Résumés des discours des conférenciers : Sommet sur la valeur des bibliothèques, archives et musées

 

Résumé du discours principal : Faire l’histoire en 2017

Charlotte Gray

Alors que nous approchons du 150e anniversaire de la Confédération, comment nous assurer que les célébrations s’appuieront autant sur la recherche que sur les sentiments?

Résumé de l'atelier interactif : Mise en contexte

Patrice Landry

Définir la valeur dans le contexte des institutions culturelles est une tâche difficile ; tandis que le concept de «valeur» est étroitement lié aux notions de «bénéfices» et d’«impact», la véritable problématique est de savoir ce qui est évalué et selon quels critères s’opère l’évaluation. Comment définir, par exemple, un «avantage» pour l'agence gouvernementale en charge du financement, pour les acteurs concernés ou pour le public en général, et selon quels critères. La valeur peut être aussi associée à l’«importance» d'une institution particulière - par exemple, quelle est l'importance des institutions culturelles nationales dans l’ordre de priorités d’un gouvernement fédéral? Comment ces institutions sont-elles perçues et soutenues par le public? L’ «importance» d'une institution culturelle est déterminée par la légitimité et le soutien qu'elle reçoit, qui sont eux-mêmes conditionnés par la capacité de l’institution de produire adéquatement les «bénéfices» et les «impacts» attendus. Ce qui est véritablement en jeu est la capacité des institutions culturelles de fournir les résultats et attestations permettant de démontrer ces « preuves de valeur».

L’objectif de cette présentation est d'aborder ces questions de valeur dans les institutions culturelles en se basant sur un projet de recherche qui étudie la notion de valeur des bibliothèques nationales globalement pour rendre compte de toutes les facettes que peut englober la notion de création de valeur. Plus précisément, la présentation montrera comment les résultats d’activités des bibliothèques nationales, leur philosophie de gestion, leurs valeurs fondamentales institutionnelles, ainsi que la perception de la valeur de la bibliothèque que peut avoir la population de la nation (utilisateurs et non-utilisateurs de la bibliothèque) peuvent être pris en compte dans un cadre conceptuel de la valeur.

Mark O'Neill

Alors que nous vivons à une époque marquée par la collaboration – coconservateur, coauteur, cocréateur – où chacun, essentiellement, devient une autorité en la matière, sommes-nous à une étape où nous n’avons plus besoin de contenus rédigés par des experts ni d’artefacts authentiques? Par ailleurs, est-ce les bibliothèques, les centres d’archives et les musées qui, tout simplement, s'adaptent à la dernière vague de révolutions technologiques?

Vous conviendrez tous du fait qu’il est primordial, pour assurer le succès des bibliothèques, des centres d’archives et des musées d’aujourd’hui, de nous prévaloir des avantages du numérique, car il comporte de nouvelles et précieuses possibilités, propices aux échanges qui, de surcroît, auront une plus grande portée.Toutefois, la collection et la préservation de la culture matérielle, des fonds d’archives, des documents de bibliothèque et de nombreux autres aspects de notre patrimoine tangible demeurent une responsabilité de taille pour les institutions de mémoire.

Résumé de l'atelier 1 - Créer de la valeur grâce à l'innovation et à des partenariats non traditionnels

Maureen Sawa

Les bibliothèques, les archives et les musées sont investis de propositions de valeur uniques : ils existent pour servir leurs communautés et contribuer au bien public. Grâce à leurs collections organisées en de vastes réseaux physiques et numériques, ils incarnent et véhiculent les valeurs d’accessibilité et d’apprentissage permanent. Leurs forces communes – notamment l’expertise des bibliothécaires, des archivistes et des conservateurs – sont déterminantes pour assurer leur succès futur. Forts de la confiance et de la reconnaissance que leur confèrent leurs secteurs d’activités, ces institutions collaborent dans des contextes parfois surprenants, ce qui génère pour leurs communautés des avantages parfois imprévus.

