Rapport annuel 2016-2017

Version imprimée PDF 6,7 Mo

« En cette ère numérique, les gens sont plus nombreux que jamais à visiter les bibliothèques, les archives et les musées. Nous pouvons en tirer des leçons. »

Guy Berthiaume, bibliothécaire et archiviste du Canada

Encore plus!

2017 est enfin arrivée. Pour Bibliothèque et Archives Canada (BAC), c’est une année charnière que nous préparons depuis longtemps, car nous nous sentons pleinement responsables d’amener les Canadiens à mieux se connaître et à mieux se comprendre eux-mêmes en tirant pleinement profit de nos ressources.

Mais, il y a encore plus. Nous voulons profiter du 150e anniversaire de la Confédération canadienne pour dire à nos clients, à nos partenaires et à la population en général, que BAC a une offre de services et une richesse documentaire qui vont bien au-delà de l’image traditionnelle que l’on se fait des bibliothèques et des institutions de mémoire en général.

Nous faisons nôtres les paroles prononcées le 11 janvier dernier par Alberto Manguel, l’auteur bien connu, nommé récemment directeur de la Bibliothèque nationale d’Argentine, alors qu’il donnait une conférence dans nos locaux d’Ottawa :

« Une bibliothèque nationale peut, je le crois, être une sorte d’atelier de création et un lieu où sont engrangés des documents dans lesquels de futurs lecteurs trouveront des clés leur permettant d’imaginer des mondes meilleurs. Footnote1 ».

Atelier de création et lieu de préservation : voilà bien les deux pôles du mandat des institutions de mémoire, aussi bien les musées que les bibliothèques et les centres d’archives. En effet, comme les pages qui suivent le montreront éloquemment, le rôle de ces institutions dans l’écosystème de la création n’est pas réductible à leur seule fonction d’ingestion et de conservation des œuvres : elles sont également fortement présentes au début de la chaîne créatrice, fournissant inspiration et matériel aux artistes de toutes les disciplines — non seulement aux auteurs et aux poètes, mais aussi aux vidéastes, aux musiciens, aux peintres, aux metteurs en scène, etc.

Encore plus!, c’est donc une invitation à regarder BAC avec des yeux nouveaux au cours de l’année 2017. À nos clients — actuels et potentiels — nous disons que nous allons déployer de nouvelles façons de les rejoindre et de les servir. Par exemple, être présents là où ils se trouvent, comme dans les locaux du Musée canadien de l’immigration du Quai 21 à Halifax et dans ceux de la bibliothèque publique de Vancouver. Ou, même, être présents dans leur domicile en mettant en ligne sept millions de pages supplémentaires provenant des documents de notre collection.

À nos partenaires des milieux documentaires, nous disons que nous sommes disposés à travailler avec eux avec un nouvel esprit de collaboration et de cocréation. C’est pourquoi nous avons tenu, en décembre 2016, le Sommet sur la valeur des bibliothèques, archives et musées qui s’est conclu par l’adoption de la Déclaration d’Ottawa, par laquelle nous nous sommes engagés collectivement à contribuer de façon significative au bien commun et au développement durable.

Aux peuples autochtones, nous disons que nous allons promouvoir la réconciliation et le dialogue par des initiatives comme Un visage, un nom qui permet de donner un nom et, donc, une histoire, aux personnes qui ont incarné la présence des Premières Nations et des peuples métis et inuits sur notre continent. C’est pourquoi nous travaillons avec le Centre national pour la vérité et la réconciliation de l’Université du Manitoba pour rendre disponibles les dossiers de la Commission de vérité et réconciliation.

Aux milieux de l’éducation, nous disons que nous sommes un acteur essentiel pour la création et la diffusion des connaissances. Pour concrétiser cet engagement, nous avons signé trois autres protocoles d’entente avec des partenaires universitaires cette année; l’Université Laval, l’Université de Montréal et l’Université Western Ontario sont venues se joindre aux universités d’Ottawa et Dalhousie pour constituer la liste croissante de nos partenaires privilégiés.

À la communauté internationale, nous disons que nous reprenons notre place sur la scène mondiale. En particulier, en développant des projets concrets avec des institutions sœurs comme les Archives de France, la Bibliothèque nationale d’Argentine, les Archives nationales du Royaume-Uni, la Bibliothèque nationale de Chine et le Musée national du palais de Corée.

L’année 2017 fournit à Bibliothèque et Archives Canada une chance unique de faire valoir sa nouvelle réalité en invitant tous ses publics à constater qu’il offre encore plus. Nous n’allons pas rater cette chance. Parce qu’il faudra attendre le 200e anniversaire pour qu’une telle occasion se présente à nouveau!

Guy Berthiaume
Bibliothécaire et archiviste du Canada

BAC, c’est… l’inspiration!

Des artistes puisent dans la collection de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) pour créer des œuvres originales sur toutes sortes de médias. Il peut s’agir, par exemple, de photographies intégrées dans des films documentaires, tels que North Boys: The Story of Jimmy and Charlie, traitant de l’impact des pensionnats autochtones, ou de documents du domaine public utilisés par des artistes en arts médiatiques à la Galerie SAW d’Ottawa pour créer des œuvres vidéo, ou encore de recherches menées sur une personne réelle pour réaliser une œuvre de fiction, comme Jane Urquhart l’a fait pour écrire The Stone Carvers en s’inspirant du sculpteur Walter Allward, créateur du Mémorial de Vimy. Mais quelle que soit l’œuvre réalisée, les ressources brutes tirées de la collection de BAC acquièrent une seconde vie grâce à l’interprétation créative qu’en font des Canadiens de toutes disciplines.

« J’utilise les ressources de BAC depuis des décennies. C’est toujours émouvant de voir "le" document original, la seule photographie existante, une pile de feuilles de musique de la Première Guerre mondiale, les dossiers de service de soldats de la Première Guerre mondiale. Des lettres, des télégrammes, des coupures de journaux. Des documents témoignant de ventes aux enchères organisées pour vendre (injustement) des bateaux de pêche et des effets personnels confisqués à des Canadiens d’origine japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Une collection d’une telle ampleur répond à mes besoins : recherches pour mes romans, recherches pour la famille. Les Canadiens doivent absolument connaître les trésors conservés ici. C’est notre passé. C’est notre histoire. »

Frances Itani est romancière, poète et essayiste, lauréate de nombreux prix. Elle a passé six mois à BAC pour y effectuer des recherches pour son roman Deafening, publié dans 16 pays.

Documenter un alter ego

Le 1er octobre 2016, l’artiste Carol Sawyer de Vancouver a inauguré une nouvelle exposition qui s’inscrit dans une série de manifestations artistiques racontant la vie et l’œuvre de l’artiste fictive Natalie Brettschneider. Même si Brettschneider n’a jamais existé, son histoire est tissée de références à des personnes et des lieux réels. L’exposition comprend des documents provenant du fonds Frances Duncan Barwick conservé à BAC. Sawyer a créé plusieurs œuvres d’art à partir de sa recherche, y compris cette image, inspirée d’une photographie d’Ethel Stark, fondatrice de la Symphonie féminine de Montréal.

Natalie Brettschneider sur un tapis volant. Publicité pour un projet encore inconnu. Sans date.
Source : Carol Sawyer, 2015

Ciels nocturnes de la Première Guerre mondiale

Détail d’une attache en laiton.
Source : Pierre Laporte Photography

Des milliers d’attaches en laiton, vieilles d’un siècle, ont été soigneusement retirées à la main des dossiers de service de 640 000 soldats canadiens, dans le cadre d’un projet de numérisation de masse à BAC. Bon nombre de ces attaches sont ornées d’une minuscule étoile, ce qui a inspiré l’artiste canadienne Sarah Hatton, maintes fois primée, à créer une remarquable œuvre d’art visuel. Detachment est une série de cartes célestes montrant des ciels nocturnes tels qu’ils apparaissaient au-dessus des sites de plusieurs grandes batailles de la Première Guerre mondiale, dont Vimy et Passchendaele. Selon l’artiste, « les attaches en laiton de ces dossiers de service nous relient à notre façon d’organiser et de préserver l’information dans le but d’informer et de se souvenir. »

Sarah Hatton devant Passchendaele et Ypres, 1918, lors de son exposition Detachment présentée à la galerie Visual Voice de Montréal, en février 2017.
Source : Pierre Laporte Photography

 

À nous la rue : Sommet sur la valeur des bibliothèques, archives et musées dans un monde en mouvement

