ARCHIVÉ – Plan triennal de 2019 à 2022

Nous avons archivé cette page et elle ne sera plus mise à jour.

Vous pouvez la consulter à des fins de recherche ou à titre de référence.

Vous êtes dans nos plans

Nous demandons aux Canadiens de partager leurs idées et leurs suggestions par courriel et sur PlaceSpeak, une plateforme d'échange en ligne afin de nourrir la préparation de notre plan triennal 2019-2022. Après avoir entrepris une série de rencontres de réflexion et d'échanges avec nos intervenants et nos employés, et nous sommes maintenant prêts à élargir la discussion.

Votre rétroaction nous aidera à élaborer le document qui guidera les actions de l'institution au cours des trois prochaines années. Le plan sera rendu public à l'hiver 2019.

Pour assurer une cohérence et une continuité dans nos opérations, dans nos engagements et nos relations avec nos intervenants, on s'inspirera des grandes priorités qui ont guidé le Plan triennal de 2016-2019. Vous pouvez lire le résumé de l'analyse de l'environnement, préparée par l'équipe de Recherche et politiques stratégiques de BAC en vue des consultations.

Pour savoir comment nous protégeons la confidentialité de vos renseignements durant cette consultation, lisez notre énoncé de confidentialité.

  • Énoncé de confidentialité : Notre patrimoine, notre avenir : plan triennal de Bibliothèque et Archives Canada

    Le gouvernement du Canada et Bibliothèque et Archives Canada (BAC) s'engagent à protéger les renseignements personnels des personnes qui visitent leurs sites Internet et qui participent aux consultations telles que celle-ci, pour notre plan triennal. La participation à cette consultation est volontaire et votre acceptation ou votre refus d'y participer n'aura aucune incidence sur votre relation avec BAC ou le gouvernement du Canada.

    PlaceSpeak héberge le site de participation en ligne pour cette consultation. Avant de vous inscrire, veuillez examiner attentivement l'énoncé de confidentialité de PlaceSpeak.

    Si vous avez des questions ou des commentaires concernant le présent énoncé de confidentialité ou l'application de la Loi sur la protection des renseignements personnels, veuillez les transmettre par courriel ou par téléphone à :

    Coordonnateur – Accès à l'information et protection des renseignements personnels

    Téléphone : 613-996-5115 ou 1-866-578-7777

    Courriel : bac.daiprp-atipd.lac@canada.ca

    Si vous estimez que vos renseignements personnels n'ont pas été protégés adéquatement, vous pouvez communiquer avec le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada par téléphone au 1‑800‑282‑1376 ou en consultant la page pour communiquer avec le Commissariat.

Communiquez vos idées

  • Visitez PlaceSpeak pour vous exprimer sur notre avenir à court et à plus long terme.
  • Suivez @BiblioArchives ou envoyez des tweets au moyen du mot-clic #NotrePatrimoineNotreAvenir.
  • Envoyez un message à bac.consultations.lac@canada.ca pour exprimer vos idées et suggestions.

Qui peut contribuer?

Nous voulons entendre tous les Canadiens.

Principales questions à débattre

  • Qu'attendez-vous de votre bibliothèque nationale et de vos archives nationales?
  • Quelles tendances – sociétales, technologiques, démographiques ou autres – devraient influencer Bibliothèque et Archives Canada au cours des trois à cinq prochaines années? Pourquoi?
  • Sur quelles activités Bibliothèque et Archives Canada devrait-il se concentrer? Pourquoi ?

Ce que nous avons entendu jusqu'à présent : rencontres avec nos intervenants

Nous avons tenu 9 rencontres avec des intervenants depuis le début de 2018. Lisez un bref résumé de chacune de ces séances.

  • 16 mars : Comité consultatif sur les services

    Améliorer les services « en personne »

    Parmi les idées émises, les membres du comité ont discuté de l'importance d'être ouvert au public et de s'approcher de ses clients en travaillant directement avec eux. Pour s'y faire, on a suggéré de fournir des points d'accès dans les bibliothèques publiques, aménager des espaces ouvertes pour tous ainsi que de penser à différents niveaux d'accès pour chaque type de client. Ceux-ci ont aussi élaboré sur l'importance de la mise en valeur de l'expertise du personnel de BAC. Selon le comité, l'accessibilité aux experts permettrait aux clients de mieux comprendre le contexte de création des documents. Cette expertise pourrait être complémentée par l'expertise externe provenant des spécialistes qui aideraient à décrire certaines collections.

