exécutive adjointe à la Stratégie numérique, Université Concordia
Kathryn Bridge Conservatrice en histoire et en arts, Musée royal de la Colombie-Britannique
Hélène Carrier Directrice, Bibliothèque Morisset, Université d’Ottawa
Jay Gilbert Greffier, Ville de Coquitlam
Manisha Khetarpal Bibliothécaire, Collège culturel Maskwacis
Leslie Latta Directrice générale, Archives provinciales de l’Alberta
Pilar Martinez Première dirigeante, Bibliothèque publique d’Edmonton
John D. Reid Généalogiste, Ottawa
Mario Robert Chef de la section des archives, Ville de Montréal

Haut de la page

Date de modification :