En décembre 2016, BAC a organisé, en partenariat avec l’Association des musées canadiens et la Commission canadienne pour l’UNESCO, un sommet sur la valeur des bibliothèques, des archives et des musées. À nous la rue a rassemblé près de 300 personnes et quelque 30 conférenciers de la région, du pays et de l’étranger à l’édifice principal de BAC situé au 395, rue Wellington, à Ottawa. Figuraient parmi les conférenciers Andrew Tessler, directeur associé d’Oxford Economics (R.-U.), Simon Brault, directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada, ainsi que Donna Livingstone, présidente-directrice générale du musée Glenbow. Les principales conclusions du Sommet sont les suivantes : la technologie offre aux institutions de mémoire à la fois des défis à relever et des occasions à saisir; ces institutions jouent de nouveaux rôles; elles interviennent au tout début de la chaîne de création, fournissant des sources d’inspiration et des ressources brutes. Animés par une volonté d’unir leurs forces, les participants ont adopté la Déclaration d’Ottawa, dans laquelle ils déclarent vouloir :

  • « accroître la collaboration entre nos institutions et nos réseaux aux niveaux local et national afin de mettre de l’avant de nouveaux partenariats qui vont stimuler la créativité et renforcer l’engagement;
  • élaborer des programmes et des services novateurs et adopter des technologies qui vont nous donner les moyens de faire participer nos publics;
  • enrichir et élargir l’accès à nos collections, afin de contribuer de façon significative au bien commun et au développement durable. »

Instaurer un nouveau dialogue

« J’ai vu les célèbres portraits des "Quatre rois indiens" en 1994, à l’occasion d’une visite guidée avec un archiviste de BAC. Je me rappelle avoir ressenti un lien particulier avec ces personnages. J’ai réalisé une série de quatre panneaux et jumelé chacun des quatre rois avec un membre actuel de la nation Haudenosaunee. Puis, j’ai créé un voyageur fictif que j’ai appelé "chef Red Robe", un descendant de la société Red Robe. »

Jeff Thomas est artiste, conservateur et Iroquois urbain.

Chef Red Robe, fête du Canada 2005, Brandon, Manitoba.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, e008300007; Jeff Thomas

Sagayenkwaraton (baptisé Brant). Nommé Sa Ga Yeath Qua Pieth Tow, roi des Maquas (Mohawk), 1710.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, e011179911

« Déployer  » une ancienne tradition

Du 28 septembre au 30 novembre 2016, BAC a accueilli l’exposition À livre ouvert : le livre accordéon chinois vu par des artistes internationaux. Présentée au Canada pour la première fois, cette exposition internationale itinérante a montré comment des artistes visuels contemporains de Chine et de pays occidentaux réinterprètent le livre accordéon chinois traditionnel; l’exposition comprenait des œuvres originales de 13 artistes canadiens.

Wang Dongling, l’un des plus grands calligraphes vivants de Chine, créant une œuvre en direct au 395, rue Wellington, pour l’exposition À livre ouvert.
Source : Cattroll Photo Associates

L’artiste en art numérique, Eric Chan, alias eepmon, montre son livre accordéon, The Adventures of eepMonkey, 2016.
Source : Eric Chan

Que se brasse-t-il à BAC…?

L’innovation peut prendre de multiples formes. Saviez-vous que la brasserie Molson Coors a lancé une nouvelle bière en 2016, inspirée d’une recette trouvée dans le fonds Molson à BAC? Il s’agit de la Pale Ale historique John H.R. Molson & Bros. 1908.

BAC, c’est… la collectivité!

Le 14 décembre 2016, la chorale de BAC et le chœur Musica Ebraica ont uni leurs voix pour donner vie à une activité communautaire exceptionnelle : un concert des Fêtes dans le hall principal de BAC au 395, rue Wellington.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Les bibliothèques et les archives sont devenues un nouveau type de ressources communautaires : elles collaborent avec des organisations locales, font la promotion de la littératie, accueillent les nouveaux venus et offrent des services en ligne et sur place, dans les collectivités. Le Programme pour les collectivités du patrimoine documentaire (PCPD) de BAC en est l’exemple le plus visible. Il apporte un financement indispensable à des projets qui améliorent l’accessibilité et la visibilité des richesses patrimoniales conservées dans les collectivités du Canada.

Investir dans la collectivité

En juin 2016, BAC a annoncé une contribution de 1,5 million de dollars pour le financement de 40 projets dirigés par des centres d’archives, des bibliothèques et des organisations vouées au patrimoine. La plus importante subvention a été accordée au Musée McCord de Montréal, lequel a reçu 99 892 $ pour son projet « 75 000 pages d’histoire ».

Depuis le lancement du PCPD en 2015-2016, BAC a attribué 3 millions de dollars pour soutenir 103 projets communautaires dans l’ensemble du Canada.

Grâce à cette aide financière, les organismes bénéficiaires ont pu numériser et décrire des milliers de documents historiques et d’enregistrements audiovisuels, moderniser leur équipement, former du personnel, organiser des ateliers et présenter des expositions itinérantes. Mais surtout, les Canadiens d’un océan à l’autre ont pu découvrir leur patrimoine local.

Aide financière accordée par le PCPD à des projets au Canada, 2016-2017

 

  • Version textuelle
    • Alberta : 133 332 $
    • Colombie-Britannique : 251 177 $
    • Île-du-Prince-Édouard : 13 932 $
    • Manitoba : 32 903 $
    • Nouveau-Brunswick : 13 294 $
    • Nouvelle-Écosse : 13 603 $
    • Ontario : 420 146 $
    • Québec : 524 988 $
    • Saskatchewan : 46 625 $
    • Yukon : 50 000 $

Préserver l’histoire orale grâce aux outils du 21e siècle

En inuktitut, le mot iqqaumajuakkuvik (prononcer i-ka-o-majak-ko-vik) signifie « lieu de mémoire ». Avec l’aide du PCPD, la Nunavut Bilingual Education Society a lancé le projet Iqqaumajuakkuvik, axé sur les archives audio numériques de l’histoire orale inuite. En avril 2016, la société avait acquis et numérisé plus de 1 000 heures de documents audiovisuels, dont 350 diapositives témoignant de l’histoire des Inuits. La société a également sélectionné des enregistrements qu’elle a adaptés pour les diffuser en inuktitut, à la radio locale et sur Internet en mode balado.

Don du Nunavut Arctic College, cette photo a été numérisée dans le cadre du projet Iqqaumajuakkuvik.
Source : Nunavut Arctic College

Renaître de ses cendres

BAC a versé une contribution financière au projet de numérisation des journaux d’Oshawa pour concevoir une base de données numérisées en ligne de journaux de la ville d’Oshawa, remontant au début des années 1860. Malheureusement, bon nombre de ces journaux avaient été détruits dans un incendie avant d’avoir pu être microfilmés. La Société d’histoire d’Oshawa a rassemblé des exemplaires papier de ces journaux et les a numérisés, constituant ainsi un témoignage historique accessible et plus complet.

Mark Fritzler (à droite), de Mark Fritzler Photography, prend une photo d’un des journaux à intégrer dans le projet de numérisation du Musée d’Oshawa. Il est accompagné de Carrie Bugler, engagée grâce au PCPD pour l’assister dans ses travaux.
Source : Musée d’Oshawa

Une page du journal The Vindicator qui figurera dans les archives de journaux en ligne. Tirée de la collection d’archives du Musée d’Oshawa.
Source : Mark Fritzler Photography

Cartes postales du terrain

Après la première année d’existence du PCPD, BAC a décidé de sensibiliser le public et de faire la promotion du programme. Des images emblématiques ou particulièrement représentatives, numérisées dans le cadre du programme, sont utilisées comme cartes postales et pour créer une galerie en ligne. À ce jour, BAC a reçu plus de 50 images, dont celles présentées ci-dessous.

Deux pages du carnet de pêche d’Elsie Reford, juin-juillet 1920. Mme Reford y notait soigneusement les résultats de la pêche au saumon sur la rivière Métis, indiquant la fosse où le poisson avait été capturé, les conditions de l’eau et les conditions météorologiques, et surtout la mouche utilisée. Elle consignait tous ces renseignements cruciaux dans l’espoir de pouvoir répéter ses succès, encore et encore… Photo gracieusement offerte par les Jardins de Métis.
Source : Marjelaine Sylvestre

Peint par Richard Horne, ce portrait de Marie-Joseph-Angélique fera partie d’une histoire illustrée numérisée des Noirs au Québec créée par le Centre d’études des Noirs (Black Studies Center), à Montréal. Bien qu’il y ait des interprétations divergentes, beaucoup croient qu’Angélique a allumé l’incendie qui a détruit un grand secteur de la ville de Montréal en 1734, peut-être comme un acte de défi et de révolte contre l’esclavage.
Source : Centre d’étude des Noirs

L’été de l’amour... pour les livres et la lecture

Le Club de lecture d’été TD est le plus important club de lecture d’été bilingue au Canada. S’adressant aux enfants, il met à l’honneur des histoires, des auteurs et des illustrateurs canadiens, et apprend aux jeunes à aimer la lecture. Le programme est commandité par le Groupe Banque TD et réalisé par la Bibliothèque publique de Toronto en partenariat avec BAC. Il est offert dans 2 000 bibliothèques publiques partout au Canada. En 2016-2017, plus de 700 000 enfants y ont participé.