    Objectifs de numérisation de BAC dans les prochaines années

    Outre les collections demandant un plus grand financement en terme de numérisation, le comité note l'importance de numériser le patrimoine documentaire autochtone même si celui-ci ne fait pas partie de la collection de BAC. Certains ont suggéré l'élaboration d'une « stratégie culturelle autochtone nationale » afin de numériser les documents autochtones. L'importance de la numérisation des instruments de recherche a aussi été soulevée, celle-ci étant cruciale pour les chercheurs à l'extérieur de la capitale-nationale qui utilisent ces instruments pour se renseigner sur les collections. Dans un autre ordre d'idées, certains membres du comité ont proposé de sonder le public, via les médias sociaux, dans le but d'avoir leurs opinions sur ce qu'ils aimeraient voir être numérisé. Finalement, plusieurs ont noté le défi que pose les renseignements personnels contenus dans les collections à numériser, un défi nécessitant plusieurs ressources afin de ne pas compromettre la vie privée des gens.

    La présence de BAC en ligne et à travers les expositions

    Tenant compte de la possibilité d'utiliser des plateformes externes telles que Google Cultural Institute, Flickr, Instagram et Wikipédia, le comité a insisté sur l'importance de présenter les collections en ligne sur le site web de BAC. En effet, si l'on s'inspire des plus récentes technologies comme la recherche prédictive, on peut améliorer l'expérience utilisateur afin que le site web de BAC soit la première source de consultation de la clientèle. Pour s'y faire, BAC devra développer une stratégie afin de rejoindre le plus grand nombre de clients sur les plateformes en ligne. Selon les membres du comité, cette approche permettrait à BAC de devenir une institution à la fois numérique, mais qui peut aussi offrir des services en personne. Bref, que ce soit par le biais d'exposition ou de programme démontrant les documents originaux, BAC a l'opportunité de jouer un rôle éducatif auprès de la population canadienne.

  • 12 avril : Nos employés et intervenants à Vancouver

    Le public de BAC

    La transformation des services dans les régions donne plus de vitalité aux services aux Canadiens localement. La cohabitation avec VPL va certainement élargir la clientèle qui perçoivent la bibliothèque publique comme un espace neutre, contrairement à une institution gouvernementale.

    Plusieurs participants s'entendent sur le fait que les clients qui participent au crowdsourcing sont plus engagés. Selon eux, BAC devrait cibler les milléniaux (exemple d'Inspiration Lab, à VPL), penser à une programmation publique qui présente la bibliothèque comme un espace de vie. Pour BAC Vancouver, il existe une corrélation entre BAC et une bibliothèque publique d'où l'importance d'une programmation publique conjointe. De plus, BAC pourrait jouer un rôle à aider des communautés à gérer et préserver leur propre patrimoine documentaire, sans forcément les cibler comme clients potentiels.

    BAC comme leader 

    Plusieurs participants ont exprimé leur désir de voir BAC joué un rôle de leadership dans certains dossiers, qui se traduit par un rôle de coordonnateur au niveau national. Ce rôle de leadership est requis dans des dossiers tels que : la décolonisation des descriptions, l'acquisition des documents publiés, la numérisation. BAC pourrait aussi prendre part aux discussions sur les fausses nouvelles, la protection des données personnelles, etc.

    L'importance des partenariats

    Les participants ont souligné à maintes reprises l'importance des partenariats et de la collaboration pour BAC, dans l'esprit de partager des ressources avec d'autres institutions, et aussi faire partie de la communauté GLAM. La collaboration est d'autant plus importante dans les régions. D'ailleurs, le fait de positionner BAC au sein de Vancouver Public Library (VPL) à Vancouver, et de Pier 21 à Halifax aide à faire tomber les barrières pour rejoindre plus de clients. À cet effet, les employés de BAC à Vancouver se demandent sur le rôle actif qu'ils peuvent jouer à l'extérieur de la RCN.

