Instructions : Glossaire visuel des six étapes de dégradation des négatifs en acétate de cellulose

Sur cette page

Identification

À l’œil nu, l’acétate de cellulose est difficile à distinguer des autres types de pellicules. Divers indices permettent de l’identifier : l’inscription « Safety »Note en bas de page 1 sur la bordure du négatif, la présence d’encoches codées dans le coin supérieur droit du négatif (émulsion vers le haut), la date, le test de polarisation (voir la section « Visionneuse polarisante ») et l’essai destructif (p. ex. test à la diphénylamine, test de flottaison et test de combustion).

Bordures de plusieurs négatifs

Dégradation

  • Le processus de dégradation de la pellicule en acétate de cellulose comporte six étapes.
  • Règle générale, jusqu’à la troisième étape, tous les détails de l’image demeurent bien lisibles, et on peut reproduire le négatif.
  • Aux étapes quatre, cinq et six, la lisibilité de l’image diminue. On recommande alors de numériser le négatif avant que l’image ne disparaisse, et de le conserver en chambre froide avant qu’il ne se dégrade davantage. Si la dégradation est trop avancée, on recommande de détruire le négatif.
  • Comme les dommages peuvent toucher le négatif de façon inégale, on recommande d’en examiner l’endroit le plus atteint afin de déterminer à quelle étape de dégradation il se situe.

Étape 1

  • L’image est bien lisible.
  • Aucune dégradation n’est apparente.
  • On peut utiliser des languettes de détection d’acide, appelées A-D StripsNote en bas de page 2, pour évaluer le degré de dégradation.
trois négatifs sans dégradation

Étape 2

  • L’image est toujours lisible.
  • On décèle une odeur de vinaigre (acide acétique)Note en bas de page 3.
  • Le bord du négatif commence à s’incurver.
trois négatifs légèrement incurvés

Étape 3

  • L’image est toujours lisible.
  • L’odeur de vinaigre (acide acétique) est bien présente.
  • Le négatif commence à se racornir et devient friable.
trois négatifs légèrement incurvés et jaunis
plusieurs négatifs avec colorations bleue ou rose

Étape 4

  • L’image est lisible.
  • Le négatif se déforme.
  • L’odeur de vinaigre (acide acétique) est bien présente.
deux négatifs déformés

Étape 5

  • L’image n’est plus nécessairement lisible.
  • L’odeur de vinaigre (acide acétique) est forte.
  • Des boursouflures et des dépôts cristallins se forment entre les couches du négatif.
quatre négatifs avec boursouflures

Étape 6

  • L’image n’est plus nécessairement lisible.
  • L’odeur de vinaigre (acide acétique) est très forte.
  • Des stries se forment sur les deux côtés du négatif (émulsion et support).
quatre négatifs avec stries
 
huit négatifs avec stries

Bibliographie

Bennett, Karen L. et Jessica S. Johnson. « Identification of Film-Base Photographic Media  », dans National Park Service Conserve O Gram, no 14/9, 1999.

Fischer, Monique. « A Short Guide to Film Base Photographic Materials: Identification, Care, and Duplication  », dépliant technique du Northeast Document Conservation Center (NEDCC), mis à jour en juillet 2012.

Reilly, James M. « IPI Storage Guide for Acetate Film  », Rochester, New York, Image Permanence Institute, Rochester Institute of Technology, 1993.

Valverde, María Fernanda. « Photographic Negatives: Nature and Evolution of Processes  », Rochester, New York, Image Permanence Institute, Advanced Residency Program in Photograph Conservation, 2005.

Remerciements

Tania Passafiume
Restauratrice en chef des documents photographiques

Emma Hamilton-Hobbs
Archiviste

Eli Eaton
Archiviste

Tom Thompson
Spécialiste de la production multimédia

Louise Pedneault
Révision française

Nos remerciements particuliers à Janet Kepkiewicz.

Date de modification :