« Grâce au dévouement de nos bibliothèques, la lecture est devenue une véritable passion pour des milliers de jeunes lecteurs. »

Amélie Picher est directrice des relations communautaires pour le Groupe Banque TD, région de Québec.

Bienvenue dans la famille

C’est bien connu, le Canada est un pays d’immigrants; devenir citoyen canadien, c’est comme se joindre à une famille extrêmement spéciale. Grâce à une entente entre Citoyenneté et Immigration Canada et l’Institut pour la citoyenneté canadienne, BAC organise dorénavant les cérémonies de citoyenneté au 395, rue Wellington, y compris une cérémonie plus importante se tenant une fois par année à l’occasion de la Semaine de la citoyenneté. La première de ces cérémonies a eu lieu le 15 septembre 2016.

Un des plus récents (et des plus jeunes) citoyens canadiens sourit au photographe lors d’une cérémonie de citoyenneté spéciale tenue le 15 septembre 2016 au 395, rue Wellington.
Source : Institut pour la citoyenneté canadienne; Kevin Burns

Servir le public, à la manière de BAC

Qu’est-ce que cela signifie pour tout le monde, de pouvoir découvrir, comprendre et utiliser, en tout lieu, l’information, les outils et les documents conservés à BAC? Après avoir consulté ses partenaires, son personnel et ses clients, recherché des pratiques exemplaires et examiné d’autres modèles de service, BAC a trouvé la réponse à cette question : sa nouvelle stratégie de service au public. En misant sur la présence en ligne de BAC, ses points de service partout au pays, son engagement envers les collectivités et l’excellence de ses services, la stratégie vise à faire de BAC « la source de confiance pour accéder au patrimoine documentaire canadien ».

Dynamique, diversifié et démocratique

Le 14 octobre 2016, plus de 150 personnes se sont réunies à Ottawa pour jeter les bases d’une stratégie canadienne de numérisation du patrimoine documentaire. Le programme de cette rencontre d’une journée, organisée par BAC, comprenait des communications présentées par des dirigeants du monde documentaire et une discussion générale sur ce que devrait comporter une telle stratégie. La journée s’est conclue par l’annonce de la création d’un comité directeur composé de créateurs, d’écrivains, de membres de communautés culturelles et de représentants de bibliothèques, de centres d’archives, de musées et d’universités. La stratégie vise à fournir aux Canadiens un portail en ligne offrant un accès facile au contenu numérisé conservé dans les archives publiques et privées, les bibliothèques, les musées, les associations et les autres institutions de mémoire.

Vue d’ensemble des participants à l’assemblée d’élaboration de la Stratégie canadienne de numérisation du patrimoine documentaire, tenue dans la salle Pellan au 395, rue Wellington.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

BAC, c’est… l’histoire!

Que ce soit pour l’histoire de votre propre famille, celle de votre collectivité, ou plus globalement celle du Canada, BAC constitue une référence incontournable. En réunissant les documents et les histoires concernant le Canada, en les préservant et en les rendant accessibles, BAC établit de solides ponts entre le passé, le présent et l’avenir.

« J’ai commencé à utiliser les collections de Bibliothèque et Archives Canada au cours de l’été 1991, alors que j’étais encore étudiant; aujourd’hui, je considère le 395, rue Wellington, comme mon deuxième chez-moi! BAC est l’entrepôt de notre nation, et je me fie beaucoup à l’ensemble de ses collections. Par exemple, j’y ai trouvé des rapports de guerre officiels, des journaux de guerre personnels, des formulaires d’engagement, des photos, des cartes, des films, etc.; tous ces documents me permettent de dresser le portrait global de n’importe quel soldat. Sans BAC, jamais je n’arriverais à faire ce que je fais.

« BAC a grandement facilité le repérage et l’utilisation de ces documents, afin que notre bibliothèque et nos archives nationales ne servent pas seulement à l’histoire, mais aussi à l’étude du Canada et à ce que cela représente d’être canadien. Quelle émotion quand on entre en contact direct avec un document; on sent alors le poids de l’histoire entre nos mains. J’adore! »

Tim Cook est historien militaire au Musée canadien de la guerre. Son dernier livre, Fight to the Finish: Canadians in the Second World War, 1944-1945, a reçu le Prix du livre d’Ottawa en 2016, pour une œuvre documentaire.

Fragiles, mais pas oubliés

En date du 31 mars 2017, BAC avait numérisé et mis en ligne sur son site Web 416 749 des 640 000 dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien de la Première Guerre mondiale. De nouveaux dossiers sont ajoutés au site toutes les deux semaines; on estime que les 640 000 dossiers auront été mis en ligne à la fin de l’année 2018. Ces dossiers comprennent les formulaires d’engagement de Frederick Banting, de Raymond Chandler et de Grey Owl. BAC reçoit environ 3 300 demandes de consultation par année pour ces dossiers; leur numérisation permettra de préserver les originaux de ces fragiles documents sur papier.

« Sir Wilfrid Laurier » expliquant certains faits historiques à des visiteurs à l’hôtel Fairmont Château Laurier d’Ottawa. Grâce à un partenariat entre BAC, le Château Laurier et Parcs Canada, les clients qui réservent une chambre à l’hôtel ont aussi droit à une visite du lieu historique national de la Maison-Laurier. Les visiteurs seront enchantés, non seulement d’arpenter la résidence du septième premier ministre du Canada, mais aussi d’y découvrir certains artéfacts sur Laurier « jamais présentés à ce jour », tirés des chambres fortes de BAC.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Bûcherons... et bûcheronnes?

Quand Cherish Watton, étudiante de premier cycle en histoire à l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, a écrit à BAC, elle était à la recherche d’un vieil article portant sur les femmes et le commerce du bois. La bibliothécaire de référence a non seulement retrouvé l’article en question dans un numéro du Canada Lumberman de 1942, mais elle a aussi déniché un article concernant une femme qui prétendait avoir été la première Canadienne à travailler dans une scierie!

Source : Canada Lumberman, vol. 62, no 17 (1er septembre 1942), p.81-82.

Un guide fascinant concernant la Première Guerre mondiale

BAC possède l’un des fonds d’archives les plus volumineux du monde sur la Première Guerre mondiale. Ces ressources sont consultées de manière soutenue à longueur d’année, mais surtout à l’occasion du jour du Souvenir. Pour répondre à cette forte demande, BAC a conçu un guide, une sorte de boîte à outils, comprenant des histoires originales, ainsi que divers instruments de recherche permettant de trouver des photos, des documents rares, des chansons d’époque et des films d’archives. De telles ressources peuvent servir à réaliser des programmes et des reportages journalistiques ou à rédiger des articles de fond. Jour du Souvenir : Un guide essentiel pour les médias (2016) est accessible en ligne.

« J’enseigne en cinquième année à Richmond Hill, en Ontario. Pour commémorer le jour du Souvenir, j’avais demandé à mes élèves de documenter tous les noms inscrits sur le cénotaphe de notre ville. Entendre un élève de cinquième s’exclamer "J’ai trouvé son formulaire d’engagement!" ou "Voici son dossier de service militaire en format numérique!", c’est une douce musique à mes oreilles. »

Richard Coleman est enseignant à l’école élémentaire Bayview Hill à Richmond Hill, en Ontario.

Deux générations de diplomatie

Lors de sa visite officielle aux États-Unis, le 13 février 2017, le premier ministre canadien, le très honorable Justin Trudeau, a offert au président américain, l’honorable Donald Trump, cette photo tirée des collections de BAC. On y voit son père, Pierre Elliott Trudeau, alors premier ministre du Canada, et Donald Trump, en 1981.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, e11182068

BAC, c’est… le mouvement!

Une institution véritablement nationale a besoin d’une vraie présence nationale. Grâce à des partenariats dynamiques, les services de BAC seront bientôt encore plus accessibles dans de nouveaux locaux. Cela se traduira par un accès plus facile, des services améliorés et des projets en collaboration, comme des événements spéciaux et des expositions. BAC offrira des services en personne à ses points de service d’Halifax, d’Ottawa, de Winnipeg et de Vancouver.

« Aujourd’hui, les bibliothèques, les archives et les musées sont des lieux de rencontre où les enjeux sociaux sont débattus dans nos halls et nos salles d’exposition, dans nos cafés et parfois même dans la rue ou sur les marches de notre entrée principale. »

John McAvity est directeur général et chef de la direction de l’Association des musées canadiens.

Einstein a déjà dit : « La seule chose que vous avez absolument besoin de savoir, c’est l’emplacement de la bibliothèque. »

Un nouveau domicile pour BAC à Halifax : le Quai 21

L’emblématique Quai 21 à Halifax accueillera BAC dès l’été 2017.
Source : Quai 21

À l’été 2017, BAC quittera ses locaux de Dartmouth pour s’installer au Musée canadien de l’immigration du Quai 21, un édifice emblématique situé dans le port maritime d’Halifax. Chaque année, plus de 75 000 personnes visitent ce populaire musée. Ce lieu historique national est le dernier terminal océanique encore existant au Canada ayant servi à l’accueil des immigrants.