    Défis : accès et changement de culture

    Les services de BAC sont méconnus. Le choix de thèmes nationaux (Canada 150, Réconciliation, etc.) aide BAC à participer à la discussion nationale et à promouvoir ses collections. Parallèlement, un bon accès aux ressources disponibles reste crucial. Cela se fait par le moteur de recherche sur le site web, mais aussi en dirigeant les clients vers d'autres sources analogues.

    Le besoin de changement de culture a été mentionné à plusieurs reprises. Des initiatives tel qu'avoir un wikipédien en résidence, ou d'ouvrir la description au crowdsourcing étaient constaté dans le passé.

    Évolution de la relation avec les clients

    Pour les professionnels de l'information, la modification de la relation avec nos clients représente une modification culturelle majeure. Le fait que des plateformes technologiques comme Digilab ou le crowdsourcing confèrent une part significative de l'autorité aux usagers est inquiétant ou « disruptive ».

    En plaçant cette évolution au cœur du prochain plan triennal, BAC aurait un effet d'entraînement profond pour tout le milieu canadien – et même international – de l'information.

  • 9 mai : Comité consultatif sur les acquisitions

    L'importance d'une approche collaborative pour l'acquisition

    Afin de déceler certaines lacunes de la collection de BAC, les membres du comité notent le besoin d'analyser régulièrement celle-ci, notamment pour le cas des archives privées. En effet, une analyse régulière de ces archives est nécessaire puisqu'elles ont des mécanismes d'acquisitions différents des autres composantes de la collection de BAC. De plus, on mentionne que certaines institutions documentaires au Canada ont d'excellentes collections sur des sujets variés qui seraient profitable pour les usagers de BAC. Ces différentes collections peuvent se trouver sur différentes plateformes telles que Archives Canada et Voilà. Cependant, plusieurs collections comme le patrimoine autochtone ne se retrouvent pas sur ces plateformes puisqu'elles demeurent avec leurs créateurs. Cette approche est bénéfique pour les collections puisqu'elles obtiennent le soutien et l'expertise de BAC pour préserver leur patrimoine.  

    Miser sur les avancées technologiques pour lier les collections

    Plusieurs membres du comité ont témoigné de l'expérience positive de leurs usagers qui apprécient généralement avoir accès à plusieurs sources d'information sur une seule plateforme. On mentionne que BAC et ses intervenants du milieu documentaire auraient intérêt à miser sur les données liées pour agencer différentes bases de données à travers le Canada. Localiser les principales sources demeure la responsabilité de l'usager lors du processus de recherche. On note que Archives Canada pourrait prêter mains fortes dans l'élaboration de cette démarche.

    Leadership et partenariats

    Tout comme pour d'autres domaines, BAC est appelé à jouer un rôle de leadership dans l'acquisition du patrimoine documentaire du pays. Actuellement, BAC a des ententes avec les archives provinciales et territoriales qui travaillent avec leurs organismes locaux. La situation est plus complexe pour le patrimoine publié, qui devrait normalement être acheté.

    Pour les historiens, BAC a avantage à continuer de documenter toutes les voix dans la société incluant celles des mouvements sociaux, des communautés autochtones, etc. D'ailleurs, BAC collecte la présence numérique du mouvement Idle no more comme complément à d'autres sources.

  • 16 mai : Nos intervenants (Forum des partenaires, Comité directeur de la Stratégie de numérisation du patrimoine documentaire, Groupe de travail sur la déclaration d'Ottawa, Comité directeur sur les archives canadiennes et intervenants universitaires)

    Notre rôle à jouer au sein des réseaux collaboratifs non linéaires

    La collaboration est essentielle. Plus elle sera favorisée par les plateformes numériques, plus elle s'intensifiera. BAC jouera un rôle différent selon le réseau et les membres qui en font partie; dans tous les cas, il lui faudra comprendre sa place dans l'écosystème et la structure de celui-ci – un réseau, et non une hiérarchie linéaire. BAC devrait chercher à nouer de nouveaux partenariats, plus solides, dans le milieu des galeries, bibliothèques, centres d'archives et musées (GLAM), en se présentant comme un intervenant égal et enthousiaste. Qui plus est, BAC devrait redoubler d'efforts dans la promotion des métiers de bibliothécaire et d'archiviste pour attirer de nouveaux talents, par exemple en offrant à ces derniers de meilleures occasions de découvrir ces métiers.