Cet atelier examinera quelques projets intersectoriels exemplaires qui réunissent des bibliothèques, des archives et des musées canadiens et qui donnent vie au patrimoine, célèbrent la culture locale et permettent à de nouveaux clients de prolonger encore plus leur apprentissage permanent.

Marie Chapman

Le résumé de la présentation n'est pas disponible. 

Victoria Dickenson

Des partenariats inattendus et des voies surprenantes s’offrent à nous lorsqu’on envisage les musées comme étant des institutions publiques au service de la société. Nous examinerons ici trois études de cas portant sur la façon dont nous pouvons tirer parti du statut unique des musées pour mettre en commun les ressources du secteur public et du milieu universitaire afin de répondre aux besoins des communautés; et nous verrons comment nous pouvons en tirer des stratégies novatrices pour atteindre nos objectifs.

Si nous considérons les musées comme des chefs de file dans l’établissement de partenariats avec les organismes communautaires et le milieu universitaire, les résultats obtenus seront étonnants, et nous découvrirons ainsi les occasions manquées.

Liz White

La British Library – la bibliothèque nationale du Royaume-Uni – est l’une des plus grandes bibliothèques de recherche au monde. Ses services de référence de classe mondiale viennent en aide tant à la communauté scientifique qu’aux milieux de l’enseignement, de la recherche et des affaires. Elle offre aussi un accès sans pareil à la plus imposante collection de recherche qui soit.

Cette collection, dont les débuts remontent à plus de 250 ans, renferme plus de 150 millions d’articles représentant toutes les époques de la civilisation depuis l’invention de l’écriture. On y trouve livres, revues, manuscrits, cartes, timbres, musique, brevets, photographies, journaux et enregistrements sonores, dans toutes les langues écrites et parlées.

L’atelier portera sur la vision de la British Library, qui consiste à rendre le patrimoine intellectuel accessible à tous – qu’il s’agisse d’usagers fréquentant la bibliothèque par pur plaisir, pour y faire des recherches ou pour y trouver l’inspiration. Nous parlerons aussi des mesures prises par l’institution pour offrir une valeur ajoutée au public. Nous aborderons ensuite les méthodes employées pour définir et mesurer la valeur, ainsi que les étapes ayant mené à l’élaboration de notre orientation générale.

Enfin, nous présenterons des partenariats locaux, nationaux et internationaux, dont le Knowledge Quarter (un projet interdisciplinaire regroupant plus de 80 institutions dans King’s Cross, à Londres) et le Living Knowledge Network (un projet réunissant trois bibliothèques nationales et 21 bibliothèques publiques d’envergure).

Résumé du discours principal : Simon Brault

Le 21e siècle présente une myriade de défis et de possibilités en ce qui a trait à la création et aux échanges dans le domaine des arts et de la culture. La mondialisation, l’évolution des caractéristiques démographiques et les technologies numériques transforment notre société, et nous obligent, en tant qu’organismes, à être plus alertes. Toutefois, avec ces virages viennent aussi des possibilités grâce auxquelles, si nous sommes disposés à les saisir, nous pouvons nous doter d’une valeur ajoutée et aller bien au-delà de notre mémoire collective pour façonner notre avenir.   

Simon Brault, directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada — le bailleur de fonds dans le domaine des arts au Canada — dirige le Conseil alors que l’organisme entreprend une transformation à grande échelle afin de mieux soutenir les artistes du 21e siècle de sorte que les arts exerceront plus d’influence sur la société. M. Brault relatera les expériences du Conseil à ce jour, et il fera ressortir divers moyens que nous pouvons employer pour, ensemble, nous donner un élan et jouer un rôle plus important dans le domaine des arts et de la culture dans la vie des Canadiens.

Résumé du discours principal : Andrew Tessler

Depuis quelques années, il devient de plus en plus nécessaire de démontrer la valeur des bibliothèques, des archives et des musées à des membres du gouvernement et à des intervenants clés. Les budgets serrés et les attentes toujours grandissantes suscitées par la nouvelle technologie pourraient être à l’origine de ce phénomène.