Les Canadiens pourront bientôt profiter de cette collaboration unique : ils obtiendront les services des deux organismes dans un seul lieu. Outre l’expertise du Quai 21 en matière de recherche sur l’histoire familiale, les visiteurs découvriront sur place les outils et ressources numériques de BAC à l’aide d’un kiosque numérique. Les installations d’Halifax offriront aussi un large éventail d’accès à la collection de BAC, grâce à des expositions et à des activités publiques.

Au cœur du centre-ville de Vancouver

À compter de l’automne 2017, BAC offrira des services en personne depuis l’édifice principal de la Bibliothèque publique de Vancouver, situé en plein cœur du centre-ville. Les clients profiteront de la mise en commun des compétences, d’un programme d’activités publiques complémentaires, de services d’orientation élargis et d’un accès aux ressources numériques de BAC.

Depuis longtemps un carrefour de recherche, le bureau de BAC à Burnaby déménagera dans ses nouveaux locaux. Les clients continueront d’avoir accès aux documents créés en Colombie-Britannique et au Yukon par Affaires autochtones et du Nord Canada et ses ministères prédécesseurs.

Les services de BAC seront offerts à la Bibliothèque publique de Vancouver.
Source : Bibliothèque publique de Vancouver

« C’est un partenariat excitant : il représente une excellente occasion pour la Bibliothèque publique de Vancouver de contribuer à accroître le rayonnement de la grande institution nationale vouée au patrimoine du Canada. Grâce à une collaboration avec la division des collections spéciales de la Bibliothèque publique de Vancouver, un extraordinaire éventail de ressources patrimoniales seront réunies. Elles concerneront non seulement Vancouver et la Colombie-Britannique, mais aussi l’ensemble du pays. »

Sandra Singh est bibliothécaire en chef de la Bibliothèque publique de Vancouver.

Rendez-vous au Glenbow!

Le musée Glenbow est au cœur de la vie culturelle de Calgary depuis plus de 50 ans. Grâce à une nouvelle entente de partenariat signée le 6 octobre 2016, le musée fournira à BAC un espace pouvant atteindre 2 000 pieds carrés pour ses activités. L’institution y présentera une exposition annuelle mettant en valeur des pièces de sa collection. Le partenariat comprend également la présentation d’activités éducatives pour le grand public.

BAC, c’est… le partenariat!

BAC est à l’affût de partenariats porteurs avec des intervenants majeurs : universités, provinces et territoires, organismes sans but lucratif, secteur privé et organismes publics, comme les bibliothèques municipales. De telles collaborations profitent non seulement aux partenaires, mais aussi en premier lieu à leurs usagers. C’est ainsi que les partenaires peuvent échanger de l’information, mettre en commun leur expertise, accueillir un plus grand nombre de conférences et d’expositions, et offrir plus de services et un meilleur accès.

« BAC, c’est la mémoire du Canada. Son équipe chevronnée est à la fois le gardien de cette mémoire et la voie par laquelle l’histoire et la connaissance deviennent accessibles. »

Éric Ruel, vice-président et producteur, Productions de la ruelle (BAC a signé un protocole d’entente avec les Productions de la ruelle, afin de fournir des contenus pour la production de vidéos documentaires.)

Les universités, et au-delà...

BAC a signé des ententes avec l’Université d’Ottawa, l’Université Dalhousie, l’Université Laval, l’Université de Montréal et l’Université Western Ontario, afin de constituer des pôles de connaissances visant à faciliter la mise en commun des compétences et l’échange d’information et de technologies, ainsi qu’à soutenir la recherche et les activités de sensibilisation. Ces ententes ont préparé le terrain en vue de la signature d’autres accords avec des universités canadiennes, afin d’aider l’ensemble des partenaires à être à l’avant-garde de la bibliothéconomie et de l’archivistique.

Au cours de l’exercice 2016-2017, ces partenariats ont rendu possible la réalisation commune de colloques scientifiques sur les droits des femmes, sur ce que signifie être Métis, sur la formation des citoyens de demain, ainsi que sur les villes intelligentes.

Partenariats avec le milieu documentaire

BAC rencontre régulièrement ses partenaires, notamment lors des réunions du Forum des partenaires, du Comité directeur des archives du Canada et de la Conférence des archivistes national, provinciaux et territoriaux. De plus, avec d’autres professionnels au Canada et ailleurs dans le monde, BAC œuvre au sein du Conseil international des archives, de la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA), et d’autres organismes internationaux qui partagent les mêmes objectifs.

Le Comité directeur des archives du Canada a mis sur pied trois groupes de travail pour :

  1. étudier les besoins de la main-d’œuvre en archivistique;
  2. mieux sensibiliser les Canadiens aux rôles des services d’archives;
  3. répondre aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation.

La Conférence des archivistes national, provinciaux et territoriaux prépare une nouvelle stratégie coordonnée en matière d’acquisition d’archives privées qui favorisera une plus grande collaboration entre les institutions de mémoire, tant à l’échelle régionale que nationale.

BAC a dirigé la préparation des critères à prendre en compte pour la création d’un Registre canadien pour le programme « Mémoire du monde » de l’UNESCO, lequel reconnaît et souligne l’importance de documents et de collections en particulier.

Sur la scène internationale

Le 11 janvier 2017, Guy Berthiaume, bibliothécaire et archiviste du Canada, et Alberto Manguel, directeur de la Bibliothèque nationale d’Argentine, ont signé une entente pour favoriser l’échange d’information et d’expertise dans une foule de domaines allant de la numérisation des collections au stockage de l’information. BAC a déjà conclu des ententes similaires avec des institutions nationales de la Chine, de la Corée, de la France et du Royaume-Uni.

Guy Berthiaume (à gauche) et Alberto Manguel à l’occasion de la signature d’une entente historique entre BAC et la Bibliothèque nationale d’Argentine.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

BAC, c’est… la programmation publique!

Un des principaux engagements de BAC envers les Canadiens est d’accroître l’accès à sa collection, et l’une des meilleures façons d’y parvenir consiste à tenir des événements publics. En 2016-2017, BAC a organisé plus de 60 de ces événements, y compris des expositions, des lancements de livres, des entrevues et des conférences. Cela représente une augmentation de 400 % par rapport à l’année précédente!

« L’engagement renouvelé de BAC à être présent dans la collectivité dans les domaines des arts littéraires, de l’histoire et de la culture est une perspective stimulante, autant pour BAC que pour la collectivité en général. Nous avons hâte de travailler en partenariat avec BAC dans les années à venir et de célébrer la culture canadienne et l’engagement dynamique de BAC envers la collectivité, alors que le Canada fête son 150e anniversaire cette année. »

Sean Wilson est directeur artistique du Festival international des écrivains d’Ottawa (Ottawa International Writers Festival).

Lancements d’ouvrages, 2016-2017

  • Gary Barwin, Yiddish for Pirates
  • Dan Conlin, War Through the Lens: The Canadian Army Film and Photo Unit, 1941-1945
  • Paule des Rivières et Raynald Petit, Chemin faisant - Rencontres avec douze personnalités inspirantes
  • Serge Durflinger, Capturing Hill 70: Canada’s Forgotten Victory of the First World War
  • Charlotte Gray, The Promise of Canada: 150 Years - People and Ideas that Have Shaped Our Country
  • Valerie Knowles, Strangers at Our Gates
  • Claude Lalumière et Mark Shainblum, Superhero Universe: Tesseracts Nineteen
  • Amy McKay, The Witches of New York
  • Heather Menzies, Reclaiming the Commons for the Common Good
  • Alexandre Trudeau, Un barbare en Chine nouvelle
  • Jane Urquhart, A Number of Things: Stories of Canada Told Through Fifty Objects

L’auteure Charlotte Gray lors du lancement de son livre The Promise of Canada.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Signatures de l’histoire

La série Signatures présente des entretiens entre le bibliothécaire et archiviste du Canada et des personnes qui ont donné leurs archives à BAC. Le public peut assister gratuitement à ces rencontres. En 2016-2017, les Canadiens ont eu droit à des conversations animées avec les anciens premiers ministres du Canada, le très honorable Jean Chrétien et le très honorable Joe Clark, l’ancien chef du Nouveau parti démocratique, l’honorable Ed Broadbent, et le caricaturiste Guy Badeaux, connu sous le pseudonyme de « Bado ».

« À l’ère de l’éphémère, il est bon de se rappeler au moins le passé. »

Bado, caricaturiste au journal Le Droit

Guy Berthiaume (à droite) s’entretenant avec l’ancien premier ministre du Canada, le très honorable Jean Chrétien.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Liberté refusée

En partenariat avec l’Université d’Ottawa, BAC a projeté devant une foule imposante le documentaire d’Alex Williams, The Pass System, à l’auditorium du 395, rue Wellington. Ce film est le résultat de cinq années de recherche sur une politique gouvernementale qui a été en vigueur durant 60 ans et qui refusait aux Autochtones le droit de quitter leur réserve sans un laissez-passer. Une partie de la recherche pour ce film a été effectuée à BAC.