    Selon les participants, voici quelques-uns des rôles que BAC devrait jouer :

    • Bibliothèques et centres d'archives : BAC comme défenseur et promoteur des professions de bibliothécaire et d'archiviste.
    • GLAM : BAC comme facilitateur et intermédiaire au sein du vaste milieu des industries culturelles.
    • Grand public : BAC comme catalyseur et source de créativité, de cocréation et d'innovation.
      • BAC devrait être une destination pour les créateurs et les outiller dans des lieux physiques.
    • Échelle internationale : BAC comme ambassadeur et intermédiaire à l'étranger.
    • BAC sert parfois de courroie de transmission, parfois de moteur.

    Services de BAC aux utilisateurs existants et recherche de nouveaux utilisateurs

    BAC dispose de plusieurs moyens d'améliorer la façon dont sa clientèle découvre et utilise sa collection; il reste d'ailleurs du travail à faire en ce sens. L'organisation devrait se consacrer prioritairement à la mise de l'avant et à l'utilisation de sa collection, tout en continuant d'adopter de nouveaux modes de diffusion (comme les balados). De plus, BAC doit garder en tête l'importance des lieux physiques et tirer parti de l'installation partagée avec la Bibliothèque publique d'Ottawa (BPO), en tant que destination et lieu pour les créateurs. Avec l'essor du numérique, les métiers de bibliothécaire et d'archiviste sont en perpétuelle transformation. BAC pourrait donc contribuer à l'élaboration et à la diffusion de normes nouvelles qui favoriseraient une approche responsable relativement à certains concepts, comme l'intelligence artificielle, les mesures de protection de la vie privée ou l'amélioration de l'inclusivité.

    Voici quelques propositions d'actions spécifiques:

    • Améliorer la découvrabilité par le développement des bases de données et du potentiel de l'intelligence artificielle.
    • Faire connaître la collection davantage.
    • Utiliser de nouvelles plateformes numériques pour la diffusion du contenu (balados).
    • Assurer l'inclusivité dans les normes et les programmes (prise en compte du rôle de BAC dans le regroupement de différentes parties en vue du développement de ces normes et programmes).
    • Assurer un juste équilibre entre les possibilités d'exposition dans des lieux physiques BPO, destination pour les créateurs et la communauté) et les possibilités numériques.
    • Garder une perspective locale, communautaire et régionale, tout en pensant à exploiter le potentiel de la mondialisation.

    Nouvelles réalités numériques

    Le numérique, le propre de notre ère, continuera de redéfinir la façon dont BAC mène ses activités et avec qui. Dans ce contexte, les approches traditionnelles – que ce soit par rapport aux programmes, aux normes ou aux droits d'auteur – devront être revues. Comme les modes de création et de diffusion du contenu changent, BAC pourrait jouer un rôle dans le milieu des bibliothèques et des centres d'archives en élaborant de nouvelles normes et approches en matière de droits d'auteur, plus favorables à l'utilisation équitable. Par ailleurs, BAC devrait tenir compte des besoins des communautés susceptibles d'avoir des préoccupations particulières quant à l'utilisation de leur contenu, comme le savoir traditionnel. BAC veillera non seulement à ce que sa propre organisation et le milieu professionnel restent en phase avec le numérique, mais aussi à rehausser l'expérience des utilisateurs et à bonifier les occasions de collaboration et de cocréation.   

    Les discussions ont engendré un grand nombre de suggestions et de tendances que BAC devrait considérer:

    • Renforcer les liens et l'interconnectivité entre les établissements et le public par la diffusion d'information numérique et de données; faire de BAC un « carrefour de connaissances ».
    • Multiplier les canaux et les possibilités de partenariat pour maximiser la collaboration (bilatérale et multilatérale).
    • BAC peut jouer un rôle dans le développement de la littératie, notamment de la littératie technique.
    • Nouvelles possibilités
      • Partenariats avec des bibliothèques et des centres d'archives de moindre envergure;
      • Possibilité d'améliorer le service aux communautés rurales et reculées et de renforcer la collaboration avec elles.
    • Débats externes pouvant impliquer ou toucher BAC
      • Neutralité du Web;
      • Confidentialité et droit à l'effacement des données;
      • Transparence;
      • Données ouvertes;
      • Chaînes de blocs.
    • Changements aux processus
      • Accès
        • Plusieurs nouvelles plateformes;
        • Interactions accrues, avec les utilisateurs et d'autres organisations;
        • Démocratisation.
      • Documents du gouvernement
        • Conservation;
        • Diffusion.
      • Droits d'auteur
        • Il est plus facile ne que jamais d'accéder au contenu et de s'en servir. 
        • Certaines communautés ont des besoins différents et recourent à des approches atypiques.
  • 30 mai : Nos employés et intervenants à Winnipeg