Nous pouvons établir la valeur économique de ces institutions à partir de leur impact (le produit intérieur brut) ou du bien commun. Nous allons explorer les caractéristiques propres à ces deux méthodes. Les travaux menés par Oxford Economics afin d’analyser la valeur de la British Library feront aussi l’objet d’une étude approfondie. Enfin, nous discuterons des leçons apprises grâce à ces travaux et à de récentes études canadiennes.

Résumé de l'atelier 2 - Créativité, innovation et collections des BAM

Derek Kwan

Comment le laboratoire d’inspiration de la Bibliothèque publique de Vancouver m’a aidé dans la réalisation de mon documentaire Taste of Identity. Le laboratoire m’a offert un lieu de collaboration où j’ai pu travailler sur mon film, avec des monteurs. La technologie et les ressources mises à ma disposition par le laboratoire m’ont aidé à réaliser le montage final du film. Taste of Identity a été présenté à divers festivals de cinéma et s’est mérité deux prix au Canada Shorts Film Festival. Taste of Identity a fait connaître mes œuvres, ce qui m’a donné la possibilité de participer à l’atelier Diverse Creators de la CBC destiné aux créateurs en émergence.

Eric Sze-Lang Chan

Le rôle des bibliothèques, des archives et des musées est plus essentiel que jamais à l’ère numérique, car les établissements du savoir suscitent la créativité de leurs utilisateurs, notamment des artistes. Un récemment participant à l’exposition À livre ouvert : Le livre accordéon vu par des artistes internationaux de Bibliothèque et Archives Canada. Mr. Chan expliquera comment les institutions nationales ont inspiré sa démarche et pourquoi ces espaces de création à part entière sont beaucoup plus que des lieux d’exposition ou de recherche.

Michael Wallace

M. Wallace nous parlera de deux projets :

  1. Le monde se souvient : Ce projet de commémoration, de sensibilisation et de réconciliation est présenté depuis 2014 pour souligner le centenaire de la Première Guerre mondiale. Conçu en 2011, il se poursuivra jusqu’en 2018. La discussion portera sur l’état des archives nationales dans 14 pays en lien avec Le monde se souvient, ainsi que sur les difficultés de nature politique et pratique survenues au moment de colliger des données exactes et exhaustives sur la Première Guerre. L’expérience révèle que les archives sont parfois perçues comme l’unique reflet de l’histoire d’un peuple, un point de vue qui présente ses avantages et ses inconvénients.
  2. Legend Library au musée du théâtre canadien (Theatre Museum Canada) : Dédier un musée à une forme d’art éphémère, voilà une idée stimulante! L’histoire de notre théâtre repose sur les artistes et les techniciens qui lui donnent vie. Afin de mettre leur travail en lumière, le projet Legend Library nous présente, dans un contexte muséal, des entrevues en ligne avec des acteurs, réalisateurs, auteurs, concepteurs, producteurs, compositeurs, directeurs artistiques, coupeurs, régisseurs de plateau et autres artisans du milieu. Comme ces entrevues ont une durée de vie relativement courte comparativement à celle des artefacts traditionnels, elles révèlent la nature éphémère des traces laissées par l’art.

Pam Wright

Aux États-Unis, la National Archives and Records Administration (NARA) cherche sans cesse des moyens novateurs pour susciter la créativité et mobiliser les citoyens par l’entremise de ses documents. Rien n’est négligé pour atteindre le public là où il se trouve et inspirer de nouvelles idées, qu’il s’agisse d’éléments virtuels, de formats d’échange graphique ou de réunions du NaNoWriMo, le National Novel Writing Month. Durant cet atelier, Pamela Wright parlera des plus récents projets d’innovation et de mobilisation mis de l’avant par son institution. 

Résumé du discours principal : Donna Livingstone

Le résumé de la présentation n'est pas disponible.