Le chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde (à gauche), s’entretient avec le cinéaste Alex Williams avant la projection de son film, The Pass System, au 395, rue Wellington, le 11 janvier 2017.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

On va au cinéma?

Afin de célébrer le 150anniversaire  de la Confédération, BAC s’est associé au TIFF (Festival international du film de Toronto), à la Cinémathèque québécoise et à la Cinémathèque de Vancouver pour célébrer le patrimoine audiovisuel du Canada. « Canada à l’écran » permet à des spécialistes de l’industrie cinématographique de sélectionner, parmi les classiques du cinéma canadien, les 150 films qui auraient, selon eux, façonné la culture, l’identité et l’histoire du Canada. S’appuyant sur son expérience en matière de préservation des enregistrements audiovisuels, BAC fournira des versions numériques de pièces sélectionnées à même sa collection et projettera, au cours de l’année 2017, des classiques du cinéma canadien dans son auditorium à la fine pointe de la technologie, au 395, rue Wellington.

Le premier film à avoir été présenté est Tit-Coq, une œuvre largement primée, réalisée en 1953 par Gratien Gélinas et René Delacroix. La projection a eu lieu le 27 février 2017; on avait même installé une ancienne machine à popcorn... pour l’ambiance!

Dans les coulisses du 395, rue Wellington!

À l’occasion de l’événement Portes ouvertes Ottawa, le 5 juin 2016, des centaines de visiteurs se sont entassés dans les salles du 395, rue Wellington, pour avoir la chance de visiter les coulisses d’un des édifices les plus emblématiques de la ville. Tout en découvrant l’histoire du bâtiment, les visiteurs ont eu un accès privilégié à la collection Jacob M. Lowy, rassemblant des ouvrages hébraïques et judaïques rares. En outre, ils ont pu observer une restauratrice de livres au travail et discuter avec le personnel de BAC de sujets allant de la bande dessinée à la préservation de documents fondateurs, dont la proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982.

Michael Smith, gestionnaire de la collection de documents textuels et cartographiques, explique certaines des technologies utilisées pour préserver les documents fondateurs du Canada; à ses côtés, J. Andrew Ross, archiviste à la division des archives gouvernementales.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Les rencontres Wallot-Sylvestre

Nommées à la mémoire de l’ancien archiviste national Jean-Pierre Wallot et de l’ancien bibliothécaire national Jean-Guy Sylvestre, les rencontres Wallot-Sylvestre sont une série de conférences ouvertes au public, données par de grands penseurs du milieu documentaire :

  • le 2 mai 2016, Living Knowledge: the Value of National Libraries, par Caroline Brazier, bibliothécaire en chef à la British Library;
  • le 18 octobre 2016, Archives, vie privée et numérique, par Hervé Lemoine, directeur et chargé des Archives de France;
  • le 11 janvier 2017, Alexandrie au 21e siècle : Comment les bibliothèques peuvent-elles nous aider à devenir de meilleurs citoyens?, par Alberto Manguel, directeur de la Bibliothèque nationale d’Argentine.

Expositions

BAC, c’est… le dialogue!

BAC possède une masse considérable d’information sur le patrimoine autochtone, y compris des millions de documents concernant les pensionnats autochtones, lesquels ont été numérisés et communiqués au Centre national pour la vérité et la réconciliation, à Winnipeg. La collection de BAC renferme également des traités originaux et des actes de cession de terres remontant à 1690, des rapports annuels de l’ancien ministère des Affaires indiennes, des milliers de cartes et de plans relatifs aux réserves, ainsi que des parchemins, des manuscrits, des sceaux, des signatures et des timbres.

« Il est nécessaire de reconnaître la différence entre les renseignements privés et les souvenirs de la population. Il est également nécessaire d’établir une relation entre les archivistes et ceux qui ont subi les torts de l’histoire, qui soit axée sur l’honnêteté et le partage. Cela exige du temps, de la confiance et une volonté de progresser ensemble. »

Guy Berthiaume est bibliothécaire et archiviste du Canada. Extrait d’une allocution traitant du rôle des documents dans une démarche de réconciliation, prononcée à la Conférence du Conseil international des archives, le 6 septembre 2016.

Élèves cris assis à leur pupitre dans une classe avec leur enseignante, au pensionnat autochtone All Saints, Lac la Ronge, Saskatchewan, mars 1945.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, a134110; Bud Gluntz

Témoins de la vérité

Le 2 juin 2016, BAC a signé un protocole d’entente avec le Centre national pour la vérité et la réconciliation, en vertu duquel BAC fournira au Centre quelque 300 000 copies numériques des documents de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, ainsi que des conseils et une expertise technique en matière archivistique. Le Centre permettra à BAC de consulter les documents de la Commission de vérité et réconciliation qui ne lui ont pas encore été transférés. L’entente comprend également l’organisation d’expositions et d’événements, ainsi que l’échange continu de documents.

« La signature de ce protocole d’entente constitue une étape importante dans l’approfondissement de nos relations avec Bibliothèque et Archives Canada. C’est aussi une étape importante dans l’étude des vastes fonds d’archives du Canada concernant les peuples autochtones. »

Ry Moran est directeur du Centre national pour la vérité et la réconciliation, Université du Manitoba.

Témoigner d’un long voyage

En 1991, la Commission royale sur les peuples autochtones (CRPA) a amorcé un périple de six ans qui l’a menée partout au Canada, afin de mieux cerner les difficultés auxquelles se heurtaient les peuples autochtones. Cette riche collection d’archives, qui comprend des travaux scientifiques, des mémoires écrits, des transcriptions orales, des photographies, ainsi que des enregistrements audio et vidéo, a été transférée aux Archives nationales du Canada (maintenant BAC).

Pour souligner le 20e anniversaire de la Commission en novembre 2016, BAC a créé une base de données interrogeable contenant une sélection de documents de la CRPA. On y trouve les transcriptions de plus de 175 jours d’audiences, près de 200 rapports de recherche, plus de 100 mémoires déposés par des conseils tribaux, des organisations et des groupes d’intérêt, ainsi que les publications de la Commission et son rapport final.

Qu’est-ce qu’un nom? L’histoire de toute une vie!

Un visage, un nom est un projet d’identification de photos mené par BAC qui invite des communautés de Premières Nations, de Métis et d’Inuits à identifier des milliers de photographies conservées dans les collections de BAC. Au cours des 15 dernières années, environ 10 000 images ont été numérisées et près de 2 500 personnes, activités et lieux ont été identifiés.

Du 1er au 3 mars 2017, BAC a souligné le 15e anniversaire du projet, en collaboration avec l’Université Carleton. Les transcriptions des présentations qui ont eu lieu durant les deux premiers jours de l’événement seront intégrées dans un livre sur le projet Un visage, un nom, lequel sera publié aux presses McGill-Queen’s University Press. Le troisième jour, un panel a réuni trois artistes qui s’inspirent de documents d’archives pour créer leurs œuvres : le photographe et conservateur iroquois Jeff Thomas, la photographe métisse Rosalie Favell, et la cinéaste inuite Isabella-Rose Weetaluktuk.

Une femme et un enfant inuits se donnant un kunik (« baiser inuit ») près de Padlei, au Nunavut, vers 1949-1950.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, a114718; Richard Harrington

« Ces photos constituent des sources essentielles sur l’histoire du Canada. Pendant de nombreuses décennies, les voix des Premières Nations, des Métis et des Inuits sont restées silencieuses. Un visage, un nom joue un rôle crucial en offrant une tribune aux Autochtones, leur permettant de se réapproprier leur histoire et leur identité. En tant que femme des Premières Nations, je suis très heureuse d’avoir pu faire entendre ma voix dans ces documents. D’innombrables histoires restent à raconter et je suis convaincue que le partenariat entre BAC et les Autochtones nous permettra de les connaître un jour. »

Harriett Mathews est une étudiante des Premières Nations qui a travaillé à BAC au cours de l’été 2016.

Les Métis transportent leur histoire à Paris

Pendant plus d’un siècle, l’invisibilité des Métis du Canada aux yeux du public a masqué la vérité les concernant, à savoir que la Nation métisse possède une langue, une culture, des coutumes et une identité bien à elle. Bénéficiant de l’appui financier d’Affaires autochtones et du Nord Canada, BAC et le Ralliement national des Métis ont organisé une remarquable exposition dans le but de mieux faire comprendre le passé et de corriger certaines inexactitudes historiques. L’exposition Un peuple dans l’ombre, qui met en vedette 52 reproductions de photos, de cartes et d’autres documents tirés de la collection de BAC, a été présentée dans les locaux de l’UNESCO à Paris, en février 2017.

L’exposition Un peuple dans l’ombre : la Nation métisse dans les locaux de l’UNESCO, à Paris.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

BAC, c’est… les collections!

Chaque année, BAC ajoute de nouveaux documents à ses collections au moyen de dons, d’acquisitions et du dépôt légal. Les collections s’accroissent et évoluent continuellement, offrant ainsi un portrait de plus en plus large et diversifié de notre pays.