    Le public de BAC

    BAC aura à décider s'il devrait prioriser davantage les individus ou les institutions. Les jeunes constituent une nouvelle clientèle importante pour BAC car ils forment la clientèle de demain. Ceci permettra à BAC d'atteindre les grands objectifs de l'institution tels que le respect de la démocratie, l'engagement citoyen, la compréhension de l'histoire afin d'éviter les erreurs du passé. Une des façons possibles pour rejoindre les jeunes serait de créer un programme de bourse d'études pour les étudiants dont le sujet de recherche touche au mandat de BAC.

    BAC comme leader

    Il est attendu de BAC d'être un leader et un collaborateur qui fournit les outils et l'expertise nécessaire à d'autres institutions à travers le pays. Ces outils varient dans des domaines tels que la gestion des documents (au sein du gouvernement fédéral) et la préservation numérique. Ainsi, les plus petites institutions s'adresseront directement à BAC, au lieu de chercher cette expertise et ces outils à l'étranger. Étant donné l'ampleur des défis, BAC a besoin de revisiter ses priorités et dédier les ressources requises à des dossiers ciblés. Parmi ces dossiers, on retrouve l'acquisition des documents numériques et la gestion et la préservation de la collection actuelle. De plus, certains intervenants pensent que BAC a suffisamment de ressources et d'expertise pour aider les plus petites entités tels que les archives des communautés.

    L'importance des partenariats

    En plus des généalogistes, BAC est appelé à tisser des liens avec les autres communautés (sociétés historiques, foires du patrimoine, etc.) où l'on peut entrer en contact avec les futurs clients. Pour les foires par exemple, les enseignants sont impliqués dans la création du contenu où ils peuvent expliquer l'importance de l'histoire aux enfants et aux familles. Tout comme le club de lecture de l'été, BAC pourrait penser à un programme national de patrimoine destiné aux jeunes.

    L'accès à l'information et sa « consommation »

    L'analyse de l'environnement 2017 démontre bien que le public a une soif d'information. Dans cette société de savoir, les archives n'ont pas toujours eu une place de choix, malgré l'intérêt grandissant pour l'information et pour sa consommation. L'accès à une information de qualité demeure un défi. Les bibliothèques et les archives sont reconnues comme des lieux qui font autorité en la matière. Les avancées technologiques et les nouvelles plateformes d'externalisation permettent d'impliquer le public dans la description des collections. En effet, l'aide du public serait primordiale avec le défi que cela crée en matière de contrôle de qualité des métadonnées ainsi générées.

    De nos jours, les clients s'attendent à avoir accès à tout peut importe leurs positions. Grâce à cet accès, on favoriserait en quelques sortes un dialogue social autour des questions de société d'actualité.

    BAC comme lieu de rencontres et de discussion

    De façon générale, le public est à la recherche d'endroit pour se rassembler et discuter des enjeux d'actualité tels que la question LGBTQ2, le mouvement #MoiAussi, et les questions autochtones. Les bibliothèques et les archives, notamment celles publiques, sont des endroits de choix où de telles discussions peuvent avoir lieu dans un environnement neutre et sécuritaire. Certains items de la collection peuvent venir appuyer ces discussions, en présentant les documents originaux de la collection.

    Présence régionale

    Pour « BAC Winnipeg », il y a encore un besoin de promouvoir la présence de BAC et les services qu'il offre afin d'attirer le public. Depuis la fusion des deux institutions il y a 15 ans, les archivistes et les bibliothécaires ont déployé beaucoup d'efforts pour un transfert de connaissances qui bénéficie au personnel du service de référence. BAC devra continuer à valoriser et reconnaître l'apport réciproque des deux professions qui soutiennent le mandat de BAC.