Résumé de l'atelier 3 - Mesure de la valeur des BAM au Canada

Vickery Bowles

Les bibliothèques, les musées et les archives publiques sont des agents de transformation. De fait, ils contribuent à transformer les personnes, les collectivités et les villes. Ils favorisent l’accessibilité, les occasions et l’établissement de liens, et, grâce aux dernières technologies, ces avantages sont dorénavant possibles, alors qu’ils étaient auparavant inconcevables. Ils procurent les ingrédients essentiels et énergisants qui rendent les villes plus intelligentes. Ce sont d’importants catalyseurs capables de réveiller le pouvoir individuel et collectif de chacun des citoyens de ces villes.

Ces institutions animent leur espace physique, et leur programmation vise à intégrer et à englober une vaste gamme d’activités, tant culturelles que pédagogiques. L’avenir pourrait même conférer encore plus de potentiel aux bibliothèques, aux musées et aux archives publiques qui travaillent en étroite collaboration, de sorte qu’ils tirent pleinement parti du croisement de la culture, des apprentissages et de la technologie afin de réinventer leurs services de manière novatrice, créative et tournée vers l’avenir.

Paul Gilbert

Les organisations traditionnelles devront sortir des sentiers battus pour ce qui est du patrimoine et de la culture au Canada. Mais jusqu’à quel point devront-elles s’avancer en territoire inconnu? De quoi cette quête pourrait-elle bien avoir l’air? Notre équipe s’emploie actuellement à former des collaborations particulièrement intéressantes avec une panoplie de joueurs insoupçonnés susceptibles d’élargir notre perspective quant au fonctionnement des réseaux et des collaborations en pleine émergence. Pendant 11 ans, un partenariat entre BC Ferries et Parcs Canada, organisé et géré par une petite entreprise privée, a donné lieu, durant l’été, à un programme d’éducation publique intitulé Programme des naturalistes côtiers offert sur les principales routes de traversiers naviguant autour des îles Gulf.

Le succès du programme a amené les partenaires à demander une prolongation de la stratégie. Le mandat : un accroissement intense de la portée et de la mobilisation; un accès 365 jours par année et, vous ne le croirez peut-être pas, il fallait trouver de nouvelles sources de financement. La stratégie proposée, maintenant à la fin de l’étape de planification, comportera possiblement l’ajout de deux musées partenaires, du soutien par l’entremise de la responsabilité sociale d’entreprises et des donateurs privés. Le programme s’étendra de manière à inclure plus de points où les visiteurs pourront participer, agrémentés d’activités d’interprétation, d’expositions et de kiosques traditionnels et d’un programme reposant sur les médias numériques, le tout rehaussé d’expériences concrètes offertes à bord de presque toutes les traversées assurées par BC Ferries. Cette initiative conjointe novatrice et ambitieuse donne un aperçu des activités palpitantes que l’on peut organiser quand on sort des sentiers battus.

John Roberts

Le concept de la valeur sous-tend l'unification de diverses filières de la pratique archivistique. La notion de la valeur que l'on peut retirer de la création et de l'utilisation de documents justifie l'évaluation et la gestion des archives, ainsi que les régimes d'accès. Malheureusement, les décisions au sujet de l'acquisition, de la préservation et de l'accès se prennent trop souvent en vase clos et sont perçues comme l'exercice d'une saine pratique professionnelle, au lieu d'un outil appuyant la valorisation. Quand, dans les centres d'archives, on met l'accent sur la valeur, il en résulte également la découverte de nouveaux auditoires et modes d'utilisation : tendre vers une valeur optimale ne signifie pas seulement maximiser l'utilisation qu'en font les milieux de la recherche existants. Par ailleurs, pour les nombreux centres d'archives aussi concernés par les pratiques courantes en matière de gestion de l'information, la perspective de la valeur aide à incorporer les intérêts de l'organisme créateur de documents à ceux de la communauté externe : les intérêts personnels et l'intérêt général. La présentation porte sur l'application de cette approche aux Archives publiques de l'Ontario, et sur ses incidences sur la proposition de valeur de l'institution eu égard à ses divers intervenants.

Date de modification :