Une petite « note » à ce sujet (excusez le jeu de mots) : cette année, BAC a fait une importante acquisition musicale. Il s’agit d’un coffret de 81 CD comprenant tous les albums de Glenn Gould mis sur le marché par Columbia de 1955 à 1981, rematricés à partir des bandes maîtresses analogiques.

Glenn Gould en répétition.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, e137053; Walter Curtin

Au printemps 2016, BAC a acquis 34 photos du photographe et documentariste Louie Palu, prises au cours de son étude de cinq ans sur le conflit à Kandahar, en Afghanistan. Considérant le sujet traité et le parfait état de conservation des photos, BAC a décidé de les numériser immédiatement et d’entreposer les originaux aux fins de préservation à long terme.

Une image du photographe Louie Palu, tirées de l’étude de cinq ans qu’il a réalisée sur la guerre en Afghanistan. La série présente les Forces armées canadiennes à la fois en action et en portrait, et fournit de la documentation sur les forces afghanes et la région de Kandahar.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, e011181963; Louie Palu

Le 15 décembre 2016, BAC a fait l’acquisition de huit lots d’œuvres d’art du major Charles Frederick Gibson lors de la vente aux enchères annuelle Topographical Pictures chez Christie’s, à Londres.

Barbara Gibson et sa fille Jessy Maria à la maison, major Charles Frederick Gibson.
Source : Christie’s, Londres

Le pont à Bytown [Ontario], major Charles Frederick Gibson.
Source : Christie’s, Londres

En 2016, BAC a acquis de nombreux documents associés à la vie et à la carrière du Canadien d’origine lithuanienne Alain Stanké, journaliste, animateur, éditeur, écrivain, documentariste et sculpteur. Le fonds Alain Stanké comprend des centaines de photos de personnalités canadiennes ou internationales.

Alain Stanké en compagnie des auteurs Yves Beauchemin et Michel Tremblay, à l’occasion de la réédition des ouvrages L’Enfirouapé et C’t’à ton tour, Laura Cadieux aux Éditions Stanké, collection 10/10, en 1985. Fait amusant : chaque auteur tient entre ses mains le livre de son confrère.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Une surprenante découverte

Tania Passafiume, restauratrice en chef des documents photographiques à BAC, est récemment tombée sur quelque chose de rare : une photographie imprimée sur cuir, aussi appelée un panotype. Malgré leur grande popularité dans les années 1853 à 1880, les panotypes avaient une très courte durée de vie. Celui que Mme Passafiume a trouvé, en excellente condition, est le tout premier découvert dans la vaste collection de BAC. Malheureusement, l’homme représenté sur la photo n’a pu encore être identifié.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Une histoire de lumière

Le physicien Gerhard Herzberg s’est vu décerner le prix Nobel de chimie en 1971 pour ses travaux d’avant-garde en spectroscopie moléculaire, c’est-à-dire l’étude de l’émission ou de l’absorption de lumière par les atomes et les molécules. Le fonds Herzberg, conservé à BAC, s’est enrichi d’importants documents en 2016, notamment ce spectrogramme de 1947.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Le premier ministre du Canada, le très honorable Justin Trudeau, assis sous un portrait de l’ancien premier ministre sir Wilfrid Laurier. Cette toile de la collection de portraits de BAC, gracieusement prêtée au bureau du premier ministre, est l’un des cinq portraits à l’huile connus de Laurier peints par l’artiste canadien John Wentworth Russell (1879-1959).
Source : Bureau du Conseil privé; Jeff Radbourne

Archiver le Web

Alors que les incendies faisaient rage à Fort McMurray, des employés de BAC documentaient les événements en temps réel, en archivant les nouvelles publiées sur le Web par des médias d’information canadiens, le gouvernement de l’Alberta et diverses sources du gouvernement fédéral. Tout cela fait partie des efforts constants déployés par BAC pour archiver la présence du gouvernement du Canada sur le Web. En décembre 2016, BAC avait lancé près de 450 collectes recueillant les ressources Web du gouvernement fédéral. Elles représentent 1,9 téraoctet de données et plus de 53 millions de documents numériques.

Petite pause musicale pour le bibliothécaire et archiviste du Canada, Guy Berthiaume, à l’occasion du dépôt légal par le chanteur Micah Barnes de deux exemplaires de son plus récent CD.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Les Amis de BAC

Les Amis de BAC est un organisme sans but lucratif qui contribue à promouvoir les collections de BAC et à acquérir de nouveaux documents. Depuis la création de l’organisme, les Amis ont participé à l’acquisition de centaines de documents importants, y compris la collection exceptionnelle de documents sur la Guerre de 1812.

La présidente des Amis de BAC, Marianne Scott, ancienne bibliothécaire en chef du Canada, feuilletant un ouvrage lors de la vente annuelle de livres usagés organisée par les Amis de BAC.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

BAC, c’est… le Web et les médias sociaux!

BAC a recours aux médias sociaux pour tenir une conversation permanente avec les Canadiens, afin d’exprimer sa personnalité et d’inciter à explorer sa collection. Qu’elles soient drôles, émouvantes ou simplement instructives, nos communications par les médias sociaux attirent une foule de Canadiens maintenant très sensibilisés à ce que nous avons à offrir.

Le site Web de BAC se classe au 9e rang parmi les 10 sites les plus visités du gouvernement du Canada! En 2016-2017, le site a été consulté 113 788 007 fois par 22 933 206 visiteurs.

Blogue, blogue, blogue

Le 24 novembre 2016, BAC célébrait un anniversaire significatif : cinq années de blogues, soit plus de 650 billets couvrant une foule de sujets, des livres rares au poids de notre collection, en passant par le patrimoine familial!

Les animaux fantastiques

En 2016-2017, BAC a fait preuve d’audace dans ses médias sociaux, ce qui porte à croire que « certaines des créatures fantastiques » du Canada pourraient bien faire partie du personnel de BAC! En présentant des animaux fabuleux, comme l’orignal coquet, ou en montant un poisson d’avril mémorable ayant comme toile de fond le prétendu document d’attestation de Wolverine, la page Facebook de BAC a séduit une foule d’admirateurs. Le plan triennal 2016-2019 de BAC avait fixé un objectif ambitieux en ce qui concerne les médias sociaux : doubler le nombre d’abonnés à nos pages, pour atteindre 70 000 personnes dans trois ans. Cet objectif a été dépassé en un temps record de 10 mois et 8 jours, lorsque nous avons atteint le nombre de 70 045 abonnés en février 2017!

« La page "Les animaux fantastiques du Canada" a été créée pour présenter des images de notre collection sous un nouveau jour. Nous étions convaincus que le plus récent film sur l’univers d’Harry Potter connaîtrait un immense succès, et nous nous sommes demandés : au Canada, avons-nous des créatures fantastiques? Les images du site proviennent d’une des bases de données de BAC, "Illustrations tirées des livres rares, avant 1800". Nous avons eu beaucoup de plaisir à rédiger les descriptions accompagnant les dessins de ces créatures parfois bizarres ou comiques, vieilles de plus de 200 ans. »

Jean-François D’Aoust est conseiller principal en communications des médias sociaux à BAC.
Solitaire, la loutre triste laisse souvent des commentaires passifs-agressifs sur les médias sociaux. 
Le rongeur est hyper affectueux, mais aussi sélectif dans le choix des bénéficiaires de ses bisous.  

La loutre triste et le castor-sphinx sont deux des nombreux animaux fantastiques que vous pouvez croiser à BAC, avec l’orignal coquet. Consultez l’album Flickr de BAC La collection de livres rares pour voir l’orignal et d’autres images intéressantes de la flore et de la faune tirées de livres rares publiés avant 1800.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Facebook

En 2016-2017, BAC a publié plus de 900 messages sur Facebook. Ces messages ont été vus par quelque 18 millions de personnes. Les visiteurs ont commenté, aimé et partagé nos messages à 445 929 reprises.

Ethelbert « Curley » Christian, l’un des soldats canadiens les plus connus. Il a été le seul Canadien à survivre à l’amputation des quatre membres au cours de la Première Guerre mondiale.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Twitter

En 2016-2017, BAC a ajouté une moyenne combinée de 1 000 abonnés par mois à ses comptes Twitter français et anglais. En douze mois, le nombre total d’abonnés a atteint 31 191.

Flickr

35 albums Flickr ont été téléversés en 2016-2017; ils ont reçu un total de 2 135 241 visites. Dans l’ensemble, nos albums Flickr ont été consultés plus de 15 millions de fois depuis le lancement du site. L’album le plus populaire à ce jour est  Vos images préférées, qui présente des images marquantes de la collection de BAC

Balados

BAC a lancé trois balados en 2016. Jusqu’à maintenant, le plus populaire est le balado 031, Éplucher la collection des livres de recettes de BAC; il a généré 14 027 écoutes. De janvier 2016 à février 2017, les balados de BAC ont été écoutés 292 704 fois! En octobre 2016, le balado de BAC sur Mary Travers (dite « La Bolduc ») a fait partie de la Playlist de balados de la CBC, et nous nous classons régulièrement dans la liste de 10 balados les plus écoutés selon iTunes dans la catégorie Gouvernements et Organisations.

