Gilles Maurice Leclerc

Depuis son enfance, Gilles Maurice a baigné dans la musique grâce à son père qui écoutait régulièrement de l’opéra. Plus de 35 ans ont passé depuis qu’il a posé pour la première fois les mains sur un orgue. 
La force de cet instrument, sa couleur et sa palette sonore l’ont tout de suite impressionné.

Photographie de Gilles Maurice Leclerc

Gilles Maurice Leclerc est un organiste, compositeur d’œuvres pour chœur et compositeur de musique liturgique. Sa passion pour l’orgue remonte à son enfance : « Un petit orgue à la maison m’a permis de songer à jouer de l’orgue à la paroisse Saint-François-d’Assise, à Ottawa. Voilà que depuis 40 ans, j’y suis aux claviers le dimanche matin. »

Le corpus de Gilles Maurice compte plus de 50 œuvres pour orgue et piano, de la musique de chambre, plusieurs messes et cantiques, et quelque 25 œuvres pour chœur.* Dire qu’à ses débuts comme organiste, il ne savait pas lire les notes, devant plutôt se fier à ses oreilles et à sa mémoire… Cette méthode lui a d’ailleurs joué des tours : lors d’une messe, il a déjà complètement oublié l’air d’un cantique! À 17 ans, il a donc appris à lire la musique, ce qui l’a amené à approfondir ses connaissances en musique à l’Université d’Ottawa.

Photographie de Gilles Maurice Leclerc jouant de l'orgue

Gilles Maurice est membre du Collège royal canadien des organistes depuis 35 ans. De 2010 à 2012, il en a été le 50e président. En reconnaissance de son apport au Collège et à la musique canadienne, l’établissement lui décernera un Fellow Diploma (FRCCO) honoris causa lors de son congrès national tenu à Montréal cet été.

Gilles Maurice a pu faire rayonner son talent à Bibliothèque et Archives Canada (BAC), qui possède sa propre chorale. Tout a commencé lors d’une journée portes ouvertes à Place de la Cité. Avec ses collègues Rachelle Chiasson-Taylor et Joseph Trivers, Gilles Maurice a interprété une pièce conservée dans la collection de BAC, pour laquelle ils avaient formé ce petit chœur. Tout s’est si bien passé qu’ils ont eu l’idée de fonder une chorale à BAC, à l’instar de plusieurs autres ministères et organismes fédéraux. « Nous avons présenté deux concerts par année : au printemps et dans le temps des Fêtes. Quant à l’avenir, mon objectif premier est de préparer la relève. D’ici là, nous pensons toujours au prochain concert. Nos concerts du temps des Fêtes, présentés à Place de la Cité et au 395, rue Wellington, ont été très appréciés, et le chœur est toujours touché par les remerciements que nous offre M. Berthiaume au nom de BAC. »

La passion de Gilles Maurice pour la musique trouve aussi un écho dans son travail. Ce qu’il préfère? Le contact avec des documents d’archives ayant trait à la musique. À son grand plaisir, il aura l’occasion de travailler avec sa collègue Rachelle Chiasson-Taylor sur le fonds Hubert Bédard, nouvellement acquis : « Chose étonnante, à la fin des années 1950, Hubert Bédard fut organiste à l’église Saint-François-d’Assise où je joue régulièrement. Un petit monde! » Bref, Gilles Maurice pourra mettre ses connaissances en musique au service des Canadiens qui consulteront ces précieux documents.

* Plusieurs de ces pièces sont sur YouTube. Gilles Maurice a signé plusieurs œuvres destinées à la liturgie catholique francophone. Il a aussi été invité à composer une messe pour le 150e anniversaire de la paroisse Saint-Patrick d’Ottawa. Un premier livre de psaumes, paru l’automne dernier, s’ajoute aux œuvres de Gilles Maurice figurant déjà au catalogue de BAC. Son premier CD a figuré parmi les dix meilleurs enregistrements de musique classique de 2005, selon le critique Richard Todd du Ottawa Citizen.

Date de modification :