  • 4 juin : Nos employés et intervenants à Halifax

    Le public de BAC

    Les participants s'entendent sur le fait que BAC devrait faire l'effort pour attirer et maintenir une nouvelle clientèle au-delà de celle qui nous connaissent, soient les historiens et les généalogistes. Il est possible de viser les jeunes par l'entremise des autres institutions de mémoire et d'activités collaboratives avec les enseignants. La présence de BAC sur les médias sociaux (Instagram et YouTube) aide à rejoindre ce public. Aussi, BAC peut-il s'inspirer des activités de sensibilisation utilisées par les bibliothèques publiques pour ce public cible.

    BAC comme leader

    BAC se distingue des autres institutions au Canada par son statut d'institution nationale qui lui confère le rôle de leader sur plusieurs plans : aider les institutions de mémoire à travers le pays à reconnecter ensemble; fournir un aperçu global de l'existence du patrimoine documentaire pour permettre de localiser les collections dans le pays; coordonner une stratégie nationale sur l'accessibilité (pour les personnes handicapées); coordonner une approche nationale pour la gestion des documents nés-numériques; jouer un rôle dans le domaine de la littératie numérique; etc.

    Activités de sensibilisation

    Les participants ont discuté l'importance d'expliquer au public ce que sont les archives, notamment dans les régions. Généralement, les gens ont une meilleure idée de ce qu'est une bibliothèque, surtout publique. Le fait de remmener une partie de la collection à Halifax aide à atteindre cet objectif, en mettant les clients en contact direct avec les originaux. Une partie de cet exercice de sensibilisation doit se faire en expliquant l'importance des archives pour l'histoire, comme un des fondements de la démocratie. Ceci a plus d'impact auprès des jeunes clients dans les écoles, par exemple, en leur montrant des items de la collection, même numériques.

    Les bibliothèques, plus que les archives, sont aujourd'hui des lieux de rencontres pour les communautés (Community hubs). On doit inciter les jeunes à visiter les archives comme ils visitent un musée ou une bibliothèque.

    Le défi de l'accès

    Les outils de recherche en ligne et d'accès à la collection sont d'une grande importance. BAC travaille actuellement à perfectionner son nouvel outil de recherche (Beta Search). Son site web gagne être plus intuitif dans sa navigation. La découverte des ressources documentaires de BAC peut bénéficier d'une utilisation accrue des médias sociaux, et d'essayer de rattacher les balados à des programmes d'enseignement. D'ailleurs, un invité externe peut se charger de l'une des prochaines balados où un artiste autochtone, par exemple, présentera une partie de la collection de BAC. Dans un contexte similaire, BAC a déjà expérimenté avec l'initiative d'artiste en résidence récemment.

  • 20 juin : Comité consultatif sur la programmation publique

    Le public de BAC

    Selon certains membres du comité, BAC devrait se rapprocher davantage des jeunes. D'ailleurs, le 18 juin dernier, BAC a lancé l'appel aux candidatures pour son conseil consultatif des jeunes (19 à 25 ans). Parallèlement à cette discussion, les membres du comité ont parlé des médias comme étant une approche de choix pour rejoindre le public. En effet, bien les servir permettrait à BAC de faire connaître ses collections étant donné la large dissémination d'information dont ils peuvent produire. Cette chaîne d'idée a permis aux membres de proposer un « service d'aide à la recherche » qui sera dédié potentiellement aux journalistes et autres influenceurs dans les médias. À cet effet, Statistique Canada a un service dédié aux médias, en plus de produire des vidéos expliquant la façon de trouver certains types d'information. De leur côté, les musées sous l'égide d'Ingenium ont des scientifiques « en résidence » qui sont aussi des contacts réguliers pour les médias, mettant en valeur ainsi la richesse des collections.

    Les nouveaux canadiens constituent un autre public qui peut intéresser BAC. Leurs histoires peuvent enrichir les collections de BAC et à l'inverse, BAC peut leur apprendre l'histoire de la société canadienne et de celles des grandes compagnies du pays.

    BAC comme leader

    La prolifération des fausses nouvelles présente une occasion pour BAC de jouer un rôle clé dans le domaine de la vérification des faits. BAC pourrait créer un programme de littératie informationnelle, destiné notamment aux jeunes à travers le pays. En utilisant les documents numérisés déjà en ligne, les participants à un tel programme peuvent valider la véracité ou non de l'information qu'ils ont. BAC pourrait également jouer ce rôle pour contrer la désinformation au sein du gouvernement fédéral, en partenariat avec Patrimoine canadien.