Ce poisson d’avril est devenu un classique : BAC a annoncé sur Facebook qu’il avait acquis les journaux et les dossiers de service militaire du super-soldat canadien James « Logan » Howlett (Wolverine dans la série X-Men). L’affichage a généré sur Facebook 157 000 mentions « j’aime », près de 24 000 commentaires et 45 000 partages. Dans l’ensemble, Wolverine a atteint six millions de personnes.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Mary Travers, dite « La Bolduc ».
Source : Bibliothèque et Archives Canada, e002282979

BAC, c’est… Canada 150!

Frederick (Fred) Sasakamoose, le premier joueur de hockey autochtone à avoir été repêché dans la Ligue nationale de hockey, en 1953.
Source : Saskatchewan Sports Hall of Fame

BAC est une source d’information d’une très grande richesse pour tous les Canadiens qui veulent mieux comprendre qui ils sont, à titre individuel ou collectif. En cette année du 150e anniversaire de la Confédération, BAC est plus pertinent que jamais, en tant que gardien de notre passé lointain tout comme de notre histoire récente.

Pour souligner le 150e anniversaire de la Confédération, BAC a lancé, en partenariat avec le secrétariat de Canada 150, le projet #EnCeJour, une dose quotidienne d’événements importants, fascinants et souvent inspirants de l’histoire du pays, proposée sur notre site Web et nos médias sociaux. Conseillée par un historien sur place, l’équipe du projet #EnCeJour a cherché dans la collection de BAC des éléments mettant en valeur autant de facettes que possible de la société canadienne. Certains de ces événements ont été découverts dans les chambres fortes de BAC, d’autres ont été suggérés par les quelque 30 ministères et organismes qui collaborent avec BAC.

#EnCeJour a commencé le 1er janvier 2017 et se poursuivra toute l’année. La conversation est lancée entre les Canadiens, qui sont invités à raconter leur propre version de l’histoire du jour, ainsi qu’à rappeler le souvenir des moments marquants de leur vie. Après 2017, le site Web demeurera accessible et servira de source historique pour les enseignants, les étudiants, les médias et l’ensemble de la collectivité.

 

Le Canada en vedette

Une affiche touristique faisant la promotion du Canada, vers 1930-1950. Elle illustre des symboles stéréotypés du Canada, y compris un orignal, un castor et un agent de la police montée.
Source : Bibliothèque et Archives Canada, e010781788

Si vous croyez bien connaître le Canada, détrompez-vous. L’exposition Canada : Qui sommes-nous? sera présentée de juin 2017 à mars 2018 dans la toute nouvelle salle d’exposition au rez-de-chaussée du 395, rue Wellington, à Ottawa. Parmi les pièces originales présentées, mentionnons un exemplaire relié en cuir des Voyages de Samuel de Champlain, avec sa carte en annexe; le seul journal intime encore existant de Catherine Parr Trail; et les pinceaux que le peintre Paul Kane aurait utilisés pendant ses voyages dans l’Ouest.

L’exposition s’accompagne d’une série de blogues publiés au fil d’une année. Chaque mois, des spécialistes du Canada et d’autres pays interviendront à titre de conservateurs invités pour proposer leur point de vue personnel sur des pièces choisies parmi celles montrées dans cette exposition.

En outre, afin de publiciser l’exposition, Ottawa 2017 s’est associé à BAC pour projeter sur les murs de l’édifice du 395, rue Wellington, des images grand format tirées de la collection de BAC. En retour, BAC fournira des images d’archives à Ottawa 2017 pour ses activités promotionnelles.

Toujours en 2017, BAC présentera une série d’expositions au Musée canadien de l’histoire à Gatineau. Le 150e est l’occasion idéale pour faire découvrir les trésors de nos collections à des millions de visiteurs, dans l’un des musées les plus fréquentés au Canada.

La salle « Trésors de BAC » du Musée canadien de l’histoire présentera certains des documents les plus importants du Canada, permettant ainsi aux visiteurs de mieux connaître leur histoire et leur patrimoine. D’autres documents de la collection de BAC seront exposés dans la salle « Histoire canadienne », une nouvelle exposition permanente qui sera inaugurée au musée le 1er juillet 2017.

« Cette entente ouvre un nouveau chapitre prometteur dans la relation étroite et durable qui unit le Musée canadien de l’histoire à Bibliothèque et Archives Canada, et elle offrira à nos visiteurs un accès sans précédent à certains documents fondateurs du Canada. »

Mark O’Neill est président-directeur général du Musée canadien de l’histoire.

BAC au Musée des beaux-arts du Canada

BAC occupera une place importante dans les salles canadiennes, récemment rénovées et redéfinies, du Musée des beaux-arts du Canada. Des photographies de la collection de BAC y seront exposées dans deux endroits réservés à cette fin. Une des salles montrera des photos du Canada prises vers 1867 par des photographes comme Alexander Henderson et Benjamin Baltzly; ces photos s’inscriront dans l’histoire de l’art canadien racontée par le Musée des beaux-arts.

L’autre salle réservée à BAC proposera un thème des années 1920 à 1940 et comprendra des photos de Yousuf Karsh et de John Vanderpant, entre autres. Quelques pièces de BAC seront prêtées au Musée et exposées dans d’autres salles, y compris le tableau Shooting the Rapids, peint par Frances Anne Hopkins en 1879, ainsi qu’un film racontant le voyage de A. Y. Jackson et Lawren Harris dans l’Arctique, dans les années 1930.

Les nouvelles salles ouvriront leurs portes le 14 juin 2017.

Villes intelligentes : BAC coorganise une conférence

Les bibliothèques, les archives et les musées sont devenus des joueurs de premier plan dans l’édification des villes intelligentes. C’est dans cet esprit que BAC, Ottawa 2017 et l’Université d’Ottawa se sont associés pour organiser une conférence d’une journée intitulée Villes intelligentes : Imaginer la région de la capitale nationale, qui s’est tenue le 13 mars 2017. Les conférenciers ont discuté de l’économie des villes intelligentes, des tendances à l’échelle internationale, de culture et d’éducation, ainsi que de qualité de vie.

BAC, c’est… vous!

De plus en plus de Canadiens souhaitent participer au partage et à la préservation de leur histoire. BAC veut donc saisir cette formidable occasion et leur procurer les moyens d’y parvenir. Grâce aux activités d’externalisation (ou numérisation participative) et à d’autres innovations rendues possibles par les technologies du 21e siècle, non seulement les citoyens peuvent aujourd’hui être en contact avec leur passé, mais ils peuvent aussi le rendre plus vivant.

L’externalisation à BAC

A general statement and report relative to the disturbances in the Indian territories of British North America

A general statement and report relative to the disturbances in the Indian territories of British North America, 1818 [un énoncé général et un rapport qui porte sur les perturbations dans les terres autochtones de l’Amérique du Nord britannique, 1818] Source : Bibliothèque et Archives Canada, e000007974

La Fédération des Métis du Manitoba a célébré, en juin 2016, le 200e anniversaire de la bataille de la Grenouillère (aussi appelée « bataille de Seven Oaks »), qui a marqué l’émergence de la Nation métisse. Désirant contribuer à cette commémoration, BAC a mis en place un outil de transcription participatif et a choisi le rapport Coltman comme document à transcrire. Rédigé en 1818 par William Coltman, un éminent avocat, ce rapport constitue une enquête sur la bataille de la Grenouillère. Il représente, encore aujourd’hui, l’une des meilleures sources d’information concernant la guerre liée à la traite des fourrures et demeure un document clé de l’histoire de la Nation métisse.

Les 534 pages du rapport manuscrit ont été transcrites en moins d’un mois par d’enthousiastes membres du public. Une version PDF (en anglais) entièrement consultable du document est maintenant disponible dans la base de données de BAC. Avant cette réalisation collective, les chercheurs devaient se rendre au Centre de préservation de BAC à Gatineau pour consulter le rapport.

Le Numéri-Lab est maintenant ouvert

Le tout nouveau laboratoire ouvert de BAC, un endroit où se réunir et travailler en commun, est en fait un atelier numérique de type makerspace, offrant un accès libre à de l’équipement de numérisation et à des outils de description. Les usagers peuvent s’en servir pour numériser les documents qui leur semblent importants. L’atelier est ouvert à toute personne — particuliers, organismes, groupes communautaires, chercheurs universitaires, généalogistes, etc. — qui soumet un projet retenu. La formation requise pour utiliser l’équipement de numérisation à haute résolution est aussi offerte gratuitement.