    BAC pourrait aussi s'engager à enseigner au public comment gérer leurs données et leurs documents personnels, en partenariat avec les bibliothèques publiques.

    Il a été noté également que BAC devrait rappeler et renforcer l'importance de la gestion des archives auprès de certaines institutions. La protection de la mémoire collective du pays est très importante et ce, pour éviter la destruction de certains documents à valeur historique.

    Finalement, BAC pourrait jouer un rôle plus actif au sein du gouvernement du Canada, en collaborant plus étroitement avec le Secrétariat du Conseil du Trésor, en matière de gestion de l'information et de tenue de documents.

    Visibilité et sensibilisation

    BAC devrait continuer les efforts de numérisation de ses collections qui permettent à tous les Canadiens d'accéder aux collections de BAC. D'un autre côté, BAC pourrait essayer de faire mettre en valeurs certains auteurs canadiens peu connus, en s'associant avec les bibliothèques publiques et Canada reads.

  • 6 septembre : Communauté des généalogistes

    Le public de BAC

    Améliorer les services en personne

    Les discussions ont porté sur les services offerts à Ottawa et dans les bureaux régionaux. Dans une perspective plus large, il a été question de l'amélioration des services par téléphone et par Internet.

    Les participants ont discuté des obstacles à surmonter pour l'obtention des services en personne, par exemple : les déplacements à partir de localités éloignées, en particulier dans le Nord; les fréquentes modifications au site Web et aux bases de données de BAC; le fait qu'il peut être intimidant pour certaines personnes d'entrer dans une institution gouvernementale.

    Quelques solutions ont été proposées afin d'offrir une meilleure information en misant sur un langage inclusif, des guides, des brochures, des vidéos YouTube, des exemples de recherches, un accès simplifié pour ceux ayant des problèmes d'accessibilité, et une personne dédiée à fournir de l'aide à certains groupes dans leurs recherches. Une fonction de clavardage pourrait être utile, mais beaucoup de gens se servent encore du téléphone, en particulier ceux qui ont un accès limité à Internet.

    Les participants souhaitent davantage de contacts directs avec le personnel, mais reconnaissent que cela exigerait des ressources importantes. Ils suggèrent d'utiliser les médias sociaux de BAC comme une plateforme permettant aux usagers d'obtenir de l'information à travers un processus d'externalisation ouverte. Ils suggèrent aussi d'intensifier les activités de promotion afin d'attirer plus de visiteurs, en particulier les jeunes.

    Ceux qui ont visité BAC en personne se sont dits satisfaits de l'accueil du personnel; ils ont apprécié l'environnement et mentionné que le site Web de BAC leur avait fourni des renseignements utiles.

    Favoriser la participation des citoyens

    Les participants reconnaissent que les projets collaboratifs de BAC (p. ex. Un visage, un nom) fonctionnent bien. Ils sont d'avis que certains documents pourraient être confiés à des groupes spécifiques de généalogistes ou de citoyens afin qu'ils puissent contribuer à des projets concernant leur collectivité ou leur champ de compétence. Les exemples soulevés comprennent l'indexation ou la correction de transcriptions de recensements pour leur collectivité.

    BAC devrait tenir compte des leçons tirées de partenariats antérieurs ou s'inspirer d'autres organisations ou institutions qui ont réalisé un travail similaire. Il est important d'avoir un site Web convivial, facilitant la recherche, en particulier pour les généalogistes pour qui la recherche par nom de famille revêt une importance primordiale. Il faudrait aussi stimuler l'intérêt du public en l'informant de l'état d'avancement des projets, comme cela a été fait pour la numérisation des dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien.

    Cibler les généalogistes

    Plusieurs généalogistes sont des bénévoles qui contribuent déjà à des projets dans leur collectivité. Ils sont disposés à collaborer, mais il faudrait que cela se fasse sous forme d'échange, d'entente mutuellement avantageuse.

    Les participants ont suggéré que les contenus numérisés soient plus facilement accessibles et ce, à travers une structure plus conviviale et facilement navigable.

    On constate un intérêt pour qu'un plus grand nombre de documents sur les Autochtones soient indexés et numérisés, y compris ceux qui concernent les pensionnats, les traités et le RG10. Cela ne peut que nous aider à progresser.

    Ce n'est pas tout le monde qui connaît le mot « généalogie », en particulier les débutants et ceux qui éprouvent des difficultés à lire. Les participants suggèrent d'adopter un langage plus inclusif avec des termes comme « ascendance », « trouver une personne » ou « trouver quelqu'un ».

    Le contact direct avec des groupes contribue fortement à l'établissement de bonnes relations. Par conséquent, BAC devrait prendre la parole lors de réunions ou de congrès de sociétés de généalogie, ou lors d'événements communautaires non traditionnels tels que les jeux écossais ou les concours de labour qui attirent des milliers de visiteurs.

  • 14 novembre : Congrès des professionnels et professionnelles de l'information à Montréal

    Lors du congrès, les participants à la session de BAC se sont penchés sur 4 questions spécifiques.

    1. Selon vous, quelles devraient être les priorités de BAC ces trois prochaines années ?
      • Assurer un accès à l'ensemble des corpus des publications gouvernementales fédérales (publications du Parlement fédéral, etc.)
      • Être un leader dans le numérique (international, bilinguisme) et partager son expertise en numérisation (Infrastructures)
      • Apporter la perspective canadienne à l'échelle internationale et apprendre des autres
      • Jouer un rôle de rassembleur et de leadership au sein de la communauté, p.e. pour identifier les meilleurs pratiques
      • Développer un outil de découverte qui va moissonner sur l'ensemble des bases de données
      • Améliorer les interfaces de recherche ou d'accès à l'information
      • Poursuivre l'initiative des derniers exemplaires (« Last copy »)
      • Améliorer le catalogue de services (ressources, standards…)
      • Assurer la promotion, la visibilité, le réseautage, améliorer la communication au-delà d'Ottawa
      • Pousser la co-création pour encourager le partage (p.e. avec les fonds)
      • Revoir les règlements de BAC (le mandat/la mission principale)
    2. Que peut faire BAC pour favoriser la collaboration dans votre secteur ?
      • Rendre disponible les personnes ressources, établir une liste de contacts pour obtenir l'information désirée
      • Faire des projets/programmes de stagiaires
      • Créer des rassemblements d'expertise pour relever des défis, trouver des pistes de solutions
      • Communiquer les avancés que BAC a fait à l'international dans chacun des secteurs
      • Renforcer les partenariats
      • Avoir une présence en région (au Québec)
      • Siéger sur des comités/associations
      • Connaître les besoins des différents intervenants
      • Communiquer/promouvoir les services de BAC
      • Initiative à continuer : Stakeholders Forum
    3. D'après vous, qu'est-ce qui bouleversera le plus les métiers de bibliothécaire et de bibliotechnicien ces trois prochaines années ?
      • Avènement de la technologie
      • Big data
      • Humanités numériques
      • Participation du citoyen du communautaire
      • Perception des usagers (certaines personnes n'ont pas toujours idées des exigences de la recherche)
      • Bibliothèques hybride (présence virtuelle ou physique)
      • Cohabitation de l'imprimé et du numérique
      • Globalisation de l'information
      • Surabondance de l'information
      • Départs à la retraite (perte de connaissances et manque de transfert de connaissances)
      • Difficultés dans le recrutement de nouveaux employés
      • Intelligence artificielle
      • Droits d'auteur
      • « Fake news »
    4. Selon vous, quels sont les moyens les plus efficaces de collaborer avec les utilisateurs et les clients ?
      • Système d'information aidant la collaboration
      • Services en ligne
      • L'accès aux collections
      • La promotion p.e. par la voie de portes ouvertes
      • Une utilisation accrue des réseaux sociaux et une présence importante dans le monde virtuel
      • L'ouverture de la connaissance (valoriser les savoirs) et l'échange
      • Une présence dans la région (rien de mieux que les face-à-face), et l'utilisation de bureaux régionaux pour partager l'information
      • Concerter les acteurs pour la numérisation patrimoniale
      • Faire des alliés avec les réseaux et trouver les niches non-exploitées pour se faire des alliés
      • Garder un sens de l'humour

Pour nous joindre

Gouvernance et collaboration
Bibliothèque et Archives Canada
550, boul. de la Cité
Gatineau (Quebec) K1A 0N4

Courriel : bac.consultations.lac@canada.ca

Date de modification :