Grâce au Numéri-Lab, les usagers peuvent numériser les documents de BAC utiles à leurs propres projets, puis les rendre accessibles à d’autres en les diffusant en ligne. Cette initiative contribuera à faire progresser la recherche, à favoriser les découvertes et à garantir un large accès au patrimoine documentaire canadien : ce sont tous les Canadiens qui en profiteront.

Le Numéri-Lab a ouvert ses portes en mars 2017, au 395, rue Wellington, à Ottawa.
Source : Bibliothèque et Archives Canada

Comités

(À jour au 31 mars 2017)

Conseil de direction de BAC

Hilary Morgan, chef de cabinet

Guy Berthiaume, bibliothécaire et archiviste du Canada

Duncan Cameron, avocat général

Renee Harden, directrice générale des Communications

Hervé Déry, sous-ministre adjoint, Services corporatifs et dirigeant principal des finances

Normand Charbonneau, sous-ministre adjoint et chef de l'exploitation

Linda Savoie, secrétaire générale

Amis de Bibliothèque et Archives Canada

Conseil d’administration

Marianne Scott

Présidente

Kathleen Shaw Vice-présidente
Michael Gnarowski Trésorier
Georgia Ellis Secrétaire
Ron Cohen Président sortant
Peggy Atherton  
Hélène Cayer  
Monique Dupré  
Derek Ellis  
Barbara Hicks  
Grace Hyam  
Carrol Lunau  
Donald Meakin  
Wanda Noel  

Représentant spécial

Norman Barwin

Président du Conseil de la collection Jacob M. Lowy

Observateur

Guy Berthiaume Bibliothécaire et archiviste du Canada

Comité consultatif sur les acquisitions

Président
Normand Charbonneau Bibliothèque et Archives Canada
Membres d’office
Pierre Gamache Bibliothèque et Archives Canada
Chantal Marin-Comeau Bibliothèque et Archives Canada
Robert McIntosh Bibliothèque et Archives Canada
Membres
Catherine Arseneau Institut Beaton
Gwen Bird Université Simon Fraser
Tim Cook Musée canadien de la guerre
Michèle Dagenais Université de Montréal
Victoria Dickenson Bénévole
Anne Dondertman Université de Toronto
Robin Jarvis Brownlie Université du Manitoba
Michel Lalonde Université d'Ottawa
Michel Lessard Agriculture et Agroalimentaire Canada
Ian Milligan Université de Waterloo
Marianne Scott Amis de BAC

Comité consultatif sur les services

Présidente
Johanna Smith Bibliothèque et Archives Canada
Membre d’office
Renee Harden Bibliothèque et Archives Canada
Membres
Inge Alberts Université d’Ottawa
Alison Blackburn Bibliothèque publique d’Ottawa
Susan Brown Le Collaboratoire scientifique des écrits du Canada
Greg Donaghy Affaires mondiales Canada
Brett Lougheed Archives et Centre de recherche de l’Université de Winnipeg
Laura Madokoro Université McGill
Ry Moran Centre national pour la vérité et la réconciliation,
Université du Manitoba
David Obee Expert en généalogie
Anita Price Association des musées de la Nouvelle-Écosse
Claire Séguin Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Ryan Shackleton Know History
Pam Wright National Archives and Records Administration, Washington, États-Unis

Comité consultatif sur la programmation publique

Président
Guy Berthiaume Bibliothèque et Archives Canada
Membres d’office
Renee Harden Bibliothèque et Archives Canada
Johanna Smith Bibliothèque et Archives Canada 
Membres
Michel Filion Université du Québec en Outaouais
Daniel Lessard Journaliste et auteur
Danielle McDonald Bibliothèque publique d’Ottawa
Michel Prévost Université d’Ottawa et Société d’histoire de l’Outaouais
Stephen Quick Musée canadien de la guerre
Catherine Voyer-Léger Animatrice et auteure
Christopher Waddell Université Carleton
Leslie Weir Université d'Ottawa

Observatrices

Sara Grenier Bibliothèque et Archives Canada
Peggy Thériault Bibliothèque et Archives Canada

Comité consultatif externe du Programme pour les collectivités du patrimoine documentaire

Présidente
Jill MacMicken-Wilson Bureau des archives et des documents publics,
gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard
Membres
Kathryn Bridge

Musée royal de la Colombie-Britannique

Diana Davidson Direction des services aux bibliothèques publiques, gouvernement de l’Alberta
Carl F. Eisan Université de Moncton
André Gareau Université du Québec à Montréal
Charlotte Gray Université Carleton
Ry Moran Centre national pour la vérité et la réconciliation, Université du Manitoba

Comité consultatif sur les technologies de l’information

Président
Guy Berthiaume Bibliothèque et Archives Canada
Membres d’office
Hervé Déry Bibliothèque et Archives Canada
Surinder Komal Bibliothèque et Archives Canada
Membres
Dave Adamson Services partagés Canada
Annette Butikofer Agence du revenu du Canada
Ricardo Costa Weston Foods
Jennifer Dawson Secrétariat du Conseil du Trésor
Steve Pilkey Toyota Canada
John Rath-Wilson Gartner

Comité directeur des archives du Canada

Président
Fred Farrell Conseil des archivistes provinciaux et territoriaux
Membres
Carole Saulnier Association des archivistes du Québec
Carol Couture Association des archivistes du Québec
Luciana Duranti Association canadienne des archivistes
Jim Suderman Association canadienne des archivistes
Jacinthe Duval Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Heather Gordon Groupe de travail sur la stratégie de sensibilisation
Lara Wilson Conseil canadien des archives
Christina Nichols Conseil canadien des archives
John Roberts Conseil des archivistes provinciaux et territoriaux
Guy Berthiaume Bibliothèque et Archives Canada
Normand Charbonneau Bibliothèque et Archives Canada
Kim Lawson Université de la Colombie-Britannique
Martine Cardin Université Laval
Erica Hernandez-Read Université du Nord de la Colombie-Britannique
Patricia Forget Université du Québec en Outaouais
Kathryn Harvey Université de Guelph
Secrétariat
Heather Husby-Wall Bibliothèque et Archives Canada

Conférence des archivistes national, provinciaux et territoriaux

Coprésidents
Guy Berthiaume Bibliothèque et Archives Canada
Leslie Latta Alberta
Membres
Edward Atkinson Nunavut
Patti Bannister Nouvelle-Écosse
Ian Burnett Yukon
Fred Farrell Nouveau-Brunswick
Scott Goodine Manitoba
Hélène Laverdure Québec
Jill MacMicken-Wilson Île-du-Prince-Édouard
Linda McIntyre Saskatchewan
Ian Moir Territoires du Nord-Ouest
John Roberts Ontario
Greg Walsh Terre-Neuve-et-Labrador
Angela Williams Colombie-Britannique
Lara Wilson Conseil canadien des archives
Secrétariat
Heather Husby-Wall Bibliothèque et Archives Canada

Forum des partenaires

Président
Guy Berthiaume Bibliothèque et Archives Canada
Membres
Carole Saulnier Association des archivistes du Québec
Anne Dumont Association des archivistes du Québec
Luciana Duranti Association canadienne des archivistes
Jim Suderman Association canadienne des archivistes
Carole Urbain Association pour l’avancement des sciences
et des techniques de la documentation
Martha Whitehead Association des bibliothèques de recherche du Canada
Susan Haigh Association des bibliothèques de recherche du Canada
Lara Wilson Conseil canadien des archives
Christina Nichols Conseil canadien des archives
Donna Bourne-Tyson Fédération canadienne des associations de bibliothèques
Paul Takala Fédération canadienne des associations de bibliothèques
Joan Sangster Société historique du Canada
Michel Duquet Société historique du Canada
Manon Blanchette Association des musées canadiens
John G. McAvity Association des musées canadiens
Maureen Sawa Conseil des bibliothèques urbaines du Canada
Jefferson Gilbert Conseil des bibliothèques urbaines du Canada
Leslie Weir Association des bibliothèques de l’Ontario
Shelagh Paterson Association des bibliothèques de l’Ontario
Ron Knowling Conseil provincial et territorial des bibliothèques
Diana Davidson Conseil provincial et territorial des bibliothèques

Dépenses de BAC en 2016-2017

Dépenses totales : 124,39 M $

 

  • Version textuelle
    • 6 % Gestion des documents gouvernementaux
    • 11 % Acquisition et traitement du patrimoine documentaire
    • 12 % Préservation du patrimoine documentaire
    • 23 % Gestion des installations d'entreposage
    • 22 % Accès au patrimoine documentaire
    • 4 % Gestion de l’information et des technologies
    • 4 % Communications
    • 18 % Services internes

L’année en chiffres, 2016-2017

113 788 007
visites du site Web

8 033 794
pages de documents gouvernementaux rendues disponibles 

26 155
questions auxquelles les services de référence ont répondu 

9 100 000
images numérisées

122 075
publications recueillies en vertu du dépôt légal 

137
nouvelles acquisitions d’archives privées 

40
institutions patrimoniales privées soutenues financièrement 

102
pièces prêtées à des musées

170
visites guidées du Centre de préservation

Date de modification :